• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

JL

JL

« Le bonheur individuel se doit de produire des retombées collectives, faute de quoi, la société n’est qu’un rêve de prédateur. » (Daniel Pennac) : L’évasion fiscale nous coûte 60 milliards par an. De l’argent qui, pour notre économie part en fumée. 
 
''Frédéric Bastiat qui ferraillait contre les protectionnistes de son temps avait pressenti le principe économique de notre modernité néo-libérale, la croissance illimitée, quel qu’en soit le coût : toute activité gratuite, parce qu’elle lèse le secteur marchand correspondant, devra être soit interdite soit taxée à son profit… Les êtres vivants commettent un crime impardonnable : ils se reproduisent et se multiplient gratuitement. Certains en éprouvent même du plaisir. Depuis plus de deux siècles, notre société livre à cette gratuité une guerre longtemps secrète dont la dernière bataille est en cours. '' : Ainsi, la Fonction Publique est au Marché ce que les gaz et huiles de schistes sont aux énergies fossiles : des fonds de tiroirs qu’on n’a pas encore raclés.
 
« Nous sommes sous la domination d’un capitalisme financier, rentier et spéculatif qui provoque des catastrophes un peu partout » (Alain Caillé) : Les crises systémiques sont les baffes que la main invisible administre régulièrement à ses apôtres pour mettre à l'épreuve l'indéfectibilité de leur foi en Elle. Ce capitalisme là est le terreau du Crony capitalism ; les corporations y sont de plus en plus indiscernables des organisations de type maffieux. Les petits porteurs d’actions sont dans la situation des cobayes de l’expérience de Milgram : ils préfèrent ne rien savoir des crimes commis au nom de leur saint profit.
 
«  Quand l'Etat est à la baisse, les féodalités sont à la hausse » (Régis Debray) Les féodalités d'aujourd'hui sont les maffias, les sectes et bien entendu, les multinationales et les très grandes fortunes. Les entreprises n’ont pas vocation à créer le plein emploi. D’ailleurs, emploi est un mot qui n’appartient qu’au monde de l’entreprise. Si durant des moments privilégiés de l’histoire les entreprises ont de fait assuré le plein emploi, il y a belle lurette qu’elle détruisent plus de métiers et de richesses naturelles qu’elles ne créent d’emplois et de richesses matérielles. Pour paraphraser Jean-Pierre Berlan, je dirai : Sérieusement, vous croyez vraiment que Peugeot crée des emplois, Michelin crée des emplois, Aventis crée des emplois ? Bien sûr que non ! Ils produisent des profits. La richesse n’est pas la Richesse, bien au contraire : ainsi, les semenciers s’enrichissent-ils en détruisant la Richesse naturelle que constituent les milliers de variétés de graines appartenant au patrimoine de l‘humanité.
 
La Gauche et la Droite sont respectueuses des valeurs égalité et liberté, mais la Gauche est portée sur la réduction des inégalités - keynésianisme de gauche = redistribution = politiques de la demande - et la droite c'est le contraire - keynésianisme de droite = politiques de l'offre = théorie du ruissellement. Le néolibéralisme qui renie la valeur égalité est de ce fait, à la droite de la droite, c'est-à-dire à l’extrême droite. La fraternité est un rempart contre les communautarismes qui sont la seconde nature du néolibéralisme.
 
La Théorie du ruissellement : «  Laissez nous nous enrichir, nous vous enrichirons ». Cette injonction libérale qui préside tous les imaginaires est l'équivalent du ’’Donnes moi ta montre, je te donnerai l’heure’’ communiste mais mortifère puisque, au contraire du communisme qui ne négligeait aucun travailleur, le libéralisme est en passe de démontrer la justesse de cette prévision d'Hannah Arendt : « Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. Ce n'est pas le travail qui disparait mais l'utilité des travailleurs pour le capital. » Ce n'est pas l'aspiration à l'égalité qui s'oppose à la liberté, c'est le besoin de sécurité. Les riches qui ne voient leurs semblables qu'en terme d'utilité, ont bien compris que seul l'argent leur procure à la fois la sécurité et la liberté indécente dont ils sont avides, c'est pourquoi ils n'en auront jamais assez. Et ceci explique cela : l’évasion fiscale.

Tableau de bord

  • Premier article le 01/03/2007
  • Modérateur depuis le 09/11/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 29 32613 1656
1 mois 0 493 0
5 jours 0 68 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2862 2068 794
1 mois 39 32 7
5 jours 4 3 1

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • JL JL 27 mai 18:38

    @ZEN
     

     bah, chacun fait comme il veut. Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça.
     
     Le fond ? quel fond ? Celui de la Méditerranée pleine de cadavres qu’on n’ose même plus acheter du poisson qui vient de là-bas ? 

  • JL JL 27 mai 12:55

    @ZEN
     

     ’’Les liens sont faits pour être ouverts et lus’’
     
    Non ! sans blague ?

  • JL JL 27 mai 12:18


     
     Extrait :

    ’’La première « révolution verte », celle de l’après Seconde Guerre mondiale, était dirigé par le secteur public. Les institutions publiques et les gouvernements contrôlaient la recherche, le développement agricole et les politiques agraires. La seconde « révolution verte », celle des biotechnologies et des Organismes Génétiquement Modifiés, est dirigée par une firme privée américaine : Monsanto. Premier semencier du monde, premier fournisseur de graines… La première « révolution verte » était bâtie sur l’utilisation massive de produits chimiques et d’équipements motorisés, mais son objectif ultime était tout de même de fournir plus de nourriture et d’assurer la sécurité alimentaire de la planète. Aujourd’hui, le bilan est là. Pour paraphraser Winston Churchill : « Il est fini le temps des promesses douteuses et des négociations stériles, voici venu le temps des conséquences ». Les sols appauvris, les pollutions massives, la qualité des aliments produits qui s’effondre et, pour finir, de nombreux problèmes de santé dans les populations. Et que dire des agriculteurs, maraîchers et autres viticulteurs atteints de leucémies, de leurs enfants souffrant de malformations congénitales après des années d’exposition familiale aux produits phytosanitaires utilisés massivement ?

    La seconde « révolution verte » est dirigée par Monsanto, le roi de la graine. La seconde « révolution verte » n’a rien à voir avec la sécurité alimentaire. Encore moins avec la souveraineté alimentaire des Etats. Son but ultime est de contrôler le vivant à travers une série de brevets. Les OGM sont un moyen de privatiser la nourriture de l’Humanité et Monsanto est en position de quasi-monopole. « Nous vous possédons, nous possédons tous ceux qui achètent nos produits », déclarait un représentant de Monsanto, lors du procès que la firme intentait à un paysan américain qui refusait payer les royalties de semences qui lui avait été imposées.’’

  • JL JL 27 mai 10:08

    C’est dommage cette profusion redondante et non explicite de liens. Mais d’où vient donc cette déplorable manie qui semble se répandre sur AV ?


  • JL JL 27 mai 10:00

    Et la bouffe industrielle ? 







Palmarès