• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gilles Mérivac

Gilles Mérivac

J'ai commenté pendant quelques années sur le site du figaro, mais cela ne permet pas de développer complètement ses idées. J'écris également sous le pseudonyme d'Occam de courts récits que l'on peut lire sur http://www.des-histoires.com.

Tableau de bord

  • Premier article le 23/03/2015
  • Modérateur depuis le 11/04/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 22 1371 871
1 mois 1 30 23
5 jours 0 3 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 145 139 6
1 mois 8 8 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 22 juin 19:20

    @armand tardella
    Malgré votre remarque qui suppose que personne ne peut être en dehors du système mis en place par les élites mondialisées, il existe des pays qui le sont, comme Cuba ou la Corée du Nord. Il est à remarquer que ces deux exemples font figure de repoussoir, et il est vrai que les libertés sont très restrictives dans ces deux pays et que la propagande d’état est omniprésente. Mais c’est justement le prix à payer pour sortir du système !

    Il est vrai que Cuba n’est pas une réussite économique, mais contrairement à ce que l’on croit, la vie n’est pas si désagréable en Corée du Nord. Le pays est presque aussi propre est soigné que la Suisse, ses habitants mangent à leur faim et ne sont pas plus malheureux qu’ailleurs.


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 22 juin 12:47

    Un article plein de bon sens, ce qui devient rare sur agoravox.

    Cependant le système s’accommode assez bien des failles de sécurité, il en profite même pour les corriger au jour le jour. L’agriculture et les produits bio ? Pas de problème, on détourne le concept et on vend du bio comme tout autre produit commercial, on crée même des rayons spécialisés pour cela. Les coopératives ? Très bien, on vous propose nos réseaux encore plus pratiques et avec des réductions et des bons de fidélité !

    Non désolé, les failles de sécurité ne suffiront pas à lutter à armes égales avec un système tentaculaires, Snowden eest bien gentil, mais il est marginal.


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 20 juin 09:03

    Une simple remarque suffit à expliquer le fort taux d’abstention : qui serait assez masochiste pour jouer à un jeu dans lequel il est toujours perdant ?

    Comme les partis principaux s’arrangent pour barrer la route à ceux qui leur déplaisent, les partis ostracisés n’ont aucune chance et leurs électeurs en tirent la conclusion inévitable, il ne sert à rien d’aller voter.

    Comme je ne suis pas favorable à l’abstention, je préconise de lancer les bulletins, de ramasser celui qui est le plus près du mur pour aller le déposer dans l’urne.


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 14 juin 08:11

    Bonjour moderatus,

    L’être humain n’a malheureusement conscience de la valeur de quelque chose que quand il la perd, ainsi en est-il de la démocratie. La seule manière de guérir est donc un gouvernement très autoritaire avec des libertés bien muselées. C’est probablement cette pensée inconsciente qui a guidé le choix de nombreux votants vers l’abstention.

    Vous savez ce que l’on disait sur le goût des médicaments, plus il est mauvais et plus ils sont efficaces.


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 11 juin 08:38

    Bonjour Moderatus

    Le quinquennat de Hollande a tellement déliré en matière d’éducation que le simple fait de revenir à des mesures normales fait presque figure de révolution. Comme pour Macron versus Hollande, il s’agit pour l’instant de repeindre une image très dégradée de l’école.

    Il ne faut pas se faire d’illusion, les problèmes de l’école que sont la discipline l’exigence et l’effort refusés, le mérite jeté aux orties ne seront pas résolus car ils proviennent du fonctionnement même de la société, et celle-ci n’est plus d’accord sur rien, relativisme oblige.

    Je crains donc que cette nomination ne soit qu’un coup d’épée dans l’eau, mais attendons la suite.