• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

McGurk

McGurk

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 2158 0
1 mois 0 67 0
5 jours 0 7 0

Derniers commentaires



  • McGurk McGurk 17 septembre 14:36
    En fait, ça montre surtout le décalage flagrant entre la population et le monde des décideurs. Ces derniers se comportent comme si on était dans les années 50, à penser qu’en allant toquer à la porte d’un entrepreneur il vous accueillera gentiment et vous fournira à la fois travail et salaire.

    Sur un marché du travail où les critères d’obtention d’un emploi deviennent surréalistes - ex : demander de l’expérience à un type qui débute dans la vie, le savoir-faire d’un sénior et être payé au lance-pierres -, il est évident qu’on aura un chômage de masse. Surtout si on demande la sacrosainte « expérience » que les entreprises convoitent tant.

    Parce qu’effectivement, celles-ci recherchent des personnes déjà formées mais en plus très expérimentées (90% des offres). Et si on élimine tous les candidats potentiels, il ne risque pas d’y avoir beaucoup de monde. Je ne m’étonne pas de voir ces jeunes dire au président « mais toutes mes candidatures sont refusées »...ce qui m’arrive également hélas.

    La logique « Macron » repose donc sur un paradoxe. Dire « la dure et froide vérité » mais ne rien connaître du tout. En résumé, parler pour ne rien dire.

    Et puis c’est quoi ce « je traverse la rue et je vous trouve un emploi » ? Comme si tout le monde voulait faire manutentionnaire ou servir des cafés ? Même aller sur les « salons pour l’emploi » (véritables escroqueries) ne sert à rien, les employeurs proposent majoritairement des petits boulots ou bien cherchent des profils très précis - ne laissant donc pas de chance aux candidats « alternatifs » (n’ayant pas la formation adéquate mais pouvant remplir la fonction).


  • McGurk McGurk 15 septembre 23:16
    Je trouve ça particulièrement drôle qu’une personne totalement intouchable (statut et parti qui le protège complètement) s’amuse à envoyer son chienchien qui utilise la psychologie inversée pour démontrer que « le Sénat abuse de son pouvoir ».

    Ils ne font que leur travail, à descendre au fond du puits pour constater la profondeur de l’impunité qui sévit dans les coulisses de l’Elysée. De toute manière, il sera à moitié fait étant donné qu’on leur refuse une partie des témoins-clés.

    C’est dire si le propos est grotesque lorsque l’ensemble du gouvernement, président inclus, s’oppose à un processus nécessaire et parfaitement démocratique. Comme quoi il y a bien plus à trouver et que le danger de « destitution » est bien réel si ils mettaient la main dessus.

    Dans une démocratie qui se respecte, Benalla aurait été déjà jeté au trou - en plus du refus de comparaître et des insultes aux représentants des Français - et les ministres seraient probablement mis en examen. Quant au président, son immunité aurait déjà dû lui être enlevée compte tenu de son attitude hautaine et déplacée.




  • McGurk McGurk 15 septembre 12:22

    @moderatus


    Etant donné la dette que l’industrie a envers l’Etat (nous en fait), je suis toujours étonné qu’on continue à faire comme si de rien n’était. Sans parler des cadeaux fiscaux qu’on fait aux grands groupes qui planquent leurs économies au Luxembourg ou autre paradis fiscal.

    On préfère faire payer aux Français (nouvelle taxe sur les appareils électroniques annoncée par le ministre de la culture) les magouilles économiques des industriels que d’appliquer la loi en vigueur sur l’imposition des sociétés et ramener cette dernière à la valeur d’antan.

    On parle toujours de « croissance » mais au final on ignore tous ce que c’est parce qu’au fond on la relie à la « productivité » et donc, de fait, à l’exploitation encore plus forte du capital humain. Et non, comme vous le dites, à la répartition du capital financier tout en améliorant celle des employés.

    Or, l’APEC et PE sont faits de telle manière que seuls les travailleurs potentiellement intéressants s’en sortent (une ultra minorité) afin de servir les intérêts des entreprises et les autres sont mis en circuit d’attente (chômage), soit les 90% ou plus. De telles agences, avec des outils corrects voire bon pourraient être justement un atout majeur de reprise économique flagrante.

    Mais ce n’est pas du tout voulu par le patronat qui est dans une logique de « rationalisation », à savoir faire faire à une seule personne le boulot de dix. Il n’y a donc pas d’intérêt à voir surgir trop de candidats qualifiés qui auraient tous les arguments pour être payés aux maximum alors qu’on veut les payer une misère.

    Sauf que cette logique a aussi ses limites parce que la plupart des boîtes qui débarquent chez PE par exemple arrivent affolées et disent « olala on arrive pas à trouver des candidats c’est fou ! ». Normal non, elles ont éliminé 100% des candidats potentiels viables...

    Il n’y a pas de fumée sans feu. C’est soit on donne la même chance à tout le monde et avec les mêmes outils, soit on continue à filtrer au maximum les gens - avec pour conséquence le chômage, l’endettement de l’Etat, l’augmentation des taxes pour compenser les pertes, etc.


  • McGurk McGurk 14 septembre 20:47
    @mmbbb

    Macron honnête, c’est comme dire que Netanyahu n’est pas génocidaire...


  • McGurk McGurk 14 septembre 20:41
    Huit milliards ? La sécurité routière en a coûté vingt-deux en 2016...

    Je me dois d’ajouter aux « il faut » :

    - Des offres réalistes en corrélation avec la réalité et les candidats.

    - Une baisse flagrante des stages - et des « contrats d’apprentissage » qui remplacent petit à petit qui sont utilisés pour les remplacer, plus chers mais plus efficaces.

    - Revoir la loi sur les stages pour en faire bénéficier les « sangsues de chômeurs qui glandent rien du tout à part pomper le RSA ».

    - Une agence nationale pour l’emploi avec de vrais outils pour lutter contre le chômage et un budget de formation attenant pour les demandeurs d’emploi.

    Aussi former les conseillers pour qu’ils connaissent bien le marché de l’emploi, arrêter de leur fournir un logiciel pourri sur lesquels ils passent dix heures au lieu de cinq minutes.

    - Recadrer sévèrement ou supprimer l’APEC, cette bande de voleurs qui ne savent rien.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès