• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jean Dugenêt

Jean Dugenêt

 
Avant de m’intéresser quelque peu à la politique, j’ai comme tous ceux de ma classe subi l’injustice sociale. Peu enclin à la résignation, j’en fus profondément révolté dès mon adolescence. Je l’exprime parfois dans mes écrits à la manière de Jean de la Bruyère en dressant des portraits de quelques personnages connus comme Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ou François Mitterrand et aussi de personnages un peu moins connus comme Xavier Niel, Bernard Arnault, Patrick Drahi, Arnault Lagardère, Ramzi Khiroun ou Michèle Lemarchand. Il m’arrive aussi de dresser des portraits de personnages prototypiques comme l’arriviste ou le lèche botte. Je cherche en même temps à actualiser et prolonger la réflexion entamée, il y a fort longtemps, par Etienne de la Boétie sur les mécanismes du pouvoir et ceux de la servitude. Je voudrais expliquer comment une toute petite minorité de nantis impose son pouvoir à une masse de miséreux qui malgré leur nombre et leur force se laissent dominer. J’en viendrai assurément à chercher les explications de Karl Marx et d’autres leaders du mouvement ouvrier.
Ne voyez dans cela aucune haine pour les personnages que je dépeins mais plutôt l’expression d’une révolte contre les injustices et aussi contre le gaspillage induit par la promotion des médiocres au détriment des plus méritants… Plus que tel ou tel individu, c’est bien la société que je veux décrire. Fi des fausses modesties, il y a en moi un mélange d’ambition et de mépris pour les arrivistes, un rejet de l’esprit de caste puisqu’il ne laisse aucune place au mérite personnel, l’envie permanente de retourner leur mépris à ceux qui se croient supérieurs mais ne doivent leurs privilèges qu’à leur naissance ou, pire encore, à leur subordination totale aux plus puissants qu’eux. Le plus souvent, ils n’en sont même pas conscients. Ce médecin, ce notaire, cet avocat se demande-t-il s’il aurait pu obtenir ses diplômes en faisant la plonge dans des restaurants pendant toutes ses vacances et s’il avait dû partager sa chambre avec deux frères ? Lui que sa famille a encouragé à faire des études, imagine-t-il quelles pressions et quels obstacles doit surmonter ce jeune pour qui il est inimaginable du point de vue de sa propre famille et de son entourage qu’un des leurs fasse des études longues ? Cette pression est répercutée par tout le système d’orientation scolaire avec son armée de professionnels : les spécialistes du fameux « Il fera un bac technique et pour un fils d’ouvrier ce sera déjà pas mal » ou du non moins fameux « Pour la fille d’untel, il fallait bien trouver un poste particulier car sinon elle aurait été trop malheureuse ». Dès l’école élémentaire, le fils-à-papa qui a les pires difficultés pour apprendre à lire et à écrire est qualifié de dyslexique ce qui lui ouvre droit à des égards particuliers de la part des enseignants tandis que, dans les mêmes conditions, le fils d’ouvrier récolte le mépris général. Plus tard, celui-ci ou un autre verra les postes qu’il mérite lui passer sous le nez pour être attribués à des petits bourgeois incompétents. Le privilégié ordinaire, imagine-t-il dans quel état d’esprit est un lycéen qui considère la rentrée scolaire comme le début des vacances puisqu’il va enfin pouvoir se reposer après avoir trimé pendant deux mois en un dur labeur afin d’amasser un petit pécule pour son année scolaire ? Non ! Pas du tout ! Il pense qu’il a obtenu ses diplômes parce qu’il était doué. Que c’est pleinement mérité. Il estime d’ailleurs qu’il a lui-même financé ses études puisque ses parents lui ont trouvé un joli petit job pendant l’un de ses quatre mois de vacances. Il a fait des économies sur son argent de poche et les cadeaux de sa famille. De l’argent bien gagné ! Il ne sait même pas que l’expression « argent de poche » est inconnue de bien des enfants dans d’autres milieux que le sien. Il a tout juste conscience que le père Noël des pauvres n’est pas le même que celui des riches. La suffisance que les uns ou les autres affichent est encore plus insupportable que la seule injustice. Mais il y a pire encore : l’attitude hautaine et méprisante des médiocres parvenus à des grades qui dépassent leur compétence, la morgue des grands qui se délectent dans les abus de pouvoir et, comble de tout, l’attitude des politiciens qui se déclarent les représentants des opprimés et se vautrent au quotidien dans la même fange que les exploiteurs. Derrière la satire, il y a en moi une révolte qui gronde aussi forte et aussi contenue que celle qu’il fallait lire entre les lignes des cahiers de doléances. Vous la percevrez peut-être entre les lignes de mes écrits.
 
  Année 2017, Jean Dugenêt
 
 
Je persiste dans la présentation que j’ai donnée ci-dessus mais beaucoup me pressent d’être plus précis : dis-nous au moins ce que tu penses, donne-nous quelques mots clefs, des étiquettes : es-tu révolutionnaire ? extrémiste ? de droite ? de gauche ? Je ne peux pas répondre avec des mots qui pour moi n’ont aucun sens. « Révolutionnaire » : en voilà un mot galvaudé ! Même de Gaulle se prétendait révolutionnaire. « En France, il n'y a qu'un seul révolutionnaire, c'est moi  ! » se plaisait-il à dire. Et Pétain aussi se disait révolutionnaire en prônant la « Révolution Nationale ». J’ai même entendu un petit bourgeois s’esclaffer « Mais, c’est révolutionnaire » devant une soupière portant l’inscription « poubelle de table ». Je suis au moins autant révolutionnaire que la « poubelle de table ». Quant aux expressions « gauche », « droite », il est de plus en plus évident que, si elles avaient un sens pendant la révolution de 1789-93, elles ne veulent plus rien dire. Mais alors es-tu pour ou contre la révolution ? Nous n’avançons pas plus. Il ne sert à rien d’être pour ou contre les révolutions. Celles-ci s’imposent épisodiquement sur la scène de l’histoire qu’elles aient ou non été souhaitées. Les révolutions sont des actes de démocratie qui surviennent quand des tyrans détestés par le peuple s’accrochent au pouvoir et que les masses populaires doivent les pousser pour les contraindre à partir. Les révolutions ne sont pas l’œuvre des révolutionnaires mais celle des peuples.
Ce sont d’ailleurs beaucoup plus souvent les révolutions que les élections qui font évoluer le monde. Si nous nous promenons dans le temps ou dans l’espace, nous voyons beaucoup de changements importants advenir dans bien des pays. Ces changements ne sont jamais le fait d’une élection. Actuellement, on peut raisonnablement estimer qu’il y a en France un risque de révolution. Dans l’état de putréfaction dans lequel nos institutions se trouvent, il est clair que la perspective n’est plus de rafistoler l’Etat. Chacun perçoit qu’il faut des changements de grandes ampleurs. Ce n’est pas sans raison que les gilets jaunes scandent souvent « Révolution ! Révolution ! » La population, dans sa grande masse, rejette le système actuel. Il faut donc se préparer pour, en cas de soulèvement révolutionnaire, faire face à d’énormes risques. Quand une révolution survient, les nantis ne veulent jamais abandonner leurs privilèges et il y a un risque de contre-révolution ou de guerre civile. Il faut le plus possible éviter cela. Les contre-révolutions aboutissent généralement à d’atroces mesures de répression de la part des revanchards et les guerres civiles peuvent faire beaucoup de morts. Il faut aussi se demander qui va exercer le pouvoir quand les privilégiés qui s’y accrochaient vont être chassés ? Le peuple risque de se voir confisquer le pouvoir qui devrait lui revenir. La plupart du temps c’est la force constituée la plus organisée qui se trouve projetée au pouvoir. Il en fut ainsi dans bien des cas. A Cuba, des guérilleros sont venus s’emparer d’un pouvoir vacant à la suite d’une grève générale insurrectionnelle pour laquelle ils n’avaient guère œuvré. En Iran c’est un pouvoir religieux qui s’est mis en place. Il y a aussi un risque de dégénérescence comme ce fut le cas en Russie. Pour se préparer, il me paraît indispensable de regrouper une avant-garde. Celle-ci devra être en mesure d’impulser, si besoin, les bonnes décisions pour faire basculer le pouvoir, au bon moment, après une situation de double pouvoir. Pour cela cette avant-garde doit regrouper les éléments les plus conscients, ceux qui se prononcent pour le RIC, le Frexit, le Front Unique Ouvrier lors des élections, le soutien inconditionnel aux victimes en cas d’atteinte aux libertés démocratiques…
Alors, où sont ces militants les plus conscients qui constitueront l’avant-garde ? Je ne le sais pas. Je suis seulement certain qu’il faut les regrouper. Il faudra à la tête de l’avant-garde des hommes d’une trempe exceptionnelle. Je pense en particulier à quelques leaders des gilets jaunes qui ont eu assez de cran pour ne céder à aucune pression. L’avant-garde devra venir pour l’essentiel de la jeunesse. Partout les jeunes sont aux premières places du combat contre une société qui ne leur promet qu’un sombre avenir. Il n’est que de voir les manifestations qui, à l’instar des gilets jaunes, secouent actuellement de nombreux pays. Il faudra probablement, par la discussion, les aider à assimiler le bilan de l’histoire du mouvement ouvrier. En cela, les retraités expérimentés de ma génération pourront être utiles pour passer le flambeau. Il faudra peut-être aussi leur administrer « une bonne inoculation de marxisme » comme disait Trotski, de manière imagée, à propos d’un personnage d’un roman d’André Malraux.
Ah ! Voilà ! Le nom de Trotski est lâché. Alors : êtes-vous trotskiste ? Avant de répondre à cette question, il faut se souvenir que, pendant une longue période, les militants qui restaient fidèles aux idées de la révolution d’octobre 1917 mais critiquaient le régime de Staline étaient tous qualifiés de trotskistes par les staliniens et qu’ils étaient à ce titre pourchassés et exterminés partout où Staline pouvait le faire notamment dans toute l’URSS. En ce sens, je prends pour un compliment qu’on me qualifie de trotskiste car assurément je suis de leur côté mais je ne suis pas certain pour autant d’être trotskiste. En particulier, je ne suis membre d’aucune organisation internationale. J’ai sans doute d’ailleurs une petite dose de libertaire anarchiste. Vous le voyez : j’ai beaucoup de doutes. Mais, soyez assuré que j’ai aussi quelques certitudes. Je suis absolument certain que ceux qui ne se battent pas pour le Frexit ne sont pas trotskistes. Je suis absolument certain que ceux qui ont couvert le mouvement des gilets jaunes d’insultes et de calomnies ne sont pas trotskistes. Ceux qui n’ont pas compris que la stratégie du soutien inconditionnel est indispensable pour défendre les libertés démocratiques ne sont pas trotskistes. Je suis certain aussi qu’il faut pour le Frexit ne pas hésiter à se battre aux côtés de tous ceux qui veulent libérer la France de l’emprise de l’OTAN, de l’UE et de l’Euro. Il s’agit ni plus ni moins de construire un nouveau CNR. Les gauchistes et les sectaires qui veulent paraître purs et durs en refusant d’emprunter cet indispensable pont n’ont en fait nullement l’intention de passer sur l’autre rive. Ceux-là non plus ne sont pas trotskistes. Ce sont des révolutionnaires de la phrase dont l’attitude a été stigmatisée par Trotsky lui-même dans le programme de transition :
« Ils piétinent sur place, se contentant de répéter les mêmes abstractions vides. Les événements politiques sont pour eux une occasion de faire des commentaires, mais non d'agir. (…) Dans la politique pratique, les sectaires s'unissent à chaque pas aux opportunistes, surtout aux centristes, pour lutter contre le marxisme. »
De fait, les sectaires qui me critiquent appellent le plus souvent à voter pour des adversaires du Frexit (FI, NPA ou LO, quand ce n'est pas, ni plus ni moins, Chirac ou Macron). En fin de compte, je conclus qu'il n'y a plus de trotskistes en France.
Pour finir de me présenter, il me reste à préciser qu'ayant fréquenté, pour mon grand malheur, les universitaires j’ai appris à leur contact à user de ce qu’ils appellent le « nous de modestie ». J’ai eu du mal à m’y mettre mais j’ai finalement été contaminé et j’en ai gardé l’habitude. J'essaie maintenant de me défaire de ce nous qui est aussi un "nous de majesté". C'est tout dire ! Le « nous » que j’emploie maintenant n’exprime plus seulement mon point de vue. Il exprime aussi celui des militants qui me suivent.
 
  Année 2019, Jean Dugenêt
 
 
 
 
Yours for the Revolution
Comme disaient jadis les socialistes.
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 13/03/2018
  • Modérateur depuis le 10/04/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 54 1816 6603
1 mois 2 141 349
5 jours 0 9 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 138 91 47
1 mois 1 1 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 1er juin 21:13

    @V_Parlier
    Si jamais l’article sort

    Vous avez des doutes ?



  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 1er juin 21:04

    @V_Parlier
    Vous avez intérêt à vous présenter avec une référence vérifiable par tous.
    Les lecteurs d’Agora Vox comme le peuple russe ne sont pas un tas de crétins faciles à berner.



  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 31 mai 08:31

    Je préfère cette formule là :

    « La jeunesse est la flamme de la révolution prolétarienne » K. Liebknecht



  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 31 mai 08:24

    « les sons »d et t« . Les dentales sont, dit-on, assez éclatantes. »

    Dans le contexte des « hécatombes » de Brassens où « tant de têtes tombent » le « t » fait nettement le bruit d’un couperet.


    « Les sifflantes »s, z « sont des phonèmes pleins de douceur et d’harmonie… »
    Les sifflantes nous sifflent simplement aux oreilles comme les fameux serpents qui sifflent sur nos têtes.



  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 29 mai 14:36

    @cettegrenouilleci
    Bonjour Gérard,
    Je suis pour l’essentiel d’accord avec tes conclusions mais je suis beaucoup moins d’accord avec l’importance que tu accordes à des « programmes politiques ». Je tiens, pour jouer un rôle d’avant-garde, à dire l’essentiel à ce sujet quand je m’adresse à tous les militants du mouvement ouvrier qui sont tous confrontés plus ou moins aux programmes de leur parti. Actuellement ceux qui sont les plus concernés sont sans doute ceux de la FI. La première chose à dire c’est ceci :
    Avez-vous déjà vu un programme élaboré par des politiciens qui s’est réalisé ? La réponse, c’est : jamais. Strictement jamais depuis plus de 170 ans que le mouvement ouvrier existe . Cela ne s’est vu dans absolument aucun pays. Deuxième question : avez vous vu des politiciens de « gauche » (du mouvement ouvrier) exercer des responsabilités dans la gestion d’un état capitaliste (arrivés au gouvernement) faire le contraire de ce qui était dans leur programme ? La réponse c’est : Oui. Souvent.
    Si on veut faire un tout petit peu d’éducation politique, élevé le niveau de conscience des militants de tous bords, c’est la première chose à dire.
    Maintenant il faut s’entendre sur ce que nous devons appeler un programme pour un militant du mouvement ouvrier qui aspire au socialisme. Pour moi, jusqu’à ce jour, il y en a eu deux. Tu seras sans doute d’accord avec moi pour ce qui concerne le premier : c’était le manifeste du parti communiste. Pour ce qui est du second, je ne t’oblige pas à être d’accord avec moi : c’était le programme de transition élaboré par Léon Trotsky en 1938 et qui est maintenant dépassé sur plusieurs points mais reste valable pour l’essentiel.
    Dans les deux cas, il ne s’agit surtout pas de promesses à faire pour séduire des électeurs afin de se faire élire à tel ou tel niveau pour gérer un état capitaliste. Bien au contraire, dans les deux cas, il s’agit de définir une stratégie pour en finir avec le système capitaliste mais en partant des aspirations immédiates des exploités.
    Il s’agit donc de définir une stratégie, mais nous ne sommes pas devin. Nous savons dans quel sens nous voulons aller mais nous ne savons pas exactement comment les événements se dérouleront. Donc, pour nous, avancer un programme ce n’est surtout pas faire des promesses. Cela distingue les vrais révolutionnaires qui cherchent la vérité et veulent la dire aux marchands de politique qui veulent séduire des électorats avec un programme de promesse pour leur mauvaises causes de carriéristes.
     

    Voici exactement ce que disait le programme de transition à ce sujet :

     

    « Il est impossible de prévoir quelles seront les étapes concrètes de la mobilisation révolutionnaire des masses. Les sections de la IV° Internationale doivent s’orienter de façon critique à chaque nouvelle étape et lancer les mots d’ordre qui appuient la tendance des ouvriers à une politique indépendante, approfondissent le caractère de classe de cette politique, détruisent les illusions réformistes et pacifiques, renforcent la liaison de l’avant-garde avec les masses et préparent la prise révolutionnaire du pouvoir. »

     

    Voici maintenant un extrait de ce programme de transition qui prend l’exemple de la révolution russe pour montrer ce qu’il faut faire.

     

    « D’avril à septembre 1917, les bolcheviks réclamèrent que les socialistes-révolutionnaires et les mencheviks rompent avec la bourgeoisie libérale et prennent le pouvoir dans leurs propres mains. A cette condition, les bolcheviks promettaient aux mencheviks et aux socialistes-révolutionnaires, représentants petits-bourgeois des ouvriers et des paysans, leur aide révolutionnaire contre la bourgeoisie »

     

    Le parti bolchevique qui était encore nettement minoritaire quelques mois avant la révolution demandait aux socialistes-révolutionnaires et aux mencheviks, dirigés l’un comme l’autre, par des traîtres à la cause des exploités, de prendre le pouvoir. Les bolcheviques étaient loin d’essayer de vendre leur boutique comme le miracle qui sauverait le peuple.


    C’est exactement ma démarche quand je demande que soient élu un candidat du PCF. du PS et de la FI et que je le fais sans semer d’illusions sur ce qui se passera après. Nous leur dirons alors sortez le l’UE, de l’OTAN et de l’euro, « rompez avec les capitalistes, prenez le pouvoir dans vos mains » et on leur expliquera ce qu’il faut faire des fortunes des milliardaires car on ne marie pas l’eau avec le feu. Je serai évidemment encore plus ridicule que les bolcheviques (ou que, dans une moindre mesure, François Asselineau) si je disais : la seule solution c’est que je sois élu et que l’AGIMO arrive au pouvoir. Je suis par contre, bien évidemment d’accord avec la démarche unitaire du CNR pour le Frexit.

     

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès