• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pierre

Pierre

Je suis passionné par l'Histoire des nations. Je pense qu'on ne peut pas trouver de solution à un conflit si on n'a pas profondément étudié l'Histoire des parties en présence.
Je suis l'actualité internationale depuis plus de 35 ans.
J'aime me ressourcer en montagne. Longs treks dans les Alpes ou dans l'Himalaya, seul ou avec des amis.

Tableau de bord

  • Premier article le 27/08/2011
  • Modérateur depuis le 01/12/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 46 1908 3853
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 332 319 13
1 mois 1 1 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Pierre Pierre 26 octobre 21:33

    @Pierre
    Bizarre ! Cela ne marche pas mais on peut copier et coller directement le lien dans la barre d’adresse du navigateur.



  • Pierre Pierre 26 octobre 21:26

    @GéraldCursoux
    Bonsoir,

    C’est vrai que c’est mieux quand on reste courtois. 
    « ...mais je suis surpris que Poutine n’ait pas joué aussi la carte juridique pour justifier ce retour à la mère patrie. »
    J’ai mon explication à ce sujet. Poutine n’a pas l’intention de justifier quoi que ce soit ni avec les Ukrainiens ni avec les Occidentaux pour ne pas avoir à négocier un quelconque compromis sur la Crimée. Il met tout le monde devant un fait accompli et il dit qu’il respecte de droit international sans trop entrer dans les détails.
    Il s’en fout des sanctions occidentales qui nous sanctionnent d’ailleurs plus que la Russie. 
    On sait que c’est l’effondrement du cours du pétrole qui a provoqué les deux ans de récession bien plus que les sanctions.
    De plus, les contre-sanctions et la chute du cours du rouble sont des ballons d’oxygène pour l’agriculture et l’industrie russe. Ces secteurs ne veulent absolument pas que Poutine lève les contre-sanctions.
    Cette situation arrange Vladimir Poutine et elle renforce son autorité au niveau national et international. 
    Avez-vous vu le défilé de chefs d’état qui défilent à Moscou et à Sochi depuis quelques temps ?
    Pour la continuité territoriale, je pense que le pont de Kertch suffira amplement et cela ne changera rien avec la situation antérieure vu qu’il n’y avait qu’une route qui reliait la Crimée à l’Ukraine. Il est à remarquer que le passage sur ce pont sera gratuit. 
    Ce sera donc bénéfique pour le coût de la vie en Crimée. 
    Actuellement, la Crimée est approvisionnée par bateau et cela a une incidence négative sur le prix des produits de consommation dans la république.
    Pour le lien qui ne fonctionne pas, je le remets ci-dessous.
    Ce qui est important à retenir, c’est que déjà entre 1992 et 1995, les Criméens voulaient leur souveraineté et que Kiev a coupé court à cette aspiration en y envoyant leurs unités spéciales. 
    On peut difficilement soutenir aujourd’hui que la Russie a annexé la Crimée contre la volonté de sa population. C’est cependant ce que les autorités ukrainiennes et quelques illuminés du genre BHL prétendent.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/République_de_Crimée_(1992-1995)
    Je crois que c’est bon, un copié/collé donnait des caractères spéciaux pour les accents aigus.



  • Pierre Pierre 26 octobre 11:58

    Un article mi chèvre mi chou sur un sujet beaucoup plus complexe que ce que n’évoque l’article.

    Mais d’abord, qu’est ce que c’est le poutinisme ? 
    Si c’est le système qui existe actuellement en Russie, c’est un mélange de libéralisme et de conservatisme contrôlé par l’Etat. C’est un retour au patriotisme et aux valeurs traditionnelles.
    Mais c’est surtout ce à quoi aspire l’immense majorité des Russes et les sondages et les résultats des élections le prouvent à suffisance.
    Dans ce sens, le Russie est une authentique démocratie parce que le président répond aux attentes de la majorité de sa population et il se soumet périodiquement aux résultats du suffrage universel.
    Les détracteur de ce système prétendent que le patriotisme mène au nationalisme et le nationalisme à la guerre. J’objecte que 25 ans de libéralisme et d’interventions humanitaires ont engendré plus de guerres dans le monde qu’à n’importe quelle autre période de l’histoire... alors pourquoi ne pas essayer autre chose.
    Que personne ne se fasse la moindre illusion. La Crimée ne retournera à l’Ukraine d’aucune façon.
    La Russie n’a pas l’intention de faire accepter le rattachement de la Crimée à la Russie par la communauté internationale les États-Unis et leurs inféodés. Je me demande même comment ce serait matériellement possible quand plus de 90 % de la population ne le veut pas.
    Sinon, la légalité du transfert de la Crimée à l’Ukraine en 1954 est correctement expliqué mais il ne faut pas passer sous silence l’épisode de la République de Crimée de 1992 à 1995. 
    Voici un lien vers Wikipédia qui détaille un peu plus cet épisode. Un lien à enregistrer avant qu’il ne disparaisse.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_de_Crim%C3%A9e_(1992-1995)
    La continuité territoriale entre la Russie et la Crimée avec le pont de Kertch en 2018 va accélérer le développement économique de la Crimée. C’est un énorme pied de nez à l’Occident et à l’Ukraine. J’en connais quelques un qui vont manger leur cravate. Tout cela en 3 ans sans avoir besoin d’une quelconque expertise occidentale et sans autre technologie que russe. Chapeau ! 
    Pour Marioupol, je suis plus nuancé. Vous séparez les Ukrainien et les Russes en deux groupes distincts alors que l’Ukraine (Centrale et Est) était à l’origine une région de Russie. On l’appelait d’ailleurs Petite Russie jusqu’à la fin su XIXe siècle. Vous devez aussi tenir compte des nombreux mariages entre tous les habitants de l’Ukraine. La population ukrainienne est très mélangée et il est difficile de définir une appartenance à un groupe ou à l’autre. C’est le sentiment d’être plutôt proche de la Russie ou de l’Occident qui est déterminant et Marioupol est justement une ville intéressante sur ce point.
    Les élections y ont été annulée en 2015 justement parce que les pro-russes allaient les emporter.
    D’après le Figaro, cette région est pro-russe.


  • Pierre Pierre 21 octobre 00:01

    @Olivier Perriet
    C’est un point de vue. 

    Je suis tout-à-fait d’accord pour dire qu’Obama n’avait pas la tâche facile. Nous voyons avec Trump qu’un président américain n’a qu’un pouvoir limité et qu’il y a d’autres forces qui agissent en parallèle.
    Le problème d’Obama, c’est qu’il n’avait aucune expérience de politique internationale et que c’est Hillary Clinton qui prenait les initiatives qu’Obama devait couvrir. Ce fut le cas en Libye et après le départ de Clinton, en Ukraine.
    Alors, pour moi, quitter l’Irak par la grande porte et y revenir par la fenêtre, ce n’est pas faire preuve de pacifisme.
    La diplomatie est un art difficile et il faut beaucoup de patience pour arriver à un résultat. Pour moi, le virtuose absolu de cet art est Sergueï Lavrov. Jouer des muscles contre la Corée du Nord est contre-productif et risque de mener le monde à la catastrophe.
    Contrairement à vous, je n’ai pas l’impression que Poutine cherche à régler des comptes. Il a simplement dit qu’il n’acceptait plus les règles établies par l’Occident et que dorénavant, il faudra aussi tenir compte des intérêts russes.
    Pour les Occidentaux, c’est un crime de lèse-majesté qui ne peut être toléré.


  • Pierre Pierre 20 octobre 23:14

    @McGurk
    Je ne suis pas d’accord. C’est George Bush qui a été à l’initiative de la Conférence de Madrid qui a fait de l’OLP l’interlocuteur unique des Israéliens . Les accords devaient déboucher sur la création d’un Etat palestinien. Tout cela ne plaisait pas à la droite israélienne et à l’AIPAC qui a mis tout son poids dans la balance pour que George Bush ne soit pas réélu et ils ont gagné. 

    George Bush entretenait aussi de bons rapports avec l’URSS qui existait encore à l’époque et là aussi, les choses se serait déroulées différemment s’il avait été réélu.
    De plus, James Baker s’était engagé à ne pas étendre l’OTAN à l’Est. Bill Clinton et le Département d’Etat démocrate se sont empressés d’ignorer cette promesse.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès