• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ddt99

ddt99

Une victime de plus de la France qui cherche par ses écrits à faire évoluer ce pays vers une vraie démocratie. Et c'est loin d'être gagné, car personne dans ce pays n’a envie ou l’intention de remettre en question le mauvais fonctionnement de la Justice.
Le véritable problème des victimes qui se battent dans la dignité contre l’injustice de la Justice française est que nous sommes tous plus ou moins isolés. Et c’est sans doute pour cela que nos gouvernants et dirigeants n’en ont rien à faire de nous.
Tous nous ignorent, car nous ne faisons pas de bruit et ne faisons aucun dégât.
Nous n’existons pas.

Tableau de bord

  • Premier article le 05/08/2010
  • Modérateur depuis le 26/11/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 26 354 520
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 93 43 50
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • ddt99 ddt99 12 avril 2017 16:39

    @InAbysso

    Bonjour, 

    Je suis d’accord avec vous que les investissements, et autres charges, sont aussi couteux chez les fournisseurs d’accès télécom que chez les compagnies de transport aérien. 

    Mais, je n’ai rien oublié, tous ces paramètres ont été comptabilisés dans les chiffres d’affaires des uns et des autres fournis par les sociétés citées et retenus par moi pour la comparaison. 

    Je pense que vous n’avez pas bien compris mon résonnement en chiffres, qui parlent pourtant d’eux-mêmes, les pourcentages seront plus parlants, cette année-là : 

    10 % du chiffre d’affaires en résultat net pour France Télécom.

    20 % du chiffre d’affaires en résultat net pour SFR

    0.6 % du chiffre d’affaires en résultat net pour Air France

    0,4 % du chiffre d’affaires en résultat net pour EasyJet

    Il est normal pour une entreprise de faire des bénéfices, mais dégager 10 à 20 % en bénéfice, pour moi cela voulait dire que les abonnements que l’on payait à l’époque étaient surévalués pour ne pas dire autre chose. 

    Cet article date maintenant, et je ne pense pas avoir été dans l’erreur, car les abonnements des fournisseurs télécom ont considérablement chuté depuis, les ramenant à un plus juste rapport prix/services.



  • ddt99 ddt99 28 décembre 2016 08:01

    @Michel Maugis

    C’est vrai si on dépose la requête soi-même, mais tout le monde n’a pas les connaissances nécessaires pour soutenir un tel projet, qui doit, impérativement et sous peine de rejet, respecter la forme avant qu’il ne soit débattu sur le fond.

    Votre fils a gagné, et j’en suis ravi pour lui, mais mon expérience personnelle m’a démontré que le Tribunal administratif ne remet pas en cause une décision qui porte sur l’idéologie (on ne touche pas aux « valeurs » de la France, même si elles sont outrageusement violées par d’autres agents de l’État) et pécuniaire (les caisses de l’État sont archivide et donner raison à tous ceux qui le mérite les videraient encore plus.) Donc, rejet et irrecevabilité sont à l’honneur dans ces cours d’injustice oups ! Pardon ! Dans ces cours de justice.

    Des jugements comme celui que vous évoquiez sont parcimonieux.

    L’auteur dénonce ce qu’il pense être « une arnaque bien ficelée » parce qu’il n’a pas obtenu le conseil souhaité. Le conseil est bien tout ce qu’il doit attendre des gens de cette profession, qui font du bizness, pas de la philanthropie.

    Des avocats bizness, j’en ai rencontré pléthore, mais des avocats de conviction, juste deux, et c’est ceux-là qu’il faut trouver, mais malheureusement on ne le sait que lorsqu’ils ont empoché votre argent, que ce soit en cabinet ou sur internet.

    Cette profession attire toujours plus de monde et a le vent en poupe parce qu’elle ne présente aucun risque pour eux, que vous gagniez ou perdiez, eux, ils gagnent toujours.

    Selon moi, ils devraient être payé au résultat (comme aux États-Unis) et non pas comme ils disent lorsqu’ils perdent : « on n’a qu’une obligation de moyen, pas de résultat ».



  • ddt99 ddt99 28 décembre 2016 00:00

    Bonsoir,

    Vous avez des consultations gratuites d’avocat dans toutes les communes, demandez dans votre mairie l’adresse de la maison du droit et de la justice. Prenez rendez-vous et vous pourrez expliquer votre problème directement à un avocat. Précisez que c’est un problème administratif, pour être reçu par un avocat dont c’est la spécialité, le jour de sa permanence. Emmenez tous les justificatifs que vous avez.

    Si vous êtes en région parisienne, à Paris, au Tribunal de Grande Instance de Paris, vous avez tous les jours des consultations gratuites d’avocat spécialisé (civil, administratif, famille, etc.). Allez-y avant l’ouverture pour avoir un ticket. Il y a, ou il peut y avoir beaucoup de monde.

    Mais pour avoir fait l’expérience de la justice française, y compris administrative, sans connaitre votre problème, selon moi, vous avez peu de chance de gagner, ce n’est qu’une instance supérieure qui ne désavoue que très rarement les décisions « confraternelles » prises en amont

    Vous avez plus de chance de gagner au loto que dans un tribunal d’injustice française.

    Si vous ne me croyez pas, allez faire un tour sur mon site pour vous en convaincre.

    Ma Pétition pour changer la justice de ce pays. Mais là encore, je suis utopiste, car dans ce pays, tous se satisfont de cette justice incompétente et corrompue.

    Bonne chance !



  • ddt99 ddt99 19 août 2016 10:08

    @Fergus

    Comment arrivez-vous à l’été 2018 ?

    Sauf erreur de ma part, date du crime ; 10 septembre 2012, 5 ans plus tard, 10 septembre 2017.

    Bien que la condamnation de Madame Sauvage soit méritée, considérant le crime commis, sachez qu’aucune injustice n’est indigne, chaque injustice mérite d’être dénoncée et condamnée.

    Qu’attendez-vous pour dénoncer la mienne, qui est une vraie injustice honteuse pour la France ?

    Vous soulignez le fait qu’elle aurait subi un calvaire du vivant de son mari, soit, mais aujourd’hui, elle ne vit plus de calvaire, à moins que vous ne supposiez que la prison française, soit un calvaire en soit ?

    Loin du tumulte médiatique que vous et d’autres fomentez inutilement, sans crainte pour sa vie, elle pourrait purger sa courte peine en toute quiétude.

    Considérant la condamnation clémente de la Cour d’assises pour un meurtre, je pense que vous, et tous ceux qui ont pris fait et cause pour cette malheureuse meurtrière ne lui rendez pas service.

    Aujourd’hui, c’est vous, et tous ceux qui la soutiennent, qui tourmentez cette femme, car vous lui donnez de faux espoirs en voulant forcer les juges à encore plus de clémence que celle accordée par un jury populaire, que les juges ne sont pas disposés à accorder contraint et forcé médiatiquement.

    Sans ce battage médiatique, elle aurait accepté sa peine avec quiétude, alors que là vous la forcez à croire en quelque chose qui a peu de chance de se produire avant sa libération par le jeu naturel des remises de peine.

    Mais ce n’est que la manifestation d’une des idées différentes du malade mental déclaré par un arrêté préfectoral portant entête de la République française, un haut fonctionnaire français qui confond liberté d’expression et pathologie mentale.



  • ddt99 ddt99 19 août 2016 07:45

    @ Fergus

    Pour vous donner bonne conscience, vous pouvez choisir de dissocier la femme de l’acte criminel commis. Or tout soutien à la femme apporte automatiquement soutien à l’acte criminel commis. 

    Le meurtre a eu lieu le 10 septembre 2012, elle a été condamnée à 10 ans, ferme, avec une période de sureté de 5 ans, soit la peine la plus faible pour une cour d’assises, vu l’acte commis, les jurés ont été cléments envers elle. Or vu les lenteurs de la justice française, le 10 septembre 2017, soit dans un an, elle aurait été dehors de toute façon, et probablement avant que son appel ne soit examiné. Alors, je m’interroge sur le bienfondé de tout ce battage médiatique, à qui profite-t-il véritablement ? Certainement pas à Madame Sauvage qui, vu la susceptibilité des magistrats, a plutôt intérêt à faire profile bas, si elle veut sortir à la fin de sa période de sureté. 

    Dans cette affaire, pour l’étranger à l’affaire que vous êtes, vous apportez votre soutien en n’ayant qu’une seule certitude, cette femme a tué son mari pour des raisons qu’elle seule connait véritablement. Tout le reste peut être vrai comme faux. Ce n’est pas parce que plusieurs personnes disent la même chose que cela est obligatoirement la vérité. J’en sais quelque chose, dans mes affaires, tous ces menteurs assermentés ne disaient que des mensonges, mais cela n’était pas la vérité pour autant, malheureusement, dans ce pays, ce n’est pas la vérité qui fait foi, mais la fonction. 

    Moralité, pour s’attirer l’empathie publique, il vaut mieux être une femme brutalisée par son mari, qu’un homme brutalisé par des agents de l’État français, assermentés, menteurs et criminels de surcroît. 

    Mesdames, affutez vos couteaux, l’opinion publique vous défendra ! 

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès