• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

bob de lyon

Très tôt épuisé par l’école mais cossard infatigable, je me suis enfoui insatiablement dans l’activité la plus facile : la lecture… de n’importe quoi et de n’importe qui… avec, ce qui n’arrange rien, une passion désordonnée pour la guitare.
1960, époque bénie des horizons possibles.
Mais un jour, il a bien fallu se remettre à l’ouvrage et remonter le temps pour gagner le pain quotidien du ménage. Donc je m’y suis remis. Math, physique, Français et toutes sortes de spécialités techniques ou administratives.
L’entreprise nationalisée* qui m’avait embauché offrait à ceux qui voulaient se bouger le cul la possibilité de s’instruire. Elle pensait qu’il valait mieux des salariés éclairés que du personnel inculte.
Autre temps où l’investissement servait le bien public et l’intérêt général.
Je l’en remercie. Elle m’a permis de faire une belle carrière et finalement de vivre heureux.
* Ne cherchez pas, cette entreprise de service public n’existe plus, sacrifiée sur l’autel de l’ultralibéralisme par M. Jospin, trotskiste atrabilaire. Bien entendu cette réflexion n’engage que moi.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 457 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • bob de lyon 26 mars 2019 09:10

    Bravo pour le point de vue.

    Appréciation particulière pour cet astérisque à un renvoi typographique d’une belle ironie.



  • bob de lyon 4 mars 2019 08:49

    Louis XIV – monarque absolu et d’une religiosité sous influence à l’époque - avait quelques raisons de révoquer l’Édit de Nantes ; les protestants du moment lui en donnaient quelques arguments même si la révocation fut une erreur.

    Quant aux Espagnols, leur mémoire défaille aux rappels de leur rôle dans la France, voire de l’Europe, au XVIe siècle et suivants.



  • bob de lyon 22 février 2019 08:37

    @Gollum

    Baldis doit se marrer, lui qui fréquenta pendant quelques décennies l’ENS de Saint-Etienne à brasser des tonnes de mathématiques, à courir la planère et de discuter avec ses potes profs de géologie !

    La recherche de l’avenir dans des trous noirs, quelle poésie !



  • bob de lyon 21 février 2019 12:18

    Vécu ! Ach, ces autoroute allemandes gratuites, avec ces grosses dalles disjointes et ces travaux incessants qui, sur un itinéraire Lyon Berlin nous ont immobilisés, additions d’arrêts alternatifs, pendant au moins 4 heures. Moyenne 110 km/h.

    La seule portion roulante les 50 km avant Berlin où deux frapadingues faisaient la course : Jaguar contre Mercédès ; histoire de savoir lequel avait la plus grosse.

    L’Allemagne quel paradis, c’est bien connu.



  • bob de lyon 21 février 2019 09:46

    @nono le simplet

    Exact et pan sur mon bec ! Bien fait pour moi…

    C’est entre 800 et 2000 tonnes et jusqu’à parfois 20 mètres de profondeur.

    J’ajoute que : l’arrêt du 11 juillet 2012 de la Cour de Cassation juge « qu’un propriétaire de terrain ayant accueilli une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE), qui désigne des installations comme un dépôt, un chantier, une exploitation agricole, une usine, un atelier ou des éoliennes doit éliminer tous les déchets en l’absence de tout autre responsable identifiable ».

    Ce qui veut dire qu’une société exploitante d’éolienne déclarée en faillite ou qui disparaîtrait du marché c’est l’agriculteur ou le propriétaire du terrain qui devrait faire face seul aux coûts de démantèlement.

    C’est déjà arrivé.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité