• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Bernard Grua

Bernard Grua

Photographe voyageur | Contributeur : L'Express, La Tribune, Ouest France, Breizh-Info, Informnapalm, Ukrinform, Ukraine Crisis Media Center, Diploweb, Russia Beyond the Headlines... 
Très intéressé par les pays de l'ex-URSS, ukrainophile, russophile non -poutiniste, nombreux voyages en Sibérie en été et en hiver (Monts Saïans, Baikal, Iakoutie, Extrême Orient)

Tableau de bord

  • Premier article le 15/02/2018
  • Modérateur depuis le 20/02/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 125 142
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 39 29 10
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • Bernard Grua Bernard Grua 11 janvier 13:05

    @Laurent Courtois
    Encore des affirmations à l’emporte pièce que rien ne vient justifier.

    « Et moi qui vous imaginais trop occupé à dénoncer des gilets jaunes et à soutenir le pauvre Emmanuel Macron, honteusement pris à partie par des pauvres... ». Ceci est de la « pure » invention. Je ne dénonce pas les Gilets Jaunes dont une partie des revendications sont légitimes. Cherchez, tentez seulement d’en apporter la preuve au lieu de divaguer. Vous n’y arrivez pas. Bien au contraire, j’essaye d’y voir clair en dialoguant avec des Gilets Jaunes de ma région. J’en partage les préoccupations sans approuver les casseurs d’ultra-droite et d’ultra-gauche, ainsi que les pillards, qui s’y sont infiltrés. Ce dialogue, vous seriez, en théorie, bien incapable de le faire puisque vous prétendez, sur ce site Agoravox (commentaires d’avril et juin 2018), vivre à Moscou. Où est le faux ? Où est le vrai chez vous ? Très vaste sujet.
    Au fait, le Maidan, que vous n’avez eu de cesse de dénigrer sans rien y connaître, inspire les Gilets Jaunes... Cela vous fait quelle impression ?

    « Ces même pauvres que vous méprisez, car oui vous êtes de ces hommes qui méprisent les Rsistes ». Affirmation sans aucunes preuve, là encore.
    « Et ne dites pas le contraire, car j’ai toute une réserve de captures pour l’illustrer.. » Eh bien, montrez les, ces « preuves », au lieu de faire un écran de fumée ! Vous le devez à vos lecteurs. En réalité, il n’y a rien qui vous permette de faire une telle affirmation.

    Je maintiens que les fausses questions posées dans votre « papier » complotiste ont, aujourd’hui, de vraies réponses. Mais, comme je le disais, je ne ré-écrirai pas votre texte. Ceux qui le souhaitent trouveront facilement toutes les réponses disponibles dans la sphère publique. 

    Vous parlez de « propos orduriers », « scatologiques ». On serait en droit de lire une citation pour apporter un quelconque crédit à ces interpellation nauséabondes. Non, rien, comme d’habitude. « Ordure » serait-il synonyme de la plus élémentaire contradiction ? « Scatologique » voudrait-il dire la simple reprise de vos propos ? Voilà qui est intéressant. Salir « ad personam », c’est toujours votre seule répartie à ceux qui ne vous flattent pas.

    Vous dites : « (un) pays fasciste comme la France ». On sait que vous n’avez que ce mot à la bouche. Pourtant il s’use à être utilisé n’importe comment. Les Fascistes vous devez pourtant savoir qui ils sont. Vous avez même « interviewé » votre ami Guillaume Cuvelier, viré de l’armée américaine pour ses pratiques et accointances néo-nazies. De plus, vous êtes client chez Espenlaub Militaria, comme vous l’avez reconnu par écrit. Cette société fait sa promotion sur la vente de reliques nazies. Il suffit d’aller sur leur site pour le constater. 

    Votre hochet, la justice : « la fakenews étant punie par la loi, je vous invite à me dénoncer puisque c’est votre dada. Nous verrons bien si la justice classe mon article en fakenews..." Votre texte n’a pas cette importance qu’il mériterait de saisir la justice. Vous êtes toujours dans la supplication d’un dépôt de plainte, qui serait votre médaille. de toute façon, cette attente est vaine. Vous montrez seulement, ici aussi, que vous ne connaissez pas le sujet sur lequel vous écrivez, en ignorant la loi à laquelle vous faites référence. Les « fakenews » punies par la loi ne concernent que les « infox » relatives aux campagnes électorales et émises dans une période de trois mois avant les élections. 

    Et puisque vous avez fait effacer la plupart de mes commentaires précédents (voire à ce titre le nombre de mes commentaires que vous mentionnez dans votre réponse émise avant censure le 24/12/2018...), je re-précise qu’il est dans votre habitude de bloquer temporairement vos contradicteurs après les avoir trollés. Le rappeler n’est pas être "un menteur, un affabulateur pathologique

    ". Je cite votre commentaire du 4 avril 2018 : «  A partir de maintenant, je vous bloque ». Vos contradicteurs, dont je fais partie, savent à quoi il s’exposent. Je ne suis pas surpris. En revanche vos lecteurs gagneront à mieux connaitre vos procédés. 

    Enfin, je rappelle aux lecteurs ce qui justifierait les « lauriers » que vous me tressez : « ce photographe narcissique, ce David Hamilton ». Il s’agit d’un article que j’ai fait paraître, ici, sur Agoravox : « La « Fotosessiya » une culture photographique russe et ukrainienne ».  Chacun peut donc en prendre connaissance et tenter de comprendre votre vision pour le moins subjective ainsi que vos intentions. Votre « vision » n’est, en effet, partagée par aucun des commentateurs de l’article.



  • Bernard Grua Bernard Grua 21 décembre 2018 11:36

    @OMAR
    Merci pour cette lucidité dans un tel fatras de commentaires délirants. Quant à l’article et à ses fausses questions, pour lesquelles il existe des réponses que « l’auteur » ne veut pas connaître, on en reste là. Il faudrait tout ré-écrire de ce fake complotiste et raciste. 



  • Bernard Grua Bernard Grua 29 novembre 2018 15:40

    @Mychris
    L’acte de piraterie du FSB en eaux internationales est confirmé aujourd’hui. Suivez bien l’actualité. Cela va certainement faire de nouvelles vagues
    La mise au secret des équipages et la confiscation des navires ainsi que de leurs enregistrements et livres de bord n’a pas suffi à cacher ce que le représentant de poutine à l’ONU tentait de dissimuler lundi, à savoir cet acte de guerre en eaux internationales.
    Par ailleurs, il semble bien que nous aurons sous peu la confirmation du fait qu’au moins un des bâtiments ukrainiens est passé dans les vraies eaux territoriales russes (cad celles qui existaient avant l’annexion, non reconnues, de la Crimée) du fait des tentatives de collision initiées principalement par le Don et l’Imzouroud comme le montre les ordres qui ont été donnés à ces bâtiments du FSB et dont j’ai posté de nombreuses fois les enregistrements. 
    Cela lève un point qui avait été soulevé, ré-écoutez l’ambassadeur d’Ukraine à l’ONU. En effet, il semblait incompréhensible de dévier vers l’Est pour franchir le détroit de Kertch (orienté Sud-Nord) lorsque l’on arrive en route directe du Nord-Ouest depuis Marioupol. Là aussi, des suites sont à en attendre.
      



  • Bernard Grua Bernard Grua 29 novembre 2018 13:27

    @Christelle Néant
    Comme je l’ai écrit hier, en ce qui vous concerne, j’en ai terminé car cela ne présente plus aucun intérêt. Vous vous contentez restituer des trucs que vous ne comprenez pas. En revanche, je vois qu’il y a des lecteurs qui ont des questions ou des remarques pertinentes. Je continuerai à leur répondre, tant que je le pourrai, avec honnêteté et sans jugement de valeur à l’égard de leurs propos même si nous avons des opinions différentes. Eux comme moi, avons intérêt à nous informer sur cet événement. De plus, il est toujours bon de connaître les vrais arguments qui sont opposés à nos positions pour éventuellement rectifier nos erreurs.
    J’aurais continué à faire de même avec vous si vos écrits n’étaient pas un mélange d’émotionnel, de rodomontades et d’incantations, qui n’avaient rien à faire dans un débat technique.
    Vous avez suffisamment montré que cet espoir était vain en dépit de mes appels répétés à plus de professionnalisme et de sérénité. 



  • Bernard Grua Bernard Grua 29 novembre 2018 12:20

    @Fabien66

    Je suis assez d’accord avec vous concernant le referendum. Toutefois, je pense que le parallèle avec le Kosovo n’est pas totalement pertinent. La Crimée était en paix même s’il y avait des attentes non satisfaites lorsque ces événements se sont déroulés. Je pense que l’on aurait dû faire un vrai referendum en Crimée sous contrôle international en s’assurant de la qualité des électeurs et en prévoyant à l’avance le mode de fonctionnement de cette région indépendante ou rattachée à la Russie. C’est d’ailleurs ce que j’avais dit, dès 2014, sur Breizh Info, site à la ligne éditoriale proche de Sputnik. https://www.breizh-info.com/2014/08/21/15355/saint-nazaire-entretien-bernard-grua-no-mistral-for-putin-interview

    L’indépendance, voire le rattachement à la Russie, l’aurait probablement emporté. Mais, au moins, il n’y aurait pas eu de doute quant au droit international. On aurait évité les sanctions. On aurait évité de séparer les familles. La Crimée aurait conservé ses liens avec l’extérieur sans nécessiter un passage par Moscou. On aurait géré les ressources notamment l’eau et l’électricité, évitant sécheresses et blackouts. On n’aurait pas eu besoin de construire ce pont, qui est une charge considérable pour la Russie, qui spolié la Sibérie ainsi que l’extrême orient (où aujourd’hui la situation devient très confuse) d’investissements indispensables dans leur réseau de transports (routes et, surtout, pont du BAM sur la Léna à Iakoutsk) et qui cause tant de problème pour la navigation. On aurait probablement évité la guerre menée en Syrie par Poutine pour tenter de redevenir un interlocuteur international.

    Bref au lieu de ça on a eu des autruches qui ont planté la tête dans le sable pendant des décennies et un type qui est, finalement, passé en force en jetant le discrédit international sur tout un immense pays et sur son peuple. La rupture et le point de non retour qu’a représentés cette annexion ont été très bien expliqué par le journaliste russe Mikhail Zygar dans son ouvrage « Les Hommes du Kremlin - Dans le cercle de Vladimir Poutine »

    Maintenant, à ce « tableau idéal », il faut apporter deux bémols.

    1. Je pense qu’il était important pour Vladimir Poutine que la Crimée passe pour un succès personnel, et ceci pour des raisons internes à la Fédération de Russie. Il n’avait donc aucun intérêt que les choses se déroulent autrement et de façon consensuelle. A court terme le choix de cette démarche a été payant en terme de popularité même si on n’a pas fini d’en découvrir les métastases. L’incident de Kertch n’en est qu’une des séquelles mais certainement pas la plus importante.
    2. Je rejoins aussi @Krokodilo quand il dit que les Occidentaux n’auraient jamais voulu ce referendum. J’ajouterais qu’ils ne sont pas les seuls. Les Etats aiment la stabilité et se contrefichent du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. La Chine ne veut pas ouvrir la boite de Pandore du Sinkiang et du Tibet. Regardez aussi la crispation de l’Inde au sujet du Jammu et Cachemire. Enfin regardez les choses ignobles que l’on a pu lire, de la part des dirigeants européens et de tout « bon Français », concernant le referendum catalan. Regardez l’indifférence effarante concernant les prisonniers politiques catalans. On peut varier les exemples à l’infini.

    C’est pourquoi, sur mon premier commentaire, j’ai écarté d’emblée la contestation de la territorialité russe sur les eaux criméennes, j’ai même évacué l’accord russo-ukrainien de 2003 sur la Mer d’Azov. Ce sont pourtant, là, les deux principaux arguments de Kiev dont, vous l’aurez compris, je ne reprends pas la « propagande ».

    Mon argumentation se base sur la convention internationale de 1982 sur le droit de la mer et sur le fait que l’agression et la consigne de « tir à tuer » se sont déroulées dans les eaux internationales. Ce sont deux points qu’aucun pays, même s’il est totalement indifférent à l’Ukraine ne peut accepter. Il s’agit bien d’une erreur stratégique comme je le disais. D’un litige régional, on a fait un scandale international unanimement condamné. Ce comportement est, pardonnez moi l’expression, celui d’un Dirigeant (c’est volontairement que je n’utilise pas le terme Etat) voyou et infréquentable comme on pourra le constater au prochain G20. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès