Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’énergie en partage

L’énergie en partage

Au moment ou le lobby nucléaire tente vainement de faire oublier Tchernobyl et Fukushima, affirmant que le nucléaire n’est pas mort, Il serait un peu naïf de croire que la transition énergétique consiste seulement à remplacer les énergies fossiles par des énergies propres et renouvelables : elle pourrait se conjuguer sur 3 axes.

Jeremy Rifkin préconise d’abord de partager l’énergie comme nous l’avons fait avec les réseaux sociaux d’internet : chacun devenant producteur d’énergie, organisant son partage, provoquant ce qu’il appelle « la production distribuée ». lien

Le plus original dans sa théorie, c’est qu’elle n’a pas besoin pour se réaliser de décisions gouvernementales : elle se fait à la base, et a déjà commencé, d’autant que la domotique la rendra encore plus performante. lien

Un manifeste vient d’ailleurs d’être lancé : « pour une transition énergétique locale et renouvelable ». lien

Aujourd’hui l’énergie est centralisée : on a réalisé de gigantesques machines « à produire l’énergie », il faut donc fatalement la transporter toujours plus loin, et plus on la transporte, plus on en perd en route.

De plus, que les centrales thermiques soient au gaz, au pétrole, au charbon ou au nucléaire, il y a au départ un énorme gaspillage de chaleur, l’eau de refroidissement étant rarement utilisée, ou seulement pour des opérations de communication.

C’est le cas d’Aquanord, ferme aquacole qui produit bar et daurades, en récupérant une partie de l’eau chaude de la centrale nucléaire de Gravelines (lien) mais étrangement, l’entreprise préfère ne pas évoquer l’origine de son eau chaude. lien

Il est vrai que la centrale de Gravelines est en train de battre des records inquiétants, celui des ESS (événements significatifs de sécurité). lien

Mais revenons à nos énergies décentralisées.

Il y a donc l’énergie primaire produite et l’énergie consommée, et entre les deux, il y avait en 2008 une différence de 126,8 MTep (millions de tonnes équivalent pétrole) puisque nous avons produit 271,5 MTep, et consommé 144 MTep. lien

La différence ne s’explique pas uniquement par « la perte en ligne THT (très haute tension) », ou le gaspillage lors de la fabrication énergétique, mais le résultat est là. lien

De plus cette énergie transportée provoque de graves atteintes à l’environnement. lien

Chacun sait que les lignes THT dégagent un gaz polluant et dangereux pour la santé humaine : l’ozone atmosphérique ainsi que des ions

Si on ajoute à cet ozone et à ces ions, la pollution électromagnétique, on comprendra la nécessité de transporter le moins loin possible l’énergie électrique. lien

L’ion est un oxydant très actif et peut être toxique pour les êtres vivants, provoquant une augmentation de sérotonine, causant maux de têtes, vomissements, etc.…

Ensuite, il faut pointer du doigt l’absurdité du chauffage électrique : en France, 31% se chauffent à l’électricité, mais le plus grave est que 80% des logements neufs sont équipés de chauffages électriques, ne laissant pas vraiment de choix à l’habitant.

Produire de l’électricité, grâce à la chaleur, et la transporter pour en produire à nouveau est fatalement contre productif.

D’ailleurs nos voisins helvètes ont décidé de bannir le chauffage électrique afin de sortir plus facilement du nucléaire. lien

Il s’agit donc de produire et consommer localement chaque fois que c’est possible, ce qui aurait le triple avantage de permettre une meilleure rentabilité de l’énergie produite, de limiter, voire d’arrêter les atteintes à l’environnement en diminuant drastiquement les kilomètres de lignes THT.

Imaginons par exemple pour un village la présence d’une étable ou d’une fromagerie, comme celle de Tamié, (lien) dotés d’une unité de méthanisation : le méthane fabriqué permet la production d’électricité, grâce à un totem, lequel est refroidi par un réseau d’eau, eau chaude redistribuée à proximité pour le chauffage des habitations, mais le méthane est utilisé sous forme de gaz pour alimenter des chaudières, des cuisinières, ou pour fabriquer de l'électricité.

A une échelle de population plus grande, on peut utiliser les zones de stockage de déchets verts, les stations d’épuration, les égouts…autant de lieux permettant la mise en place d’unités de méthanisation, produisant eau chaude, et électricité.

Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de ce que propose Jeremy Rifkin.

Le deuxième axe consiste à « faire plus avec moins  ».

C’est d’ailleurs l’objet d’une décision européenne qui s’est fixé comme objectif 20% d’économie énergétique d’ici à 2020. lien

La liste du gaspillage énergétique est longue : immeubles de bureau, luminaires et autres publicités éclairés toute la nuit, etc. : les Tours de la Défense en sont le parfait exemple, la tour Pacific ayant gagné le pompon avec 50% de sa façade éclairée la nuit. lien

Quand à l’éclairage public, il peut très bien être réalisé grâce à des réverbères alimentés par le photovoltaïque et l’éolien, stockant d’une façon limitée suffisamment d’énergie dans la journée, pour la redistribuer gratuitement la nuit. lien

Mais le poste le plus important consiste en la rénovation de l’habitat.

L’habitat ancien est généralement très mal isolé, et un programme volontaire d’isolation, outre qu’il sera créateur de milliers d’emplois, (600 000 emplois pourraient être créés grâce aux mesures du grenelle de l’environnement lien) permettrait d’économiser au moins 30% sur nos factures de chauffage. lien

Si l’on prend le détail des déperditions énergétiques, on s’aperçoit que les pertes de chaleur représentent entre 10 à 15% qui s’évacuent par les fenêtres, 20 à 25% par les murs, de 25 à 30 % par le toit, et de 20 à 25% par l’air renouvelé et les fuites. lien

Ce n’est qu’une étape, car ce qui est appelé aujourd’hui « habitat passif » permettrait de réduire la facture chauffage de 80 à 90%, sans oublier les BEPO qui ne consomment plus d’énergie, mais au contraire en produisent. lien

Or, sur le chapitre de la consommation énergétique, la question chauffage représente 43 MTep par an.

En réduisant l’énergie consommée de 85%, nous ne consommerions plus que 6,45 MTep/an.

De plus, il ne faut pas limiter l’isolation au seul habitat, mais il doit concerner aussi les entreprises, les commerces.

Entre les portes qui restent ouvertes, l’air chaud non récupéré, et les circuits de chauffage mal isolés, il y a du pain sur la planche. lien

La dernière étape est d’utiliser uniquement les énergies illimitées dans le temps provenant du vent, de l’eau, de la lumière, soit parce que nous pouvons les fabriquer.

Mais avant d’en calculer le potentiel, il faut déterminer les réels besoins.

Le transport en France correspond à  50 MTep, le chauffage (et la climatisation) à 43 MTep, et les process industriel en sont pour 33 MTep. lien

Sur le chapitre du transport, en reprenant la théorie de Rifkin, en se refusant à consommer « des fraises en hiver », et en limitant donc nos besoins à l’échelle d’une région, voire d’un canton, la part prise par le transport pourrait baisser d’au moins du ¼ , et le méthane fabriqué dans notre pays pourrait couvrir les besoins de tous les véhicules, poids lourds y compris.

Pour le chauffage, théoriquement, nous avons vu qu’il suffirait de 6,45 MTep : le potentiel géothermique du pays permet d’y répondre, puisqu’il est estimé à ce jour à 6 MTep et pour ceux qui, par rapport à leur zone d’habitation ne pourraient en profiter, la méthanisation ou le solaire thermique, pourraient prendre le relais. lien

Sur la question électricité, en écartant le chauffage électrique) elle ne compte que pour 37 MTep, et une économie du ¼ pourrait aussi être réalisée.

Or, l’énergie lumineuse reçue en France représente théoriquement 250 MTep, ce qui est donc largement suffisant pour couvrir nos besoins. lien

Si l’on regarde de plus près l’énergie hydraulique largement sous exploitée, elle représente 4,8 MTep (lien) : si en 1960, elle comptait pour 56% elle s’est réduit aujourd’hui à 17%. lien

Il faudrait y ajouter le petit hydraulique, dont le potentiel est passablement négligé : pour la seule région PACA, il représente 125 MW installables, soit 670 GWh annuels, soit 57 600 tep, et si cela reste modeste, il faut tenir compte que cette énergie peut être facilement consommée sur place, à l’échelle d’une ou plusieurs communes, sans qu’il soit besoin de la transporter trop loin.

L’éolien offshore, ou terrestre en France a un potentiel de 17,2 MTep, (lien) mais il faudrait s’intéresser aussi au petit éolien, limité à l’habitation individuelle : pour un investissement relativement modeste, il permet de produire 38 kW/h par mois. lien

En résumé, la demande énergétique réelle serait pour le poste transport de 37,5 MTep, celui du chauffage de 6,45 MTep, pour l’électricité de 27,75 MTep, soit une économie de 58,3 MTep, et la consommation des français ne serait plus que de 85,7 MTep, au lieu des 144 MTep consommés aujourd’hui.

Cette transition énergétique en trois temps n’est donc pas si utopique que certains l’affirment, et comme dit mon vieil ami africain : « un petit marteau casse de gros cailloux  ».

L’image illustrant l’article provient de « greenforyou.be »

Olivier Cabanel

Merci aux internautes pour leur aide efficace.

Articles anciens

Il y a ceux qui nous pompent l’air…

Comment tourner la page du nucléaire, du pétrole et du charbon

Au pays du soleil, le vent !

De l’eau dans le gasoil

Roulez, roulez, petits plastiques

Faire le plein avec du vide

MHD, l’énergie cachée du futur

Quand les ordures se changent en or

Vive l’énergie positive

Sortir en douceur du nucléaire

Du pétrole sous les sabots

Energies propres en Suède

De la fuite dans les idées

Histoire d’un coup de foudre

L’imagination au pouvoir

Tel un avion sans kérosène

Rouler malin

D’autres énergies pour sortir de la crise

Au chaud sur la terre de glace

L’homo automobilus

Simple comme l’eau chaude

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Le plein de cochon à la pompe

Le nucléaire dépassé par des cochons

Qui a tué Stan Meyer

Déchets, de l’or dans nos poubelles

En France on a pas de pétrole, et pas d’idées non plus


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 2 octobre 2012 09:46

    Bonjour,

    En France, un laboratoire du CNRS procède à une consultation des citoyens à propos de la biomasse et des énergies renouvelables.

    Voir nos articles :

    http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/10/01/enquete -biomasse-et-energies-renouvelables.html

    Enquête Biomasse et Energies Renouvelables

    Le 1er octobre 2012, Actu Environnement écrit « Sécurité électrique : prévoir la production des énergies renouvelables ». De son côté, La Nouvelle République emploie le titre « Energies plurielles à Melle : trois jours pour convaincre », à propos d’un forum sur les énergies nouvelles prévu pour jeudi, vendredi et samedi. Haute Provence Info annonce « Sisteron : le mois de la science est ouvert ! » avec une exposition sur l’énergie au musée Terre et Temps dont le sujet de cette année est l’énergie renouvelable. ZoneBourse souligne « Ministère de l’Ecologie, du Développement durable : Nouvelle mesure de soutien au photovoltaïque ». Futura Sciences écrivait la semaine dernière « L’aviation chinoise et Airbus à la recherche du carburant vert », se référant à un projet localisé en Chine et qui utiliserait une biomasse locale et durable. Sans chercher à aborder ici une analyse détaillée de cette problématique, il paraît indispensable de faire état de l’énquête lancée par un laboratoire du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Le Laboratoire Réactions et Génie des Procédés (LRGP), unité propre du CNRS, organise une consultation avec l’intitulé Enquête Biomasse et Energies Renouvelables. Tous les citoyens sont invités à y répondre par une simple visite du questionnaire mis en ligne (23 questions).

    [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/10/01/enquete -biomasse-et-energies-renouvelables.html ]

    http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/021012/cnrs-enquete-sur-la-biomasse-et-les-energies-renouvelables

    CNRS : enquête sur la biomasse et les énergies renouvelables

    Le 2 octobre 2012, Les Echos publie un article du président du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) Alain Fuchs, avec le titre « Non, le CNRS n’est pas un mammouth ! », répondant au rapport récent de l’Académie des Sciences évoqué dans notre article du blog La Science au XXI Siècle « Recherche publique : le rapport de l’Académie des Sciences (I) ». Malheureusement, la réponse du président du CNRS ne porte que sur le rôle de l’administration centrale mais ne formule aucune analyse sur le constat essentiel des académiciens dans ce domaine : à savoir, l’augmentation progressive, au cours des cinq dernières décennies, du rapport entre la « masse salariale » et le budghet total du CNRS. Mais d’où vient cette évolution, si ce n’est d’une insuffisance croissante du financement de la recherche française ? Nous écrivons à ce sujet : « Mais les embauches au CNRS sont-elles le véritable problème ? L’échec historique de la « grande expansion coloniale » initiée et claironnée sous Léon Gambetta et Jules Ferry aurait dû inciter les décideurs français à renoncer à la politique d’exportation de capitaux qui avait conduit à deux guerres mondiales et développer à la place une politique d’investissements massifs dans la recherche publique nationale. Tel n’a pas été vraiment le cas, et de moins en moins au cours des quatre dernières décennies ». Comment le CNRS pourrait-il développer une activité scientifique sans ses chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs des laboratoires ... ? Y compris, en ce qui concerne l’information scientifique du public et l’indispensable contact avec les citoyens. Précisément, notre article d’hier « Enquête Biomasse et Energies Renouvelables » fait état d’un questionnaire mis en ligne par un laboratoire du CNRS à l’adresse de tous les citoyens sur les questions très actuelkles de la biomasse et des énergies renouvelables.

    [la suite, sur le lien http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/021012/cnrs-enquete-sur-la-biomasse-et-les-energies-renouvelables ]


    Cordialement

    Le Collectif Indépendance des Chercheurs
    http://science21.blogs.courrierinternational.com/
    http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


    • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 11:22

      cher collectif

      merci de cette riche contribution.
      tous ces liens sont les bienvenus.
      croyez bien que je vais tous les ouvrir, convaincu que je vais découvrir des tas de choses.
      j’ai bien compris que votre métier est menacé, et j’ai peur qu’avec les mesures gouvernementales qui s’annoncent, ça n’arrange pas l’état des choses.
      en tout cas, bravo pour toutes vos recherches.

    • joletaxi 2 octobre 2012 10:51

      bonjour les enclumes

      en déroulant d’un oeil distrait cette nouvelle daube du mage cabanelistique, je tombe sur cette perle

      L’ion est un oxydant très actif et peut être toxique pour les êtres vivants,

      je crois d’ailleurs que Effa Jolly a dit :

      méfiez-vous de l’ion, méfiez-vous de l"ion

      moi quand je rencontre un ion, je me casse hein.

      comme d’hab, ,il a lu vaguement un article sommaire auquel il n’a rien compris.

      Je conseille vivement aux lecteurs non enclume de consulter la doc sur l’ionisation, qui rend de grands services en matière de santé,et est le plus souvent bénéfique.

      sinon ,je constate qu’il a omis de mentionner le gisement d’énergie en crottes de biques, impardonnable

      tiens le japon reprend la construction de centrales nuc !

      http://www3.nhk.or.jp/daily/english/20121001_31.html

      et ils se mettent aux shale gaz

      http://www3.nhk.or.jp/daily/english/20121002_14.html

      et comme ils ne lisent pas l’amateur de solutions finales, ils ont mené à bien le premier test pré-industriel d’exploitation de caltrates en grande profondeur,

      ben ouais, l’énergie est un domaine réservé aux gens sérieux, pas aux bardes troubadours et autres saltimbanques,même nostalgiques d’une société pure


      • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 11:18

        jo

        bravo pour ce commentaire.
        je sais que vous adorez faire de l’humour, et vous savez qu’il y a encore des imperfections...
        mais la bonne volonté que vous déployez est admirable.
        à un moment, j’ai failli sourire.
        sacré jo.
         smiley

      • Croa Croa 2 octobre 2012 11:51

        Il y a des gens qui pensent vraiment que l’ozone peut être bénéfique et soigne certaines affections :
        - L’air des pins serait bon pour la santé dit-on.
        - Des générateurs à effet corona ont été en vente à cet usage. On trouvait ce genre de pub en 4eme de couverture de Détective bien que cette mode date de 10 ans au moins.

        En fait l’Ozone est un faux problème. Il existe des nuisances plus graves ! smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 12:58

        Croa

        merci de me préciser si ce commentaire est du domaine de l’humour, 
        car , si j’en crois les spécialistes, l’ozone, et les ions, ce ne sont pas des éléments négligeables.
        ...
         smiley

      • Croa Croa 2 octobre 2012 13:44

        C’est un peu de l’humour. Il y a vingt ans l’ozone faisait du bien, aujourd’hui ce serait un risque grave... Les rumeurs changent mais sont toujours aussi stupides (plutôt exagérées.)

        Il existe de bien plus graves problèmes comme le risque nucléaire ou le réchauffement climatique que ces digressions minimisent.

        Oups, en plus je m’y met aussi ! smiley  ! 


      • Trashon Trashon 2 octobre 2012 14:44

        Merci l’tacos,

        Grace à toi j’ai compris pourquoi la bouffe industrielle est si dégueulasse : elle est irradiée !!!

        Parce que c’est ça l’ionisation des aliments : l’irradiation au cobalt 60 voire au césium 137.

        Mais vous inquiétez pas y parait que c’est pas mauvais pour la santé smiley

        Comme le radium en son temps.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 octobre 2012 05:45

        @ Joletaxi


        J’aime bien les articles de Cabanel. Je vous considère, au contraire,comme un emmerdeur. Tsutt, tsut...qu’est-ce que je dis là !!!... Je dois commencer a devenir moins tolérant. C’est l’âge... Mais si vous et ceux comme vous veulent apprendre a tenir une discussion intelligente et sereine, je ne suis vraiment plus le bon modèle. Voyez plutôt ce texte en lien ci-dessous et ses commentaires. Ca parle du pour et du contre du nucléaire... 


        Pierre JC Allard

      • Romain Desbois 2 octobre 2012 11:35

        Entendu sur BFM ce week-end un gars génial qui a inventé une hybride éolienne verticale dont les pales sont recouvertes de cellules photovoltaïques.
        Hélas je ne me souviens plus du nom qu’il a donné à son invention (je crois que ca commence hybr...)

        Si kéqun a des infos, j’attends dans ma caverne d’écolo ....


        • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 11:42

          Romain

          je n’ai pas trouvé, 
          juste ce procédé double éolien et photovoltaique : ici
          mais apparemment, il ne s’agit pas de ça...

        • JL JL 2 octobre 2012 11:47

          « un gars génial qui a inventé une hybride éolienne verticale dont les pales sont recouvertes de cellules photovoltaïques. » (R. Desbois)

          Là franchement, les mecs, vous délirez ! Vous êtes tombés dans le panneaux solaire moulin à prières !

           smiley  smiley  smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 13:00

          JL

          on reparle ?
          si Romain a entendu l’info, c’est qu’il ne l’a pas inventée.
          il suffit d’enquêter un tout petit peu.
          mais de toutes façons, ce n’est pas irrationnel d’imaginer des pales d’éoliennes pourvues de capteurs photovoltaiques, non ?
           smiley
          et puis ça ne change rien sur le fond.

        • JL JL 2 octobre 2012 13:40

          Bonjour Olivier,

          sérieux ? Pourquoi pas sur une toupie !

          Allez, pour la forme, puisque je vois que tout le monde n’a pas la fibre optique, pardon, fibre physique ! 

          Je dis : un panneau solaire est efficace quand sa surface est perpendiculaire aux rayons du soleil. Sur une éolienne classique, si le vent souffle du nord, de ce point de vue, - les plus fortes brises - cette face sera toujours à l’ombre. Et pour une éolienne verticale, dans une rotation complète, on aura un rendement d’ensoleillement, à la louche entre 5 et 10% d’un panneau fixe correctement orienté.

          Sans compter le coût d’une telle éolienne !

          Un truc pour gogo ? Sans aucun doute.

          La meilleur implantation des panneaux solaires fixes c’est sur les toits, orientés au sud. En plus, la nature est bien faite : au nord, le soleil est généralement plus bas qu’au sud. Il y pleut aussi davantage, si bien que les toits sont plus pentus.


        • joletaxi 2 octobre 2012 14:40

          c’est évidemment une loufoquerie de plus

          pour ce qui est du raisonnement, il n’y aurait pas 2 faces aux pales d’une éolienne ?


        • L'enfoiré L’enfoiré 2 octobre 2012 14:47

          J’ai mis une mini-éolienne sur ma bagnole, des cellules photoélectriques sur le toit..
          J’attends le vent pour démarrer et le soleil pour m’arrêter.
          Excellente cette histoire sur les ions.
           smiley


        • JL JL 2 octobre 2012 15:34

          joletaxi,

          vous c’est l’hôpital qui se moque de la charité : s’il y a deux faces, le rendement est le même. Réfléchissez, voyons !

          Et dans le raisonnement, je ne parle pas du poids mort, du point de vue structurel comme logistique !


        • joletaxi 2 octobre 2012 15:51

          n panneau solaire est efficace quand sa surface est perpendiculaire aux rayons du soleil. Sur une éolienne classique, si le vent souffle du nord, de ce point de vue, - les plus fortes brises - cette face sera toujours à l’ombre.
          ... et fatalement l’autre orientée vers le sud cqfd

          il faudrait encore voir quelle surface virtuelle est balayée lors de la rotation,l’ombre porté quand les pales passent devant le mat,de plus les pales ne sont pas des surfaces planes, il faudrait voir au cours d’une rotation quelle est la surface totale finalement exposée.En cas d’exposition à des angles différents du lit du vent, il faudrait voir la surface utile finale des 2 faces des pales.

          Vous savez ,quand je vois des unifs jouer avec des bouées et des boudins pour capter l’énergie des vagues,qu’il se trouve des budgets pour, l’éolienne photovoltaïque me semble un projet très cohérent, et cerise sur la gâteau, elle produit même en l’absence de vent s’il y a du soleil,et quand il y a du vent ,même sans soleil.
          un beau projet non ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 16:59

          l’enfoiré

          on peut aussi « pisser dans un violon »
          ça ne fait pas avancer plus le débat, mais ça soulage.
           smiley

        • Romain Desbois 2 octobre 2012 20:26

          he les mecs ce sont des éoliennes verticales. Ca y est les dinosaures ?

          Les pâles tournent autour de l’axe comme un gyrophare !!!!!

          Mais quand je lis les tartufferies de ces trolls , je me souviens ce que l’on disais des voitures électriques , il n’y a que dix voire cinq ans. exactement les mêmes trufferies .


        • JL JL 2 octobre 2012 21:53

          Desbois,

          vous êtes tellement nul en technique (seulement ?) que je renonce à vous expliquer quoi que ce soit sur le sujet.


        • olivier cabanel olivier cabanel 3 octobre 2012 18:13

          merci Romain d’avoir retrouvé l’info

          je l’ai remis en fin de commentaires
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 3 octobre 2012 18:17

          JL

          un lien pour vous qui doutiez qu’une éolienne puisse aussi etre capteur photovoltaique


        • olivier cabanel olivier cabanel 3 octobre 2012 18:18

          mon pauvre jo

          comment faites vous pour être toujours dans l’erreur ?
          voici le lien pour découvrir cette éolienne qui est aussi photovoltaique
          devenez moderne, a défaut de devenir adulte.
           smiley

        • Romain Desbois 4 octobre 2012 13:00

          Slt Olivier

          Je viens d’écouter entre 12H et 12H30 RMC « les grandes gueules ». Entendre des âneries aussi comptoir de bistrot sur la voiture électrique , c’est horripilant. Le plus grave c’est que ce sont des prescripteurs d’opinion et certains sont même des élus.

          Ha on a bien les élus que l’on mérite.

          Amike


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 octobre 2012 13:28

          Romain

          je ne suis pas surpris, 
          les médias traditionnels ne font que « servir la soupe »
          perso je crois que l’automobile est en train de devenir « l’auto immobile »
          aujourd’hui, avec les réseaux, on voyage plus vite et plus loin sans quitter son siège... et ce n’est qu’un début.
           smiley

        • Romain Desbois 2 octobre 2012 11:40

          Salut Olivier

          Il est bon de rappeler que l’énergie la plus utilisée sur terre est l’énergie solaire (ATTENTION PIÈGE A TROLLS !).

          C’est le soleil qui nous éclaire le jour et la nuit (soir de pleine lune), qui nous chauffe la plupart du temps, c’est le soleil qui nourrit la photosynthèse, qui nous aide à produire certaines vitamines.

          A côté de ce géant , le nucléaire peut aller se rhabiller. 


          • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 11:43

            Romain

            merci de l’avoir rappelé,
            d’ailleurs je crois savoir que le nucléaire est en train de se rhabiller...
             smiley

          • lavabo 2 octobre 2012 13:55

            meme commentaire que chez watremez........ article grotesque


            • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 16:37

              lavabo

              grotesque ?
              bien sur.
              j’ajoute que votre commentaire ne vient pas d’un mec complètement siphoné.
              ce qui pour un lavabo serait surprenant.
               smiley

            • Yohan Yohan 2 octobre 2012 14:09

              Et il marche à quoi l’ordi de Cabanel ? sûrement à la tourbe séchée de Poméranie. 


              • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 16:39

                yohan

                vous ne devriez pas garder ce casque jour et nuit,
                ça doit compresser votre cerveau et vous empecher de réfléchir.
                 smiley
                a votre avis, ça sert à quoi le photovoltaïque ?
                à produire de l’électricité ?
                bravo !
                vous voyez, quand vous enlevez votre casque, vous arrivez à comprendre.
                 smiley

              • Croa Croa 2 octobre 2012 14:10

                « mais le plus grave est que 80% des logements neufs sont équipés de chauffages électriques, ne laissant pas vraiment de choix à l’habitant. »

                Faut pas exagérer, ce chiffre correspond au collectif destiné à la location. (Normal : Les chauffages électriques sont meilleur marchés et les loyers attendus identiques, vu que les loyers sont très règlementés et ce, sans prise en compte du mode de chauffage.)

                En individuel, la proportion s’inverse. smiley


                • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 16:42

                  Croa

                  bien évidemment, le chiffre correspond au « collectif »
                  que les logements neufs soient destinés à la vente ou a la location, ne change rien au fait connu, a savoir 80% des logements sont équipés de chauffages électriques.
                  bien essayé quand même.
                   smiley

                • Romain Desbois 2 octobre 2012 20:32

                  Faut dire que l’on a bien dissuadé les gens de passer au gaz , avec 50% d’augmentation en quelques années.

                  Mais le chauffage électrique n’est pas le problème , c’est très pratique en immeuble. C’est propre, très adaptable.

                  On peut faire autant d’électricité que l’on veut sans avoir à passer par le nucléaire ni le pétrole.

                  Économisez c’est utile mais ce n’est pas là où ça blesse. Le blocage vient du fait que l’on ne veut pas que les gens soient autonomes énergétiquement. Vous inquiétez pas les grosses boites d’énergies sont en train de se restructurer. Le jour où elle seront prêtes, les renouvelables se généraliseront.


                • Croa Croa 3 octobre 2012 22:03

                  à Romain : « Faut dire que l’on a bien dissuadé les gens de passer au gaz , avec 50% d’augmentation en quelques années. »

                  L’électricité n’est pas en reste et ce n’est pas terminé. La cause de ces augmentations n’est pas écologique mais économique, ces marchés étant réorganisés afin d’être plus juteux.


                • Bulgroz 2 octobre 2012 14:14

                  « Il y a donc l’énergie primaire produite et l’énergie consommée, et entre les deux, il y avait en 2008 une différence de 126,8 MTep (millions de tonnes équivalent pétrole) puisque nous avons produit 271,5 MTep, et consommé 144 MTep. Lien »

                  C’est hallucinant, 53,3% de pertes (271 produits moins 144 consommé donnent 144,7 d’énergie perdue.

                  Quand va t on cesser cette gabegie de l’électricité ?

                  Mais le professeur Cabanel explique ces gigantesques pertes : »La différence ne s’explique pas uniquement par « la perte en ligne THT (très haute tension) », ou le gaspillage lors de la fabrication énergétique, mais le résultat est là. (lien)

                  Et le lien donne l’étude d’un anonyme qui indique que les pertes en ligne sont de 5% (chiffre donné par EDF).

                  Donc, Cabanel nous explique que sur les 53 ;3% de pertes, 5% sont dus au transport de l’énergie .

                  Donc sur les 53,3% de pertes, Cabanel nous en explique 5%.

                  La question terriblement angoissante que je pose est la suivante :

                  Monsieur Cabanel, comment expliquez vous les 48,3% de pertes restantes (53,3 moins 5) ?


                  • olivier cabanel olivier cabanel 2 octobre 2012 17:02

                    zorglub

                    et ça fait plusieurs fois que vous resservez la même salade, 
                    pourtant la réalité est cruelle.
                    extrait d’un article :
                    D’autre part, la comptabilité de l’électricité pose un problème particulier. En effet l’électricité d’origine thermique, c’est à dire produite par de la chaleur (c’est le cas de toutes les énergies fossiles, du nucléaire, et de la géothermie), s’accompagne d’un dégagement de chaleur très important, entre une et deux fois l’électricité produite. Ceci correspond au fait que la transformation chaleur->travail est soumise au rendement dit de Carnot, qui n’excède pas au mieux 50 % dans les meilleures centrales à gaz, mais plutot de 30 % dans les centrales nucléaires par exemple. Ainsi l’énergie primaire consommée au départ est deux à trois fois plus grande que l’électricité produite. Il est impossible d’utiliser la chaleur « basse température » associée à ces pertes pour produire de l’énergie « noble » (électricité, hydrogène) (sinon, on le ferait !), mais elle peut servir en revanche au chauffage de locaux, de serres agricoles, etc... . C’est ce qu’on appelle la cogénération. Cela suppose cependant d’avoir des utilisateurs proches des centrales, ce qui peut poser problème dans le cas des centrales nucléaires par exemple. Néanmoins, globalement, on estime que 1 kWh d’énergie demande environ 2,5 kWh d’énergie thermique pour être produite. Le coefficient « standard » retenu par l’AIE est de 0,38 = 1/2,6 kWh électrique pour 1 kWh thermique initial.
                    lien pour accéder à l’article...
                    votre lobbying tombe une fois de plus à plat.
                     smiley

                  • joletaxi 2 octobre 2012 14:46

                    aahhh un petit kawa... d’un producteur local évidemment,

                    un rayon de soleil pour l’eau chaude.

                    On ferme les aciéries, le secteur totomobile est en pleine déconfiture,les prix de l’alimentaire partent en flèche,j’parle même pas du prix de l’énergie,etc.... saupoudrez d’un brin de réchauffement climatique qui, selon toute logique devrait nous geler les miches.... on y est non ,en décroissance ?

                    Que demander de plus ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès