• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

norbert gabriel

norbert gabriel

Un amateur un peu touche à tout, vaguement plumitif, un peu photographe, musicien imaginaire....
Ex gone de Pierre-Bénite, auvergnat adolescent, forézien durant 30 ans, parisien d'occasion, mi-rital mi-espingouin... tendance anar-écolo... sur un air de nuages...

Tableau de bord

  • Premier article le 15/07/2008
  • Modérateur depuis le 08/10/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 16 1482 394
1 mois 1 3 3
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 8 8 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • norbert gabriel norbert gabriel 6 juin 2016 17:10

    « @Aristide
     »Si un artiste, un danseur doit s’entraîner, quid des employés du cinéma, décorateur, électricien, machiniste, cameraman, ... des scripts, personnel de production, secrétaires, ... enfin des centaines de métiers de l’intermittence sont de même nature que votre boulanger« 

    Je suis heureux que vous arriviez aux mêmes points de vue que moi, certaines professions n’ont rien à faire dans ce statut, mais l’histoire est tétue, ce sont les employeurs (du cinéma) qui ont créé ce régime spécial. J’ai toujours distingué les métiers de création, comme les musiciens, des métiers d’exécution technique qui ne demandent pas un entrainement particulier pendant les périodes de »vacance" .. Mais c’est bien la difficulté d’avoir du personnel technique qualifié intermittent qui a amené les employeurs à créer ce régime.



  • norbert gabriel norbert gabriel 6 juin 2016 17:03

    Pour répondre en bloc à tous mes contradicteurs, qui extraient les chiffres qui les arrangent, quitte à trahir les faits (et les chiffres) l’article du Monde, étayé par les conclusions de la Cour des Comptes, se termine par un constat’ chiffré, qui donne 320millions, et non un milliard d’euros, puisque les chiffres sont « indiscutables ».. Comme il est indiscutable que ce régime s’est déséquilibré quand des employeurs ont fait passer pour « intermittents du spectacle » des vigiles, des chauffeurs, des employés de service, du personnel administratif qui ne devrait pas s’y trouver. (Même si par ailleurs ces permittents cotisent)

    D’autre part, on pourrait remarquer que pas mal de professions ont des régimes spéciaux adaptés pour des raisons légitimes, les militaires, les policiers, les fonctionnaires, qui sont autant « d’anomalies » par rapport aux salariés « normaux ». La culture, en France, génère un PIB supérieur à celui de l’industrie automobile, qui a pourtant été largement « subventionné » sans que ça émeuve les tenants du libéralisme à tout crin.



  • norbert gabriel norbert gabriel 6 juin 2016 15:20

    @Aristide

    C’est la spécificité de ce régime, qui a été créé par des employeurs, pour des techniciens, ensuite ont été ajoutés les artistes, donc on peut considérer que les employeurs ont eu tort ?
    Si ces employeurs n’avaient pas vicié le système avec les permittents, la situation serait plus saine. Au final, on a un régime créé par des employeurs, pour leurs convenances, ensuite ils le pervertissent, et les victime sont ? Les salariés.. Il est là le problème de fond.



  • norbert gabriel norbert gabriel 6 juin 2016 15:13

    Je suis quand même un peu surpris des lectures « orientées » et des commentaires qui focalisent sur les intermittents du spectacle, alors que ces coordinations réunissent des précaires de toutes origines professionnelles... On peut aussi rappeler que ce sont les employeurs qui ont vicié le système en salariant comme ’intermittents«  des employés qui n’ont rien à y faire. Un vigile ne s’entraine pas à faire le vigile quand il ne »travaille" pas... Un musicien, un danseur, doit travailler tous les jours son art pour être au top le jour du spectacle Un boulanger au chômage ne s’exerce pas à faire des baguettes dans son four à pain personnel en attendant un contrat.Etc.



  • norbert gabriel norbert gabriel 6 juin 2016 14:54

    « @marceau2

     »parce que cela ne requiert absolument aucune formation et que c’est un boulot de con "

    Bin tiens, un violoniste intermittent (à l’opéra, ou dans un orchestre symphonique) n’a aucune formation, un caméraman ou un ingé son n’a aucune formation... Vous faites l’imbécile ; ou c’est votre nature ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. La photo et le spectacle
  2. Questions à la chanson...




Palmarès