• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Robert Biloute

Robert Biloute

Physicien vélléitaire et dilettante.

Tableau de bord

  • Premier article le 31/10/2008
  • Modérateur depuis le 19/10/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 478 296
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1 1 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique









Derniers commentaires



  • Robert Biloute Robert Biloute 1er mars 2016 20:47

    L’avenir de la physique ne repose pas tant sur les interféromètres Ligo ou les radiotélescopes mais sur la pensée et les cerveaux qui sauront trouver les bases d’une nouvelle science physique basée sur l’information

    Je ne vous avais pas lu depuis un bout, je vois que vous êtes toujours obsédé par l’ontologie, et que vous méprisez cordialement l’expérience et l’observation.
    Je ne comprends donc toujours pas votre intérêt pour la physique, cette science si bassement expérimentale.

    https://www.youtube.com/watch?v=LIxvQMhttq4



  • Robert Biloute Robert Biloute 29 février 2016 16:23

    @Automates Intelligents (JP Baquiast)

    pour la détection LIGO on parle d’objets de plusieurs dizaines de masses solaires, compatibles avec des trous noirs (je reste cependant dubitatif sur le fait que cela *prouve* l’existence des trous noirs : au sens strict, non. On peut cependant remarquer que les modèles de fusion de trous noirs, préparés par les théoriciens en amont, comprennent une phase de fusion, puis une phase de stabilisation progressive du trou noir résultant qui « vibre », et que ce modèle colle parfaitement avec le signal détecté, c’est déjà très beau). Je pense que LIGO a les capacités de voir une fusion d’étoiles à neutrons, mais je suppose que le signal serait plus faible et à plus haute fréquence (masse de l’ordre de quelques masses solaires)



  • Robert Biloute Robert Biloute 29 février 2016 13:45

    @JL

    c’est tout à fait naturel, les échelles invoquées n’ont plus rien d’humain.
    Par contre si on raisonne en terme de technologie, par exemple prenons les ordinateurs, on voit qu’on est capable de construire des électroniques au giga hertz, de manière courante et industrielle. Autrement dit, on est capable de suivre des évènements aussi rapide que le milliardième de seconde. Or les évènements dont on parle sont plus dans la gamme des millisecondes. Pour un humain, c’est très court, pour une électronique au giga hertz, c’est très long (il y a 1 million de nano seconde dans une milliseconde).

    En ce qui concerne la sensibilité, ce sont aussi les progrès en électronique qui permettent des détections de signaux extrêmement faibles (ainsi que la possibilité de « temps de pose » permettant d’accumuler du signal, comme en photographie). Mais comme dit, l’environnement électromagnétique artificiel devient lui un véritable problème, assez difficile à traiter.



  • Robert Biloute Robert Biloute 29 février 2016 11:47

    @JL

    La signature indiquant une origine distante est le mesure dite de dispersion : étant donné le contenu en charge électrique du milieu interstellaire, on a un phénomène de dispersion des ondes qui agit différemment sur les hautes et les basses fréquences. En pratique, la partie basse fréquence du pulse arrive avant (ou après, je ne me souviens jamais..) la parti haute fréquence. En détaillant la structure de l’impulsion en fonction de la fréquence, on arrive à chiffrer la mesure de dispersion, de là on prend une densité moyenne d’électron et on en déduit une distance.
    Il ne fait pas de doute que les mesures de dispersion mesurées jusqu’ici sont énormes, mais la détection radio est fortement parasitée par les activité humaine (de + en +), et l’étude des phénomènes *impulsionnels* et *transitoires* en radio en est encore à ses débuts, ce type de détection peut être parasité par des phénomènes encore inconnus (qu’ils soient naturels ou artificiels).
    Pour les FRB, on pourrait par ex. imaginer un satellite militaire ou autre qui pour une raison donnée envoie un signal qui balaie une plage de fréquence dans un temps donné, ce qui imiterait une mesure de dispersion importante.
    Il ya également des indications étranges, comme le fait que les mesures de dispersion accumulées jusqu’ici semblent quantifier. Soit ça sent l’artificiel, soit il y a de la physique très intéressante là dessous.



  • Robert Biloute Robert Biloute 29 février 2016 11:21

    bonjour,

    sur votre interrogation : pourquoi on voit des FRB en radio et pas en ondes grav.

    à ma connaissance cette version de LIGO, qui a fait la détection, a été mise en service fin aout/début septembre 2015, donc aucune chance de détecter le FRB.

    D’autre part, étant donné la gamme de fréquences accessible à LIGO, on est restreint en gros à une certaine gamme de masses (ici premier ex. avec des masses de l’ordre de qques dizaines masse solaire environ). Pour les FRB on ne peut que spéculer sur la masse en jeu dans la source (d’autant que pour ma part, je doute encore de l’origine extraterrestre, on devrait avoir des confirmations nettes dans les mois/années qui viennent, pour l’instant presque tous les FRB détectés l’ont été sur le même radiotélescope)

    Bref, pour faire court : tout ça est très jeune (FRB et ondes grav), c’est que le début.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès