• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Polybe

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 43 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Polybe 11 décembre 2019 16:13

    A revoir : le documentaire d’Arte « Travail, salaire, profit – emploi » qui présente la notion de « réserve » d’emploi à l’échelle européenne puis mondialisée de façon à maintenir les salaires au plus bas.



  • Polybe 11 décembre 2019 16:04

    Qui dirige l’Union Européenne et notre pays ?

    Dans la page « Registre de transparence » du site du Parlement européen EUROPA : au 11/12/2019, 11935 organismes sont inscrits comme lobbies auprès du parlement européen.

    Qui donc rédige les lois, directives, normes ? Nos élus ou les lobbies ?



  • Polybe 11 décembre 2019 15:46

    Un des prétextes de la réforme des retraites est l’équilibre budgétaire entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités.

    Le ratio était de 4,29 actifs en 1960 pour 1 retraité. Au 2 juillet 2018, il est de 1,7 actif pour 1 retraité et on le prévoit de 1,5 actif en 2040.

    Régulièrement on considère qu’il n’y a que trois paramètres pour trouver un équilibre budgétaire :

    - La durée de cotisation,

    - Le montant des cotisations,

    - Le montant des pensions.

    Or on occulte régulièrement de toucher aux causes de la diminution de ce ratio.

    Les retraites sont financées par les charges sociales payées par les entreprises en fonction de leurs employés et par les employés eux-mêmes de notre pays.

    Or, alors que notre pays est la 6ème puissance économique mondiale, tout est fait pour augmenter la productivité par :

    - la délocalisation de la production de nos entreprises dans des pays à moindre coût de salaire et de charges,

    - l’emploi chez nous de travailleurs détachés au tarif des charges sociales du pays d’origine,

    - le remplacement de travailleurs par des robots qui allège les charges pour les entreprises et augmente le nombre de chômeurs,

    - l’optimisation fiscale qui autorise bon nombre de nos entreprises à domicilier leur siège social dans des paradis fiscaux au sein même de l’UE (voir les entreprises françaises situées aux Pays-Bas).

    De ce fait, il y a moins de cotisants par rapport au nombre de pensionnés et on envisage de repousser l’âge de départ en retraite, d’augmenter les cotisations et de diminuer les pensions. De plus, il est question d’accroître les charges pour financer la dépendance.

    Pourtant, les richesses produites sont considérables mais elles ne profitent pas à ceux qui la produisent.

    Il faut également considérer le montant des dépenses publiques et surtout les priorités qui sont données en faveur d’installations de loisirs.

    Alors, on favorise des lobbies mais on oublie l’humain.

    Peut-être faudrait-il ne pas voir que l’équilibre des charges sociales mais bien l’économie dans son ensemble et surtout la répartition des richesses.

    Les entreprises devraient donc payer des charges en fonction de l’équivalent temps plein effectué par les robots.



  • Polybe 10 décembre 2019 19:05

    @Fifi Brind_acier

    Il en est de même avec :

    Les compteurs communicants tels que LINKY (CPL pouvant se mélanger au CPL privé),

    Les voitures connectées (dont le bouton d’appel d’urgence),

    Les smart TV connectées,

    Les téléphones mobiles,

    Les téléphones fixes,

    Les ordinateurs,

    Les cartes bancaires,

    Les cartes de fidélité,

    Les assistants tels que Google Home,

    Nos données personnelles qui transitent par internet :

    Fournisseurs d’accès internet,

    Fournisseurs de webmails,

    Opérateurs de réseaux de communication,

    Constructeurs d’appareils,

    Editeurs de systèmes d’exploitation (Cortana…),

    Editeurs de navigateurs,

    Editeurs d’anti-virus,

    Editeurs de logiciels,



  • Polybe 6 décembre 2019 18:12

    Un des prétextes de la réforme des retraites est l’équilibre budgétaire entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités.

    Le ratio était de 4,29 actifs en 1960 pour 1 retraité. Au 2 juillet 2018, il est de 1,7 actif pour 1 retraité et on le prévoit de 1,5 actif en 2040.

    Régulièrement on considère qu’il n’y a que trois paramètres pour trouver un équilibre budgétaire :

    - La durée de cotisation,

    - Le montant des cotisations,

    - Le montant des pensions.

    Or on occulte régulièrement de toucher aux causes de la diminution de ce ratio.

    Les retraites sont financées par les charges sociales payées par les entreprises en fonction de leurs employés et par les employés eux-mêmes de notre pays.

    Or, alors que notre pays est la 6ème puissance économique mondiale, tout est fait pour augmenter la productivité par :

    - la délocalisation de la production de nos entreprises dans des pays à moindre coût de salaire et de charges,

    - l’emploi chez nous de travailleurs détachés au tarif des charges sociales du pays d’origine,

    - le remplacement de travailleurs par des robots qui allège les charges pour les entreprises et augmente le nombre de chômeurs,

    - l’optimisation fiscale qui autorise bon nombre de nos entreprises à domicilier leur siège social dans des paradis fiscaux au sein même de l’UE (voir les entreprises françaises situées aux Pays-Bas).

    De ce fait, il y a moins de cotisants par rapport au nombre de pensionnés et on envisage de repousser l’âge de départ en retraite, d’augmenter les cotisations et de diminuer les pensions. De plus, il est question d’accroître les charges pour financer la dépendance.

    Pourtant, les richesses produites sont considérables mais elles ne profitent pas à ceux qui la produisent.

    Il faut également considérer le montant des dépenses publiques et surtout les priorités qui sont données en faveur d’installations de loisirs.

    Alors, on favorise des lobbies mais on oublie l’humain.

    Peut-être faudrait-il ne pas voir que l’équilibre des charges sociales mais bien l’économie dans son ensemble et surtout la répartition des richesses.

    Les entreprises devraient donc payer des charges en fonction de l’équivalent temps plein effectué par les robots.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité