• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Luc

Luc

Un baby-boomer. J’avais 20 ans en mai 68. J’ai regardé ce monde évoluer dans des directions qu’on pensait pertinentes au départ et qui, avec du recul, se sont révélées moins judicieuses que prévu.
J’ai beaucoup voyagé dans le monde entier, et j’ai ainsi appris qu’on faisait tous partie de la même humanité. Ce qui est moins évident à comprendre quand ne sort pas de chez soi et qu’on a peur de son voisin de palier.
Je suis un optimiste indécrottable. Mais j’avoue que, ces derniers temps, j’ai un peu de mal.
Actuellement, je vis en Provence, où je suis chef d’entreprise.
J’ai deux blogs. L’un est quotidien, Chez Luc (brèves de comptoir) et parle des choses qui fâchent, ou qui réjouissent, ou qui émeuvent. L’autre est tenu à jour moins régulièrement : Gaïa : bulletin de santé, il parle de notre planète, la Terre, qui subit un réchauffement climatique du fait de la surpopulation humaine.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/04/2005
  • Modérateur depuis le 22/05/2005
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 146 48 1686
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Luc Luc 8 novembre 2005 19:26

    Juste un mot : bravo !



  • Luc Luc 6 novembre 2005 19:52

    Sur le sujet qui nous occupe, voici une contribution qu’il est intéressant de verser au dossier.

    Dans le Monde du 13 juin 2002, Malek Boutih, alors président de SOS Racisme a dit, je cite :

    « il faut remettre au boulot » la police : « Le plus grand nombre de bavures n’est plus son fait, c’est la racaille qui tue le plus dans les cités »

    fin de citation.



  • Luc Luc 5 novembre 2005 18:10

    Mentionner ou pas le nom de la victime est un sujet sensible, délicat. Il concerne la famille, et eux seuls. C’est comme de « flouter » des visages à la télé, ou pas ...

    Sur la foi des informations de José, j’ai préféré demander de supprimer son nom dans cet article.

    Mais c’est vrai que j’ai lu aujourd’hui dans le Figaro Magazine l’interview de Brigitte, son épouse, qui non seulement mentionne son nom, mais en plus fait paraître la photo de son mari ...

    Elle a peut-être changé d’avis. Dans le doute, je préfère la délicatesse et la sensibilité vis à vis des victimes, même si ce sont des sentiments un petit peu désuets, par les temps qui courrent.



  • Luc Luc 4 novembre 2005 12:05

    « Cet événement révèle la peur dans laquelle vivent les jeunes de banlieues. Une peur qui les pousse à risquer leur vie pour échapper à un contrôle policier. Cela s’appelle de la terreur. »

    C’est peut-être pas les mêmes jeunes de banlieue, et il ne faut surtout pas tous les mettre dans le même sac, mais regardez la télé tous les soirs ces jours-ci, et dites-moi : les jeunes de banlieues qui mettent le feu aux voitures, aux magasins, aux poubelles et qui tirent sur les CRS avec des armes à feu à balles réelles, ils ont l’air d’avoir peur ?

    Moi, je ne trouve pas.

    Par contre, c’est vrai que la peur règne dans pas mal de cités, particulièrement celles où la police ne va plus, si vous voyez ce que je veux dire ...



  • Luc Luc 15 octobre 2005 22:05

    Effectivement, il n’est pas sûr du tout que cette poubelle soit installée en France. Par contre c’est bien un radar automatique de fabrication allemande installé effectivement dans une poubelle.

    Pour en savoir plus :
    1. Robot visual systems, le fabricant du radar mobile (qui ressemble furieusement à une poubelle !)
    2. le radar lui-même que vous pouvez voir sur la photo.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité