• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

SEPH

SEPH

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 24/05/2010
  • Modérateur depuis le 02/08/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 47 1417 2577
1 mois 0 4 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 32 22 10
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • SEPH SEPH 16 septembre 18:44

    @Philippe Huysmans

    Oui vous avez raison la terre est plate et le virus n’existe pas !!!!!!!!!!!!!!!!!



  • SEPH SEPH 16 septembre 18:34

    @Philippe Huysmans
    Vous racontez n’importe quoi . En effet, le tableau de l’INED ne fait pas apparaitre l’année 2020 et pour cause elle n’est pas terminée : https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/mortalite-cause-deces/esperance-vie/



  • SEPH SEPH 16 septembre 18:02

    @Philippe Huysmans
    Pourquoi prendre l’année 2018 comme référence ?

    La diminution de l’espérance de vie est un fait indéniable et toutes vos fadaises pour nous faire croire que ce virus est inoffensif et qu’il est inutile de porter un masque pour protéger autrui révèlent d’un égoïsme délétère.

    Bientôt vous allez nous dire que la terre est plate. Chopez le virus avec toutes ses séquelles ou allez enquêtez sur place dans les hôpitaux et nous en reparlerons.



  • SEPH SEPH 16 septembre 13:52
    Décès en France

    Voici enfin la situation au niveau des décès en France :

    La remontée est extrêmement lente, ce qui est une bonne nouvelle. Mais rien ne dit qu’elle durera encore longtemps.

    Si nous rapprochons le nombre de décès de notre estimation des cas réels, on voit bien qu’il y a un décalage d’un mois entre les pics, et qu’il y avait très peu de décès début mars quand l’épidémie avait le niveau actuel :

    Cependant, nous ne devrions pas revivre le même drame qu’au printemps, puisque nous agissons différemment.

    Et comme nous agissons différemment, la situation est meilleure pour cette raison, et non pas pour des raisons « externes » voire « magiques »…

     Conclusion

    En résumé : il n’y a pas raison de paniquer, mais la situation devient critique

    Face à une épidémie en croissance exponentielle, il faut agir vite au moment où elle débute. Et aujourd’hui, l’épidémie reprend assez fortement, en particulier chez les jeunes.

    Nous sommes actuellement dans l’incertitude :

    • l’épidémie va-t-elle accélérer, avec la reprise du travail, de l’école, des transports en commun, la fin de la chaleur qui freine le virus et l’arrivée du froid, qui nous fait plus rester à l’intérieur ?
    • l’épidémie va-t-elle ralentir, avec la fin des vacances, des soirées festives et du relâchement, le développement du port du masque et la prise de conscience des citoyens en général et de ceux à risque en particulier ?

    Nous le saurons assez rapidement, mais on peut craindre la poursuite de l’épidémie à brève échéance.

    Mais rien n’est inéluctable, tout dépend de la mobilisation de la population.

    Si le nombre de décès reste insignifiant, c’est évidemment lié à la forte proportion de moins de 50-60 ans dans les nouveaux contaminés, et rien ne dit que cela va durer. On peut cependant espérer qu’on arrive, à l’avenir, à bien mieux protéger les plus de 65 ans, pour éviter qu’ils se contaminent.

    Dans tous les cas, il faut donc prendre des mesures fortes pour la cantonner à un niveau le plus bas possible – bien porter un masque dans les lieux fermés (obligation aussi mise en place chez plusieurs de nos voisins – et en Asie depuis le début) apparaît ainsi comme une mesure très utile. Et les malades ne doivent pas avoir honte, et se faire dépister.

    N’oublions pas, enfin, que la Covid, ce n’est pas seulement des décès, c’est aussi beaucoup de souffrances, et des séquelles plus ou moins longues. On ne juge pas une épidémie seulement à sa mortalité, mais aussi à sa morbidité (= c’est-à-dire aux atteintes corporelles).

    Nous avons donc actuellement chaque jour, malgré tous nos efforts, 4 500 nouveaux cas, 180 nouveaux hospitalisés dont 30 en réanimation, et probablement 1 500 paires de poumons avec des atteintes sérieuses (et on n’en connait pas les conséquences à long terme).

    Il faut donc poursuivre les gestes barrières et le port de masques pour éviter une reprise des hospitalisations et des cas graves. Il est clair que nous avions besoin de vacances, mais un laxisme persistant risque fort de se payer très cher à l’automne.

    Mais n’oublions pas que des bonnes surprises sont aussi possibles, alors gardons le moral.



  • SEPH SEPH 12 juillet 17:04

    Un trentenaire américain est décédé après avoir contracté le coronavirus lors d’une « soirée Covid » au Texas. Avant de mourir, il a reconnu son erreur : il ne croyait pas que la menace était réelle.

    Ainsi, juste avant sa mort, le Texan a confié à une infirmière : « Je pense que j’ai fait une erreur, je pensais que c’était un canular, mais ce n’est pas le cas », rapporte NBC.


    Un danger mortel qui est sous-estimé

    En effet, ces fêtes sont organisées par des jeunes pour tomber intentionnellement malades et produire des anticorps !!!!. 

    Certains admettent à tord que le Covid-19 ne tuait que les personnes âgées ainsi que celles ayant des problèmes de santé sous-jacents .Or on constate que de plus en plus de jeunes qui étaient auparavant en bonne santé remplissent désormais les hôpitaux et les morgues.


    Selon le dernier bilan de l’université Johns Hopkins, près de 3,3 millions de personnes ont été contaminées aux États-Unis et plus de 135.000 sont décédées . !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité