• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

gdm

gdm

Je suis ingénieur, libertarien, de l'école autrichienne d'économie.

Tableau de bord

  • Premier article le 25/01/2008
  • Modérateur depuis le 23/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 5 382 391
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 45 31 14
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique








Derniers commentaires



  • gdm gdm 22 avril 2009 11:54

    @Jean-Pierre Llabrés
    « Tout échange volontaire est avantageux pour l’acheteur et pour le vendeur. Sinon, il ne se ferait pas ». C’est en effet, une affirmation qui forme un consensus parmi les économistes, de gauche, comme de droite. Vous me dites que vous contestez cette affirmation. Pour illustrer votre contestation de ce point, vous évoquez la récolte des céréales. L’argument que vous avancez est, en substance, que les vendeurs sont mal informés et que les acheteurs en profitent.

    Vous dites que la marge réalisée par les acheteurs est légitime. Jusque là la suis d’accord avec vous sur cette légitimité. la raison que vous donnez a cette légitimité est que les acheteurs ont immobilisé des capitaux afin de stocker leurs achats. La légitimité de l’achat provient du seul fait qu’il n’y ait pas de vol, ni de contrainte exercée par l’acheteur sur le vendeur.

    Aucun tiers ne peut valablement dire la raison pour laquelle un individu fait un jugement de valeur pour acheter ou pour vendre. Ce jugement de valeur, cet « acte de la pensée », est dans la conscience de chacun et nul ne peut valablement prétendre connaitre la conscience d’autrui. Ainsi, un acheteur peut acheter pour revendre aussitôt. Votre justification de la légitimité s’effondre ainsi. 

    Mais on peut deviner pourquoi les vendeurs ont intérêt à vendre rapidement. Et on peut facilement comprendre pourquoi les acheteurs ont intérêt à acheter rapidement. 

    Votre concept de « sur-marge » n’est pas fondé. Oui, tout achat est spéculatif. C’est la nature de tout commerce de vendre avec une marge commerciale. Plus le marché est incertain, plus la « prime de risque » est grande. La spéculation est une activité inhérente à l’esprit humain. La spéculation est une activité intrinsèquement bonne pour la société.

    Plus le spéculateur travaille pour acquérir des information sur le marché futur, plus il pourra faire des benéfices. La spéculation est ici d’acheter aujourdhui a un prix qu’on suppose est supérieur demain.

    Chacun fait son métier. L’agriculteur sait cultiver, mais il n’a pas choisi le métier de ses renseigner 8h/jour sur les marché mondiaux pour connaitre les cours du blé, c’est à dire quelle sera la rareté dans 3 mois ou dans 6 mois.

    Le concept même de contrat « déséquilibré » est une erreur intellectuelle typiquement socialiste. Soit un individu est responsable de son action, soit il ne l’est pas. L’agriculteur sait que s’il consacrait du temps à se renseigner, il pourait vendre plus cher. Mais il prefere se consacrer a son métier. Et son choix est rentable, économiquement intelligent et bien fondé.

    Vous dites que l’agriculteur serait « contraint » de vendre a son grand désavantage. C’est inexact. Nul ne le contraint ! C’est son bon sens qui lui dit qu’il est plus rentable de cultiver que d’etre trader en blé. Il a raison de renoncer à contruire son petit silo personel pour vendre sa production au meilleur cours. Ce choix de gestion serait probablement non rentable.

    Vous dites encore que l’agriculteur vend « à son grand désavantage ». Là encore, c’est impossible. N’oubliez pas que tout information a un coût. Et le plus souvent, l’information contenu dans une vente est la principale valeur ajoutée de la vente. L’acheteur peut choisir son achateur. Il existe une concurence entre les acheteurs. Si, ce prix est trop faible, il envoie une dizaine de e-mail pour proposer sa récolte à 10 acheteurs. et il choisit alors le meilleur prix de vente.



  • gdm gdm 20 avril 2009 16:10

    @mmarvin
    oui, l’accord d’une population est utile. Mais pas nécessairement indispensable . Au moment du passage à l’euro, l’État a français a déversé des millions de dollars aux journaux et autres magazines pour alimenter une propagande tous azimut. Les journaux n’osaient pas refuser cette manne de publicité qui redressaient utilement leur comptes financiers. Il faut aussi alimenter toutes les associations qui pensent dans le même sens afin de mieux propager l’idée. Avec de l’argent et une bonne propagande, on fait croire beaucoup de chose au bon peuple.

    La preuve que la propagande fut efficace est que le vote fut en faveur de l’euro, alors que l’euro est, à mon avis, une erreur technique. Et la contruction politique européenne d’un super-Etat est une tragique erreur politique.



  • gdm gdm 20 avril 2009 16:01

    @JL
    Ma réponse à votre remarque me semblait très précise et argumentée. Si vous voyez une faille a mon raisonnement, vous pouvez m’en parler. Je vous y répondrai bien volontiers.



  • gdm gdm 20 avril 2009 15:57

    @Jean-Pierre Llabrés
    Vous posez deux problemes différents. D’une part vous contestez que l’échange volontaire crée de la richesse pour l’acheteur et pour le vendeur.
    D’autre part, vous contestez la thèse de De Soto, a savoir que la manque de droit de propriété est la cause première pour laquelle les habitants des pays pauvres ne s’enrichissent pas.

    Vous achetez une café au prix de 1 euro. Vous achatez ce café car vous jugez que c’est votre avantage. Vous en tirez un avantage. sinon vous n’auriez pas acheté ce café au prix de 1 euro. Or la valeur d’une chose est subjective, c’est a dire que chacun la juge selon ses préférences, préférences qu’il traduit en actes. De meme le vendeur est content de vendre un euro, car pour lui, le prix de ce café est moins que un euro. le commercant fait donc une marge commerciale.

    Pour la quasi-totalité des achats que vous faites le raisonement est sensiblement le même. Vous obtenez un avantage en achetant, donc vous vous enrichissez en achetant ce que vous avez décidé d’acheter par ce que c’était votre choix, votre utilité. Lorsque vous allez au super-marché, ce qui est dans votre caddie vaut plus cher que les billets que vous donndez à la caissière. Sinon, vous auriez conservé les billets et refusé d’acheter les marchandises.

    Pour le deuxième sujet de débat, la thèse de De Soto est séduisante. Mais de nombreux économistes proposent des pistes de reflexions très diverses. Il n’y a pas d’unanimité sur ce point. A mon avis, la thèse de De Soto est fondée sur un raisonement difficilement contestable. Heureusement Hernando De Soto, grâce à son prestige, à sa rondeur et son humour, parvient à établir le contact avec les divers dirigeants des pays pauvres. Voir sa conférence ci-dessous :

    http://blog.turgot.org/index.php?pages/Conf%C3%A9rence-d-Hernando-de-Soto



  • gdm gdm 19 avril 2009 14:02

    @JL
    L’État, ce n’est pas « nous ». L’État est un organisme différent de chaque individu. L’État ne représente pas le peuple. Aucun élu ne représente aucun électeur. Un élu représente l’État. Une votation est un sondage d’opinion. Ce qui appartient à VOUS n’appartient pas à l’État. Vous pouvez quitter le territoire français avec votre patrimoine sans rien verser a l’État. Inversement, ce qui appartient à l’État ne vous appartient pas.

    La production de monnaie est faite par l’État et uniquement par l’État. le fait que l’État délègue des organisme pour gérer la monnaie en son nom ne change rien a cette évidence. La monnaie est un monopole de l’État. l’article 1 du code monétaire le confirme. Le fait que le texte écrit sur chaque billet de banque le rappelle devrait vous en convaincre.

    Le dysfonctionnement du système monétaire provient uniquement des décisions des États et des règlements et autre prétendues régulations décidées par les Etats.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Economie Economie Crise financière Politique






Palmarès