• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

VivreDifferent

VivreDifferent

Ingénieur, mon domicile varie au gré des missions. J’essaie de porter un regard critique sur le monde qui m’entoure, et partager ce que je sais comme ce que je crois ; en tentant de garder à l’esprit que savoir reconnaître l’étendue de son ignorance est peut-être la connaissance la plus précieuse...
Aime :
  • les utopies,
  • les opinions « hérétiques »,
  • la remise en cause des préjugés, notamment économiques et politiques.
N’aime pas :
  • les journalistes qui exploitent des statistiques sans rien y comprendre,
  • les politiques qui enchaînent les argumentations viciées,
  • la paresse ordinaire de la pensée qui nous conduit à camper sur nos positions par confort intellectuel, et à refuser de considérer ce qu’il y a d’intelligent dans les propos de l’autre.

Tableau de bord

  • Premier article le 03/03/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 155 51
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • VivreDifferent VivreDifferent 5 avril 2011 07:44

    Bientôt, grâce au gouvernement, vous n’aurez plus besoin d’allumer la télévision : vous pourrez directement suivre les émeutes de la faim en bas de chez vous. Elle est pas belle, la vie ?

    Plus sérieusement, cette inflation déguisée provient de la spirale de l’endettement des Etats occidentaux, qui va probablement s’accélérer jusqu’à un gigantesque krach obligataire. Ce sera l’Acte II de la Crise. Pour l’instant, les politiciens cherchent à en retarder l’échéance (ce qui va malheureusement aussi en décupler les effets) en créant de la monnaie à tout va. Face à cet afflux de liquidité, les investisseurs, qui ne sont pas complètement idiots, investissent en priorité sur des actifs tangibles et susceptibles de se raréfier (donc de devenir plus chers) : les matières premières et agricoles.

    Résumons donc : depuis 2008, les Etats ont vidé leur caisses pour renflouer celles des investisseurs / spéculateurs, se retrouvent désormais dans une situation financière dont ils ne pourront sortir que par la faillite ou l’hyperinflation (ou les deux), les salaires ont stagné, l’emploi baissé, tandis que les produits de première nécessité voient leurs prix s’envoler.
    Si ce n’est pas une situation politique explosive...

    Quand l’Acte II va vraiment commencer, il est probable que nous regretterons 2008, comme nous regrettons aujourd’hui les 30 glorieuses. Tous les indicateurs semblent annoncer des années bien sombres en perspective, même si le pire n’est jamais certain.



  • VivreDifferent VivreDifferent 26 mars 2011 16:24

    il y a déjà beaucoup trop de normes qui contraignent la location, n’enrajoutez pas une par pitié. Sinon je vais finir à la rue, déjà que les logements que j’arrive à trouver ne sont déjà pas toujours terrible.

    Ou alors, demandez que l’Etat construise d’abord suffisamment de logements à ces normes et contraignez les propriétaires à respecter ces normes ensuite.

    En tout cas, je n’ai pas vraiment envie de devenir SDF pour réduire la consommation énergétique (dans la rue, on ne consomme pas beaucoup de chauffage ni d’électricité, il faut bien avouer) ; et au train où vont les choses, trouver un toit (je n’ose même plus dire un logement) va devenir de plus en plus un parcours du combattant pour bon nombre de mes concitoyens (et moi-même au passage).



  • VivreDifferent VivreDifferent 23 mars 2011 19:36

    Ces études montrent seulement que certaines caractéristiques sont statistiquement plus représentées chez un sexe que chez l’autre. Ce n’est absolument pas incompatible avec le fait qu’il y ait des femmes douées pour « trancher » et des hommes mous et indécis.

    Se baser sur ces études pour dire « tu es une fille/garçon, donc tu es comme ci ou comme ça » est bien sûr une aberration. Par contre, cela peut expliquer (ou non) que tel sexe soit plus représenté dans certaines activités, catégories socioprofessionnelles, ... sans recourir forcément à des facteurs culturels ou conclure à une discrimination.



  • VivreDifferent VivreDifferent 13 mars 2011 12:28

    Personnellement, si le deuxième tour nous donne Sarkozy - MLP ou DSK - MLP, je ne suis pas sûr que j’irai voter. (ou je voterai blanc, ce qui revient quasiment au même).
    2012 n’apportera aucun espoir, la déchéance de la France sur les prochaines décennies est plus ou moins inéluctable. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à faire, on peut commencer à poser les bases d’un monde nouveau sur les ruines de l’ancien. Avec la disparition des dinosaures, d’autres espèces ont pu se développer ; c’est la même chose au niveau social.

    Je pense qu’il faut réfléchir à un moyen de court-circuiter les institutions politiques actuelles. Certes, ce qui a été testé jusqu’à présent (manifestations populaires, actions « terroristes », ...) n’a abouti qu’à des échecs (en gros). Mais tout système a ses faiblesses, il suffit de les trouver pour en tirer avantage. On finira par trouver des solutions - non violentes, j’espère, mais je ne suis pas devin - pour remplacer le système actuel.

    Les élections sont de plus en plus une mascarade, le vrai pouvoir ne se joue pas là. S’il faut s’accrocher à notre droit de vote, c’est pour le symbole qu’il représente, et non pour l’illusion de participation au pouvoir qu’il procure.



  • VivreDifferent VivreDifferent 4 mars 2011 06:50

    Faux, titi. Si on prend en compte l’erreur de mesure dans le calcul de la limite du radar, c’est bien que cette erreur existe. Donc quelqu’un flashé à « 95km/h » a été flashé en réalité entre disons 90km/h et 100km/h avec une fiabilité de 99,9%. (chiffres donnés aux hasard, juste pour expliquer le principe)
    D’ailleurs comment est fait l’étalonnage des capteurs de vitesse ? Y a-t-il un suivi régulier ? Si la chaîne de mesure a dérivé, et donc potentiellement a flashé des gens qui étaient en dessous de la limite, vont-ils rembourser les gens ?

    Encore une fois il y a présomption de culpabilité, et pas de contre-pouvoir pour contrôler les contrôleurs. Mais si ça peut servir à sauver une dizaine de personnes par an (avec des dispositifs si coûteux pour la société qu’on pourrait sauver des dizaines de milliers de malades ou de crève-la-faim dans le monde avec ce même budget), alors on peut le coeur léger abandonner les principes de base de notre état de droit...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès