• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nometon

Nometon

Je me (dé)bats contre tout ce qui me semble faux... les lieux communs, le prêt-à-penser, les dogmes, anciens, nouveaux, la bien-pensance, la peur aveugle et son cortège de chimères.

Pour utopie, la république universelle ; à faire et à discuter.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 233 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Nometon Nometon 24 février 2011 09:58

    A lire à ce sujet, la tribune du chercheur Delphine Perrin dans Libération dont je reproduis ci-dessous deux courts extraits.

    "Ces gouvernements européens, aujourd’hui ostensiblement scandalisés, négocient avec Kadhafi depuis 2008, dans la plus grande opacité, la conclusion d’un accord global qui comprendrait notamment l’engagement de la Libye à réadmettre ces migrants plus systématiquement.« 

     »Cette révolte du peuple libyen et la médiatisation de sa répression démesurée permettent aujourd’hui de révéler au grand jour le cynisme sans borne des gouvernants européens."

    Sarkozy et Berlusconi forment le triste et cynique tandem qui a promu cette politique en Europe.

    Force est de constater que Sarkozy a ruiné, en trois ans, la politique étrangère de la France auprès des pays arabes. Durant des décennies, la France parlait à ces pays et les écoutait, cultivant un ton et une place qui la distinguait des autres pays occidendaux.
    En trois ans, Sarkozy a mis en pièce cet héritage, lui substituant une diplomatie de l’intérêt immédiat, de la fausseté et du clinquant, digne des magazines people qui lui offrent, à n’en pas douter, ses inspirations.

    Le seul moyen de rendre ne serait-ce qu’une dignité à la parole de la France, c’est de virer ce petit sire et sa bande.



  • Nometon Nometon 11 février 2011 00:56

    La Turquie fut un modèle pour Hitler.
    Au milieu des années 30, alors qu’il planifiait le génocide des juifs et qu’il le présentait à des généraux, Hitler balaya les questions et les réticences en disant : « Qui se souvient des arméniens ? » 1,5 million de civils arméniens sont mort en 1915. Leur génocide, qui inspira Hitler, fut organisé et perpétré par les Jeunes Turcs et toute la machine policière et militaire de la Turquie d’alors. Modèle sordide s’il en est !

    La Turquie est aussi un modèle de négationnisme d’Etat, ayant institué depuis le début des années 80 une véritable politique de communication, une propagande en bonne et due forme visant à remettre en cause la vérité historique du génocide des arméniens et à tenter de semer le doute dans l’esprit des populations occidentales. La négation, puis le négationnisme, modèles qui ont su inspirer l’extrême-droite française !

    La Turquie est enfin un modèle de Realpolitik et de servilité pro-américaine, constituant un bastion de l’Otan dans le caucase. Le pays est un point de passage entre le Moyen-Orient, l’est et l’Europe. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont toujours eu partie liée avec la Turquie, aussi bien à l’encontre de l’Europe que de la Russie. Et le dernier « coup » de cette politique désastreuse fut bien la candidature de la Turquie en Europe, laquelle, si elle n’avait tous les peuples européens contre elle, eût jeté l’Europe politique, déjà bien mal en point, dans une poubelle de l’histoire.

    Les peuples tunisien et égyptien qui se battent pour leur liberté, n’ont nul besoin de modèle et encore moins de celui de la Turquie ! S’ils se battent, ce n’est pas pour emprunter une autre voie, c’est pour choisir la leur.



  • Nometon Nometon 9 février 2011 12:44

    Et mille et une fois d’accord avec les commentaires de Philou017, y compris ses quelques critiques concernant le choix des questions.



  • Nometon Nometon 9 février 2011 12:40

    Mille fois d’accord avec Gaspard Delanuit.

    Il y a beaucoup de z(h)éros sur ce fil qui conspuent Julien Assange avec une la rage et la jalousie des impuissants, de ce qui ne font rien et déversent la bile de leur néant, de ceux qui salissent le courage quand il se manifeste sous leurs yeux, tout cela pour mieux geindre et pleurer, tout cela afin de démontrer que l’on ne peut rien faire, que les puissants dirigent tout, manipulent tout, tout cela, en réalité, pour légitimer la lâcheté de leurs résignations quotidiennes.

    Il suffit de lire Assange et ensuite les commentaires qui transforment immediatement ses propos, les détournent et les falsifient, pour voir toute la palette de la mocheté humaine.

    Assange est un homme, simplement un homme. Il apporte sa pierre, il se bat, il agit.
    Tous ceux qui demandent de lui des révélations en cascade sur tous les secrets du monde devraient plutôt se rendre dans une église. Là, il trouverait la « révélation ». Cette Révélation (avec un grand R) est, depuis des siècles, le plus éprouvé des mensonges.



  • Nometon Nometon 7 février 2011 15:12

    @ Littlewalter

    Parce qu’il est « douteux, dangereux et malsain » d’en savoir un peu plus sur ce dont parlent les diplomates et nos gouvernements dans leurs salons feutrés ?

    La diplomatie et ses émissaires existaient bien avant que n’existent des régimes démocratiques. Les diplomates servaient les rois et les puissants, excellant dans l’art de négocier des accords qui satisfassent beaucoup leurs intérêts et, un peu, parfois, les intérêts des populations. Bien des mauvaises habitudes ont été prises alors et persistent, aujourd’hui encore, derrière cette culture séculaire de conseillers du Prince.

    Il est grand temps que la diplomatie se mette à l’heure d’une démocratie ambitieuse, cette diplomatie de palais qui n’a absolument pas su prévoir la révolution tunisienne et la révolte égyptienne, et qui se satisfait si bien de couvrir les intérêts des grands groupes multinationaux. Il y a de grands hommes parmi les diplomates, mais il n’est tout simplement plus acceptable que d’autres, beaucoup moins admirables, conduisent la politique extérieure de nos pays sans en rendre de compte, hormis à nos gouvernements, lesquels ne rendent plus compte eux-mêmes de leurs décisions. Faut-il rappeler que les peuples européens étaient très majoritairement contre la guerre en Irak et que plusieurs gouvernements soit disant démocratiques (le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie..) se sont engagés dans cette guerre par décision de ces gouvernements ?

    Ce qui est « douteux, dangereux et malsain », c’est la peur, la vôtre selon toute évidence, d’affronter un monde complexe, aux intrications multiples, un monde dur où la démocratie est bafouée régulièrement par des officines, des carriéristes politiques et des conseils d’administration.

    Le discours du secret est empreint de ce paternalisme puant, qui désigne les peuples comme de grands enfants incapables de comprendre les visées du monde, incapable de faire des choix de gouvernement, incapables, en clair, de s’administrer. Et auquel il vaut mieux cacher les décisions les plus sensibles. Ce discours est une négation pure et simple de la responsabilité citoyenne d’un individu et tout homme humaniste, tout homme progressiste, qu’il soit de philosophie socialiste, libérale ou anarchiste, devrait le fustiger pour ce qu’il est : le discours de l’obscurantisme.

    Bravo à Julian Assange, à Wikileaks. Honte aux hommes qui veulent détruire ou salir son combat.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité