• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JL

JL

« Le bonheur individuel se doit de produire des retombées collectives, faute de quoi, la société n’est qu’un rêve de prédateur. » (Daniel Pennac) : L’évasion fiscale nous coûte 60 milliards par an. De l’argent qui, pour notre économie part en fumée. 
 
''Frédéric Bastiat qui ferraillait contre les protectionnistes de son temps avait pressenti le principe économique de notre modernité néo-libérale, la croissance illimitée, quel qu’en soit le coût : toute activité gratuite, parce qu’elle lèse le secteur marchand correspondant, devra être soit interdite soit taxée à son profit… Les êtres vivants commettent un crime impardonnable : ils se reproduisent et se multiplient gratuitement. Certains en éprouvent même du plaisir. Depuis plus de deux siècles, notre société livre à cette gratuité une guerre longtemps secrète dont la dernière bataille est en cours. '' : Ainsi, la Fonction Publique est au Marché ce que les gaz et huiles de schistes sont aux énergies fossiles : des fonds de tiroirs qu’on n’a pas encore raclés.
 
« Nous sommes sous la domination d’un capitalisme financier, rentier et spéculatif qui provoque des catastrophes un peu partout » (Alain Caillé) : Les crises systémiques sont les baffes que la main invisible administre régulièrement à ses apôtres pour mettre à l'épreuve l'indéfectibilité de leur foi en Elle. Ce capitalisme là est le terreau du Crony capitalism ; les corporations y sont de plus en plus indiscernables des organisations de type maffieux. Les petits porteurs d’actions sont dans la situation des cobayes de l’expérience de Milgram : ils préfèrent ne rien savoir des crimes commis au nom de leur saint profit.
 
«  Quand l'Etat est à la baisse, les féodalités sont à la hausse » (Régis Debray) Les féodalités d'aujourd'hui sont les maffias, les sectes et bien entendu, les multinationales et les très grandes fortunes. Les entreprises n’ont pas vocation à créer le plein emploi. D’ailleurs, emploi est un mot qui n’appartient qu’au monde de l’entreprise. Si durant des moments privilégiés de l’histoire les entreprises ont de fait assuré le plein emploi, il y a belle lurette qu’elle détruisent plus de métiers et de richesses naturelles qu’elles ne créent d’emplois et de richesses matérielles. Pour paraphraser Jean-Pierre Berlan, je dirai : Sérieusement, vous croyez vraiment que Peugeot crée des emplois, Michelin crée des emplois, Aventis crée des emplois ? Bien sûr que non ! Ils produisent des profits. La richesse n’est pas la Richesse, bien au contraire : ainsi, les semenciers s’enrichissent-ils en détruisant la Richesse naturelle que constituent les milliers de variétés de graines appartenant au patrimoine de l‘humanité.
 
La Gauche et la Droite sont respectueuses des valeurs égalité et liberté, mais la Gauche est portée sur la réduction des inégalités - keynésianisme de gauche = redistribution = politiques de la demande - et la droite c'est le contraire - keynésianisme de droite = politiques de l'offre = théorie du ruissellement. Le néolibéralisme qui renie la valeur égalité est de ce fait, à la droite de la droite, c'est-à-dire à l’extrême droite. La fraternité est un rempart contre les communautarismes qui sont la seconde nature du néolibéralisme.
 
La Théorie du ruissellement : «  Laissez nous nous enrichir, nous vous enrichirons ». Cette injonction libérale qui préside tous les imaginaires est l'équivalent du ’’Donnes moi ta montre, je te donnerai l’heure’’ communiste mais mortifère puisque, au contraire du communisme qui ne négligeait aucun travailleur, le libéralisme est en passe de démontrer la justesse de cette prévision d'Hannah Arendt : « Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. Ce n'est pas le travail qui disparait mais l'utilité des travailleurs pour le capital. » Ce n'est pas l'aspiration à l'égalité qui s'oppose à la liberté, c'est le besoin de sécurité. Les riches qui ne voient leurs semblables qu'en terme d'utilité, ont bien compris que seul l'argent leur procure à la fois la sécurité et la liberté indécente dont ils sont avides, c'est pourquoi ils n'en auront jamais assez. Et ceci explique cela : l’évasion fiscale.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/03/2007
  • Modérateur depuis le 09/11/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 29 31491 1656
1 mois 0 76 0
5 jours 0 20 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2754 1984 770
1 mois 29 28 1
5 jours 7 6 1

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • JL JL 27 mars 20:18

    Lire La médiocratie, par Alain Deneault


    « Rangez ces ouvrages compliqués les livres comptables feront l’affaire. Ne soyez ni fier, ni spirituel, ni même à l’aise, vous risqueriez de paraître arrogant.. Atténuez vos passion, elles font peur. Surtout, aucune ‘’bonne idée’’, la déchiqueteuse en est pleine. Ce regard perçant qui inquiète, dilatez-le, et décontractez vos lèvres - il faut penser mou et le montrer, parler de son moi en le réduisant à peu de choses : on doit pouvoir vous caser. Les temps ont changé. Il n’y a eu aucune prise de la Bastille, rien de comparable à l’incendie du Reichstage, et l’Aurore n’a encore tiré aucun coup de feu. Pourtant l’assaut a bel et bien été lancé et couronné de succès : les médiocres ont pris le pouvoir. » 
     
     plus d’infos

  • JL JL 27 mars 18:16

    ’’« La campagne électorale que nous vivons est certainement l’une des plus calamiteuses que notre pays ait connue. Notre soutien à Emmanuel MACRON repose d’abord sur la moralisation de la vie publique »…Sauf qu’en y regardant de plus près, la moralisation de la vie publique n’a pas toujours été leur bible, ne serait-ce que par leur attachement au cumul des mandats et à la perversité que cela peut induire…’’

     
     « En pleine faillite matérielle et morale, notre société s’éloigne toujours plus de de qu’elle proclame sur tous ses bâtiments publics : La liberté, l’égalité et la fraternité. Le grand nombre n’a donc plus confiance en rien ni en personne. Les gens préféreraient avoir confiance. Ils ne sont pas habités de rancoeur, mais d’amertume. » (Jean Luc Mélenchon)


  • JL JL 27 mars 18:03

    ’’Parmi l’une des réformes qu’il envisage, par exemple, celle de supprimer la taxe d’habitation, totalement ou partiellement pour 80 % des ménages, mais qu’en sera t-il réellement ?’’

     
     C’est un projet idiot et né dans un esprit totalement déconnecté de la justice sociale. 
     
     Je pose la question : quelqu’un pourrait-il citer une mesure plus clientéliste que celle-là ?
     
     

  • JL JL 27 mars 13:19

    @Fergus
     

    la nuance entre « être galvanisé  » et « aucune leçon à recevoir quant à l’ancienneté et l’authenticité de leur sympathie et militantisme » n’est pas évidente pour tout le monde, en effet.

  • JL JL 27 mars 10:32

    @Fergus


    ’’Tant mieux si ces participants ont été galvanisés par Mélenchon’’
     
     Cette formulation me laisse dubitatif : en effet, vous n’y êtes pas ; les gens qui étaient là n’avaient, à mon avis, aucune leçon à recevoir quant à l’ancienneté et l’authenticité de leur sympathie et militantisme pour JL Mélenchon.
     
     ’’ ... des militants et sympathisants de la France Insoumise qui faisaient la queue quasiment jusqu’aux abords des Champs libres.’’
     
     Je suis arrivé aux alentours de 13 heures, la queue longeait le Cours des Alliés et redescendait le long de la rue d’Isly jusqu’à l’entrée du métro. A l’ouverture des portes, elle s’était gonflé, atteignait le Bd de la Liberté et se poursuivait jusqu’au nouveau bâtiment européen (cité Paul Ricoeur je crois), et même au delà, en direction de l’Avenue Janvier.
     






Palmarès