• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

bob de lyon

Très tôt épuisé par l’école mais cossard infatigable, je me suis enfoui insatiablement dans l’activité la plus facile : la lecture… de n’importe quoi et de n’importe qui… avec, ce qui n’arrange rien, une passion désordonnée pour la guitare.
1960, époque bénie des horizons possibles.
Mais un jour, il a bien fallu se remettre à l’ouvrage et remonter le temps pour gagner le pain quotidien du ménage. Donc je m’y suis remis. Math, physique, Français et toutes sortes de spécialités techniques ou administratives.
L’entreprise nationalisée* qui m’avait embauché offrait à ceux qui voulaient se bouger le cul la possibilité de s’instruire. Elle pensait qu’il valait mieux des salariés éclairés que du personnel inculte.
Autre temps où l’investissement servait le bien public et l’intérêt général.
Je l’en remercie. Elle m’a permis de faire une belle carrière et finalement de vivre heureux.
* Ne cherchez pas, cette entreprise de service public n’existe plus, sacrifiée sur l’autel de l’ultralibéralisme par M. Jospin, trotskiste atrabilaire. Bien entendu cette réflexion n’engage que moi.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 456 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • bob de lyon 9 janvier 2019 10:24

    @François Pignon

    Aujourd’hui la question est : pourquoi aller voter ?

    Nos hommes politiques, seraient-ils compétents que nous n’en s’aurions rien ; tout ce que je lis ou entends m’énoncent qu’ils ne peuvent plus agir ; ils ont leur part à cette inefficacité (et nous aussi !)  : les ordres viennent d’ailleurs. C’est un postulat. 

    L’exemple saignant est le comportement de Monsieur Le Maire face à Ford ; quelques envolées de moulin à vent et retour à la niche ; comme la Ministre du Transport qui demande poliment un geste à Vinci. 

    Leur amoralité est de nous faire croire qu’ils peuvent agir. Leur champ d’influence n’est plus que sociétal et pseudo philosophique (et encore…) : le mariage pour tous, la laïcité, … ce que nous pourrions caricaturer par bla-bla-bla.

    Je sais que ces questions sont importantes pour de nombreuses personnes et qu’elles doivent être débattues mais enfin, face au tourbillon de problèmes qui arrivent, il serait pertinent d’ouvrir le débat de la reprise en main de notre destinée…



  • bob de lyon 9 janvier 2019 09:45

    @TSS

     

    Texte destiné simplement au divertissement.

    Puisque nous en sommes aux anecdotes des vieux c… M’en vais vous radoter une anecdote vécue par encore plus vieux c… que vous ; moi.

    Il y a plus de 55 ans, jeune embauché de 15 jours, armé d’une culture politique et syndicale aussi fournie que mes trois poils au menton, me voilà embringué par solidarité instinctive dans une grève spontanée mais musclée.

    Journée printanière, cortège joyeux, camaraderie folle ; tout en chantant la Marseillaise et plus souvent l’Internationale (tiens au fait, c’est quoi ce chant ? « Le genre humain… » je ne connaissais pas, on n’apprend pas cela à l’école !) nous voilà sur place, en face du Siège social mais aussi en face d’un solide bataillon de Gardes mobiles. Casques luisants, carabines à l’épaule, musettes confites de grenades (je l’ai appris plus tard à mes dépens).

    L’ancien qui m’avait pris sous sa coupe, un robuste et grand gaillard* moustachu, me glisse un conseil : « quand t’entends sonner le clairon, tu dégages en vitesse… ».

    J’ai entendu le clairon et rien compris… Poussé par la foule de mes compagnons, et je ne sais comment, et par quel instinct, je me suis retrouvé haletant dans le hall du siège social coursé par les G.M. en furie claironnante.

    Moment délicat saisit par les costauds du syndicat pour opportunément fermer la grille d’entrée…

    Surprise ! Emporté par son élan enthousiaste le représentant de la République qui commandait le détachement, orné de son écharpe tricolore, s’est retrouvé seul en face de 300 mauvais garçons…

    Hilarité générale !

     

    Après bien sûr, j’en ai fait d’autres et me suis acculturé.

     

    * Les hommes de cette époque – rugueux, volontaires, honnêtes et solidaires que j’avais côtoyés avaient vécu des expériences un peu différentes de nôtres. La Résistance, la campagne d’Italie - un à Monte Cassino
    - les prémices de la guerre d’Algérie, certains le Viêt Nam - un à Dien Bien Phu… Ceux d’en face avaient vécu les mêmes aventures, mais parfois pas dans le même camp.

     



  • bob de lyon 9 janvier 2019 08:43

    C’est drôle cette histoire de cagnotte… que l’une dépasse l’autre ne présente aucun intérêt… puisque celle de ce boxeur talentueux vient d’être close pour un accès (excès ?) furonculeux de moralité spontanée*.

    Ce qui est amusant c’est la cagnotte que Madame Pénicaud a mise en place à Las Vegas pour permettre la dépose de Monsieur Macron sur le piédestal, mais là, le ticket d’entrée avait un minimum syndical plus élevé.

     

    * Une morale évidemment assénée par cette habituelle bourgeoisie geignarde (un de ses représentants, Luc Ferry est arrivé au sommet sans effort : quel con !) qui s’accroche au dogme de : « on ne touche pas à la réforme de l’ISF » alors que de dire simplement « on va en discuter » saperait en partie le mouvement des gilets jaunes.

    @Trelawney



  • bob de lyon 7 janvier 2019 16:56

    @Self con troll
     
    La réalité c’est un diminution de la consommation d’énergie… et forcément la remise en cause de notre avidité à la croissance.
    Quant à la cogénération… Heu ! on en reparle une autre fois, d’accord.



  • bob de lyon 7 janvier 2019 11:49

    @c481

    Réchauffement ou pas ?

    Il faut reprendre la mesure…

    Que faut-il prendre en compte ? La dispersion de molécules générées par l’activité humaine accélère le changement climatique.

    Le début de l’anthropocène est daté : 1769, James Watt dépose le brevet de la machine à vapeur.

    À partir de cette époque, tous les diagrammes, les camemberts, … effectués à partir de relevés constatent des modifications atmosphériques (température ou/et qualité) et confirment que l’activité industrielle modifie le climat.

    Ce que d’aucuns à partir de cette époque ne niaient pas… Une littérature pléthorique existe sur le sujet depuis le XIXe siècle, personne n’a attendu Dumont et Hulot pour en parler ou l’écrire.

    J’entrevois le problème mais je n’ai pas la solution. Je ne suis pas le seul apparemment.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité