• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

scripta manent

scripta manent

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 15/07/2011
  • Modérateur depuis le 09/08/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 64 291 910
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 420 160 260
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • scripta manent scripta manent 3 septembre 2011 10:22


    L’emballage est soigné, mais le contenu est de l’ordre du superficiel. Il passionnera peut-être quelques experts en communication, de même que les souverainistes acquis d’avance aux thèses de l’UPR, mais pourquoi l’UPR ne consacre-t-elle pas la même énergie à développer concrètement ses propositions ? On aimerait qu’elle nous explique avec le même luxe de détail les modalités et les conséquences d’une sortie de la France de l’Union européenne.
    Prétendre que l’Europe a plongé la France dans le déclin est faux. L’Union européenne a profité à la France, comme à tous ses membres, jusqu’à ce qu’elle se laisse contaminer par le dogme de l’ultralibéralisme.
    Ce qui est en cause, ce n’est pas l’Europe, c’est l’abandon de leurs pouvoirs par les gouvernements au profit de la finance et de l’économie. Prétendre que la France, dont le poids sur la scène mondiale va continuer à décroître, peut renverser à elle seule cette évolution mortifère pour la politique et la démocratie, est chimérique. 
    La finance ne doit plus être une puissance extraterritoriale en mesure de dicter sa loi à des territoires politiques ouverts à tous les vents. L’Europe, si elle se réforme, dispose encore de la puissance pour contribuer à cette restauration du politique. C’est à cela que la France doit contribuer.
    Ce projet est semé d’obstacles, à commencer par la volonté des politiques nationaux de cultiver leur pré carré, mais la voie du repli national ne l’est pas moins. Difficulté pour difficulté, regardons la route qui peut s’ouvrir aux peuples européens, plutôt que le rétroviseur.



  • scripta manent scripta manent 27 août 2011 15:21

    Merci de votre encouragement.
    Il est vrai que l’on est quelquefois surpris par les échos respectifs des textes publiés, mais chacun est libre de ses choix et de ses engouements.
    En outre, les articles d’Agoravox sont souvent repris par d’autres supports et cette audience « externe », qui est bien dans la vocation d’un média citoyen me semble-t-il, réserve parfois des surprises quand on la compare aux réactions internes. 



  • scripta manent scripta manent 26 août 2011 16:10

    Bonjour bicorne,
    Je n’ai effectivement pas évoqué le classement de l’école des Mines, ni les dizaines d’autres plus ou moins taillés sur mesure. On aurait pu aussi parler du développement des boutiques et « marques » universitaires, qui nous font cheminer vers le marketing de l’enseignement supérieur.
    Revenons au classement élaboré par l’école des Mines, que vous avez bien raison de tirer de l’oubli. Son seul critère - le nombre d’anciens élèves ayant accédé à des fonctions de cadre dirigeant dans l’une des 500 premières entreprises internationales (le syndrome du gigantisme a encore frappé) - lui permet de figurer au 21ème rang sur 392 établissements classés. On peut penser que les X-Mines ne comptent pas pour rien dans ce résultat, d’un intérêt très relatif.



  • scripta manent scripta manent 26 août 2011 13:14

    Merci de ces éclairages.
    Une précision : je comprends tout à fait qu’il puisse être opportun de réorganiser une université et que cela puisse à l’occasion militer en faveur d’un regroupement.
    Par contre :
    - je me méfie de la propension au gigantisme lorsqu’elle accompagne surtout une quête de pouvoir ou de notoriété factice ;
    - surtout, les regroupements s’accompagnent dans le cas présent de ce « brevet » d’excellence, qui introduit de fait une hiérarchie « parachutée » entre les universités. 



  • scripta manent scripta manent 9 août 2011 13:07

    Bonjour Ariane,
    J’ai bien cherché, je n’ai pas trouvé le mot « merdique » dans mon message.
    Oui, « folie du scoop ». Cette succession de messages relatant à la minute l’évolution des indices boursiers a pour seul intérêt de démontrer une nouvelle fois que « qui veut faire l’ange fait la bête ». N’est-il pas un peu ridicule de prôner la suppression de la bourse et de rester ainsi planté devant son écran pour suivre les indices et les communiquer à la planète. Fascination du court terme, comme les traders en somme !
    Obama reprend une claque dans votre réponse. Je n’ai personnellement aucune envie de lui en donner. Il est plus facile de le ridiculiser que de tenter, comme lui, de manoeuvrer sous la contrainte d’une opposition majoritaire.
    « I have a dream » (vous vous souvenez de Martin Luther King ?) : que les excès du parti républicain finissent par le discréditer et que les espérances suscitées par l’élection de Barack Obama se concrétisent. 

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité