• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

tobor

tobor

En Belgique, on a une devise "L'union fait la force"
Ça sonne bien, non ? Sauf que le pays est divisé entre
latins et germains qui se fritent depuis toujours et que c'est ainsi,
ne vous en déplaise, circulez m'ssieurs dames !
Donc cette devise dit en réalité : "Nous sommes faibles".
De plus, l'hymne national chante :
"... aura pour devise immortelle : Le roi, la loi, la liberté"
Immortelle mais évacuée aux oubliettes puisque la devise
c'est, paraît-il, "L'union fait la force" (?)
Donc cet hymne chante "On a rien compris et on s'en fout"
Et tout ça sur des airs de bonhomie à relents surréalistes.
Triste affaire !

Tableau de bord

  • Premier article le 01/11/2018
  • Modérateur depuis le 16/04/2020
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 471 231
1 mois 4 51 101
5 jours 0 2 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique


La muselière vous va si bien !!!

  La muselière vous va si bien !!!

1581 visites 21 mai. 2020 | 1 réaction | tobor  










Derniers commentaires



  • tobor tobor 28 mai 23:44

    Je trouve plutôt qu’avec le film il s’est grillé tant il a l’air d’y être en campagne promotionnelle...

    Beaucoup de maladresses sont avancées au fil des interviews et mr Ruffin a essentiellement l’air d’être en campagne de séduction chez les sans-dent et autres « riens » où il est déjà d’office bienvenu. Chaque intervenant/e a un temps d’antenne honorable et défend sa maigre écuelle en nous contant son histoire perso et ses turpitudes d’un misérabilisme décomplexé. Mr Ruffin (qui vient de payer 350€ pour l’entretien de sa bagnole) s’invite chez l’habitant et est d’une écoute irréprochable, toujours un bon mot, un éclat de rire complice et une empathie à toute épreuve.
    Il termine même en romance semble-t-il ou est-ce la patte du cinéaste et le script qui l’a poussé à finir son tour chez une charmante inconnue qu’il emmènera jusqu’à la mer (sans n’y avoir rien de spécial à faire) en échangeant des regards de plus en plus émoustillés ?

    Le film est pour moi une grosse déception et une illustration de l’instrumentalisation qui peut avoir cours dès que des ambitions politiques sont en jeu, ce qui est bien sûr le cas pour FR (initiales prédestinées ?) Ce qu’il met en lumière relève plus de l’ego de son/ses réalisateurs, offrant aux petites gens leur minute de gloire par le biais de la caméra et d’un réseau de diffusion digne de ce nom, contre une audience GJ pré-conquise et en divers festivals, avec un prix ou l’autre, des interviews, de la visibilité et l’expansion de son propre réseau.

    Car le film ne propose rien de constructif, il donne la parole "au peuple" et montre la solidarité qui est née sur les ronds-points fin 2018, ce qu’on a de suite pu trouver en nombre vu la quantité de vidéos, témoignages,interviews, etc qui depuis lors s’accumulaient déjà sur le net. S’il n’ont ici pas hésité à entrecouper ces interviews d’interventions du bouffon royal, ils auraient aussi pu les entrecouper de réflexions d’ordre sociologiques et psychologiques concernant cette incommunicabilité avec le pouvoir qui ressort de cette mise en balance. FR souligne ce qui ne va pas, développe peu et se montre surtout « sympa » et « cool » et « politiquement très correct ». C’est donc un peu vide.

    Il n’ y avait vraisemblablement pour ce road-movie, pas d’autre idée que de surfer sur la vague, prendre sa veste, sa bagnole et un pote vidéaste, accumuler des interviews (dont "Et si j’étais macron, que me diriez-vous ?") car c’est là, maintenant, que ça se passe. Le choix parmi les intervenant/es, le blabla au volant, les musiques du terroir, le montage avec une sous-narration (romance :) et hop, c’est dans la boite...

    Ces gens cherchaient et cherchent encore des solutions au déséquilibre social qui va croissant, avides de suivre qui s’avançait avec des idées, des plans d’action, Nicole, Chouard, Branco, Boulo, etc. Leur offrir cet effet de miroir, le raz-le-bol de quelques-un/es dit sur un écran, peut certes les conquérir à sa propre ambition d’en devenir humblement un représentant emblématique mais on sent bien que « j’veux du soleil » ne va pas beaucoup plus loin et ne s’est pas embarrassé de penseurs ni de réflexion.



  • tobor tobor 28 mai 23:26

    Merci pour cet article salutaire !
    Tous ces termes d’ingénierie sociale ont une face bien-pensante et des dessous pervers, c’est écœurant... Un des pires est bien ancien (et belge) : « Assurance Maladie-Invalidité » qui en dit long sans que personne ne s’en soucie.
    Ici, l’emploi du mot « social » renvoie à tout ce qui peut être assimilé à la « gauche » en politique du XXème siècle et indirectement référer à une grande chasse aux communistes qui débute. Pendant ce temps, d’un autre point-de-vue, c’est aie aie aie, re-v’la les nazis !



  • tobor tobor 22 mai 21:41

    @Ecométa
    Il y a aussi ceux/celles qui trouvent que le cerveau humain est un formidable ordinateur et pourquoi pas ceux/celles qui trouvent que les oiseaux sont de géniaux avions ? Ces inversions qui ont visiblement un certain succès participent à l’abrutissement des masses et sous-entendent une acceptation du transhumanisme...



  • tobor tobor 22 mai 14:38

    Le gel hydroalcoolique pose de plus en plus question : de quoi s’agit-il au juste ?
    Certains contiennent des substances reconnues comme perturbateurs endocriniens (triclosan-triclocarban) et en général, aucune information sur le contenu n’accompagne l’obligation de s’en couvrir les mains.
    Vous allez faire un achat en magasin bio ? Vous cherchez un produit naturel, sans pesticide ? On vous couvre les mains de chimie, c’est obligatoire ! Pourtant, on observe 25% de mauvaise tolérance cutanée à l’éthanol...
    Les plus lobos sortent de chez eux avec gants en latex et ôtes leurs gants pour se gélifier les mains en entrant dans un magasin. Je comprendrais éventuellement l’usage pour désinfecter les gants en latex mais ...les mains ??!

    Pour avoir été « vacciné à la merde », il est évident que je suis plus résistant que bon nombre de mes semblables, je n’ai ni besoin de gants, ni de gel, ni de masque et un rhume ou une grippe ne me fait pas peur ! L’hygiénisme va rapidement transformer la population en brebis vulnérables à tout ce qui passe et permettra d’atteindre le niveau de fragilité auquel on prétend être aujourd’hui.



  • tobor tobor 22 mai 01:22

    @gaijin
    covidsidéral : Le monde d’après le monde d’avant.
    covidgrenier : Vient en scaphandrier saisir le mobilier contaminé par les victimes du virus-publique number-one.
    cov-erdose-id : lorsqu’on ne veut plus entendre parler de covid.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès