• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Rémy Mahoudeaux

Rémy Mahoudeaux

Quinqua catho et écolo, militant isolé du non-parti des agnostiques politiques, financier qui s'assume, vit en Bretagne et travaille à Paris. N'aime pas le sectarisme et fait le tri parmi les mots en -isme ...

Tableau de bord

  • Premier article le 15/01/2013
  • Modérateur depuis le 19/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 98 154 3546
1 mois 1 0 13
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 202 125 77
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Rémy Mahoudeaux Rémy Mahoudeaux 5 juillet 09:54

    « Déplorons l’absence ou la relative... » et non « Déplorons l’absence ou de la relative... »

    « l’abstention qui, bien que non représentée, est  ... » et non « l’abstention qui, bien que non représenté, est »

    Il faudrait toujours relire ses textes avec la lucidité du matin ... 



  • Rémy Mahoudeaux Rémy Mahoudeaux 29 juin 14:04

    @I.A.
    « La perversion de la cité commence avec la fraude des mots » disait Platon. 

    • Homicide = action de tuer un homme
    • Embryon d’homme = homme à son premier état de développement + déjà vivant (voir commentaire posté ici en réponse à @mozart)
    • Avortement : un homme à l’état embryonnaire ou de fœtus cesse de vivre du fait d’une intervention chirurgicale ou médicamenteuse. 
    • Il s’agit bien d’un homicide. 
    • Corolaire : les femmes qui décident d’avorter décident aussi pour un autre, un homme ayant une individualité propre, son propre ADN, leur enfant à naître. 

    Merci de votre suggestion, mais non, je n’irai pas me faire vacciner. 
    Bonne journée. 


  • Rémy Mahoudeaux Rémy Mahoudeaux 29 juin 13:53

    @Mozart
    Je n’ai pas fait d’étude de biologie, mais je pense pouvoir affirmer quelques petites choses.
    Par exemple que définir l’homme à partir de sa conscience, ou d’un niveau de conscience, est inepte. Dans ce cas, nous nous poserions la question : Vincent Lambert avait-il cessé d’être un homme après son accident (en supposant qu’il ait été inconscient, ce que j’ignore et que pas mal de médecin affirment ignorer) ? Ou cessons-nous d’être des hommes quand nous dormons d’un sommeil sans rêve ? Bien évidement non, il n’y a pas de changement d’une espèce vivante à une autre, réversible ou non. Un changement d’état n’est pas un changement de nature. 
    Dès que les gamètes ont fusionné, un embryon d’homme émet un message hormonal qui inhibe le déclanchement des prochaines règles chez la mère. c’est une interaction de nature biologique. Il me semble possible d’en déduire qu’un embryon est dès lors vivant, dès qu’il existe. 
    Quand à sa nature, il a déjà un ADN d’homme. Pas de cheval. Et il ne changera pas son ADN. 
    De la fusion des gamètes qui lui donne ses chromosomes jusqu’à à son décès, un homme est donc homme et il est vivant. Et ce quel que soit l’état de développement dans lequel il se trouve.
    Nier l’humanité de l’embryon pour justifier que son élimination n’est possible qu’en fermant les yeux sur la biologie dont vous vous prévalez. Au moins, le Dr Nisan, bien que promoteur de l’IVG, est plus réaliste. 
    Je vous souhaite moi aussi une bonne journée. 



  • Rémy Mahoudeaux Rémy Mahoudeaux 26 juin 13:54

    @Luc-Laurent Salvador
    Merci pour votre commentaire, d’avoir pris le temps de le développer avec des arguments que je trouve très complémentaires, de le rédiger et de le publier. Merci aussi pour votre appréciation de mon travail. Notre divergence de vue persiste sur la question du code, même si celui-ci relève du syllogisme : puisqu’il est possible de censurer une oeuvre en alléguant au tribunal médiatique de son antisémitisme supposé, c’est qu’assez de personnes y ont cru. En tout cas assez pour initier par mimétisme une réaction d’ampleur suffisante pour que le scandale devienne public. Et oui, nous avons tous besoin de raison, pas de nous laisser gouverner par des affects peut-être induits par des personnes dont la bienveillance reste à démontrer. 



  • Rémy Mahoudeaux Rémy Mahoudeaux 24 mai 09:44

    @Ecureuil66
    C’est une question de temps ... vous commencez avec des cas bien compassionnels pour obtenir l’adhésion et le consensus, puis vous bougez le curseur. Regardez la Belgique ... 

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité