• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JDCh

JDCh

Polytechnicien (n’ayant jamais été fonctionnaire ou salarié du secteur public), j’ai découvert les enjeux d’une nouvelle économie globale à la fin des années 90 dans la Silicon Valley. Capital-risqueur depuis 2000, je suis frappé par l’immense décalage existant entre une grande partie de l’opinion Française et le monde dans lequel nous vivons. Je n’ai aucune confiance dans nos politiques ou nos médias pour réduire cette "fracture". La France va droit dans le mur. Comment le faire comprendre ?

Tableau de bord

  • Premier article le 15/05/2006
  • Modérateur depuis le 06/06/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 43 66 2712
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • JDCh JDCh 2 novembre 2006 15:45

    Mon article reprend les définition Wikipedia de libéralisme, capitalisme et mondialisation (même si la mise en page Agoravox les fait mal ressortir).

    Les Etats-Unis constituent un pays plus libéral que la France, lui-même plus libéral que la Chine !

    Pour assurer des libertés comme celle de possèder ou d’entreprendre, il faut un Etat... et c’est la nature des élus de vouloir intervenir...

    A noter que les démocrates américains sont plus « liberaux » que les républicains alors que, selon notre référentiel, ils sont plus à « gauche ».



  • JDCh JDCh 2 novembre 2006 14:14

    Très bonne question.

    La Chine n’est pas un pays libéral ni au sens classique ni au sens économique du terme.

    Par contre, la Chine a adopté le capitalisme pour s’intégrer dans l’économie mondiale.

    Si on est optimiste, on peut prévoir une évolution vers le libéralisme mais très difficile de prévoir le timing.



  • JDCh JDCh 1er novembre 2006 20:22

    Ne mettez tout dans un meme sac.

    Les fonds de pension gèrent la retraite des américains ou des anglais, ils investissement dans l’immobilier, le coté, le non-côté (Private Equity) et ce via des fonds spéculatifs, des fonds plus défensif avec des stratégie plus ou moins risqué : c’est l’équilibre général qui fait la bonne gestion d’un fonds de pension.

    Sur les fonds de Private Equity que je connais bien, lisez ceci : ce post

    Pour faire tourner l’économie capitaliste, il faut des capitaux... et c’est un gros business !



  • JDCh JDCh 1er novembre 2006 18:01

    @job

    vous semblez aimer le compromis voire le consensus. Aussi surprenant que cela puisse paraître moi-aussi...

    Vous omettez cependant de dire que le taux de prélévements obligatoires et la rigidité de notre code du travail constituent 2 entraves majeures à notre développement économique. Quand la machine économique est entravée, malheureusement rien ne peut marcher correctement en aval...

    J’ajouterais que :

    - rien ne m’oblige à écrire ces « posts » et à essayer pédagogiquement (parfois de façon provocante) d’expliquer « sans tabou » ce qu’est le monde économique vu d’un financier. Je le fais avec l’espoir infime que cela ait un impact positif sur quelques lecteurs ;

    - il est exact qu’une partie du patronat Francais (notamment celui issu des grandes entreprises qui ont toutes été plus ou moins publiques à un moment donné) est dans une « posture » et un « mensonge par omission » qui ne fait pas avancer le schmillblick. Je suis pour ma part très proches des dirigeants de « PME de croissance » celles qu’on appelle les « Gazelles » et je peux vous dire que c’est fort différent : c’est sur ces gazelles que nos espoirs reposent... (Oubliez De Gaulle et ses grands programmes, c’est malheureusement du passé !).

    Bien à vous



  • JDCh JDCh 1er novembre 2006 16:50

    Je ne pensais pas en « postant » cet article être amené à parler du réchauffement climatique ou autre désastre écologique...

    Il est vrai, par contre, que ces sujets sont de la plus haute importance et que, malgré une réticence forte de la part des Etats-Unis, à les adresser, la prise de conscience est maintenant réelle (cf le rapport remis à Tony Blair très récemment).

    Je peux également témoigner sur le fait que de nombreux capital-risqueurs ont levé des fonds récemment pour investir dans ce qu’on appelle génériquement les « cleantechs » : il peut s’agir d’énergies alternatives, de système de purification de l’eau ou de l’air, de batteries propres... Ces investissements en R&D viennent compenser ceux que les grands groupes pétroliers (ou autres) ne font pas avec les moyens à la hauteur des enjeux.

    Ces investisseurs sont actifs dans cet espace avec bien évidemment l’espèrance de faire des investissements profitables mais je dois confirmer que les niveaux de risques qu’ils prennent sont très élevés tant ces thèses d’investissement ne peuvent être court-termistes.

    Quelque fois le capitalisme peut-être utile !?

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité