• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aldoo

Aldoo

Doctorant en informatique (vérification de programmes), intéressé par les questions de politique et de démocratie.
Je suis un habitué, non inscrit, d’Agoravox depuis 2005. Aujourd’hui, j’ai décidé de passer du côté des rédacteurs, à l’occasion d’une salve d’articles sur les machines à voter.
Pour jouer cartes sur table, je préviens que je suis plutôt sensible aux idées socio-démocrates, mais je n’envisage pas d’écrire, pour l’instant, d’articles purement partisans, trollifères par nature.

En revanche, je reviendrai sans doute à la charge avec des articles de vulgarisation sur des sujets où sciences, technologies et démocratie se mêlent allègrement.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 80 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Aldoo 30 mai 2007 15:31

    Quand on parle des différentes mises en œuvre du vote, à chaque fois on se dit, « il n’y a pas de raison, on sait bien faire cent fois plus compliqué, pourquoi n’arriverait-on pas à imaginer un protocole de vote sécurisé ? ».

    Le problème, c’est que quand on formalise le protocole on se rend toujours compte que ça bloque quelque part (je m’y suis pas mal essayé, moi-même !).

    En laissant de côté le problème, insoluble, de l’absence d’isoloir pour le vote à distance, je ne connais toujours pas de protocole qui puisse à la fois garantir le secret et la prise en compte du vote, sans demander une confiance absolue dans l’infrastructure technique.

    Une proposition, messieurs les optimistes ? Je me ferai un plaisir de montrer ce qui ne marche pas.

    Je n’ai pas encore trouvé, mais je pense qu’il doit exister quelques théorèmes d’impossibilité dans ce domaine. Dans le cas contraire, ça vaudrait le coup d’en écrire et de les démontrer.



  • Aldoo 30 mai 2007 15:22

    Le problème n’est pas tant la complexité de la machine à voter, mais la sincérité des gens qui vont la certifier, ainsi que la confiance que tout un chacun leur accordera ou non.

    Cette question ne se pose pas avec une urne transparente.



  • Aldoo Aldoo 22 mai 2007 16:59

    Pourquoi pas... tant que le remède ne consiste pas à amputer le pied !

    Enfin, qui vivra verra.



  • Aldoo Aldoo 22 mai 2007 16:43

    @Forest : mais oui, nous avons, tous, choisi Nicolas 1er, c’est que nous sommes *tous* d’accord avec *tout* ce qu’il dit. À quoi bon nous redemander notre avis ?

    D’ailleurs à quoi bon voter aux législatives et aux prochaînes municipales ? Et puis pourquoi continuer à voter tout court, hein ?

    Enfin, tout ça pour rappeler que Nicolas Sarkozy a été élu président de la République, ce qui est déjà pas mal, mais qu’il n’est jamais que président de la République. Il n’est pas le ministre de Tout, l’Unique député, l’Unique sénateur, l’Unique maire de France... non juste président, chef de l’exécutif, même pas dictateur, même pas à vie.

    Ce n’est pas l’élection de mai 2007 qui suffit à donner à Nicolas Sarkozy une légitimité pour faire tout et n’importe quoi, même si en pratique il peut le faire. Une (courte) majorité de Français approuve globalement Nicolas Sarkozy, ce qui ne veut pas dire que cette majorité approuve isolément chaque mesure de son programme.

    Enfin s’il est normal, et attendu de sa part, qu’il applique son programme, qu’on ne vienne pas dire que tous les Français approuvent à chaque fois, ou bien ont approuvé par avance.



  • Aldoo Aldoo 22 mai 2007 16:22

    Mais alors un fonctionnaire averti vaut 4 chômeurs ?

    J’adore l’arithmétique de comptoir UMP !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès