• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ticotico

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 57 0
1 mois 0 4 0
5 jours 0 2 0

Derniers commentaires



  • ticotico 14 février 23:58

    @CN46400 Une petite nuance... la nation rapporte de l’argent à l’armée... l’inverse n’est pas complètement faux, mais c’est plutôt dans ce sens là que ça se passe.

    Il n’y a rien de miraculeux à être contre cet embargo absurde, mais toutefois assez sélectif... : l’an dernier la bière Miller Lite a fait l’objet d’une campagne de promo très massive (ils avaient même réussi à éliminer les autres marques de nombreux bars, le temps de la campagne - un truc qu’on ne peut voir qu’à Cuba) et finalement, ce fleuron de l’industrie US n’a pas réussi à s’installer. Il faut dire que les cubains sont habitués à leurs bonnes bières nationales et que croire en l’acceptation de ce breuvage insipide était un défi vraiment osé.



  • ticotico 14 février 00:19

    Au fait, l’embargo...

    L’absurdité de la stratégie de l’embargo ayant fait ses preuves, ce bon mr Trump la renouvelle et même « l’améliore ». Les mesures prises en 2017 pour limiter le tourisme en provenance des USA, notamment l’obligation de voyager en groupe, (ce qui exclut quasiment tout logement chez l’habitant) offrent sur un plateau la clientèle américaine à ceux qu’il déclare vouloir combattre : le système « militaro-hôtelier ».

    Alors que son décret sur Cuba interdit explicitement tout investissement en association avec les groupes hôteliers cubains liés à l’armée (de toute façon, personne n’ose plus investir avec ces gens qui considèrent que la vraie négociation ne commence qu’après la signature du contrat). Autre effet du renouveau de l’hostilité US, cela rend un peu plus de crédibilité à l’argument martelé depuis 56 ans par le gouvernement cubain « c’est à cause de l’embargo ».

    Obama avait compris qu’il pouvait faire bouger les choses en se rendant sympathique et surtout en apportant du pouvoir d’achat aux Cubains. Ce qu’il a fait en ouvrant des lignes aériennes, pour l’incitation au logement chez l’habitant, le fait d’emmener le patron de Air B’nB lors de sa visite de mars 2016 était explicite. Et cela a fonctionné, il y a eu un réel afflux d’américains dans les casas particulares de Cuba (une forte proportion de noirs et d’électeurs de Bernie Sanders) jusqu’à ce que Trump referme le robinet et oblige ses compatriotes à apporter leur argent aux militaires.

    L’impérialisme intelligent d’Obama était un danger pour le régime cubain, de son côté, Trump montre comment on peut obtenir un effet inverse de celui annoncé (accroître le business avec l’ennemi désigné) tout en nuisant au peuple qu’on prétend vouloir aider.

    S’il y a un fan de Trump qui a une explication, je suis preneur.



  • ticotico 13 février 23:46

    Mon cher Maugis, vous ne savez guère lire... quand je parle de revenus, cela ne signifie pas nécessairement salaire, une retraite est un revenu. A Cuba, on peut toucher une retraite de 3 cuc par mois, c’est ma base de calcul pour comparer avec un commerçant qui exploite 2 restaurants et gagne 15000 par mois, soit 5000 fois plus. Sachez qu’il y aussi des boulots tellement mal payés que les seuls qui acceptent sont les détenus... qui n’ont guère le choix. Par exemple, ce sont des détenues qui font le ménage dans les hôpitaux pour 10 cuc (8 €/mois). Malgré ses indéniables spécificités politiques, Cuba n’est pas épargné par un phénomène mondial : une immense majorité de ses habitants voit ses conditions de vie stagner pendant que moins de 1% s’enrichit de façon spectaculaire.

    Votre vision d’un pays mythique ou le peuple a le pouvoir est contredite chaque jour dans les rues de La Havane, le peuple s’entasse dans des bus bondés pendant qu’une minorité de nouveaux riches se déplace en Audi RS6 (il y a eu un arrivage le mois dernier)... Le peuple fait des heures de queue pour acheter (très cher) des produits souvent médiocres pendant que les nouveaux riches vont faire leurs courses à Panama ou Cancun...

    Je ne vais pas continuer, votre cas semble désespéré... essayez un pélerinage au Cobre, vous y verrez de près le peuple cubain qui se tourne (malheureusement) beaucoup plus vers la religion que vers la politique pour essayer d’améliorer son quotidien.



  • ticotico 13 février 00:46

    Message depuis Cuba : Mr Maugis est il venu récemment ici ? Je n’ai pas du tout l’impression qu’il parle du pays où je me trouve...

    Dans cette démocratie populaire il y a des écarts de revenus extravagants de 1 à 5000 ( je n’ai pas mis un zéro de trop) uniquement pour parler de gens que je connais. Le socialisme n’habite plus à l’adresse indiquée...

    Quand au compañero Roumestand, il pourrait approfondir ses informations, par exemple quand il parle de la libéralisation de la vente de voitures, sait-il que pour un véhicule de grand luxe genre 308 Peugeot, il faut débourser 80 000 euros, soit 3 siècles du salaire moyen cubain ?

    En ce qui concerne l’élection, si c’est un modèle de démocratie, pourquoi tout le monde en connaît le résultat à l’avance ?

    Quant à la corruption présente partout.... pas un mot.... ici c’est classé « paradis », la vérité peut attendre.



  • ticotico 16 août 2016 13:43
    « Nous avons appris à vivre avec la peur, c’est comme ça qu’ils nous tiennent depuis plus de 50 ans »

    Une cubaine qui n’a rien connu d’autre que la vie sous Fidel...

    Je ne critique pas le mode de vie des Castro, je ne les accuse pas d’être des assassins impénitents... ... ce que je leur reproche, c’est d’avoir totalement étouffé un peuple pendant 60 ans, les empêchant de respirer, d’entreprendre et d’espérer, d’imaginer toute forme de futur... sauf à quitter le pays.

    Les cubains sont englués dans un quotidien peuplé de pénuries (La culpa, la tiene el bloqueo : 1000 points) de tracasseries administratives, de lois fluctuantes, d’abus de pouvoirs, de rackets, de dénonciations pour des délits absurdes ou imaginaires... avec en spectacle une petite classe dirigeante qui se paye des voyages à l’étranger, roule en voiture neuve, ne connait pas l’embargo pour se payer des télés grand écran ou améliorer sa maison...

    L’exploitation de l’homme par l’homme est infiniment pire à Cuba qu’ici. Qui peut vivre avec 25 euros par mois ? Fidel a décidé que ce n’était pas un problème, l’histoire ne pourra jamais absoudre ce grand névrosé du pouvoir qui a piétiné son peuple pendant 50 ans.

    Sa très grande habileté a été servie par la stupidité des gouvernants américains, si le blocus devait cesser (et quel blocus ? A Cuba le poulet vient surtout des USA, et on y a même le choix entre Pepsi et Coca) le gouvernement cubain perdrait le seul et unique alibi qui masque son incompétence absolue.

    Quand donc un des zélateurs de ce régime va me dire autre chose que « c’est la faute de l’embargo » ?
    Le gouvernement cubain est une clique de vieillards incompétents qui n’a d’autre objectif que de s’accrocher à son pouvoir, le bien être du peuple n’est pas un critère significatif pour ces gens là.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès