• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

paulau

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 27/10/2012
  • Modérateur depuis le 04/07/2020
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 465 195
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 294 167 127
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • paulau 24 janvier 2020 15:36

    La lecture des débats relatifs à la loi bioéthique permet de relever certaines propos de parlementaires que je juge choquants.

    Un exemple :
    "
    Mme Muriel Jourda, rapporteur. - L’équipe médicale pluridisciplinaire intervenant dans la procédure d’assistance médicale à la procréation «  peut faire appel, si nécessaire, à d’autres spécialistes, notamment un médecin spécialisé en psychiatrie ou un psychologue ». Je propose d’en maintenir le caractère médical en retirant la référence à un « infirmier ayant une compétence en psychiatrie ».

    Mme Marie-Pierre de la Gontrie. - Peut-on envisager un entretien psychiatrique pour les couples hétérosexuels qui envisagent de faire des enfants par voie naturelle ?

    Mme Muriel Jourda, rapporteur. - En général, ils ne nous préviennent pas. Les entretiens visent, d’une part, à s’assurer que le couple est bien prêt à traverser ensemble l’épreuve difficile que constitue une procédure d’AMP et, d’autre part, à préparer les futurs parents à la manière dont ils devront évoquer sa conception avec l’enfant."

    Peut-on envisager un entretien psychiatrique pour les couples hétérosexuels qui envisagent de faire des enfants par voie naturelle ? demande une sénatrice. Voilà , il faudra bientôt que les couples ayant une orientation sexuelle normale demande la permission avant de faire un enfant.
    source : http://www.senat.fr/rap/l19-237/l19-23718.html ( cf. immédiatement après le premier tableau relatif à l ’article premier )



  • paulau 24 janvier 2020 09:25

    La PMA pour toutes ne doit pas être vu du point de vue de l ’enfant mais prendre en compte l ’ ensemble de la vie de celui que l ’on veut mettre au monde. En effet être enfant est un moment de la vie, l ’enfant va devenir adulte, on n’est pas enfant pour toujours. Le jouet reste jouet toute sa vie, la peluche reste peluche, l’enfant, lui, porte un avenir autre que celui de sa condition d’enfant. Il va devenir un adulte.
    Dans ces conditions les notions de « désir d’enfant », de "droit à l’enfant", ne valent rien face à cela. L ’ adulte, ancien enfant né de PMA, vivra soixante-dix années, quatre vingt ans ou plus. Nous serons alors loin, très loin, dans le temps du "besoin d’amour parental d ’un enfant, amplement satisfait par les soins aimants d’un couple de lesbienne comblé par sa venue", pour plagier les partisans de la PMA pour toutes. Cet enfant devenu adulte vivra loin de la "joie d’avoir été désiré" que mettent en avant les pro PMA . Dénué de filiation sûre, cet adulte vivra dans le doute de risquer de coucher ou d’avoir couché avec sa sœur ou son frère, et toute relation qu’il entamera sera chargée de ce point d’interrogation. Il ne pourra jamais dire : « papa ».
    Cet adulte vivra face au mur de l’opacité de son origine.
    Ses parents « créateurs » disparus, il n’aura, pour remonter en amont de sa « création » que la béance et le néant à scruter. Il aura été un produit conçu par caprice, par le seul caprice aveugle d’une femme ou d ’un couple de femmes, entichés de leur propre bonheur d ’avoir un enfant , sans songer à l ’adolescent puis à l ’adulte qu ’il va devenir et qui va vivre un drame : il ne peut connaître son origine.

     

    Malheureusement, si la PMA est votée, le problème de la GPA sera posé. C ’est ainsi qu ’ ont progressé les revendications des lobbies pro-homosexuels : d ’abord le PACS durant la discussion duquel on affirme qu ’il est dédié à ceux qui " ne peuvent ni ne veulent se marier " , qu ’il n’ annonce donc en aucune manière le mariage pour les homosexuels. Puis le mariage homosexuel, camouflé sous l ’appellation " mariage pour tous" , arrive . Au cours des débats on nous précise bien qu ’il n’est pas question de permettre la PMA pour les couples de lesbiennes. Aujourd’hui la PMA pour les lesbiennes et les femmes seules arrive. On peut donc être sur que la GPA sera demandée.

    Cette GPA consiste à convier les femmes pauvres à louer leur utérus afin que les couples d ’hommes des pays riches puissent avoir un enfant. Enfants qui seront orphelins de mère, qui ne pourront jamais dire « maman ». Toute leur vie ils seront confrontés à cette béance.

    Les lobbies homosexuels, et ceux qui les écoutent , nous préparent une drôle de société : des enfants sans père ou mère, des femmes qui louent leur corps, auxquelles on arrache « le fruit de leurs entrailles » . Vraiment une drôle de société.

     



  • paulau 22 janvier 2020 10:05

    La PMA pour toutes ne doit pas être vu du point de vue de l ‘enfant mais prendre en compte l ‘ ensemble de la vie de celui que l ‘on veut mettre au monde. En effet être enfant est un moment de la vie, l ‘enfant va devenir adulte, on n’est pas enfant pour toujours. Le jouet reste jouet toute sa vie, la peluche reste peluche, l’enfant, lui, porte un avenir autre que celui de sa condition d’enfant. Il va devenir un adulte.

    Dans ces conditions les notions de « désir d’enfant », de « droit à l’enfant », ne valent rien face à cela. L ‘ adulte, ancien enfant né de PMA, vivra soixante-dix années, quatre vingt ans ou plus. Nous serons alors loin, très loin, dans le temps du « besoin d’amour parental d ‘un enfant, amplement satisfait par les soins aimants d’un couple de lesbienne comblé par sa venue », pour plagier les partisans de la PMA pour toutes.

    Cet enfant devenu adulte vivra loin de la « joie d’avoir été désiré » que mettent en avant les pro PMA . Dénué de filiation sûre, cet adulte vivra dans le doute de risquer de coucher ou d’avoir couché avec sa sœur ou son frère, et toute relation qu’il entamera sera chargée de ce point d’interrogation. Il ne pourra jamais dire : » papa ».

    Cet adulte vivra face au mur de l’opacité de son origine.

    Ses parents « créateurs » disparus, il n’aura, pour remonter en amont de sa « création » que la béance et le néant à scruter. Il aura été un produit conçu par caprice, par le seul caprice aveugle d’une femme ou d ‘un couple de femmes, entichés de leur propre bonheur d ‘avoir un enfant , sans songer à l ‘adolescent puis à l ‘adulte qu ‘il va devenir et qui va vivre un drame : il ne peut connaître son origine.



  • paulau 8 janvier 2020 12:56

    @joletaxi

    Et si les incendies en Australie étaient une conséquence de la dictature écologique et non du réchauffement climatique ?

    Cette hypothèse est passée sous silence par les journalistes et politiques. Et pourtant, la responsabilité d’une politique imposée par les Verts refusant le débroussaillage pour préserver la biodiversité pourrait être en cause.

    https://www.bvoltaire.fr/origine-des-feux-en-australie-quand-les-pompiers-sen-melent/



  • paulau 8 janvier 2020 12:50

    Et si les incendies en Australie étaient une conséquence de la dictature écologique et non du réchauffement climatique ?

    Cette hypothèse est passée sous silence par les journalistes et politiques. Et pourtant, la responsabilité d’une politique imposée par les Verts refusant le débroussaillage pour préserver la biodiversité pourrait être en cause.

    https://www.bvoltaire.fr/origine-des-feux-en-australie-quand-les-pompiers-sen-melent/

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Homosexualité PMA Mariage GPA

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité