• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

SEPH

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 24/05/2010
  • Modérateur depuis le 02/08/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 20 1101 827
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 16 9 7
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • SEPH 18 octobre 12:35

    Cet article est plein de stupidités. Pour enrichir les connaissances de l’auteur, je propose l’analyse suivante de l’américain Ron Paul :

    "Dans son discours présidentiel la semaine dernière, il a exprimé son opinion : l’Iran n’est pas « fidèle à l’esprit » de l’accord nucléaire de 2015 ; il va donc se tourner vers le Congrès pour faire appliquer de nouvelles sanctions contre l’Iran en vue, espère-t-il, de carrément retirer les États-Unis de cet accord.

    Presque chacune des assertions de ce discours se sont avérées incorrectes – on en était gênés pour lui. L’Iran n’est pas allié à Al-Qaïda, comme l’a prétendu le président. L’argent que le président Obama a envoyé aux Iraniens, c’était le leur : en grande partie un acompte versé aux États-Unis pour des avions de chasse jamais livrés, à l’époque où, en 1979, l’Iran est passé du statut d’ami à ennemi. Le président prétend tout aussi faussement que l’Iran a l’intention de faire des États-Unis la cible du terrorisme. Il prétend que l’Iran a « alimenté la violence sectaire en Irak » ; or, ce sont les milices iraniennes qui, en 2014, ont empêché l’EI de prendre Bagdad. Je ne relèverai pas toutes les autres fausses déclarations relevées dans le discours du président : elles sont trop nombreuses.

     


    Comment a-t-il pu se tromper aussi grossièrement sur l’Iran, et sur des points aussi fondamentaux ? Voici un indice : on dit dans les médias que son conseiller numéro un sur l’Iran serait son Ambassadeur à l’ONU, Nikki Haley. L’ambassadeur Haley est une « diplomate » convaincue que la guerre est la meilleure option, la première à envisager, et non la dernière et la pire. Elle n’a aucune expérience préalable en politique étrangère, mais son plus proche mentor c’est John Bolton – le néoconservateur dont les mensonges nous ont valu de nous lancer dans la guerre en Irak.plutôt que la pire, à envisager seulement quand toutes les autres ont échoué. . Comment ces gens peuvent-ils se regarder dans la glace quand ils contemplent toutes les victimes et destructions engendrées par leurs politiques ?

    Malheureusement les Américains sont en train de se laisser entraîner dans une nouvelle guerre par ces mêmes néoconservateurs. Comme lors de la désastreuse attaque américaine de l’Irak en 2003, les médias attisent les peurs et se prêtent aux surenchères des va-t-en guerre, sans même vérifier les faits ni aborder les allégations des néoconservateurs avec le minimum indispensable de scepticisme.

    Comme la plupart des Américains, je ne cautionne pas le style de gouvernement iranien. Je soutiens la séparation de l’Église et de l’État et, même si nos libertés ont été soumises à rude épreuve par notre gouvernement, je donne toujours ma préférence à notre système américain, beaucoup plus libre. Or, je me demande combien d’Américains savent que, dans son histoire moderne, l’Iran n’a ni attaqué ni renversé le gouvernement d’un autre pays. Les actions de l’Iran en Syrie répondent à l’invitation du gouvernement syrien légitime. Et pourquoi le président Trump nous cache-t-il la vérité sur les troupes iraniennes en Syrie : en réalité, elles luttent contre l’EI et Al-Qaeda, deux organisations extrémiste sunnites, ennemies mortels de l’Iran (et de l’Amérique également) ?

    Combien d’Américains savent que l’Iran est l’un des rares pays dans la région à tenir effectivement des élections auxquelles participent des candidats aux philosophies très différentes  ? Existe-t-il un seul Américain pour se demander pourquoi les Saoudiens sont considérés comme l’un de nos plus sûrs alliés au Moyen-Orient, alors même qu’ils n’organisent jamais d’élections et présentent l’un des pires bilans du monde en termes de Droits de l’homme ?

    Soyons tout à fait clairs : le président Trump ne s’est pas contenté d’annoncer qu’il « décertifiait » la conformité de l’Iran à l’accord sur le nucléaire. Il a aussi annoncé que l’Iran se trouverait dorénavant dans le collimateur des militaires américains. Les Américains se laisseront-ils de nouveau entrainer, sur la foi d’autres mensonges, dans une nouvelle guerre au Moyen-Orient ?"

    Ron Paul |16 octobre 2017

    Il convient d’ajouter que Trump est un ÂNE dangereux pour la planète.



  • SEPH 4 juillet 15:29
    Les USA ne cesse d’augmenter le nombre de bases militaires en Syrie : ils construisent la 8ème base !!!

    Ainsi, les États-Unis continuent de renforcer leur présence dans les territoires libérés des djihadistes par les Forces démocratiques syriennes (FDS) ;

    D’après une source haut placée au sein des FDS.  : « Les États-Unis déploient leurs bases militaires sur les territoires repris à Daech par nos combattants dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Auparavant, les Américains avaient installé des bases à Kobané, à Manbij, à Hassaké, à el-Sheddadi et à Kholé, et maintenant ils ont installé une base dans la zone de Tabqa qui vient d’être libérée des terroristes », 

    Selon lui, à partir de l’automne prochain, cette nouvelle base sera utilisée pour l’opération de reprise de Raqqa, ainsi que pour les opérations dans la région de Deir ez-Zor.

    Tout ceci confirme que les États-Unis veulent occuper l’est de la Syrie pour barrer la route à l’axe stratégique Bagdad-Damas et pour des visées sur le pétrole syrien.

    Tout cela est intolérable pour la Syrie d’assister au partitionnement son territoire. Le scénario irakien se met en place avec une occupation militaire américaine, de longue durée, de la Syrie



  • SEPH 4 juillet 15:05

    Le Capitaine James McCall du porte-avions américain, l’USS George H.W. Bush, qui a accosté il y quelques jours au port israélien de Haïfa, a menacé l’Iran et la Russie. 

    James McCall a indiqué lundi 3 juillet 2017 que Washington reste « vigilant » face à "toute tension« que pourraient provoquer les »alliés de Damas« . !!!!

    Il a ajouté  : »Les forces présentes sur un porte-avions américain déployé dans l’est de la Méditerranée sont prêtes à défendre leurs alliés en Syrie"

    L’USS George H.W. Bush qui est porte-avions qui effectue sa première visite  en Israël depuis 17 ans, est un bâtiment long de 330 mètres qui transporte 70 à 90 avions dont des avions de combat F-18.

     Il a reconnu qu’un avion de son navire avait abattu le 18 juin un appareil de l’armée de l’air syrienne. "Il existe de fortes tensions avec les forces pro-Assad en Syrie et nous cherchons à protéger les forces de la coalition sur le terrain", a-il- poursuivi en menaçant de manière à peine voilée la Russie et l’Iran. 

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est monté à bord de l’USS George H.W. Bush, accompagné de David Friedman, ambassadeur des États-Unis en Israël. Une visite de courtoisie sans doute ?

    En résumé, les tensions sont de plus en plus perceptibles entre les États-Unis et Israël d’une part et la Russie et l’Iran de l’autre, Washington et Tel-Aviv ne faisant plus aucun mystère de leur intention de démembrer la Syrie sous prétexte d’y abattre les terroristes de Daech.

    Tout ceci n’est pas rassurant.





  • SEPH 4 juillet 10:18

    Article très bien rédigé, plein de bon sens. Excellent 



  • SEPH 3 juillet 21:04

    @baldis30

    Au stade actuel les  dernières attaques US en Syrie ont un but local « mineur ». C’est-à-dire pour effrayer ou ralentir les Syriens . Mais elles ont un but global « important » celui de provoquer les Russes à utiliser la force contre les États-Unis ou ses alliés.

    Il me semble que ce que veulent réellement les néocons US c’est une guerre « tiède » avec la Russie : une escalade de tensions à des niveaux même pas encore vus dans la Guerre froide, mais pas une Troisième Guerre mondiale « chaude » à large échelle.

    Pour les néocons la guerre tiède pourrait avoir pour avantage de requalifier les USA et l’OTAN aux yeux des européens qui se sentiraient protégés de la « menace russe »

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès