• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

gdm

gdm

Je suis ingénieur, libertarien, de l'école autrichienne d'économie.

Tableau de bord

  • Premier article le 25/01/2008
  • Modérateur depuis le 23/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 382 391
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 45 31 14
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires



  • gdm gdm 27 avril 2009 10:11

    @EXPAT456
    Dans un article précédent, vous écrivez "Le Libéralisme est mort, non pas du fait de la disparition des libéraux, mais du fait d’un rejet généralisé des théories libérales par l’opinion publique." Cette phrase est inexacte. De plus, l’opinion publique française ignore tout ou presque tout des théories libérales. Elle ne peut donc pas des rejeter.

    De surcroit, vous semblez ignorer l’existence de partis politiques très actifs et populaire se revendiquant, a l’étranger, des théories libérales.

    C’est ainsi que chacune de vos phrases est excessive, et prête le flanc à une critique légitime. Vous affaiblissez votre discours en ne respectant la sens des mots que vous utilisez.



  • gdm gdm 27 avril 2009 09:03

    @Serge
    De Soto dit des choses très vraies. De Soto a raison de fustiger les capitalistes qui s’appuient sur les copains et les coquins qui rodent autour des dirigeants des pays pauvres en corrompant leurs dirigeants.

    De Soto, mieux que tout autre économiste, sait que le capitalisme est le seul système économique qui permetra aux pays pauvres de s’enrichir. Et il le dit tout aussi clairement. Mais l’existence légale des habitants est un premier pas vers un véritable droit de propriété individuels dans les pays pauvres.

    Le capitalisme ne peut pas fonctionner dans un pays ou le droit des individus est bafoué. Le capitalisme ne peut pas fonctionner dans un pays ou les habitant n’ont pas le droit de posséder, faute d’avoir une existence légale.

    De Soto a écrit un excellent livre « Le mystère du capital ». Le sous-titre est « pourquoi le capitalisme triomphe en occident et échoue partout ailleurs ? ». Edition Flamarion.

    Tenter de faire fonctionner les regles occidentales du capitalisme dans un pays pauvre est une tentative vouée à l’échec.

    Mais ce problème des pays pauvres n’a rien à voir avec les industriels qui ont créee beaucoup de richesses gràce a leur industrie. Ils sont milliardaires et n’ont rien volé a qui que ce soit. Il ne peut etre question de les spolier sans revenir a la barbarie. Nier le droit de propriété serait détruire le socle de la civilisation, le droit de propriété étant le fondement des droits de l’homme de 1789.



  • gdm gdm 27 avril 2009 08:42

    @EXPAT456
    Vous affirmez que le mot « libéralisme », tel que vous l’utilisez est contraire à la définition des bases du libéralisme, tel qu’il existe depuis 3 siècle. Vous nommez votre théorie par le mot « libéralisme », alors que, selon votre propre aveu, cela est différent du libéralisme, et même vous vous « exonérez des fondamentaux du libéralisme ». En toute logique, ce n’est plus du libéralisme. C’est peut-être de l’ « expat456isme ». Mais certainement pas du libéralisme.

    Il me semble donc impossible pour vos lecteurs d’utiliser ce mot de libéralisme avec vous. Nul ne saura s’il s’agit de la définition traditionnelle, ou de votre définition qu’i n’appartient qu’a vous.

    Vous me proposez de lire vos autres articles sur le « libéralisme équitable ». Vous n’incitez pas le lecteur a vous lire en commettant un contre-sens dans le titre « libéralisme ». Le lecteur peut craindre de perdre son temps à vous lire.

    Et pourtant, je salue sincèrement l’effort de tous ceux qui tentent de construire une pensée politique cohérente en la publiant. Mais, svp, utilisez les mots adéquats, si vous souhaitez engager un dialogue utile avec des lecteurs. Les lecteurs utilisent le vocabulaire normal dans son sens habituel, sauf lorsque le mot a un sens souvent dévoyé.

    Le sens du mot « libéralisme » fait partie de ces mots dont le sens est souvent dévoyé. En France, on parle beaucoup du libéralisme dans les médias dans les forum. Or ceux qui emploient ce mot « libéralisme » ignorent le signification de ce mot, l’histoire de cette pensée depuis trois siècles, et les qq familles de libéralismes qui existent aujourd’hui.

    Vous ajoutez a la confusion des esprits en inventant, de toute pièce, un sens nouveau du mot « libéralisme, » sens qui n’appartient qu’a vous-même.



  • gdm gdm 26 avril 2009 14:09

    @Serge (xxx.xxx.xxx.49) 25 avril 15:08
    La cause de la pauvreté dans le monde n’est pas qu’il existe des riches. Spolier les riches pour distribuer leur biens aux pauvres n’enrichirait pas les pauvres.

    La cause de la pauvreté dans le monde est l’absence de droit de propriété moderne dans les pays pauvres. Le droit de propriété moderne est celui qui existe en Europe occidentale. Les pays pauvres ne peuvent pas s’enrichir tant qu’un droit archaique sur la propriété continuera d’exister.

    L’économiste péruvien, Hernando De Soto, spécialiste de la pauvreté, réussit à convaincre un nombre croissant de dirigeants de pays pauvres que l’urgence est d’abord de faire évoluer leur droit de propriété. De Soto y envoie des équipes de consultants pour travailler à faire évoluer ce droit de propriété individuel pour remplacer un droit archaique. De Soto a failli avoir le prix Nobel d’économie en 2000 à la place de Stiglitz.



  • gdm gdm 26 avril 2009 13:51

    @EXPAT456
    Il m’apparait que vous méconnaissez le libéralisme. Avant de le critiquer, je vous invite en savoir en quoi le libéralisme consiste. Contrairement à ce que vous écrivez, les critiques que vous faites ne peuvent pas s’adresser au libéralisme, mais à un autre systeme politique que vous nommez, à tort, libéralisme.

    Votre discours est poétique mais n’est ni philosophique, ni juridique. Les mots que vous utilisez mériterait d’être mieux définis. Au point que, pour vous répondre correctement, il me faudrait préalablement revenir sur la définition de chacun des mots que vous utilisez.

    Vous dites que vous vous « exonérez des fondamentaux du libéralisme ». C’est un point sur lequel je suis d’accord avec vous. J’ajoute même qu’il n’existe strictement rien de libéral dans votre théorie. Et je m’étonne donc que vous nommiez votre théorie « libéralisme ». C’est un contre-sens autant pour vos lecteurs libéraux que pour vos lecteurs socialistes.

    Votre affirmation « Tout est bon dans le »Libéralisme Régulé« est étrange. Selon vous, toute régulation serait-elle, a priori, bonne ? S’agit-il, dans votre propos, de régulation par le marché ou de régulation par l’Etat ?

    Je vous rappelle que l’économie mondiale est auto-régulé par le marché, c’est à dire par l’expression d’une multitudes de préférences individuelles. Je me demande si vous confondez les mots »marché« et »libéralisme".

    Chaque intervention de l’Etat pour prétendument résoudre un problème conduit invariablement à aggraver le dit problème. L’avez vous parfois remarqué ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Economie Economie Crise financière Politique






Palmarès