• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Miville

Miville

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 40 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Miville Miville 25 septembre 2015 17:19

    @lsga


    L’Espagne n’est pas une construction artificielle : c’est un royaume combattant chrétien qui dès le haut Moyen Âge justifia son existence même en tant que bras armé de l’Église pour débouter les Musulmans, les Juifs et autres libre-penseurs de la péninsule en rassemblant tous les gens et tous les peuples bien disposés sous l’autorité de la race génétiquement apte et prédestinée à le faire, la race Wisigoth. Vous pouvez ne pas aimer, mais ne dites pas que c’est artificiel.

    Pour ce qui est de la France Républicaine, par contre, là, vous avez raison, c’est un projet de Nouvel Ordre Mondial (on disait République Universelle ou Grande Nation) se concevant temporairement limité à l’Hexagone faute d’encore assez de moyens pour conquérir le monde. Ceci dit, même si cela reste un projet babélien, fondé sur l’humanisme, donc voué à un échec assez rapide et à une fin qui sans nécessairement être l’apocalypse est une immense déception, tout n’a pas été mauvais dans cette entreprise et tout sera loin d’être mauvais dans les projets de Nouvel Ordre Mondial qui viennent une fois justement que le même type de bourgeoisie exactement sera battu en brèche par autre chose comme ce fut le cas dans la France du XXème siècle qui vainquit sa propre bourgeoisie collabo du Reich. De la même manière il faudra pour échapper au joug de l’Islam radical que toutes les identités qu’il meurtrit s’unissent pour abattre le monstre qui de façon de plus en plus manifeste dispose de l’appui de la plupart des milliardaires mondialistes tout comme l’empire nazi disposait de celui des magnats de la finance française.


  • Miville Miville 24 septembre 2015 01:13
    Il faut réclamer l’abolition de cette institution obscurantiste qu’est l’organisation mondiale des droits de l’homme. Son texte est intégralement mensonger. Il vise à interdire toute discrimination fondée entre autres sur l’origine génétique. Désolé, la presque totalité des différences que l’on observe entre les êtres plus ou moins abusivement dits humains sont d’origine génétique, non pas culturelle. À force de ne pas vouloir le reconnaître, nous sommes allés jusqu’aux absurdités de la théorie du genre acquis, selon laquelle les différences sexuelles innées n’existent pas. Les scientifiques du futur, si l’humanité ne retombe pas au stade d’avant l’âge de pierre pour avoir voulu appliquer tant de superstitions humanistes justement, jugeront encore beaucoup plus sévèrement les rédacteurs de cette déclaration de l’ONU et tous les avocats et penseurs qui la firent valoir que les inquisiteurs qui inquiétèrent Galilée pour ses positions en faveur de la théorie héliocentrique. Parce que dans le cas des inégalités génétiques le mensonge est absolu, beaucoup plus grossier, beaucoup plus intime par rapport à l’ordre même de la vie, alors que l’héliocentrisme n’est qu’une question de choix de repère de calcul des orbites. Il y a des inégalités biologiques qui font entre autres que certains individus acceptent des pots de vin ou non, et que d’autres encore adorent faire gratuitement le mal que la plupart font moyennant récompense. L’art de discriminer les individus par la divination de leurs traits physiques est un des plus grands moyens qui soient donnés par Dieu aux simples et aussi aux plus grands savants pour dévisager les crapules-nées et s’en défendre, interdire de s’en servir sous des prétextes philosophiques prouve le caractère satanique de la philosophie.


  • Miville Miville 23 septembre 2015 20:43

    Alain Soral est un parfait salaud mais c’est pour parler comme Roosevelt un salaud à nous. Les gens qu’il mord au hasard de ses crises de haines méritent ses morsures, les filles qu’il traite de putes méritent le viol effectivement, et la plupart des politiciens dont il déshonore les femmes physiquement méritent d’être sodomisés rituellement sur la place publique, de même que la plupart des juifs qu’il érige au rang de con du mois méritent le camp de concentration effectivement, un camp de concentration non pas dans un pays antisémite mais en Chine maoïste où on ne sait pas ce que c’est qu’un juif, ou même qu’en principe c’est un éloge, mais où on reconnaît à vue les parasites et où on les traite comme tels. Alain Soral est un psychopathe, mais BHL aussi, dans des situations qui le rendent beaucoup plus dangereux, et les deux devraient être logés ensemble dans la même cellule psychiatrique avec impossibilité d’en sortir jusqu’à ce qu’ils s’entendent pour faire numéro d’humour commun.



  • Miville Miville 15 septembre 2015 16:03

    La raison évidente de toutes ces destructions de lieux anciens opérées en panique, il n’y a pas d’autres mots, par les saoudiens a été que l’archéologie commençait à montrer qu’ils n’étaient pas si anciens que ça. Et qu’à l’époque présumée de la naissance et de la vie du prophète et même assez longtemps ensuite il n’y avait absolument rien. La Mecque décrite dans le Coran et dans les premiers écrits n’est manifestement pas la même ville. La Mecque actuelle a été construite beaucoup plus tard pour justifier une légende mise sur pied dans l’Empire de Baghdad. L’Islam est une fraude. Une autre preuve de cela est que devant tant de destructions de monuments historiques il n’y ait pratiquement pas eu d’objections de la part des masses croyantes des grands courants nationaux, elles qui sont si frileuses en Inde par exemple pour une seule destruction de mosquée par les Hindous, les masses croyantes semblent presque toutes émerveillées par cette transformation de la Mecque en haut lieu du capitalisme et les les quelques contradicteurs passent eux-mêmes pour les traîtres. L’esprit de la Oumma est bel et bien diabolique et matérialiste au suprême degré, et défend comme un seul homme le mensonge à la base de sa doctrine. Malgré la perte de la foi chrétienne, imaginez un pape qui soudain ordonnerait la démolition de Chartres, du Mont Saint-Michel, de Lourdes sous prétexte que c’est de l’argent volé aux pauvres et qu’il serait plus utile d’investir dans des oeuvres missionnaires en vendant les oeuvres d’art aux collectionneurs privés, ce qui à première vue semblerait motivé par l’évangile et les iconoclastes des premiers siècles chrétiens ... bien il est à prévoir dans le meilleur des cas que ce pape serait vite désavoué par toutes les églises nationales du monde et qu’il ne parlerait vite bientôt plus qu’à un public restreint de mafiosi à Rome.



  • Miville Miville 23 juillet 2015 00:25

    Arrêtez de mythologiser la Grèce et de faire porter par ce peuple le poids lourd de vos idées, cessez de prendre ces pauvres gens pour des colonnes de votre temple en ruines. Le mot logos a subi bien des avatars au fil de la longue histoire de cette langue, il a commencé par vouloir dire vibration, son, puis parole, puis discours, ce qui n’est pas en soi une évolution positive. Le mot démos ne voulait pas dire peuple au moment de l’apogée d’Athènes, mais cercle, club, collège, dans le sens sélect et snob du terme. À Athènes même, c’était un société à recrutement pédéraste, par une relation de mentor à éphèbe, en opposition à la notion de phratrie, groupement d’affinité biologique naturelle. Les Grecs actuels ont beaucoup plus à voir avec les anciens Phrygiens (de souche turque) qui pratiquaient le culte de Dyonisos, dont l’esprit subsiste quelque peu dans la musique grecque actuelle et dans des archétypes comme Zorba, qu’avec les grecs anciens qui faisaient de la philosophie et qui à force de valoriser l’homosexualité ou les idées gnostiques (reprises par le premier christianisme) ont cessé de se reproduire et consenti au remplacement de leurs population laborieuse. Le Grec classique, jusque sous l’empire turc, ne dut pas son prestige au fait d’être la langue du logos mais d’être la langue de l’argent et des voyages de commerce. Le Grec des temps classiques était reconnu pour préférer la mythologie à l’étude de la réalité (à l’exception de Sparte peut-être) et se montra tout au long de son histoire friand des systèmes de propagande et de manipulation mentale en tout genre, une époque comme la nôtre lui aurait souri. La Grèce n’a pas été aux temps classiques le berceau des libertés ou de la démocratie (sauf par endroits d’une certaine liberté à la Ayn Rand ou à la Nietzsche qui ne se conçoit qu’en tant que fruit du mépris de l’humanité laborieuse et qu’il faut conquérir et entretenir dans l’acceptation des lois de la jungle), mais du fatalisme, la preuve en est que le christianisme qui s’est le plus ressenti de cette culture fut plus le plus pessimiste, élitiste et anti-humaniste de tous. Quiconque fait des études grecques un peu plus poussées que ce qu’impose le collège s’en rend vite compte.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité