• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Ronny

Ronny

Ronny, 60 ans, scientifique de formation, option sciences du vivant ! Installé dans la campagne du sud de l'Ile-de-France. Très intéressé par les thématiques du développement durable, de "l'écologie" au sens large, par la sociologie et les relations internationales, la mondialisation et son bilan. Démocrate, de gauche, antilibéral, agnostique et prudent vis à vis des religions, mais pas anticlérical et respectueux des convictions des autres. Elevé et instruit dans l'esprit du doute, déçu par les grands médias (TV, radio), lecteur du "Canard", du "Diplo" et du "Courrier International".

Tableau de bord

  • Premier article le 14/11/2006
  • Modérateur depuis le 07/05/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 43 845 2344
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 312 200 112
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Ronny Ronny 22 juillet 2020 15:57

    @vraidrapo

    Ce n’est pas du à l’HCQ mais au fait que le taux d’incidence de la maladie est environ 3 fois plus faible en région PACA qu’en région IdF par exemple. Et aussi au fait que la région PACA c’est 2 000 000 de personnes alors que IdF c’est au moins 10 000 000. Donc 5 fois moins de morts en PACA, certes, mais c’est juste du aux maths, pas à l’HCQ !



  • Ronny Ronny 22 juillet 2020 15:54

    Pas mal de contre vérités dans cet article, mais dès qu’il s’agit dOH chloroquine cela ne m’étonné plus.

    Juste pour info, une bonne fois pour toute, la chloroquine présente un ratio dose toxique, dose efficace de l’ordre de 3, ce qui est assez mauvais. On la conservait en usage parce que l’on avait rien d’autre d’éfficace en anti paludique, jusqu’à temps que l’on trouve que l’OH-chloroquine avait un meilleur ratio thérapeutique. Mais pas si neutre. Si l’on applique la recette Raoult, avec des doses très supérieures à celles utilisées en anti palu, on est de nouveau grosso merdo à un facteur 2 des doses toxiques, ce qui est « très dangereux ». Et enfin, si la chloroquine et ses dérivées étaient trouvés aujourd’hui, et parce qu’elle a des effet sur un canal potassique cardiaque, d’où pour simplifier des troubles du rythme potentiellement mortels, son développement serait arrêté et l’on aurait même pas mené d’essais cliniques...



  • Ronny Ronny 9 avril 2020 15:03

    Bonjour,

    L’aggravation d’une pathologie virale par une pathologie bactérienne est un grand classique et il possible que dans le cas des infections type SARS COV2, cela aussi soit le cas. C’est bien pour cela que l’on donne de antibios, car bien qu’ils soient inactifs sur le virus, il peuvent protéger de sur infection bactérienne. Ceci dit, comme ils perturbent l’équilibre bactériologique ils sont aussi susceptibles de réduire l« ’efficacité de la flore de protection. 

    Quelques inexactitudes et précisions :

    - les symptomes et l’aggravation soudaine ne sont pas forcement évocateurs d’une infection bactérienne. La grippe classique fait passer un individus sain à malade en très peu de temps, alors qu’en l’évolution de la boreliose comme celle de la syphilis (toutes deux maladies bactériennes) est très lente...

    - le récepteur AC2 se trouvent dans els cellules du coeur poumon, intestin et rein, ce qui peut expliquer les symptômes, sans avoir recours à une interaction avec le microbiote bactérien. L’hypothèse la plus simple est toujours la »meilleure". 

    - quelle que soit la composition du microbiote, et quelle que soit l’ethnie considérée, les enfants (moins de 12 ans) ne sont que très rarement touchés gravement.

    Bref pour le moment , même si l’article est interessant, il reste hautement spéculatif...



  • Ronny Ronny 13 février 2020 15:00

    Trump, le « milliardaire antisystème » est le proototype de ce que le populisme fabrique... Un type qui a abusée du système, qui ne respecte aucune règle, qui mélange affairisme et politique. 

    Car selon les nations unies, les États-Unis se placent en 16e position pour l’indicateur de pauvreté sur les 18 pays les plus développés.

    Depuis 2014, l’espérance de vie est en baisse aux États-Unis, en particulier pour les pauvres, de plus en plus exposés aux risque de suicides ou d’overdoses.

    Ainsi, les revenus des 50 % des Américains les plus pauvres n’ont pas augmenté depuis le début des années 1980, alors que les revenus des 1 % les plus riches ont été multipliés par plus de trois. D’autre part, alors que leurs revenus n’augmentent pas la valeur du patrimoine immobilier des classes populaires est en baisse. En 2000, 66 % étaient propriétaires de leur logement, alors qu’en 2016 seulement 57 % l’étaient.




  • Ronny Ronny 23 décembre 2019 20:22

    Une petite histoire...

    il y a une quinzaine d’année, je manifestais à Paris avec le collectif sauvons la recherche. A la fin de la manif, les policiers des RG, fort sympathiques au demeurant, viennent nous voir et disent « combien étiez vous à votre avis » ? Réponse des syndicats : « environ 10 000 ». Les policiers nous disent, oui, on a compté un peu plus de 8000. Donc plausible.

    Le soir à la télé et à la radio : manifestation des chercheurs à Paris, 3 à 4000 personnes ont défilé aujourd’hui, etc.

    Bref, j’ai compris ce jour là comment la préfecture et le ministère comptaient...

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité