• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JDCh

JDCh

Polytechnicien (n’ayant jamais été fonctionnaire ou salarié du secteur public), j’ai découvert les enjeux d’une nouvelle économie globale à la fin des années 90 dans la Silicon Valley. Capital-risqueur depuis 2000, je suis frappé par l’immense décalage existant entre une grande partie de l’opinion Française et le monde dans lequel nous vivons. Je n’ai aucune confiance dans nos politiques ou nos médias pour réduire cette "fracture". La France va droit dans le mur. Comment le faire comprendre ?

Tableau de bord

  • Premier article le 15/05/2006
  • Modérateur depuis le 06/06/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 43 66 2712
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • JDCh JDCh 12 février 2007 22:10

    C’est bien cette déclaration qui m’a « fâché » avec DSK. Je trouve un peu fort de café que la fiscalité et le niveau des prélévements obligatoires aient fait fuir des compatriotes et qu’on leur court après pour qu’ils payent un impot « citoyen » !

    On ferait mieux de baisser les impôts et prélévements en France, de redevenir attractif et on ne marcherait plus sur la tête.



  • JDCh JDCh 5 février 2007 20:30

    @ leon

    votre commentaire est intéressant car, il est vrai, Madame Danon est issu de l’élite technocratique de notre pays (Ulm, Corps des Mines) et est passée par le Ministère de l’Industrie puis par Total avant de rejoindre le groupe PPR.

    Je vous rejoins sur le caractère parfois connivent voire incestueux de cette « caste » que je dénonce souvent (eg Airbus).

    Ceci étant dit, l’inflation sur les rémunérations de nos grands patrons est plus une contagion venant du monde anglo-saxon que d’une connivence franco-française.

    Par ailleurs et de plus, Monsieur Pinault est lui une sorte d’auto-didacte (comme beaucoup de bons entrepreneurs) et je ne pense pas qu’il choisisse le (ou avalise le choix du) patron d’une de ses enseignes phares pour son entregent politique mais plutôt pour ses qualités managériales.

    Vous l’avez compris, cet article a pour vocation de parler calmement d’une affaire qui déchaîne des réactions qu’elle ne mérite pas...

    Quoique les uns ou les autres pourraient proposer, les dirigeants seront toujours mieux payés que les employés de base et les rémunérations des cadres dirigeants internationaux étalonnées sur une échelle dorénavant mondiale.



  • JDCh JDCh 5 février 2007 13:40

    @ Erdal

    Je ne sais pas si il y a eu des licenciements au Printemps à l’arrivée de Madame Danon. Rien n’a à priori défrayé la chronique.

    Un dirigeant d’entreprise porte une certaine vision et stratégie de l’entreprise. Si les nouveaux actionnaires veulent influer sur cette stratégie et la faire évoluer, le dirigeant en place se sent assez vite décalé et, même si l’entreprise est prospère, préfère laisser la place à un autre qui sera en charge de faire évoluer l’entreprise. C’est sans doute ce qui s’est passé ici : je n’ai pas plus d’infos que vous là-dessus...

    Je ne vois pas de quel corporatisme vous voulez parler.



  • JDCh JDCh 18 janvier 2007 20:14

    Les sociétés côtées en Bourse ont elles-aussi à présenter des bénéfices court terme et les sociétés non côtées et non financées par du capital investissement ont des difficultés à faire des investissements faute de fonds propres. Le compromis investissement pour la croissance moyen terme et profitabilité à court terme est le lot de toutes les entreprises...

    Pour le capital risque, votre vision est simpliste à souhait. Etre sûr qu’il y a une société sur laquelle on fait 100 fois la mise ne garantirait qu’un retour de 1 pour 1 et n’est absolument pas garanti. Quand un investisseur investit dans une société, il pense, au moment de son investissement, qu’il va faire entre 3 et 10x sa mise et le futur fait que sa thèse d’investissement se réalise dans moins de 20% des cas, dans 30% des cas il récupère environ sa mise, dans 30% la société survit mais il récupère moins que sa mise et dans 20% la boîte va au tapis et il perd tout. Executer un succès dans le monde de l’innovation est très difficile !



  • JDCh JDCh 18 janvier 2007 20:06

    Réponse à Erdal :

    - les fonds de Private Equity sont répertoriés et l’ensemble des transcations qu’ils font également.

    - les fonds de Private Equity hésitent encore à prendre des positions majoritaires en Chine ou à investir en Iran. On peut donc dire que leur taux d’allocation à une géographie correspond à un niveau de confiance dans la fiabilité d’un pays sur les aspects « business ».

    - il y a des fonds de toutes nationalités gérant l’argent provenant de nombreuses sources (fonds de pension, grandes entreprises, familles, banques, assureurs...). Les plus gros fonds qui font les plus grosses opérations sont clairement Américains. Le small-mid-market est beaucoup plus local et diversifié.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité