• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Attila

sur L'effet brochette ou la gauche carbonisée (Un GJ se balade chez LFI-Ensemble)


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Attila Attila 9 septembre 12:10

Merci Tristan : la messe est dite !

Pour enfoncer le clou . . . ou la brochette :

Les deux conceptions de la nation, la nation ethnique et la nation civique :

"Une nation ce sont des frontières et des lois, les dites lois et frontières ne pouvant que gêner l’impérialisme dans sa volonté de soumettre les peuples à ses intérêts.

Abattre cette conception de la nation est le grand projet impérialiste qui ne cessera pas depuis 1945 à vouloir imposer en lieu et place le mondialisme« 

 »Le trotskisme ignore la conception civique et légale de la nation pour ne retenir que la conception ethnique allemande, cette conception avait été le fer de lance du nazisme avec évidemment un nationalisme ethnique. Faisant l’amalgame entre ces deux conceptions contradictoires de la nation le trotskisme affirme que la nation est « fasciste »

La gauche, dernier rempart du capitalisme.

.

"Le PCF disait : « On ne va pas laisser la question de la nation au FN. On a une conception de gauche de la nation et on va batailler contre celle de l’extrême droite. » En 1997, le PCF capitule. Parce que les socialistes l’exigent. Pour entrer dans la gauche plurielle, Robert Hue solde cet héritage et laisse un boulevard à l’extrême droite. Si le PC ne s’était pas renié, nous n’en serions pas là."

La gauche radicale prisonnière de ses tabous

.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès