• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

pragma

Observateur de la vie économique et sociale, j’ai une aversion particulière pour l’hypocrisie.

Tableau de bord

  • Premier article le 25/09/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 67 11
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • pragma 31 mars 2008 10:48

    Vous avez manifestement mal reçu des remarques de parents mécontents de vos prestations, et cela vous est resté en travers !

    Pourquoi ciblez-vous vos ressentiments sur les parents uniquement ? Réaction typique d’enseignant qui ne connaît de la vie civile en dehors de son milieu que cet interface plus ou moins obligé avec des parents...

    Je reconnais avec vous que certains parents ont des comportements inqualifiables, et veulent faire porter à d’autres la responsabilité qui est la leur. Ce sont les mêmes qui considèrent sur quantité d’autres sujets, que tout leur est dû, que l’Etat doit s’occuper de tout, et gratuitement... Discours connu !

    J’ai souhaité que ce soit le citoyen qui puisse s’exprimer sur l’Education Nationale, pas seulement le parent d’enfant scolarisé(situation temporaire par définition), ni l’enseignant qui ne voit qu’au travers du prisme de sa corporation...

    Acceptons que la société, dans toute sa diversité, soit concernée ! C’est son avenir qui est en jeu, son bien-être, son économie, sa culture...



  • pragma 29 mars 2008 09:28

    Remarques de bon sens, à tout le moins !

    Ne faudrait-il pas que le service public de l’éducation soit jugé par les citoyens, et non pas uniquement par le milieu enseignant et administratif attaché ?

    Pourquoi cette énorme machine resterait-elle aux mains de corporations avides d’avantages et de pouvoirs qui n’ont rien à voir avec la mission de formation et de transmission des savoirs ?

    Le marigot comprend l’administration au sens large, avec ses hauts fonctionnaires, jaloux de leur pouvoir de nuisance et bloquant toute idée de réforme, avec ses hiérarchies intermédiaires sans pouvoir réel ni revendiqué, et adeptes du "pas de vagues", les syndicats très politisés défendant leur pré carré et les avantages personnels de leurs dirigeants, et des fédérations de parents d’élèves aux ordres ?

    Le citoyen contribuable paie, et paie cher, pour que ses enfants puissent bénéficier d’un service de qualité. Il constate que le résultat n’est pas bon, et se dégrade. Il subit cela, sans pouvoir réagir autrement, parce qu’il faut faire vite, que de payer à nouveau pour mettre ses enfants dans le privé, pour limiter les dégâts.

    Le citoyen employeur paie, lui aussi, et encore plus cher, pour que les jeunes qu’il est prêt à recruter, soient à un niveau compatible avec le diplôme théorique qu’ils affichent, sachent lire et écrire correctement, et aient en plus quelques notions pratiques de la vie civile permettant une adaptation rapide. Il constate, lui aussi, que le résultat est décevant, dans certains cas catastrophique. Il subit, et préfèrera recruter des gens ayant un peu d’expérience concluante dans d’autres entreprises, ou des diplômés d’écoles reconnues par opposition à des origines universitaires...

    Le citoyen enseignant de bonne foi, dans le service public, voudrait bien, lui aussi, que les choses évoluent, et que soient restaurées quelques valeurs de discipline, de domaines d’instruction utiles, de sélection effective, également, le tout susceptible de valoriser ses efforts. Souvent, il n’en est rien : il n’est qu’un pion entre les mains d’un staff irresponsable. Et il baisse les bras, se contentant d’essayer de profiter au maximum d’un système, étouffant ce qu’il croyait être une vocation...

    Voilà la réalité ! Elle est très française, et la démission généralisée des soit-disant élites n’a pas attendu les publications vaseuses de l’OCDE pour produire ses effets !

     

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Environnement






Palmarès