• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Mazdak Teherani

Mazdak Teherani

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 07/07/2016
  • Modérateur depuis le 17/02/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 16 50 470
1 mois 2 7 45
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 34 34 0
1 mois 4 4 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Mazdak Teherani Mazdak Teherani 8 février 19:02

    @Christian Labrune
    Bravo à vous Christian de vous être joins à la manif des résistants iraniens. Votre solidarité avec le peuple opprimé d’Iran est si précieuse. 



  • Mazdak Teherani Mazdak Teherani 8 février 15:00

    @Pierre Régnier
    merci pour votre solidarité. la fin du régime est proche. 2019 année décisive.



  • Mazdak Teherani Mazdak Teherani 7 février 18:59

    @njama
    merci pour votre intérêt pour la cause de la liberté du peuple iranien...
    https://www.csdhi.org/index.php/campagne



  • Mazdak Teherani Mazdak Teherani 7 février 18:58

    les jours du régime aux abois sont comptés...2019 une année décisive...

    Appel à Manifester
    Stop aux violations des droits humains et à la destruction de l’environnement en Iran
    Vendredi 8 Fév. 2019, marche depuis Denfert-Rochereau 14h



  • Mazdak Teherani Mazdak Teherani 7 février 18:45

    @njama

    a Révolution de 1979 a marqué une rupture profonde avec l’ordre monarchique millénaire, promettant l’entrée de l’Iran dans l’ère démocratique. L’euphorie céda cependant vite la place à la déception. Le projet de société démocratique et solidaire voulu par la Révolution de février a été dévoyé et le clergé chercha à appliquer sa propre vision du pouvoir. Le renoncement au jeu démocratique, la négation des droits fondamentaux et de la souveraineté populaire…telle était désormais la ligne de conduite des islamistes qui prenaient le pouvoir pour la première fois dans le monde musulman. Les Moudjahidines du peuple et l’ensemble des démocrates iraniens ont refusé de céder et ont d’abord usé de moyens pacifiques pour freiner le fléau intégriste. Pour eux, l’étape de la construction de la nouvelle société des droits devait pouvoir se réaliser dans la consultation et la confrontation des idées. Et les urnes comme ultime arbitre pour assurer la paix sociale et la contribution de chacun au développement du pays.

    Les forces démocrates et libérales s’unirent alors pour proposer une alternative différente de celle des intégristes dominant le pouvoir. Cette initiative gagna rapidement en popularité au point de menacer l’emprise du pouvoir clérical. Voulant jouer user jusqu’au bout des recours démocratiques, l’OMPI participa aux différents scrutins : élection de l’Assemblée des Experts en 1979, élection présidentielle en 1980 ; et enfin premières élections législatives en 1981. L’OMPI se développait rapidement et devenait le principal mouvement d’opposition à la dictature naissante. Son quotidien « Modjahed » tirait alors à 600.000 exemplaires et ses meetings attiraient à Téhéran comme en province des centaines de milliers de personnes.

    Les islamistes refusèrent dès le début de se soumettre à l’épreuve du suffrage universel dans des élections libres. Malgré les voix remportées et le soutien d’une partie très importante de la population, aucun candidat de l’opposition ne put entrer au parlement, alors que le régime se livrait à une fraude systématique. Lors de la première élection présidentielle, le candidat de l’OMPI, Massoud Radjavi, était soutenu par tous les groupes de l’opposition, les minorités ethniques et religieuses, et une grande majorité de femmes et de jeunes. Toutefois, au grand dam des Iraniens, Khomeiny, le Guide suprême des mollahs, l’élimina de la course électorale par une fatwa au motif qu’il n’est pas fidèle à la constitution du nouveau régime qui avait été adopté quelques semaines plus tôt. Une constitution qui prévoyait la tutelle du Guide suprême sur les affaires du pays et l’application de la charia et la loi du taillons et qui contrevenait à toutes les valeurs d’un Etat démocratique et moderne.

    La répression atteignit son apogée quand, à l’appel de l’OMPI, une manifestation pacifique d’un demi-million de personnes à Téhéran, le 20 juin 1981 fut réprimée dans le sang sur ordre de Khomeiny. Celui-ci avait ainsi décidé de fermer définitivement la voie à toute expression de l’opposition politique qui gagnait chaque jour en popularité. C’est dans la soirée de ce jour funeste que commencèrent les exécutions massives qui vont faire disparaître des dizaines de milliers de sympathisants de l’OMPI. Le pic des mises à mort sera atteint durant l’été 1988 à la fin de la guerre avec l’Irak. En quelques mois, 30.000 prisonniers politiques seront massacrés dans les prisons en exécution d’une nouvelle fatwa de Khomeiny.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès