• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Robin Guilloux

Robin Guilloux

Je suis professeur de Lettres.

Tableau de bord

  • Premier article le 12/10/2011
  • Modérateur depuis le 17/09/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 122 118 3316
1 mois 13 29 232
5 jours 4 9 66
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 2 2 0
5 jours 2 2 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 18 février 09:48

    @L’enfoiré


    Le rôle de l’Ecole au niveau du Primaire, voire du Collège de préparer à un métier, mais de donner des bases, à travers des « outils » comme la grammaire, le vocabulaire, l’orthographe, les quatre opérations..., en augmentant progressivement le niveau de difficulté. C’est un enseignement aussi large que possible (mais précis dans les détails) qui permettra de « former aux métiers inconnus de demain ».


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 18 février 02:48

    « l’immersion autosatisfaite dans la totalité substantielle du sens » pour cheminer vers un horizon de vérité.« 


    Je me rends compte du caractère un peu »jargonnant« de cette phrase. 
    J’ai voulu dire (et j’aurais sans doute dû le dire autrement) que l’enfant est immergé dans un sens qui n’est pas le sien (celui de ses parents, de ses camarades, de la société environnante). L’une des fonctions de l’Ecole est de l’aider à s’extraire de ce sens où tout va de soi, que Platon dans le Livre VII de la République appelle la »caverne« . 
    La fonction de l’Ecole n’est pas de dispenser la vérité, mais d’apprendre à penser par soi-même, d’armer la pensée (vocabulaire, grammaire, orthographe...) Simone Weil (la philosophie, pas la femme politique) disait que principal rôle de l’Ecole primaire et secondaire (jusqu’en 3ème) était de développer la faculté d’attention, c’est-à-dire en fait le décentrement par rapport à l’ego... Sortir de l’autosatisfaction, de la »totalité close", de l’Etre dans laquelle Emmanuel Lévinas voyait à juste titre le contraire de la liberté... s’intéresser à autre chose qu’à soi-même, se mettre en chemin...


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 18 février 02:35

    @C BARRATIER
    Juliette 

    J’ai passé le CAPES de Lettres en 1989 à Lyon (collège Clemenceau et Lycée Juliette Récamier) et j’ai eu la chance d’être l’un des derniers à recevoir une vraie formation sur le terrain par « compagnonnage » : stages en observation avec un collègue chevronné et en responsabilité en collège et en lycée. Aujourd’hui, les jeunes enseignants du secondaire sont livrés à eux-mêmes sans aucune formation initiale. Après, il y a eu la création des IUFM que N.Sarkozy a effectivement supprimés, mais on le comprend, étant donné ce qu’étaient les IUFM., des officines idéologiques de fabrication d’un « homme nouveau ». 


  • Robin Guilloux Robin Guilloux 16 février 17:26

    @Hervé Hum


    Ce problème a beaucoup préoccupé Isaac Asimov qui avait éprouvé le besoin d’édicter les « lois de la robotique » qui sont inhérentes à leur programmation : 

    Les trois Lois de la robotique

    Première Loi :

    UN ROBOT NE PEUT PORTER ATTEINTE A UN ETRE HUMAIN NI, RESTANT PASSIF, LAISSER CET ETRE HUMAIN EXPOSE AU DANGER.

    Deuxième Loi :

    UN ROBOT DOIT OBEIR AUX ORDRES DONNES PAR LES ETRES HUMAINS, SAUF SI DE TELS ORDRES SONT EN CONTRADICTION AVEC LA PREMIERE LOI.

    Troisième Loi

    UN ROBOT DOIT PROTEGER SON EXISTENCE DANS LA MESURE OU CETTE PROTECTION N’EST PAS EN CONTRADICTION AVEC LA PREMIERE OU LA DEUXIEME LOI.

                              Manuel de la Robotique

     58ème édition (2058 après J.-C.)



  • Robin Guilloux Robin Guilloux 16 février 12:27

    @Christian Labrune


    Je m’amuse (si l’on peut dire !) à traiter les sujets du BAC (commentaires) de Philo. Le texte de Foucault avait été donné il y a deux ou trois ans en Terminale S. En fait, il est beaucoup plus simple et plus « classique » qu’on pourrait le croire et il « balaye » une bonne partie des notions du programme. 
    Je ne partage pas, heureusement, tous les partis pris des philosophes dont je commente les textes, mais je m’efforce de les lire, parce que ça fait en quelque sorte partie de mon « métier ». 
    J’ai eu moi aussi beaucoup de mal avec son Histoire de la folie qui m’a fait éprouver une impression de « suffocation » et l’impression que « tout ça n’était pas vrai », ce que confirment les historiens professionnels. 
    Par honnêteté intellectuelle, je m’efforce de lire des auteurs qui sont aux antipodes de ma sensibilité philosophique (comme André Comte-Sponville et son Traité du désespoir et de la béatitude qui m’a pesé sur l’estomac et le cerveau pendant une bonne semaine).
    D’accord avec vous sur les foucades de Foucault et son admiration pour le vieux salopard de Neauphles-le-Château. Quand on pense au sort que le régime iranien a appliqué et applique encore aux homosexuels, on est sidéré par la naïveté de Foucault. On m’a dit qu’il ne pouvait pas savoir. Mais c’est quand même son métier de « savoir », non ?


Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès