• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aldoo

Aldoo

Doctorant en informatique (vérification de programmes), intéressé par les questions de politique et de démocratie.
Je suis un habitué, non inscrit, d’Agoravox depuis 2005. Aujourd’hui, j’ai décidé de passer du côté des rédacteurs, à l’occasion d’une salve d’articles sur les machines à voter.
Pour jouer cartes sur table, je préviens que je suis plutôt sensible aux idées socio-démocrates, mais je n’envisage pas d’écrire, pour l’instant, d’articles purement partisans, trollifères par nature.

En revanche, je reviendrai sans doute à la charge avec des articles de vulgarisation sur des sujets où sciences, technologies et démocratie se mêlent allègrement.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 80 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Aldoo Aldoo 1er mai 2007 16:03

    @Hocine : non, cela ne me rappelle rien, mais je ne suis pas trop renseigné sur le sujet. Enfin si cela est resté au stade de propositions de loi, c’est que la ligne jaune n’a pas encore été franchie.



  • Aldoo Aldoo 1er mai 2007 15:12

    Il y a une nuance entre travail et esclavage. L’électeur de Ségo comprend la valeur travail... et comprend que dans valeur travail, il y a « valeur ».



  • Aldoo Aldoo 1er mai 2007 15:08

    Euh non, UnGeko, même pour faire plaisir à CNE FLAM, je ne souhaite pas qu’on me fasse dire le contraire de ce que j’ai dit smiley

    @CNE FLAM : mon message n’est pas anti-ouvrier, il est juste anti-anti-intellectualiste.

    Si vous lisez bien, pour moi, la personne qui ne sait pas ce que sont les réalités quotidiennes ne peut pas non plus bien gouverner, pas plus que l’ouvrier qui ne connaît que cela (sans dire non plus que c’est le cas de tous les ouvriers, hein ! Si c’est ça qui vous braque.). Un bon dirigeant devrait être idéalement un touche à tout, ayant tâté le terrain de sa profession d’origine, et s’étant aussi intéressé aux autres professions, sans en être devenu spécialiste.

    Je ne vois pas en quoi ce que j’ai dit est rabaissant. L’ouvrier connaît très bien sa réalité et, en général, très mal d’autres réalités pourtant nécessaires pour diriger un état. Cela ne fait pas de lui un être inférieur ! Chacun ses compétences. Personne ne peut prétendre être capable de tout faire, pas plus les ouvriers que les autres catégories de citoyens.

    (bon, j’ai pris l’exemple de l’ouvrier, j’aurais pu choisir une autre profession, et ça aurait tout aussi bien illustré mon propos)

    Est-ce que ce que je dis mérite toujours votre mépris ?

    Ou est-ce que mon refus du populisme suffit à faire de moi le socialo étalon que vous détestez tant ? Votre discours empeste la haine. Haine du socialiste, haine du type qui fait des études, haine du raisonneur, de celui qui se pose des questions (sur d’autres sujets que le contenu de son assiette le lendemain), haine de celui qui n’a pas à lutter tous les jours contre la vie... Jalousie ou bien résultat du discours de division prôné par l’autre nain excité ?

    J’espère que vos propos sont seulement dus à votre énervement après m’avoir mal lu ! Si c’est plus profond, la France est bien mal en point.



  • Aldoo Aldoo 1er mai 2007 12:41

    @Laurent Bervas : mais les « vieux » disent aussi oui à Sarkozy, qui dit non à l’euro fort...

    Cela n’est pas très cohérent !

    Pour le vote en faveur du oui au TCE des personnes âgées, je pense que la cause est plutôt à chercher dans une plus grande confiance dans les partis traditionnels, qui ont tous prêché pour le oui. D’autant plus que le vote oui était plus sécurisant (rappelons qu’il n’y avait pas de plan B...).

    De leur côté, les jeunes non diplômés ont pensé pouvoir déclencher une révolution en votant non. Les jeunes diplômés souhaitaient cette révolution mais la savaient impossible et ont voté oui comme les personnes âgées.



  • Aldoo Aldoo 1er mai 2007 12:35

    @CNE FLAM : arrêtez un peu avec votre anti-intellectualisme primaire (tiens, d’ailleurs, cette attitude me rappelle quelque chose mais quoi ?). En quoi avoir le nez dans le guidon donne plus de clairvoyance ? Un vote éclairé demande une vision de tous les aspects du terrain.

    La politique, c’est un peu comme une balade en montagne : on a certes besoin de regarder où on pose ses pieds afin de pouvoir avancer sûrement sans trébucher à chaque pas, mais on a aussi besoin de connaître le relief global pour planifier son itinéraire, et ne pas s’engager dans des pistes incertaines.

    Ainsi effectivement tous les grands discours de ceux qui n’ont jamais tâté les difficultés quotidiennes du Français peuvent être caducs, mais en aucun cas un ouvrier qui n’a jamais quitté sa chaîne de montage ne serait capable de prendre seul les bonnes décisions pour son entreprise ou pour son pays.

    Au moins, le suffrage universel a cet intérêt : le point de vue de tout le monde compte, et pour convaincre son adversaire, on est obligé d’essayer de comprendre sa vision des choses (ce qui en pratique arrive rarement... mais au moins, on essaye).

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès