• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Miville

Miville

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 40 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Miville Miville 10 décembre 2015 16:25

    @capobianco


    Oui, je suis d’accord avec vous : un élu qui a fait une promesse formelle pour se faire élire et qui revient dessus soit parce que sa promesse était du vent soit parce qu’il n’avait pas eu en mains toutes les données, devrait normalement être contraint par la loi à démissionner. Mitterrand en 1983 aurait dû se représenter aux élections. Mais connaissant l’électorat et connaissant aussi le personnage qui est un des plus sataniques de l’histoire de France je crois qu’il aurait été élu à plus forte majorité, car dès 1981 le gros de ses électeurs s’identifiait à sa malhonnêteté même comme gage de réussite, la mentalité générale de l’électeur moyen était qu’il allait faire du tort à la France mais que soi on tirerait son épingle du jeu, les seuls dindons de la farce ont été la classe ouvrière proprement dite qui de toute façon votait plus par esprit communautaire pro-arabe. Tsipras en Grèce a commis une trahison plus monstrueuse encore mais il faut croire que cela lui a donné du prestige puisque malgré sa démission il s’est fait réélire par un électorat majoritairement composé de gens plutôt mafieux de fonctionnement, qui ont leur combine, et souhaitent le malheur de l’ensemble pourvu de s’en tirer eux.


  • Miville Miville 8 décembre 2015 16:39

    @Fifi Brind_acier


    C’est effectivement un parti-leurre en partant, c’est en fait une succursale de l’aile droite des Républicains américains de Reagan. Ils peuvent servir d’épouvantail comme longtemps le fit Reagan avant de prendre le pouvoir. Ils peuvent aussi prendre le pouvoir quand le système le jugera bon. Mais alors ce sera pour passer les mesures du système. Le seul volet qui sera mis en place sera la lutte contre les pauvres, le rétablissement de la peine de mort, et l’imposition de la culture plouc partout. L’immigration continuera à la demande des grands patrons. Sauf qu’au lieu des Arabes et des Noirs assimilés à la délinquance et à la gauche on fera venir des Philippins et des Indiens, de préférence chrétiens fondamentalistes, et qu’on les fera voter à droite contre les programmes sociaux que se sont donnés ces paresseux de Français.

    Mais surtout, l’élection du FN sera le signal donné par l’élite française aux peuples arabes que le peuple français aura commis l’impardonnable absolu et qu’il est de leur devoir d’entrer dans l’ISIS pour envahir le pays militairement.


  • Miville Miville 24 novembre 2015 15:25

    @jaja

    Je n’ai plus aucune patience avec les Marxistes, qui depuis la chute du Mur de Berlin se sont presque tous reconvertis à l’horizon indépassable du néo-libéralisme et absolument tous aux idées les plus mensongères dictées par la rectitude politique. Tous ces guérilleros d’alors auraient par ailleurs été d’encore meilleurs jihadistes aujourd’hui.

    Le régime d’Allende ne pouvait pas armer la population parce que deux prolétaires chiliens sur trois étaient de droite voire d’extrême-droite, voilà le simple fait qui détruit votre argument. Une population mieux armée et entraînée aurait chassé Allende dès les premiers mois de son accession au pouvoir : il l’avait emporté avec seulement 36% des voix grâce à un taux de participation plus faible que prévu. De manière plus générale les gouvernements marxistes sont particulièrement attachés à désarmer les populations plutôt, sauf dans le cadre strict du service militaire qu’ils imposent, alors cessez de faire des rêves en couleur rétrospectifs. Allende cherchait à sévir militairement contre sa population qu’il jugeait réactionnaire, antisémite et nécessitant une rééducation par la force pour laquelle l’armée en place lui semblait préférable à tout mouvement populaire.

    Allende ne pouvait pas prendre l’initiative d’une révolution parce qu’en tant que juif assez snob il était membre en règle de plusieurs réseaux maçonniques ayant leurs chef-lieux aux USA et en Suisse et que son parti socialiste s’inscrivait déjà dans la foulée des révolutions colorées en vue de l’établissement d’un Nouvel Ordre Mondial sioniste, tel était son différend avec le Part Communiste proprement dit. Il prenait ses ordres d’officines occidentales.

    Ce qu’il ne prévit pas en tant qu’initié de grade moyen seulement, c’est que toute la montée bien artificielle de la gauche au Chili était téléguidée depuis Chicago dans le cadre du projet Camelot conçu par Kissinger et quelques autres et signé de Kennedy pour justifier et mettre en place le projet néo-libéral de Friedman. C’est en découvrant n’avoir été que le figurant d’un false flag qu’il s’est suicidé ; de toute façon il devait être éliminé comme le sont tous les idéalistes du marxisme, oxymore s’il en est.



  • Miville Miville 24 novembre 2015 14:10

    @julius 1ER
    J’ai vécu dans les années 1960 (enfant) en Espagne de Franco et en Tchécoslovaquie (ado), je peux vous dire que le vie était autrement meilleure en Espagne qu’en Tchécoslovaquie : en particulier la fraction la plus modeste de la population espagnole qui n’avait par ailleurs encore accédé à aucun moyen de confort moderne mangeait autrement mieux (mieux que depuis l’entrée dans la zone Euro). Elle était certes trop pauvre pour s’offrir le restaurant mais elle cuisinait des paellas les jours de fête, alors que les classes moyennes tchèques n’étaient plus capables de se faire un café chez soi.

    Plus tard j’ai pu comparer Cuba où j’ai vécu à la fin du régime soviétique (donc avant la crise) et le Chili de l’apogée du régime Pinochet : aucune comparaison : le Chili de Pinochet, malgré la répression économique des intellectuels, avait ouvert l’ascenseur social aux classes paysannes (par l’intermédiaire de l’armée et des forces de l’ordre bien souvent) tandis que rien de tel à Cuba, où l’université était de moins en moins accessible, sans parler que l’intellectuel chilien de gauche était incité d’abord par la police à faire ses bagages et à émigrer (souvent avec le transport fourni ou offert au rabais par l’armée) et objet de répression seulement s’il s’objectait à cette mesure pour continuer à militer, au contraire de Cuba d’où l’émigration en tant que dissident était très sévèrement empêchée.

    L’immense majorité des anciens marxistes chiliens est devenue plus néo-libérale que les anciens fascistes chiliens de la base (qui sont de leur côté plus ouverts aux théories de la conspiration), et dès la fin du régime Pinochet la gauche bobo chilienne était devenue un parti-pris de riches mondialistes. Je n’étais pas là pour le vérifier, mais la gauche espagnole que vainquit Franco avait commencé à mettre en place un état policier de type stalinien particulièrement retors et violent qui ne fut pas pour peu dans le découragement final de beaucoup de Républicains.


    De la même manière au Chili les médias occidentaux, même non marxistes, ont systématiquement occulté le fait que la grande majorité du peuple chilien non-bourgeois, même au plus fort des excès du régime Pinochet, appuyait la droite voire l’extrême-droite plutôt que la gauche dans un rapport de deux à un, ce depuis presque toujours, depuis la seconde guerre mondiale au moins. Elle reprochait plutôt à Pinochet de na pas avoir pris toutes les mesures de droite initialement promises comme l’établissement de corporations de métier héréditaires sur le style de l’Inde ancienne et d’avoir permis trop de développement technologique à l’américaine, si bien que les deux référendums gagnés à 65% par le régime contre le retour du parlementarisme n’étaient nullement des fraudes comme le prétendit la presse occidentale : le gros des votants était plus ou moins lecteur des Protocoles des Sages de Sion et des conspirationnistes de droite espagnole ou américaine et aurait préféré le général Leigh qui était partisan de la restauration de la tutelle de la monarchie espagnole sur le Chili et de l’abrogation de l’indépendance, perçue comme un complot judéo-maçonnique.

    Je n’ai jamais été favorable à ces deux individus, plus détestables encore que je ne l’avais imaginé, que furent Franco et Pinochet, non plus qu’à leurs nombreux sycophantes, mais j’ai compris assez jeune que la presse de gauche et de centre-gauche bien-pensante de Paris était plus totalitaire et mensongère que celle de la droite et de l’extrême-droite, qu’on se faisait moins laver le cerveau en lisant Jours de France que le Nouvel Observateur même si ce dernier était séduisant intellectuellement. Le courants marxistes partout là où ils ont sévi ont rendu à la longue leurs partisans beaucoup plus cyniques et matérialistes (c’était leur but) que leurs adversaires des débuts.


  • Miville Miville 22 novembre 2015 23:00

    @Miville Last but not least, vos armes ne sont plus les plus perfectionnées. La Russie a déjà des bombes EMP plantées dans votre sous-sol, à la commande d’un réseau d’espionnage resté intact depuis le temps du KGB. La Russie ne frappera pas la première mais en tentant de l’empêcher de survivre économiquement comme vous faites elle sera contrainte de vous neutraliser en faisant détonner ces dispositifs. Les bombes EMP détruisent tous les circuits électroniques actifs dans leur rayon d’action. L’entraînement à tirer par écran interposé ne sera plus d’aucun secours. En attendant ce coup de Jarnac final, la Russie aura fait partir la guerre civile dans toutes vos grandes métropoles par les mêmes techniques éprouvées du temps du marxisme, et Dieu sait si vos populations ont maintenant de bonnes raisons de la faire, si bien que votre armée sera trop occupée pour réagir à l’attaque extérieure imprévue.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité