Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Ça va bien finir par péter !

Ça va bien finir par péter !

On connait la discrétion des exploitants des centrales nucléaires, qui minimisent systématiquement les accidents à répétition qui s’y produisent, allant même jusqu’à quasi les dissimuler…jusqu’au jour où des journalistes perspicaces finissent par découvrir le pot au roses.

On découvre aujourd’hui ce qui s’est passé au printemps 2014, dans la centrale de Fessenheim, dans la plus parfaite discrétion.

Pour bien comprendre la problématique nucléaire, il s’agit d’une banale histoire d’eau, banale et pourtant essentielle, car toutes ces « marmites nucléaires » doivent être refroidies en permanence, et si par malheur, les tuyaux qui véhiculent cette eau servant au refroidissement deviennent défaillants, on va vers des gros problèmes. lien

C’est l’emballement du réacteur, et si le circuit de refroidissement n’est pas restauré rapidement, il y a un point de non-retour, comme à Tchernobyl ou Fukushima : la fonte du réacteur, avec les conséquences que l’on sait : un corium qui se crée, s’enfonce dans le sol, et produit pendant des centaines d’années une monstrueuse pollution sans qu’il soit possible de la contenir.

À Tchernobyl, on sait que des milliers d’hommes ont laissé leur vie pour stopper l’enfoncement de ce corium, et qu’un sarcophage a été construit pour limiter en partie les rejets dans l’air.

À Fukushima, aucune solution à ce jour n’a pu réellement être mise en place…

Alors que s’est-il passé un vilain jour du printemps de 2014 ?

À 15h51, une « fuite d’eau » avait endommagé les circuits électriques, et un des deux réacteurs a du être arrêté en urgence, et pourtant Sophie Letournel, chef de la division de Strasbourg de l’ASN, a affirmé « la centrale n’a jamais été dans une situation qui aurait nécessité un arrêt d’urgence  ».

Toujours est-il qu’il a fallu utiliser du bore, lequel a été injecté dans le réacteur, afin de provoquer un arrêt d’urgence.

À ce stade, il faut se poser la question : « pourquoi utiliser du bore », alors qu’il suffisait de provoquer la chute des barres de commande, ce qui est la pratique règlementaire lorsque l’on veut arrêter un réacteur ?

L’ASN a donc fait parvenir toute une série de questions, auxquelles l’exploitant a répondu : « les barres servant au ralentissement de la réaction nucléaire (…) n’ont pu être manœuvrées », et selon des journalistes allemands, la fuite d’eau aurait mis « un système de sécurité hors de combat  ».

On comprend donc que si cette procédure a été utilisée, c’est que le dispositif d’arrêt d’urgence ne fonctionnait pas, et s’il ne fonctionnait pas, c’est que la fuite d’eau a du être très importante pour provoquer de tels dégâts.

Pourtant, malgré la gravité de « l’incident », ce dernier a été classé « 1 » sur une échelle qui en compte 7.

Bien sur, au plus haut niveau, on tente d’étouffer l’incendie médiatique, minimisant comme d’habitude « l’incident ». lien

Le plus intéressant est de découvrir comment « l’incident » avait été présenté à l’époque, puisque la communication faite par l’exploitant se limitait à évoquer une fuite… lien

En Allemagne, on évoque pourtant un « grave incident  ». lien

Espérons que nous en saurons un peu plus bientôt, mais ce qui est sur, c’est que cet « incident » s’ajoute à une liste déjà longue, commencée il y a longtemps.

Un autre point de fragilité de ces centrales est celui des générateurs de vapeur, consistant en un faisceau tubulaire composé de 3500 à 5600 tubes, lesquels sont destinés à utiliser l’énergie du circuit primaire afin de transformer l’eau en vapeur, laquelle va alimenter la turbine qui produira l’électricité.

Or, depuis 2006, des dégradations de ces tubes sont régulièrement constatées, provoquées par des « fissures de fatigue », ou leur nettoyage chimique…Il arrive aussi qu’un colmatage progressif, par dépôts d’oxydes, entraine des vibrations, lesquelles provoquent un développement rapide de fissures, et plus une centrale nucléaire à d’années d’existences, plus ces incidents se multiplient, provoquant dans un 1er temps, l’arrêt des réacteurs. lien

S’il faut en croire l’ASN (l’autorité de sûreté nucléaire), les phénomènes de corrosion se multiplient concernant en priorité 8 réacteurs nucléaires français : Bugey 2 et 3, Fessenheim 2, Gravelines 3, Chinon B2 et Blayais 2,3 et 4.

C’est ainsi que le 18 février 2008, la centrale nucléaire de Fessenheim a subi une fuite du circuit primaire, fuite dont l’origine est la fissuration d’un tube.

Lorsqu’un tube présente des défauts, l’exploitant décide de boucher celui-ci, mais il arrive que la procédure ait été mal réalisée, et le bouchon se déplace sous l’effet de la pression, se retrouvant finalement à l’autre extrémité du tube : c’est ce qui s’est passé dans la centrale de Saint-Alban en mai 2008, ou en février 2009 dans le réacteur n° 3 de la centrale de Paluel.

Ces problèmes de « bouchons qui se déplacent  » peuvent aller jusqu’à son éjection brutale, comme dans la centrale nucléaire de North Anna, aux USA, en 1989. lien

En octobre 2015, un problème de joints a été détecté sur les 2 réacteurs en fonctionnement de la centrale de Flamanville. lien

S’ajoutent à ces problèmes de bouchons, de corrosion, de vibrations intempestives, de joints, la vétusté des installations, la dégradation du béton, (lien) et les manœuvres accidentelles, dues à des « étourderies » :on sait que le facteur humain est l’une des principales causes des accidents nucléaire, si l’on veut bien en croire de nombreux rapports officiels évoquant la multiplication des erreurs humaines dans les centrales nucléaires françaises. lien

Pas étonnant dès lors que la Suisse, le Luxembourg, et l’Allemagne viennent récemment de demander la fermeture immédiate de Fessenheim, Bugey, et Cattenom.

La centrale nucléaire de Bugey, l’une des plus vieilles de notre pays, étant à 70 km de Genève, on comprend l’inquiétude helvétique et la plainte déposée le 2 mars dernier. lien

Quand à Fessenheim, elle se trouve à la frontière allemande, et on ne peut s’étonner de la demande germanique, par la voix de Barbara Hendricks, ministre de l’environnement du gouvernement Merckel, réclamant par courrier à Ségolène Royal, la fermeture dans les meilleurs délais de cette vieille centrale dangereuse. lien

Les centrales nucléaires belges, et celle de Cattenom en Moselle suscitent aussi les inquiétudes légitimes allemandes, dénonçant l’insécurité de cette centrale mosellane, le Luxembourg ayant à l’occasion saisi la Commission européenne.

En effet, sur la base d’un rapport, signé par le professeur Manfred Mertins, lequel a comparé les normes en vigueur internationales concernant la centrale de Cattenom aux normes de cette dernière.

C’est la douche froide : tremblements de terre auxquels la centrale n’est pas préparée, inondation, crash d’avion, défaut d’alimentation électrique, efficacité du refroidissement du réacteur, l’expert dresse une longue liste de ce qui n’est pas acceptable. lien

Ajoutons à ça la débâcle financière d’EDF, ponctuée par le départ de son directeur financier, Thomas Piquemal, lequel s’inquiète des dérives financières des EPR, en Finlande, en Angleterre (Hinkley Point) ou à Flamanville.

Il est en total désaccord sur la faisabilité du projet de la centrale EPR d’Hinkley Point, et son départ à provoqué une chute du titre d’EDF, perdant à l’ouverture de la Bourse de Paris plus de 8%. lien

Pourtant, malgré ses promesses de réduire la part du nucléaire en développant les énergies propres, Hollande s’obstine à faire la promotion du nucléaire, puisqu’il a maintenant lié l’éventuelle fermeture de Fessenheim au démarrage de l’EPR de Flamanville, prévu maintenant à fin 2018, mais qui devait l’être en 2012, qui ne devait coûter que 3,3 milliards d’euros, coût porté aujourd’hui à plus de 10 milliards, ce qui est une mauvaise nouvelle pour les finances de l’état, ce dernier étant actionnaire à 80% d’EDF.

Ce qui n’a pas empêché l’ex verte Emmanuelle Cosse d’affirmer que Fessenheim sera fermée fin 2016lien

Les casseroles que traîne cette centrale « modèle » de Flamanville, présentée comme le fleuron de notre industrie nucléaire, se sont accumulées au fil des années : des fissures dans le béton de la plateforme ont suspendu les travaux pendant un mois, 2 ouvriers y ont perdu la vie en 2011, alors que sont évoqués des trous dans le béton, et des manques de ciment par endroits, le bétonnage est de nouveau suspendu en 2012, en avril 2015 une « anomalie » est découverte dans la composition du couvercle de la cuve, et au fond de celle-ci, en juin de la même années, des difficultés de fonctionnement des soupapes de sûreté sont constatées…lien

En attendant, à Fukushima, ce sont 20 millions de mètres cubes de déchets radioactifs qui sont entassés sur 70 000 lieux de stockage, en attendant d’être enfouis dans une zone rouge ou la vie humaine ne sera plus possible. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « les paroles sont comme l’œuf, à peine écloses, elles s’envolent ».

Le dessin illustrant l’article est de Hermann

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Vous entrez dans une zone d’exclusion

La vilaine farce nucléaire

Nucléaire, le syndrome du Titanic

Ça chauffe à Tchernobyl

EPR, la cocotte minute nucléaire

Nucléaire, la cible terroriste

La France a peur

Nucléaire, explosion des prix

Penly du feu et des flammes

Les normes sont-elles normales ?

Le mensonge nucléaire de Sarközy

Palmiers contre nucléaire

Promo nucléaire : pour toute centrale achetée, leucémie en prime !

Ce cher nucléaire

Nucléaire, de la fission aux fissures

La fable du thorium

Tchernobyl, Fukushima, à qui le tour ?

Courage, fuyons

Les tricheurs de Fessenheim


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

379 réactions à cet article    


  • sarcastelle 8 mars 09:41

    « limiter en partie » est un pléonasme. 


    A Tchernobyl, on sait comment hélas en 2050 la quasi-totalité des liquidateurs aura disparu. 



    • philippe913 8 mars 10:30

      @sarcastelle
      « A Tchernobyl, on sait comment hélas en 2050 la quasi-totalité des liquidateurs aura disparu. »

      C’est ironique j’espère ? Parce que ceux qui ont bossé là bas avaient entre 20 et 30 ans en 1986, donc en 2050 ils auraient entre 84 et 94 ans, donc oui, comme le reste de la population russe(ou ukrainienne)....


    • gaijin gaijin 8 mars 10:47

      @sarcastelle
      encore la première ?
      bravo mais laissez en un peu pour ce pauvre jo ....................


    • sarcastelle 8 mars 10:20

      Mon oncle Olivier, sur le sujet « Fukushima mon amour », il y a MM. Lanhard et Berniolles qui affirment que l’injection de bore est non pas une mesure d’ultime recours (ou pas nécessairement), mais une opération conforme aux procédures normales en cas d’ennuis même non majeurs. 


      Conférez avec eux pour vous mettre d’accord afin que ceux qui ne sont pas comme vous trois spécialistes d’ingéniérie nucléaire puissent s’y retrouver. 
      Celui qui aura tort devra chanter « Nous étions bore à Bohr à Bohra-Bora ». 

      • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 11:24

        @sarcastelle
        ne me faites pas rire, chère grand mère, j’ai les lèvres gercées...les trolls pronuk que vous citez ne font que de la désinformation.

        vous devriez vous intéresser à cette histoire de bore...car sur l’échelle des « incidents », l’utilisation en dernière urgence de bore aurait du classer automatiquement l’incident « 2 » sur une échelle de 7.
         smiley

      • steklo steklo 8 mars 13:12

        @olivier cabanel
        Ne pas utiliser de bore pour piloter un réacteur c’est comme conduire une voiture sans les freins ! Ridicule !


      • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 13:17

        @steklo
        la parabole est intéressante, sauf qu’elle est fausse.

        le rein, tout le monde sait que c’est « la descente des barres de contrôle »
        quand on en arrive a utiliser du bore, c’est qu’il n’y a plus de contrôle.
        parabole pour parabole, au lieu des freins que vous évoquez, il serait plus juste de dire que le conducteur voyant que les freins sont défaillants, rétrograde les vitesse, et saute en marche avant que ça pète.
         smiley

      • steklo steklo 8 mars 13:29

        @olivier cabanel
        Les barres de controle sont justement en bore et quand elles sont en bas, il n’y a plus de risque de divergence ! savez vous de quoi vous parlez exactement. Le seul risque du nucleaire est l’absence de refroidissement du circuit primaire. Loin de vos préoccupations.


      • sarcastelle 8 mars 13:31

        @olivier cabanel qui a écrit : tout le monde sait....

        .
        Justement non. C’est vous, qui le savez. Les ingénieurs du nucléaire qui passent par ici ne le savent pas. Alors, que voulez-vous qu’on sache ? 
        Le catalogue de vos menues erreurs au fil des ans ne nuit en rien à votre crédibilité, naturellement. 



      • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 13:33

        @steklo
        vous tentez maladroitement d"égarer le lecteur.

        et vous savez qu’il y a une différence entre utiliser les barres de contrôles pour arrêter le réacteur, ou utiliser du bore...puisque c’est l’ultime solution.
        pas bien ce que vous faites.
         smiley

      • Ni naïf Ni Crédule Ni naïf Ni Crédule 8 mars 14:20

        @olivier cabanel


        L’acide borique (bore) est ajouté à l’eau en début de cycle lorsque le réacteur redémarre avec du nouveau combustible (capable de produire davantage de fissions). Il est progressivement retiré du circuit primaire au fur et à mesure que le combustible s’épuise en matière fissile.
        Il sert aussi à compenser les phénomènes d’empoissonnement neutronique par le Xénon.
        Les barre de commande (en bore ou autre élément neutrophage) sert à la régulation du système de réactivité.

      • izarn 13 mars 15:14

        @olivier cabanel
        Normalement les « barres de controle » sont la pour absorber les neutrons. Et donc diminuer la « réaction en chaine » (Meme concept que sur une Bombe A. Sauf que la réaction se fait plus rapidement, d’ou explosion. Les enfoirés vous disent que c’est tout différent : C’est exactement la meme chose ! C’est comme une bouteille de gaz, voyez ?) Théoriquement elles sont calculées pour minimiser la réaction nucléaire à un niveau minimal, mais non nul...Un réacteur éteint est une solution catastrophique ou voulue. Il faut virer la totalité du combustible.
        Effectivement si les barres de controles sont inefficaces, il faut se poser des questions légitimes.
        On est hors du fonctionnement normal du réacteur. Un fonctionnement normal n’est pas mettre du bore, absorbeur de neutron, en plus des barres....
        Y a un problème...Difficile à cerner.
        Un défaut de refroidissemnt ?? Bof....Il s’agit plutor d’un impossibilté de manoeuvrer les barres de controle, comme à Fukujima, et aussi le fait de ne pas pouvoir refroidir la cuve, d’ou le corium.
        En fait la création du corium n’est pas anormale. Si on coupe le refroidissement et que les barres de controle ne fonctionnent plus, c’est le résultat quasi évident. C’est calculé pour, sinon la centrale n’est pas rentable...


      • izarn 13 mars 15:30

        @izarn
        J’ajoute que le terme « refroidissement » vient simple fait de l’échange thermodynamique entre le réacteur et le circuit qui récupère la chaleur en vue de son utilisation dans les turbines à vapeur qui font tourner les alternateurs. Si ce circuit ne fonctionne plus, le refroidissement du réacteur est arrété. Ce qui en présence de barres bloquées en position haute (Fukujima) font diverger le réacteur....Vers une chaleur qui produit le corium...
        Je persiste à dire que le corium est le résultat NORMAL de tout réacteur nucléaire hors controle et hors refroidissement. Il s’agit nullement d’une erreur de conception. C’est fait pour !


      • izarn 13 mars 15:34

        @izarn
        Bien entendu je me fais l’avocat du diable, particulièrement menteur et hypocrite.


      • joletaxi 13 mars 18:52

        @izarn

        menteur ?

        non, non, juste par inculture, affabulateur, ça oui

        https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=5&ved=0ahUKEwiiiMT8mr7LAhXCRhQKHbIaD8kQFgg3MAQ&url=http%3A%2F%2Fwww.cea.fr%2Fcontent%2Fdownload%2F2935%2F13711%2Ffile%2F06-controle.pdf&usg=AFQjCNFJ5CqgKzzv4LstsjEGo2GoP8i07A&cad=rja

        et donc, comme on vous le dit depuis que le Mage, que son nom soit béni, nous a raconté son idiotie habituelle, l’injection de bore dans l’eau du réacteur est un des moyens de conduire la réaction, et pas du tout une procédure« de la dernière chance »

        on fatigue à toujours lire les même inepties


      • olivier cabanel olivier cabanel 13 mars 20:02

        @joletaxi
        l’incorrigible garnement a encore quitté son bac a sable pour nous dire SA vérité.

        une bouffonnerie de plus.
         smiley

      • sarcastelle 13 mars 20:03

        @joletaxi

        .
        Ce document devrait vous valoir des marques de pitié du mage (vous croyez des trucs pareils !) et des injures de ses sectateurs. 

      • sarcastelle 13 mars 20:11

        @olivier cabanel

        .
        Donc, ce document expose le mode de régulation d’un PWR par le bore. 
        .
        Il et particulièrement bouffon en effet de produire un document technique contredisant Olivier Cabanel.




      • olivier cabanel olivier cabanel 13 mars 20:27

        @sarcastelle
        chère vieille grand mère, toujours sur la brèche

        si vous avez lu attentivement le document, et la partie concernant le bore, vous aurez constaté la grosse différence qu’il y a entre la prose très optimiste, dont l’objectif évident est de rassurer le bon peuple sur l’air de « tout va bien dormez en paix », tout est sous contrôle... et les réactions diverses et variées que j’ai proposé dans mon article, notamment celle des experts allemands, dont l’un précise bien : « qu’il est rare de l’utiliser (le bore) pour provoquer un arrêt d’urgence »...
        dans l’article que j’ai proposé en lien il est dit : « une équipe de crise a alors décidé de fermer le réacteur... »
        alors oui, je maintiens : bouffon.

      • olivier cabanel olivier cabanel 13 mars 20:29

        @olivier cabanel
        et j’ajoute que les dissimulations, les mensonges, les approximations, avec la volonté de dédramatiser sont l’apanage des pronuk, et font d’eux de dangereux irresponsables.


      • sarcastelle 13 mars 20:36

        @olivier cabanel

        et j’ajoute que les dissimulations, les mensonges, les approximations, avec la volonté de dramatiser sont l’apanage des antinuk, et font d’eux de dangereux irresponsables. 

      • sarcastelle 13 mars 20:46

        @olivier cabanel qui a écrit : la prose très optimiste dont l’objectif évident est de rassurer le bon peuple


        Il m’étonnerait que le bon peuple lise cette prose et la comprenne. 

        J’aimerais d’ailleurs vous faire passer une interro écrite dessus !

        Bouffon, ce que vous écrivez est bouffon

      • joletaxi 13 mars 21:19

        @sarcastelle

        Oh Mage irascible

        comment ai-je pu croire un seul instant à un document ,vraisemblablement tire de pif gadget ?
        Notez que j’en ai des tas d’autres, qui tous nous expliquent que cette technique est un classique, dans la conduite d’un réacteur, surtout si ’l on envisage, puisque la panne en question était sans gravité, de redémarrer rapidement.
        L’arrêt d’urgence, c’est un autre « bazar », et si le redémarrage est mal maîtrisé, on en arrive à un Tcherno.

        Dites donc, plutôt que de nous bassiner avec vos problèmes de blocage neuronal, il serait temps que vous fassiez profiter nos amis anglais et allemands de votre incomparable expertise en matière énergétique, parce que cela prend un petit air de « epic fail »

        https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2016/03/13/britains-energy-policy-going-up-in-smoke/

        tout ce barnum « vert » va finir par une éblouissante faillite, comme d’hab


      • fred.foyn Le p’tit Charles 8 mars 10:48

        Avec des centrales de 40 ans, on est plus près de la catastrophe chaque jours..faudra simplement « pendre » les mafieux du nucléaire après l’explosion.. !


        • steklo steklo 8 mars 13:14

          @Le p’tit Charles
          Il suffit pas de dire des conneries, il faut les expliquer. Pourquoi une cuve en inox qui aurait 40 ans serait moins étanche que neuve ????


        • amiaplacidus amiaplacidus 8 mars 13:51

          @steklo

          Vous n’avez jamais entendu parler du calcul à la fatigue en résistance des matériaux ?

          C’est pourtant l’une des premières notions que l’on apprend dans le domaine. Clé d’ailleurs du calcul du vieillissement programmé.


        • julius 1ER 8 mars 16:27
          Il suffit pas de dire des conneries, il faut les expliquer. Pourquoi une cuve en inox qui aurait 40 ans serait moins étanche que neuve ????

          @steklo

          parcequ’avec le temps et la corrosion elles se fissurent ces cuves (même en inox )et c’est cela qui limite la durée dans le temps de ces centrales ......
          et le problème c’est que l’on ne peut pas changer les cuves !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 

        • steklo steklo 8 mars 20:59

          @julius 1ER
          Alors ayez confiance en nos milliers d’ingénieurs qui rentrent le soir chez eux très tard pour la fierté de notre technologie, la technologie française comme dirait De Gaulle et pas ces rigolos de socialos bobos, n’imposez pas à notre pays le charbon comme en Allemagne et bientôt ses milliers de morts prématurés de cancer et de pneumopathie, sachez que les poumons de vos petit enfants sont 10 fois plus fragiles que les votres, ne leur imposez pas en plus de l’alimentation une espèrance de vie moitié celle de la votre.


        • exocet exocet 8 mars 23:12

          @steklo
          « Alors ayez confiance en nos milliers d’ingénieurs qui rentrent le soir chez eux très tard pour la fierté de notre technologie, »

          C’est des syndicalistes d’EdF que vous parlez, là ?
          Qui rentrent chez eux le soir très tard ?

          Arf....


        • Ruut Ruut 9 mars 07:16

          @julius 1ER
          Pourquoi ne peut on pas mouler des nouvelles cuves sur des anciennes ?


        • armand 11 mars 10:47

          @Ruut
          excellente proposition, moi je demande du chocolat aux noisettes pour ces nouvelles cuves. smiley


        • Julien30 Julien30 8 mars 10:49

          Ah ça on sent bien que vous avez envie que ça pète et avec un maximum de morts, ce jour-là vous prendrez vraiment votre pied !


          • César Castique César Castique 8 mars 10:56

            @Julien30


            J’allais écrire, « Ça y est, Pépère a pris son pied nucléaire du mois... »


            C’est vraiment un cas...

          • gaijin gaijin 8 mars 11:19

            @Julien30
            pourquoi des morts ?
            si on en crois votre caste la radioactivité n’a jamais tué personne ........
            donc si ça pète on ne risque rien ( enfin surtout ceux qui seront prévenus a temps et qui auront les moyens de se barrer rapidement )
            rien a part le cancer bien sur mais comme de toute façon on va mourir faut pas s’en faire .....
            alors a quoi bon se priver des plaisirs d’un bon vieux feu d’artifice ( pardon d’un incident provoquant une explosion d’hydrogène )

            yepeee !
            http://bit.ly/1X9jSwh

            et puis qui sait avec suffisamment de radiations l’humanité finira peut être par muter en une espèce intelligente


          • olivier cabanel olivier cabanel 8 mars 11:30

            @Julien30
            c’est étonnant votre tournure d’esprit...

            j’habite à quelques kilomètres d’une des plus dangereuses centrales nucléaires française, et vous imaginez que ça me ferait plaisir que ça pète ?
            et bien non, je ne suis pas masochiste...et si je me bat pour essayer d’informer les populations du danger potentiel que représente cette énergie, c’est aussi parce que je suis en première ligne.

          • Julien30 Julien30 8 mars 11:33

            @gaijin
            Ma caste ? Je n’appartiens à aucune caste sur le sujet, je n’ai pas d’opinion tranchée je n’en ai pas les compétences, contrairement apparemment à vous et à Cabanel qui passez votre temps à jouer les spécialistes de la question et à donner des leçons. Ce que je peux constater par contre au-delà de votre propagande c’est juste qu’il n’y a eu aucun incident majeur en Europe à part Tchernobyl depuis l’établissement du nucléaire civil et que les cassandres dans votre genre ne cessent malgré tout d’annoncer l’apocalypse tous les jours, vous êtes quand même un tout petit peu grotesques, et morbides.


          • César Castique César Castique 8 mars 11:41

            @olivier cabanel


            « ......et si je me bat pour essayer d’informer les populations du danger potentiel que représente cette énergie... »


            Vous avez placé vos éconocroques dans une entreprise de déménagement ?

          • Croa Croa 8 mars 11:52

            À Julien30,
            On ne peut pas avoir envie que ça pète... Sauf au loin !

            Car bien sûr que ça va finir par péter, sauf chance insolente. Mais le mieux serait que ça pète à l’autre bout du pays : Enfin le gouvernement devra bien mettre fin à ces conneries et nous pourrons bientôt finir par dormir tranquille !


          • gaijin gaijin 8 mars 12:00

            @Julien30
            «  Je n’appartiens à aucune caste sur le sujet, je n’ai pas d’opinion tranchée »
            vous faites bien semblant ....

            «  c’est juste qu’il n’y a eu aucun incident majeur en Europe à part Tchernobyl »
            ça change quelque chose que ça soit en europe ? parce que si oui a l’époque tchernobyl c’était pas l’europe ....
            donc three miles island : amérique
            tchernobyl : urss
            fukushima : asie
            le prochain ça risque d’être où ?

            « les cassandres dans votre genre ne cessent malgré tout d’annoncer l’apocalypse tous les jours »

            et le comique de l’histoire c’est qu’on va forcément finir par avoir raison .....

            la question c’est quand ? 


          • pemile pemile 8 mars 12:04

            @Julien30 « il n’y a eu aucun incident majeur en Europe »

            Même sans « péter » les centrales laissent la gestion de leurs déchets aux générations futures, non ?

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès