• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Ronny

Ronny

Ronny, 60 ans, scientifique de formation, option sciences du vivant ! Installé dans la campagne du sud de l'Ile-de-France. Très intéressé par les thématiques du développement durable, de "l'écologie" au sens large, par la sociologie et les relations internationales, la mondialisation et son bilan. Démocrate, de gauche, antilibéral, agnostique et prudent vis à vis des religions, mais pas anticlérical et respectueux des convictions des autres. Elevé et instruit dans l'esprit du doute, déçu par les grands médias (TV, radio), lecteur du "Canard", du "Diplo" et du "Courrier International".

Tableau de bord

  • Premier article le 14/11/2006
  • Modérateur depuis le 07/05/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 43 846 2358
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 312 200 112
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Ronny Ronny 9 avril 15:03

    Bonjour,

    L’aggravation d’une pathologie virale par une pathologie bactérienne est un grand classique et il possible que dans le cas des infections type SARS COV2, cela aussi soit le cas. C’est bien pour cela que l’on donne de antibios, car bien qu’ils soient inactifs sur le virus, il peuvent protéger de sur infection bactérienne. Ceci dit, comme ils perturbent l’équilibre bactériologique ils sont aussi susceptibles de réduire l« ’efficacité de la flore de protection. 

    Quelques inexactitudes et précisions :

    - les symptomes et l’aggravation soudaine ne sont pas forcement évocateurs d’une infection bactérienne. La grippe classique fait passer un individus sain à malade en très peu de temps, alors qu’en l’évolution de la boreliose comme celle de la syphilis (toutes deux maladies bactériennes) est très lente...

    - le récepteur AC2 se trouvent dans els cellules du coeur poumon, intestin et rein, ce qui peut expliquer les symptômes, sans avoir recours à une interaction avec le microbiote bactérien. L’hypothèse la plus simple est toujours la »meilleure". 

    - quelle que soit la composition du microbiote, et quelle que soit l’ethnie considérée, les enfants (moins de 12 ans) ne sont que très rarement touchés gravement.

    Bref pour le moment , même si l’article est interessant, il reste hautement spéculatif...



  • Ronny Ronny 13 février 15:00

    Trump, le « milliardaire antisystème » est le proototype de ce que le populisme fabrique... Un type qui a abusée du système, qui ne respecte aucune règle, qui mélange affairisme et politique. 

    Car selon les nations unies, les États-Unis se placent en 16e position pour l’indicateur de pauvreté sur les 18 pays les plus développés.

    Depuis 2014, l’espérance de vie est en baisse aux États-Unis, en particulier pour les pauvres, de plus en plus exposés aux risque de suicides ou d’overdoses.

    Ainsi, les revenus des 50 % des Américains les plus pauvres n’ont pas augmenté depuis le début des années 1980, alors que les revenus des 1 % les plus riches ont été multipliés par plus de trois. D’autre part, alors que leurs revenus n’augmentent pas la valeur du patrimoine immobilier des classes populaires est en baisse. En 2000, 66 % étaient propriétaires de leur logement, alors qu’en 2016 seulement 57 % l’étaient.




  • Ronny Ronny 23 décembre 2019 20:22

    Une petite histoire...

    il y a une quinzaine d’année, je manifestais à Paris avec le collectif sauvons la recherche. A la fin de la manif, les policiers des RG, fort sympathiques au demeurant, viennent nous voir et disent « combien étiez vous à votre avis » ? Réponse des syndicats : « environ 10 000 ». Les policiers nous disent, oui, on a compté un peu plus de 8000. Donc plausible.

    Le soir à la télé et à la radio : manifestation des chercheurs à Paris, 3 à 4000 personnes ont défilé aujourd’hui, etc.

    Bref, j’ai compris ce jour là comment la préfecture et le ministère comptaient...



  • Ronny Ronny 12 décembre 2019 13:33

    @auteur

    Vous redécouvrez l’eau chaude...

    La phagothérapie existe depuis des lustres. Elle a eu le vent en poupe dans les années 30 puis avant guerre, avant que l’on ne découvre et utilise lse antibiotiques.

    Elle est toujours utilisée dans certains cas mais pose pas mal de problèmes, pour en lister que quelque uns. 

    1. il faut des phages qui entrainent la lyse des bactéries pour que cela fonctionne. De très nombreux phages ne sont pas lytiques mais en font que l’intégrer au génome de la bactérie où ils se reproduisent comme des « passagers clandestins » 
    2. alors que la lyse marche très bien in vitro, les résultats obtenus en clinique sont beaucoup moins constants et reproductibles, variabilité des conditions sans doute.
    3. par conséquent, quand vous avez un problème urgent à traite cad lorsque la vie du patient est en jeu, vous préférerez sans doute un (ou en fait plusieurs) antibiotiques qui en général marchent à coup sur.

    Ce ne sont pas du fait des labos mais du fait des incertitude de la phagothérapie que ce type de traitement n’est pas 100% développé.

    Là où je suis d’accord avec vous, c’est sur la nécessité de mieux comprendre les interactions entre le microbiote, le virobiote et l’hote. On sais maintenant de façon sure, en tous cas sur des modèles animaux, que de nombreuses maladies chroniques sont liées a une structure du microbiote particulière. On peux dans certains cas induire des maladies (type diabète ou obésité) avec un microbiote particulier. On pense même que des désordre psy pourrait être lié avec une composition microbiotique particulière.



  • Ronny Ronny 2 décembre 2019 21:51

    Ouais, bon, moi j’ai lu le papier de Nature en entier et les auteurs de cette étude/méta étude nous disent qu’il n’y a aucune preuve de l’existence de fusion froide, via des mesures de calorimétrie, même après avoir passé en revue plus de 420 dispositifs expérimentaux et conditions expérimentales. En revanche ils ont pu investiguer des matériaux hybrides aux propriétés physiques intéressantes. Point. Donc pour le moment fa fusion froide, c’est un peu et toujours au mieux l’Arlésienne et au pire un mirage total ...

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès