• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

SANDRO FERRETTI

SANDRO FERRETTI

 
N'aime pas trop raconter sa vie. Préfère écrire sur celles des autres.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/01/2008
  • Modérateur depuis le 13/03/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 58 1864 2244
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1486 785 701
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 18 décembre 2018 16:02

    Bonjour Siatom,

    Dites, c’est une illusion d’optique où vous avez ramené un ocelot ou un Savanah de vos ex. terres de prédilection ?

    Les murs paraissent bretons, mais le greffier ( que pas un magistrat n’approcherait..) ne me semble pas gouttière, la laisse en atteste.

    Vous préparez vous à une invasion de gilets jaunes ou de prophètes (de malheur) en votre modeste bâtisse ? 



  • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 16 décembre 2018 13:46

    @Asinus
    Content de vous savoir sorti des griffes de la suprême déesse des piquouzes à la Timone.
    Je vous ai lancé une bouteille à l’amer musicale, (Nevché, un marseillais de talent), quelque part dans un jardin (du 5 décembre, je crois).
    Je serais content que vous écoutiez ( et que vous regardiez ces 2 clips sur Marseille) et que vous me disiez ce que vous en pensez.
    PS/ pardon à Emile Mourey de ce message personnel, mais parfois, y’a urgence....



  • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 11 décembre 2018 16:51

    Bonjour,

    Merci pour cet article.

    Je dois admettre que j’ai une difficulté avec Patti Smith.

    Pour moi, elle incarne le brio animal ( et aussi les excès) de fin 70 / début des années 80, de « because the night » ( popularisé par Springsteen dans l’album « darkness on the edge of town », car sinon, je ne suis pas sûr qu’on en ait entendu parler...) , et aussi par le guttural « revenge ».

    Mais c’est bien loin tout cela.

    Or assurément, Patti Smith a bien vieilli (qui eut cru qu’elle passe seulement la cinquantaine ?), elle pris de l’épaisseur, au plan corporel comme du reste, notamment sa recherche des autres formes de cultures, son coté iconique du bon gout.

    Ouais.

    Mais pour moi, la fulgurance de P. Smith n’est pas là, elle n’est plus là.

    Je ne la lit ni ne l’écoute plus.

    Désolé de le dire crûment, mais Patti Smith était pour moi destinée à mourir jeune, en accord avec son personnage. Une vie de James Dean de la pop, de Amy Whine house lui serait tellement mieux allée au teint.

    Nous sommes naturellement contents pour elle et ses proches.

    Mais pour moi, Patti Smith est déjà partie, car elle aurait dû partir d’elle même, ou alors aidée par un crabe-tambour, un papy à contresens sur l’autoroute, ou une nuit entière bercée de trop près par Sir Jack Daniel & Glenfidish et une overdose de vapeurs de J.B.

    On vous aimait bien, madame Patti.

    Portez vous bien. mais vous aviez choisi une « niche » talentueuse et radicale où d’ordinaire ceux qui y entrent s’y couchent pour mourir. Mais vous n’êtes pas morte.

    Give us our money back...



  • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 30 novembre 2018 12:03

    Merci, merci.

    Au niveau images, il y a là des relents de « descente de police » des débuts d’Ardisson

    (« imper vert, le plus pervers, imper mastic, le plus caustique ») dont personne n’a encore relevé en 10 ans que c’est le clin d’œil de mon pict sur ce site....

    Musicalement, j’en jauni à l’idée est juste path et tique.

    Oui, vraiment, plus que jamais, « remettez-moi Johnny Kidd ».

    Et en cadeau, j’aurais préféré une rouquine carmélite, mais bon, on donne ce qu’on veut .Voyez tout de même ce que vous pouvez faire (d’avance merci.)

    De toute façon, j’ men moque : dans une heure je mets les bouts avec un petit bijou bijou, et j’passe la douane avec Eddy :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Duane_Eddy



  • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 28 novembre 2018 21:49

    Bonsoir à tous,

    Bon, il faut savoir finir un fil . Merci à ceux qui y sont allés de leur bouteille à l’amer pour signaler un(e) injustement méconnu(e) de la chanson française.

    Je termine en disant que j’ai une petite sympathie ( pas très objective) pour les Weepers Circus.

    Atypiques, ils ont quand même réussi l’exploit de fédérer en 2011 sous leur projet « N’importe où hors du monde » , des gens et des textes aussi différents que Michel Rocard, Jean Rochefort et .. l’ami Jean Fauque.

    Ce dernier leur a lu/parlé/samplé un texte superbe en hommage à Bashung, le « je nierai toujours que n’irai jamais », avec trois jeux de mots à la ligne.( malheureusement, au mixage, la musique est trop forte par rapport à la voix de Jean, qui est un peu « bouffée ».)

    Aller où ?

    Ben, au delà, pardi.

    « ici, tout est si bas

    passer la porte enfin qui me dit qu’ici bas

    c’est moins bien que là-bas »

    « Je cherche un mobile à l’immobile

    Les en-allés le savent bien

    Petits effrontés

    qui nous ont fait l’affront

    de nous laisser seuls l’affronter ».

    Le bijou est ici.

    https://www.youtube.com/watch?v=90ga0kDeT8Y

    Bises , Jean.

    So long.

Voir tous ses commentaires (20 par page)



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Bashung : dernières nouvelles d’outre-vinyle




Palmarès