• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Philippe Sage

Tableau de bord

  • Premier article le 01/12/2006
  • Modérateur depuis le 30/04/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 195 723 7812
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 15 8 7
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Philippe Sage Philippe Sage 3 mai 2012 17:20

    Je suis d’accord avec vous. Les sondages sont devenus, effectivement, « un outil d’influence » sur l’opinion (et je suis pour leur suppression pure et simple).
    Sans cet outil, je ne suis pas certain que Ségolène Royal aurait été, finalement, désignée candidate par les militants du PS, le 16 novembre 2006. Bon sang, ce qu’elle était mauvaise !
    Je suis encore bien étonné qu’elle ait pu réunir près de 47% des suffrages au second tour de la présidentielle de 2007. Sans doute dut-elle son score à un anti-sarkozysme déjà vivace. Il y avait aussi (pour ce qu’on nomme un peu trop hâtivement) le « peuple de gauche », l’envie d’effacer (en partie) le 21 avril 2002, et 2002 d’une manière générale.

    Vous dites le 1er tour. C’était là qu’il fallait faire un vrai choix.
    Mais, il a été fait. Près de 18% des suffrages exprimés se sont portés sur le FN, plus de 11 sur le Front de Gauche ! C’est pas rien ! Si on y ajoute les scores de Poutou, Arthaud, NDA, ça vous donne plus de 40%. C’est pas négligeable.
    Ne croyez pas que je les mette tous dans le même sac - pas du tout ! - mais c’est tous des anciens représentants du non au TCE de 2005.

    De toutes les façons, vous le savez fort bien, une élection au suffrage universel à DEUX TOURS ne peut pas échapper aux partis dominants. Vous prenez de Gaulle pour un amateur ? Vous pensez bien qu’il a verrouillé cette affaire, et copieux !
    Il en va - malheureusement - de même pour les Législatives. Même si, cette année, elles vont être sportives pour l’UMP...

    Pour le reste, le programme de Hollande est insuffisant. C’est clair. Et le plus dur nous attend. C’est l’évidence même.
    Mais voyez-vous, je préfère un type qui assume ses convictions (Hollande) que celui (Sarkozy) qui n’en a pas. Car il n’en a pas ! Il suit d’abord le modèle anglo-saxon, vante l’Espagne, puis, hop, il change de position, se tourne vers l’Allemagne. Ce type est un suiveur. Il n’innove pas. Il ne crée pas. Ce n’est pas une locomotive. Or, en temps de crises (rappelons que nous sommes en crise depuis 1973, pas depuis 2008) il faut, à la tête de la 5ème puissance mondiale, non un suiveur, mais quelqu’un qui donne une direction, qui impulse, etc.
    Et non quelqu’un qui nous dit : « Ça ne se fait dans aucun pays du monde ! ». C’est indigent. Ce n’est pas au niveau. (à ce propos, les 35 heures n’ont pas été « inventées » par la France, mais ... par les Allemands. A la fin des années 80 et au début des années 90, notamment dans la sidérurgie ..)

    En fait, le sarkozysme n’a jamais existé. Le gaullisme, oui. Le gaullisme, c’était une vision, une idée précise de la France, un moteur. Mais le sarkozysme, non. Et vous verrez qu’une fois qu’il sera « parti », personne ne s’en réclamera. Personne !
    Déjà, c’est un « accident », Sarkozy. Si Juppé n’était pas « tombé » en 2004 (les emplois fictifs, un an d’inéligibilité - 10 en première instance - et 14 mois de prison avec sursis - Game over, Alain !) jamais Sarkozy n’aurait pu avoir sa chance en 2007. Jamais !
    Mais vous me direz, de l’autre côté, pareil. Si DSK n’était pas « tombé » en mai 2011....

    NB : je précise que ce billet est volontairement léger. Il est au second degré. Au minimum.



  • Philippe Sage Philippe Sage 18 avril 2012 12:10

    Ah c’est la règle ! Et vous vous y soumettez, donc, comme un mouton ! C’est du joli !
    Ce que vous appelez « règle » est un instrument pour les cons, les petits, les mesquins, les aigris, les sans-âme, les médiocres, les faibles.
    Donc, s’y adonner, c’est éliminatoire.
    Je ne peux, dès lors, prendre en compte votre prose parsemée de fautes multiples.
    Où tout est mélangé, Le Pen, Mélenchon, Dupont-Aignan.

    Rien, vous ne connaissez rien. Mais vous n’êtes pas le seul. C’est le cas de la plupart des internautes intervenant par ici. Ah, il faut voir, comme ils t’ont refait le RAID, Merah, la BCRI. Ce sont des spécialistes ! Le terrain, le terrorisme, ils connaissent ! Et c’est pour tous les sujets pareil !
    Et vous qui traitez Lapix d’idiote ! Comme tous les médiocres ! Alors que vous n’avez pas la moitié du quart de son cursus. Vous n’avez pas le bagage. Vous n’avez pas la culture. Lapix c’est pas ma tasse, mais c’est loin d’être une idiote, monsieur !
    Vous êtes comme ceux qui insultent les politiques, leur affublant des qualificatifs grossiers, alors que là, non plus, vous n’avez pas leur niveau. Vous n’êtes pas au niveau. Vous n’êtes pas qualifié. Ni pour juger, ni pour voter.

    Le journalisme, je connais. Vous pas. C’est pas votre affaire. Vous n’y entravez que couic. La presse, vous n’y connaissez rien. Les contraintes, les impératifs, les lignes éditoriales, etc.
    Des journalistes, il y en a dans ce pays. Et des bons. Des honnêtes. Il y en a, oui, qui triment, qui vont au charbon. Et je vais vous dire : on en trouve même à l’AFP !

    Alors vous pouvez pérorer, et voter ensuite. Voter pour une élection pareille, c’est pisser dans un violon. Si vous ne l’avez pas encore compris, alors vous n’avez rien compris.
    Voter ça ne sert à rien, si après on ne se comporte pas en citoyen. Si on n’assiste pas à des conseils municipaux, si on ne va jamais dans un tribunal, si on ne participe pas à la vie de la cité, si jamais on ne va rencontrer son député. Un citoyen qui n’est pas actif et qui vote quand même, ça ne vaut rien. Un citoyen qui vote et qui rentre chez lui, ça ne sert à rien.
    Autant ne pas voter, alors.

    Vous avez la presse qui vous méritez. Mille fois. Moi, je m’en cague. C’est votre affaire, pas la mienne.



  • Philippe Sage Philippe Sage 18 avril 2012 01:45

    J’ajoute que vous êtes un pleutre. Un mesquin de première. Vous jouez donc à ce jeu à la con de +1 et de -1. Dans les commentaires. Oh ne dites pas non, je le vois.
    Moi, je m’en carre. Je ne vous mets pas un -1, voyez (ni un +1 - je ne joue pas à ce truc de nazes), au prétexte que votre commentaire ne me plairait pas. Je vous réponds, c’est plus franc. Vous pigez ?
    Mais vous, vous jouez à ce jeu stupide et - je le redis - mesquin. Vous vautrer dans ce machin, vous discrédite.
    Donc oui, vous êtes méprisable.



  • Philippe Sage Philippe Sage 18 avril 2012 01:39

    Un chien de garde ? Mais bien sûr. Vous ne connaissez pas Halimi. Ni Pierre Carles. Et vous me parlez de chiens de garde .. Drôle !

    Oui, le mépris, quand vous débarquez et dites que vous vous arrêtez à point donné, bouffi d’a priori.
    Ou ai-je glorifié Lapix, monsieur le citoyen averti ?
    Si vous étiez un peu moins paresseux, moins plein de vos « avertitudes », vous auriez lu, une ligne plus bas, ce que j’en pensais, à l’ironie. Mais vous ne savez ni lire, ni écrire. Pourtant c’est clair. Du limpide.
    Déloquez-vous avant de caguer votre camelote partisane.
    Sinon, oui, la réponse, c’est le mépris.
    Et alors ?
    Ça le vaut mille fois, croyez-le.



  • Philippe Sage Philippe Sage 18 avril 2012 01:20

    Ah, Cyril, dit le « citoyen averti » (donc il en vaut deux - c’est terrifiant !), on n’attendait plus que vous, messire !

    Ayez la délicatesse de vous relire et ainsi livrer un commentaire sans faute(s) ; elles sont nombreuses, c’est assez épouvantable.
    Déjà que j’aurais la presse que je mérite (mouhahahaha), triple citoyen averti, alors si en plus je dois me fader les analphabètes (c’est Aphatie, oui, qui fait le texte - on reste calme et à distance).

    Alors citoyen averti, paresseux, tu t’es arrêté au paragraphe Lapix ? T’as fait ton petit délire d’averti qu’en vaut pas deux, et tu viens donner la leçon ?
    Mais qui es-tu ? Hein ?
    Tu t’y connais, n’est-ce pas, en technique de déstabilisation ? Non .. Tu recraches ce que tu as lu. Bêtement.
    Laisse-moi rire.

    Je n’ai pas la presse que je mérite, messire ! Mais j’ai le benêt qui se prend pour Cador. Ça vaut son pesant.

    Oh mais, attends ... Dis-moi, tu ne serais pas un partisan ? C’est ça, hein ? Un de ces embrigadés jusqu’au cul ! Salaud va ! Dehors ! Allez ! Du balai ! C’est qui, qui m’a foutu ce con, là, dans ce déluge, ce déclin ! Cet analphabète ! Ce cocu fantastique ! Non mais ...

    C’est pas un citoyen averti de rien, mais de rien de rien, qui va m’apprendre, nom d’un Mélenchon.
    Allez ouste ! A la niche !

Voir tous ses commentaires (20 par page)