• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Demesure

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 47 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Demesure 26 janvier 2010 17:20

    « pris en charge par vous et moi, aucun assureur au monde ne voulant assurer les centrales nucléaires »


    @Claude Marseille,
    Cette affirmation est fausse. La majorité des centrales nucléaires au monde est gérée par le privé et est assurée par le privé. Le bilan de sûreté des centrales nucléaires est inégalable, comparé à n’importe quelle autre forme d’énergie, même éolienne, pour un assureur, c’est une excellente affaire.
    Je note aussi que dans votre traitement du coût, vous oubliez un point important et incontournable : la nécessité d’une double infrastructure. Quand le soleil ne brille pas, il faut bien avoir des capacités de production équivalente en conventionnel. Il n’est pas question de fermer une économie parce qu’il fait mauvais plusieurs jours de suite ! Qui dit double infrastructure dit double utilisation du capital qui aurait pu financer autre chose et double frais d’entretien et d’amortissement. Ceci est valable à l’échelle d’un particulier (imaginez-vous équipé d’une voiture pour le WK et une autre pour la semaine) ou à l’échelle du pays.
    Economiquement, c’est un gaspillage pour un pays riche, un désastre pour un pays pauvre.


  • Demesure 20 janvier 2010 09:40

    Le climat ne tue pas, la météo oui. 

    Donc malgré ce que disent les climatologues, les tempêtes ou les canicules sont comme les vagues de froid ou les inondations, de la météo.


  • Demesure 16 décembre 2009 15:13

    Zen : « L’offensive libertarienne contre le Giec n’est pas dénuée d’arrière-pensées et d’appuis financiers »
    ------------------------------------
    Pour ce qui est « d’arrières-pensées et d’appuis financier », outre que vous vous fiez à l’avis de Mediapart, un site qui est loin d’être objectif, vous êtes dans le mauvais camp en défendant le GIEC. Il n’y a qu’à voir ce que fait son président, Pachauri, soit-disant un éminent climatologue mais qui est en fait un économiste-ingénieur de chemin de fer reconverti en businessman multi-casquettes dans l’industrie du carbone et des aides Nord-Sud (mais peut-on en attendre mieux d’un haut fonctionnaire de l’ONU, dont la commission des droits de l’homme est présidée par la Lybie et celle du développement durable par le Zimbawé ?).

    On peut parler aussi du fait que >90% des auteurs français du GIEC travaillent dans des instituts étroitement lié au CEA (IPSL, LSCE, même Météo France est dirigé par M. Jacq, un ancien de l’ANDRA !), donc sous la coupe du lobby nucléaire : Jean Jouzel par exemple est vice président du GIEC et officiellement « ingénieur CEA ».

    A ce jeu de l’ad hominem, vous risquez de perdre, et très lourdement.



  • Demesure 16 décembre 2009 14:59

    @Surcouf,
    J’ai presque fini la Servitude Climatique (c’est un gros bouquin de 345 pages hyper denses + une vingtaines de pages de références écrites en petit), il y a bien 2 chapitres consacrés à la science du réchauffement climatique (surtout le 2e). Les autres chapitres concernent les aspects politique et économique du réchauffement anthropique, ce qui va de soi,

    En tout cas, c’est un livre passionnant, instructif et pour ne rien gâcher qui se lit comme un roman. C’est bien mieux que le livre de Legendre (qui laisse le lecteur un peu sur sa faim) et bien sûr celui d’Allègre (trop vague). Ceux qui le dénigrent ne l’ont pas lu et c’est bien dommage car le débat gagnerait de la hauteur.

    Quant à vouloir supprimer l’article sous prétexte que PapyJacko en ferait la pub, c’est bien sûr un argument irrecevable : je n’ai pas le souvenir d’avoir vu les quelques gardiens auto-proclamés de l’éthique d’Arogavox s’insurger lors des nombreuses autres promotions de livres sur ce site même. J’espère que ce n’est pas par sectarisme déguisé en fausse indignation car ce serait non seulement irrecevable mais également inexcusable.



  • Demesure 15 décembre 2009 23:12

    S Reboul". En quoi limiter le rejet de CO2 et la pollution du tout carbone pourrait nous mettre en danger ? En quoi faire des économies d’énergie et passer aux énergies renouvelables serait dommageable ? Réponse : sauf pour les producteurs de pétrole, en rien

    Nous ne perdons donc rien à agir au plus tôt et nous risquons de tout perdre en attendant, sans doute au moins 50 ans, pour obtenir le degrès de certituide que vous exigez à tort comme un préalable !"

    @Sylvain Rebout,

    Dire que le rationnement du CO2 (qui n’est pas un polluant, doit-on encore le rappeler) « ne serait dommageable en rien » est une lecture bien curieuse de la réalité.

    Car la politique de limitation de rejet de CO2 a déjà des effets pervers avérés, comme la déforestation catastrophique pour produire de l’huile de palme destinée au plan 20% d’énergie renouvelable en ’Europe ou l’explosion du prix du maïs (les fameuses manifs du tortillas fin 2007, suivies par les émeutes de la faim) parce que les Américains ont détraqué le marché en utilisant 1/3 de leur maïs pour produire de l’éthanol subventionné. C’est une politique qui revient à brûler de la nourriture et c’est profondément choquant ! On peut ajouter à cela les multiples détournements massifs d’argent publics, par la mafia ou la grande finance, voire des fonctionnaires de l’ONU ou de la banque mondiale.

    Dans un monde aux ressources précieuses et rares, obliger le monde à utiliser des énergies alternatives chères et subventionnées alors même que les finances publiques des pays riches sont exangues et celles des pays pauvres insuffisantes, est une politique très mal avisée. Une bonne politique ne devrait pas se baser sur le symbole mais sur une analyse bénéfice/coût rationnelle et objective. Et le rapport bénéfice/coût de la lutte contre le CO2 est largement inférieur à celui de politiques éprouvées mais qui sont scandaleusement sous-financées : lutte contre la malnutrition, amélioration de l’infrastructure, meilleure éducation, éradication de maladies infectieuses... (cf par ex. le « Consensus de Copenhague »).

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès