• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Sandro Ferretti

Sandro Ferretti

 
N'aime pas trop raconter sa vie. Préfère écrire sur celles des autres.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/01/2008
  • Modérateur depuis le 13/03/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 72 2268 2974
1 mois 0 13 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1540 798 742
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 25 janvier 15:12

    @S.B.
    Yep.
    D’autant qu’à présent, on ne saura jamais si c’était un espadon ou l’œuf d’un esturgeon...

    PS : ca me rappelle aussi ces heures passées sur le forum officiel Universal consacré à AB ( que je co-gérais à l’époque avec 2 filles), où il y avait des débats interminables sur le sens et la phonétique de certains textes , entre autres sur « tant de nuit » ( de Joseph d’Anvers), sur le point de savoir si c’était :

    « immondices à la nuit »
    ou bien
    « ils m’ont dit ça la nuit ».

    Bon, c’est à la nuit, tout ça, c’est le cas de le dire.
    Faites bonne route.





  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 24 janvier 19:46

    @S.B.
    Ce que vous dites est plausible, voire probable. En tout cas pertinent et sensible ( je ne l’avais pas encore formulé / réalisé comme tel, mais j’en parlerai au survivant le plus crédible, qui l’a connu le plus longtemps).
    Reste que, à mon avis, plus que tout, AB adorait surprendre, emmener son public vers les impasses, les fausses pistes, etc.( le genre « je t’ai bien eu, hein ?). Le jeu.
    Témoin ce passage de »A perte de vue« .
    En dehors du classique »des filles à lever, des défis à relever« , il embarque vers un mur en enchainant par »à perte de vue, des paysages désolés«  ( semble un poncif), puis intervient la césure : »de n’être pas resté...« 
    Vous étiez partis vers des paysages hivernaux arides et neigeux, et il vous ramène à la réalité : suis désolé de n’être pas resté.
    De méme que »des prix décernés à tes yeux " ( les yeux cernés) reste un must de l’écriture de chanson à mes yeux.

    Combien de gens ont écouté ça sans en comprendre le tiers ?



  • Sandro Ferretti Sandro Ferretti 22 janvier 16:11

    @S.B.
    C’est juste que « les ombres s’échinent à me chercher des noises »...
    https://www.youtube.com/watch?v=R98d7Q-1JrA

    A propos d’ombres chinoises et de polysémie, vous avez sans doute compris le véritable sens, dans « Happe », de « quand je te volais dans les plumes, entre les dunes, par la porte entrebâillée ».
    De même, dans « j’ passe pour une caravane », dans le passage sur les infidélités réciproques ( « j’passe sur mes avatars, j’passe sur tes frasques ») , le fameux « m’obnubiler pour quoi ? Pour un vasistas ? ne désigne pas le sexe féminin comme on pourrait le croire, mais »m’obnubiler pour un Was ist das", réminiscence germanique de la sémantique alsacienne de l’adolescence d’AB.
    That’s all, folks.



Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité


Agoravox.tv