• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Les commentaires de PRCF





  • PRCF PRCF 20 mars 16:24

    @Trelawney
    vous nous rappelez le nombre d’habitants en Russie, en Chine et en Inde ?




































































  • PRCF PRCF 20 mars 14:01

    @pipiou
    Vous aurait il échappé que le capitalisme n’est pas un système démocratique, mais au contraire totalitaire imposant sous des formes brutales, fascistes ou libérales selon les pays ou les époques la même dictature absolue de la classe capitaliste ?



  • PRCF PRCF 1er mars 14:36

    @Fifi Brind_acier
    Vous êtes un grossier menteur, anonnant des propos sectaires. Ne voyez vous pas que les faits vous donnent torts ? votre gourou divise plus qu’il ne rassemble. Il suffit de voir son score à la présidentielle.
    En effet votre parti n’est tournée que vers un objet unique, non pas le rassemblement pour le frexit, mais l’élection de F Asselineau. On est loin de De Gaulle, Villon, Jean Moulin ou Duclos...

    A l’inverse, et le PRCF vous a répondu par les faits, l’UPR a refusé systèmatiquement toutes les initiatives de rassemblement larges dont nombre organisées par le PRCF, allant bien au delà des communistes.

    Dernière chose, votre raisonnement profond est faux, vous pensez que le combat contre l’UE est le seul combat. Qu’il suffit de dire « sortir de l’UE ». Mais c’est oublier un peu vite que l’UE est le résultat d’un système, elle n’est pas née de rien, elle a des soutiens, des batisseurs, des raisons d’exister. Servir les multinationales pour écraser et diviser les peuples. De la même manière que le CNR a mobilisé largement en proposant un rassemblement large répondant non pas seulement au besoin de libération des troupes d’occupation, mais en répondant aux besoins de libération du peuple, à la fois de l’occupant allemand mais également de ceux qui ont fait alliance avec lui pour mieux l’exploiter. Bref, si on veut la sortie de l’UE, si on veut rassembler les français et même au delà les peuples européens, cela passe oui par la mise en cause du système.
    Il est évident qu’un politicien de droite, qui a fait des décennies de carrière au service des Longuet, Tiberi, Sarkozy ne le souhaite pas. Et qu’il est pas le mieux placer pour rassembler non plus. Là encore, ouvrez les yeux, le résultat de Asselineau est ridicule.

    Pour mémoire, le POI avec Schivardi - et une campagne portant la sortie de l’Union Européenne tout en affichant un programme communiste- et moins de moyen que l’UPR a fait un résultat tout à fait similaire à celui d’Asselineau.



  • PRCF PRCF 28 février 23:19

    @Fifi Brind_acier
    Ce que vous dites est faux et vous le savez.
    Le PRCF n’a eu de cesse depuis 2004 d’impulser un rassemblement large pour la sortie de l’UE et de l’Euro. Un rassemblement que l’UPR a toujours refusé, préférant une stratégie d’isolement.

    https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/francois-asselineau-candidat-du-191524

    Peu après que M. ASSELINEAU eut quitté l’UMP en indiquant qu’il faisait une croix sur ses engagements passés, les militants du PRCF qui ne craignent pas le débat organisent dans le cadre de l’Université Populaire Ch’ti Guevara en 2009 un débat avec cette personnalité alors étonnante qui vient de reprendre l’appel à la sortie de l’UE que les communistes du PRCF sont alors les seuls à porter depuis sa création en 2004. Bien sûr, les désaccords apparaissent déjà nombreux, mais il est significatif de mentionner ce point qui démontre que ASSELINEAU n’a rien inventé en parlant de sortie de l’UE, qu’il ne pouvait ignorer que les communistes du PRCF étaient les premiers et les seuls à avoir toujours mené la lutte pour la sortie de l’UE. Y compris lorsque M. ASSELINEAU était encore dans les cercles dirigeants appliquant les ordres de BRUXELLES / MEDEF. On ne saurait donc accuser les communistes et le PRCF ni de sectarisme ni de manque d’esprit de responsabilité.

    De fait de 2009 à 2017, au contraire, le PRCF va déployer une énergie considérable pour construire et faire vivre, dans l’action unitaire, un large rassemblement respectueux du débat démocratique et des sensibilités de chacun, un front populaire mobilisant l’ensemble de l’arc des organisations communistes, progressistes, ou gaullistes républicaines pour la sortie de l’UE de l’Euro et de l’OTAN, un front que l’UPR refusera systématiquement de rejoindre en préférant le cavalier seul. Pour ne citer quelques exemples quelques dates et mobilisations significatives.

    • En 2012, dans la manifestation nationale pour refuser le TSCG, l’UPR brille par son absence. Les communistes du PRCF sont quasiment les seuls, avec le POI, à appeler à sortir de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN. Lorsqu’en 2012/ 2013 les communistes du PRCF, les progressistes du M’PEP, les gaullistes des Clubs Penser la France se rapprochent pour lancer ensemble une initiative nationale pour un nouveau CNR, l’UPR refusent de facto toute initiative de ce genre. Le combat de l’UPR, c’est la présidentielle pour ASSELINEAU et rien d’autre, explique-il alors. C’est donc avec un UPR absent (occupé à préparer sa participation à la mascarade des élections européennes) qu’un appel pour un nouveau CNR est lancé en juin 2013 par le PRCF, le M’PEP et les CPF, recueillant en quelques semaines plusieurs milliers de signatures et sous l’égide d’un très large comité de personnalités de toutes sensibilités, témoignant d’un esprit pleinement conforme à celui de résistance pour la libération des travailleurs de France qu’était celui du CNR. Cet appel, très simple (à lire en cliquant ici), appelle alors à la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN. Un appel que l’UPR ignore… témoignant alors clairement que la lutte, à la fois unitaire et plurielle pour le FREXIT, n’est pas sa priorité.
    • En 2014, le parti d’ASSELINEAU fait le choix d’une campagne individualiste lors de l’élection européenne. Pourtant un large front là encore, réuni sous l’égide du CNR-RUE – dont les communistes du PRCF sont une des forces motrices – mène une solide et claire campagne pour la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN, dénonçant la mascarade de ces élections européennes qui ne visent qu’à masquer le caractère antidémocratique de l’Union Européenne, véritable dictature du Capital. Qu’importe, l’UPR refuse là encore une unité d’action pour le FREXIT, préférant légitimer le système pour un résultat électoral bien maigre. Tandis qu’une très large majorité de Français choisissaient l’abstention. La priorité de l’UPR là encore : se faire connaître auprès des maires pour qu’ASSELINEAU puisse se présenter à la présidentielle en 2017… qu’importe le rassemblement d’un front commun pour le FREXIT, au-delà des ambitions personnelles.
    • En 2015, là encore, les troupes de l’UPR ignorent les initiatives prises notamment par les communistes pour faire du 29 mai 2015, 10 ans du NON de 2005, un événement pour la sortie populaire et démocratique de l’UE (manifestation du 31 mai 2015).
    • Dans la foulée, avec un large collectif de personnalités, communistes et non communistes, le PRCF lance à l’automne 2015 une campagne de pétition pour l’organisation d’un referendum pour le FREXIT, concomitamment au débat pour le BREXIT. Plusieurs milliers de travailleurs partout en France signent en quelques semaines cette pétition ouverte, rassembleuse et démocratique. Une pétition boudée par l’UPR qui reste l’œil fixé sur la présidentielle ; Là encore, la priorité de l’UPR c’est la candidature Asselineau à la présidentielle alors que la démarche qui conduisit au CNR à l’initiative de Jean Moulin était une démarche de rassemblement dans la pluralité.

    De 2007 à 2017, si l’UPR a décliné scrupuleusement son action pour atteindre son objectif -qu’ASSELINEAU soit candidat à la présidentielle – c’est malheureusement en dédaignant les conditions d’un pluralisme politique permettant à chaque composant de l’arc anti-Maastricht d’apporter sa propre originalité à cette construction : chose particulièrement nécessaire pour que la classe ouvrière, principale victime de la « construction » européenne et principale force motrice du nécessaire Frexit progressiste, puisse jouer son rôle sans être d’emblée priée de jouer les fores d’appoint à un « homme providentiel ». Dans ces conditions, les appels intéressés aux communistes fréquents en ces périodes propices au racolage électoral ne doivent laisser aucun militant communiste, aucun syndicaliste, aucun travailleur dupe. En pratique et dans les faits, pour bâtir un nouveau Conseil National de la Résistance (CNR), c’est bien vers un nouveau CNR rassemblant plusieurs forces populaires dans l’égalité des droits, en en mettant « le monde du travail au centre de la vie nationale » (comme y invitait le CNR en 1944) qu’il faut se tourner. Cette méthode est indispensable pour que le Frexit s’oriente d’emblée dans une direction progressiste, susceptible de casser l’élan du FN et de mobiliser les dizaines de millions d’ouvriers et d’employés qui doivent faire le lien entre l’indépendance nationale et la reconquête du progrès social.



  • PRCF PRCF 27 février 15:03

    @Zolko

    Faux. les études montrent que la SNCF - en offrant l’un des meilleurs services du monde avec un réseau TGV très développé - offre les tarifs parmi les plus bas et compétif d’europe.
    C’est pas la CGT qui le dit mais les médias allemands.
    https://www.challenges.fr/entreprise/cette-etude-comparative-va-faire-plaisir-a-la-sncf-et-a-air-france_143635

    En France, le prix moyen est ainsi de 17,59 € pour 100 km. C’est moins cher qu’en Suisse (47,44 €/100 km), le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Belgique qui dépassent 20 € pour 100 km.

    La tribune, un journal classée plutôt à droite rend compte de l’échec de la privatisation qui a dégradé le service et fait augmenter les prix : à méditer en France

    14% du budget mensuel pour se rendre au travail

    Selon des estimations du Labour, le prix des billets annuels a ainsi augmenté de 27% depuis 2010. Après avoir comparé les prix de 200 lignes, le parti emmené par Jeremy Corbyn, militant de la renationalisation, estime à 2.788 livres (3.222 euros) le coût du pass, soit 594 livres (686 euros) de plus qu’en 2010. Pas mieux, pour le syndicat TUC, selon lequel le prix moyen des billets de train augmente deux fois plus vite que l’inflation. Résultat, les Britanniques déboursent chaque mois six fois plus que les Français simplement pour se rendre sur leur lieu de travail. 14% de leur revenu mensuel, très exactement, contre 2% pour les usagers de l’Hexagone.

    Quatre train sur cinq en retard dans le Sud

    Sauf qu’en dépit des prix exorbitants, force est de constater que la qualité du service laisse à désirer. Usagers et conducteurs constatent les mêmes dysfonctionnements : retards à répétition, suppressions de trains et réduction des effectifs en gare. Dans le sud du pays, la situation est particulièrement catastrophique. Entre avril 2015 et mars 2016, quatre trains sur cinq du réseau Southern Rail, qui permet à 300.000 personnes de se rendre à Londres chaque jour depuis Eastbourne, Brighton & Hove ou encore Crawley, étaient en retard. Pire, le très fréquenté Brighton-Londres de 7 heures 29 n’est pas arrivé une seule fois à l’heure en 2014...

    S’ajoutent à cela, depuis plusieurs mois, les quasi-hebdomadaires grèves de cheminots, dont le 33e jour de mouvement en moins d’un an débute mardi. En cause, la volonté de l’opérateur de laisser la responsabilité de l’ouverture et de la fermeture des portes au seul conducteur, tâches jusque là effectuées par un second agent, le chef de train.

    Réduire les coûts pour faire toujours plus de profits, dénoncent en substance les syndicats du secteur, comme TSSA, qui a mis en ligne au début du mois une vidéo dans laquelle des citoyens Européens remercient les Britanniques pour leurs chemins de fer privés. La raison ? Certaines franchises appartiennent à des groupes étrangers. Southern Rail, par exemple, est propriété de Govia, une coentreprise du britannique Go-Ahead et du français... Keolis, filiale de la SNCF. Selon le raisonnement du syndicat, les bénéfices engrangés sur le réseau Southern Rail peuvent donc ensuite servir à moderniser le réseau français, public, lui - en attendant l’ouverture à la concurrence des lignes TGV en 2020 et des lignes TER d’ici à 2023.

    L’exaspération est telle outre-Manche que la question de la renationalisation des chemins de fer britanniques, fragmentés et cédés sous forme de franchises renouvelables au privé entre 1994 et 1997, gagne du terrain dans l’opinion publique. Un récent sondage, commandé par l’association We Own It, évalue à 58% la proportion de Britanniques qui qualifient d’échec la privatisation du rail. En 2015, 58% des répondants à un sondage Yougov souhaitaient déjà la renationalisation complète des chemins de fer.

    Actuellement, seuls la gestion et l’entretien du réseaux sont publics (depuis 2014), tandis que les horaires, les gares et les trains sont opérés par les différentes franchises, qui reçoivent en parallèle d’importantes subventions de l’Etat - 4 milliards de livres (4,6 milliards d’euros) en 2015-2016.



  • PRCF PRCF 23 février 14:20

    @malitourne
    depuis sa création en 2004 et dans la droite ligne de la politique des communistes en France et de la CGT, les militants franchement communistes du PRCF appellent à sortir de l’UE et de l’Euro.

    En 1995 déjà, Georges Gastaud, actuel secretaire national du PRCF, démontrait déjà que le Plan Juppé était la traduction des directives européennes et le résultat de l’euro austérité imposé par la monnaie unique.

    Privatisations, dumping social, délocalisations, désindustrialisation... les faits ont donné raison aux communistes. Alors que Macron sous les ordres de l’UE et du MEDEF agresse les travailleurs, il est encore temps de réagir.
    En accélérant la convergence des luttes et en brisant les chaines de l’Union Européenne en rejoignant le PRCF.
    www.initiative-communiste.fr



  • PRCF PRCF 15 février 11:25

    @Jao Aliber
    C’est faux, la rémunération d’un Bernard Arnaud c’est quelques millions de salaires (c’est à dire déjà près de 200 fois le SMIC chaque mois), mais surtout des centaines de millions d’euros de dividendes. Les chiffres publiés par Le Monde Diplomatique étaient il y a quelques années de 330 millions d’euros.

    Il y a une différence immense est croissante entre les les salariés qui travaillent et les multimilliardaires qui amassent des fortunes sans aucune mesure avec ce qu’il produise personnellement.

    Il n’y a aucune raison à ce que des milliardaires possèdent les outils de production de millions de travailleurs.



  • PRCF PRCF 15 février 11:15

    @Trelawney
     mais oui il a tout fait lui même. la tesla et la fusé avec ses petite main. Faut vraiement se payer la tête des gens.

    La réalité c’est qu’un gagnant de la spéculation sur la bulle de l’internet a réussi à créer une juteuse société financière, et a replacer ses capitaux dans un secteur largement subventionné par la commande publique. Qu’il emploie ainsi des milliers d’ingénieurs et d’ouvriers et qu’il récupère la majeure partie de la richesse créé par ses salariés.

    La fortune des milliardaires est le fruit du vol du travail et de la création de leur employés.



  • PRCF PRCF 15 février 11:09

    @Trelawney

    La mondialisation n’a pas commencé l’année dernière et les échanges économiques n’ont jamais empéché les guerres.

    Quant à votre discours idéologique, directement repris des médias de propagande des quelques oligarques détenant la quasi totalité de la presse, il se heurte à la réalité. Vous parlez de LVMH ? derrière la fortune colossale de l’oligarque il y a la précarité, les salaires de misère et l’exploitation des petites mains des ateliers et usines/ Ce sont eux seuls qui créent la fortune et la totalité des milliards de Arnault ont été gagné à la sueur de leur front. Si eux s’arrêtent de travailler il n’y a plus de LVMH.

    https://www.capital.fr/lifestyle/mode-derriere-la-facade-glamour-la-precarite-des-travailleurs-1268391

    https://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/RUFFIN/16159



  • PRCF PRCF 23 janvier 09:33

    @Clouz0

    1°) ce sont les travailleurs et exclusivement eux qui font le succès d’une entreprise et assurent 100% de sa production. Que les travailleurs se mettent en grève et plus une renault ne sera fabriqué. Que les actionnaires fassent grève et les usines continueront de tourner.

    2°) c’est bien le programme du PRCF que de faire en sorte de changer le système de façon à ce que les revenus du travail reviennent aux travailleurs et non pas à une classe d’oisifs qui accaparent la richesse en exploitant les travailleurs. En confiant aux travailleurs et à eux seuls la direction des entreprises. Il n’échappera à personne que le principe même du système capitaliste et de permettre à une toute petite classe détenant l’essentiel des capitaux de détenir la quasi totalité des entreprises et cela sans réellement travailler.



  • PRCF PRCF 16 janvier 16:51

    @gardiole
    « l’etat »... plus exactement les tenants des privatisations sont ceux qui ont organisé par des coupes sombres dans les effectifs les difficultés de l’Etat pour controler les multinationales...

    bref, qui veut tuer son chien lui injecte la rage. C’est ce qui se passe avec l’austérité tuant les services publics, et les politiques sabotant les entreprises publiques pour justifier leur privatisation.



  • PRCF PRCF 8 janvier 18:45

    @samy Levrai
    En cliquant sur le lien qui est donné avec l’article, vous avez le détail du classement. Et l’UPR apparait bien en tête du classement. Clair, net, précis et vérifiable

    bref, cliquez donc ici et remballez vos insultes.
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/classement-2017-sites-internet-politiques-prcf-dix-premiers/



  • PRCF PRCF 14 novembre 2017 16:32

    @CN46400

    1°) Staline est mort en 1953. Il y a 64 ans.
    Au delà de ce constat qu’il est important de faire, une petite précision utile s’impose : dire que Gastaud élude la question du bilan critique du stalinisme est un bon gros mensonge. Avant de critique ce que dit Gastaud, encore faut il faire l’effort de savoir ce qu’il dit. Le mieux pour cela est de le lire. http://www.reveilcommuniste.fr/article-leninisme-et-ou-stalinisme-article-de-g-gastaud-pour-etincelles-1-2-62214938.html

    2°) Là encore, il serait pertinent avant de lancer ce type de critique grossière, de savoir ce que dit Gastaud. Les livres de Gastaud sur le sujet ne manquent pas, et CN4600 vous pourriez peut être faire l’effort d’en ouvrir un, un jour....
    Annoner des phrases de Marx sorties de leurs contextes comme un prêtre annonant son rosaire, c’est être loin, très très loin de la philosophie de Marx. C’est l’exact opposé de l’analyse concrète de la situation concrète, mais au contraire faire preuve d’un dogmatisme assez sidérant. Cette pratique dogmatique démontre que les plus staliniens au mauvais sens du term
    Le sophisme consistant à conclure que la bourgeoisie dans certaine condition a joué un rôle révolutionnaire, la bourgeoisie défend le libéralisme, donc pour défendre la révolution il faut défendre le libre échange est au mieux une grosse bêtise, et plus sûrement le cache sexe d’un opportunisme permettant l’auto justification de ceux qui préfèrent aller dans le sens du vent que souffle la classe dominante, en refusant de mener la lutte des classes face à la construction de l’UE supranationale du Capital. Cette Union Européenne qui liquident la totalité des conquêtes sociales et démocratiques résultats de deux siècles de luttes ouvrières acharnées c’est être franchement internationaliste que de la combattre. Le 4.11.17, c’est bien dans un esprit internationalistes que les communistes de France, du danemark, de suède de grande bretagne, d’espagne, d’italie etc, pour le centenaire de la révolution d’octobre ont appeler à se mobiliser ensemble pour le Frexit, le suexit, le danxit etc... pour briser les chaines de l’union européenne qui divise et met en concurrence les peuples.



  • PRCF PRCF 14 novembre 2017 14:27

    @Spartacus
    Vous en êtes encore à la vieille propagande de la Guerre froide ?
    Rien que sur la période 1914-1918 et 1939-1945 le capitalisme c’est plus de 100 millions de morts. Auxquels il faut ajouter les centaines de milions d’autres.

    Si on fait le bilan du socialisme et du capitalisme au 20e siècle, le système le plus criminel, celui des Mussolini, Hitler, Horti, Soeharto, Pinochet, Somoza et cie (voir ici), c’est le système capitaliste.

    Le socialisme a sorti le monde du colonialisme, libérant l’afrique et l’Asie. Il a donner l’égalité de droit aux femmes. La première ministre femme du monde, c’est en 1917 avec le gouvernement bolchevik. Il a fait voler en éclat le racisme avec l’égalité des peuples. Là où le capitalisme c’est la xénophobie haineuse de système d’apartheid
    Le socialisme a fait entrer le monde dans la modernité du progrès technologique avec la conquète de l’espace (premier satellite, premier homme dans l’espace, première spation spatiale habité). Faut il rappeller que Thomas Pesquet n’a pu aller dans l’espace aujourd’hui en 2017 que grace à un vaisseau soviétique, un vaisseau socialiste datant des années 1980 ?

    Il est facile de faire le bilan du socialisme en comparant la situation entre l’URSS et la russie d’aujourd’hui et ce que les russes choisirait comme système entre le socialisme soviétique et le capitalisme libéral d’aujourd’hui s’ils en avaient le choix : il suffit pour cela d’interroger le peuple russe.

    voila les chiffres publiés par un journal que l’on ne peut soupçonner de la moindre sympathie communiste, La Croix :

    Quel est le meilleur système pour vous, les Russes répondent à 34 % l’Union soviétique, 29 % le régime actuel, 11 % le système démocratique à l’occidentale et 19 % autres ou sans opinion. Ils sont aussi 55 % à préférer l’économie dirigée par l’État sur le modèle communiste à l’économie de marché (19 %)



  • PRCF PRCF 10 novembre 2017 11:38

    Pour sortir de la vieille propagande éculée d’il y a 40 ans, parlons un peu de la réalité et du bilan de la chute du mur. Un bilan chiffré qui fait froid dans le dos.

    https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/25-ans-apres-chute-du-mur/



  • PRCF PRCF 7 novembre 2017 18:26

    A paris le 4 novembre lors du rassemblement international pour le centenaire de la révolution d’octobre, le parti communiste d’Ukraine a témoigné de la situation dans le pays : une guerre totale des oligarques de l’UE, et des USA contre le peuple. Une situation tellement catastrophique que plus d’un millions d’ukrainiens fuient le pays chaque années ! un désastre et une catastrophe humanitaire.

    A lire ici

    il est significatif qu’en raison du régime fasciste installé à Kiev il ne soit pas possible pour les représentants du parti communiste ukrainien de parler librement même à Paris.



  • PRCF PRCF 7 novembre 2017 18:20

    @pipiou
    commentaires avec zéro argument, zéro dialogue. Sans doute que vous n’en avez pas. Vous pouvez vouloir dénoncer le thermomètre, cela ne change rien à la température. Oui contre Macron UE MEDEF la colère du peuple s’approche du point d’ébulition dans le pays.



  • PRCF PRCF 2 novembre 2017 19:14

    @Armelle

    C’est faux, la mobilisation dans la rue - malgré la stratégie perdantes de certains états majors syndicaux qui ont tout fait pour diviser et démobiliser - a été forte. Un demi million de manifestants dans la rue à plusieurs reprises et des grèves suivies.
    Dans la fonction publique, les taux de grévistes ont été historiquement haut, avec des mobilisations dépassant 1 fonctionnaires sur 3 et dans de nombreux secteurs plus de la moitié des fonctionnaires.

    la réalité c’est que les soutiens de Macron, comme ceux de Hollande avant lui ou Sarkozy sont ultra minoritaires. Minoritaire dans les urnes, le président le plus mal élu de la 5e république est aussi ultra minoritaire dans l’opinion.

    Faut il vous rappeler que 2 français sur 3 sont opposés aux ordonnances et que dans des proportions encore plus élevés l’opinion publique constate que le banquier Macron est le président au service des riches ?

    Macron n’a pas encore gagné, il passe en force, il avance ces pions mais les travailleurs peuvent encore réagir. On ne saurait que trop souligner qu’il y a 10 ans, un premier ministre avait fait voter une loi, un président l’avait signée et promulguée mais que la mobilisation des travailleurs a conduit au retrait du CPE. Il y a 20 ans, bien après l’approbation des ordonnances Juppé détruisant la sécurité sociale, le même premier ministre avait du faire marche arrière. Les deux, aussi bien Villepin que Juppé prétendaient avoir gagné. La réalité c’est que cela n’a pas été le cas.



  • PRCF PRCF 2 novembre 2017 19:02

    @Rincevent
    la sélection sur dossier n’est pas une sélection sur le niveau réel, mais une sélection sociologique

    Ce qu’un examen unique, identique pour tous et anonyme n’est pas : c’est tout l’intéret du BAC, un diplome identique quelque soit le lycée où l’on étudie.