• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Vincent Frédéric Stéphane

Ingénieur, j’ai parcouru beaucoup de pays et me suis ouvert à plusieurs cultures.

Tableau de bord

  • Premier article le 29/08/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 207 64
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Vincent Frédéric Stéphane 23 mai 2008 23:56

    Enfin, tous sauf le dernier, Boulevard de la mort. Je crois qu’à l’écoute des critiques je n’ai pas voulu courrir le risque d’être déçu. C’est con, je vais rectifier.



  • Vincent Frédéric Stéphane 23 mai 2008 23:55

    Ben moi j’ai vu et revu tous ses films. Et je ne m’en lasse pas.



  • Vincent Frédéric Stéphane 23 mai 2008 23:52

    T’es buté-borné Morice ! J’te répète que j’ai pas attendu l’engouement d’la critique pour découvrir le génie de ce mec.

     

    Génie.

    Il réalise ses rêves de gamin tout en le faisant mieux que tous les autres.

    Ses œuvres utilisent les travers pervers des films en les magnifiant et en les détournant de l’objet qui est le leur dans ces mêmes films. La violence est pour lui un vecteur de l’humour et pour la dénoncer, il lui suffit de la montrer, à l’intérieur même de ses propres œuvres, comme les autres la montrent.

    Les cons ne veulent qu’intrigues qui ne correspondent pas à leur vie de chaque jour ? Il te leur en donne et pas de la camelote ! Et en plus, il te fait passer des messages sur sa conception du monde, du rapport à Dieu, des différences homme femme, d’à quoi cela tient la vie, de la relativité générale.

    Il se permet même de donner des avertissements à ses acteurs à leur propre insu. Regarde PULP FICTION et regarde le encore et encore, et tu comprendras, toi que je ne peux citer, que connaître les secrets de Dieu sans chercher à les partager n’est pas la voie que Quentin te recommande.

     

    Quentin Tarentino :



  • Vincent Frédéric Stéphane 23 mai 2008 14:24

    Morice, je vais essayer de te faire changer de jugement sur ce GENIE qu’est Tarantino.

    Je me bornerai à évoquer PULP FICTION, où plutôt ma relation à ce film.

    La première fois : un soir de décembre nonante et des, j’entre voir ce film sur la base des photos à l’affiche. Ca démarre gentil, puis brusquement une violence qui me choque, quand le gamin allongé sur le sofa reçoit une balle, gratuitement. Et la violence monte, monte, à en devenir dérangeante jusqu’à ce qu’on arrive à la scéne où le boxeur, ayant récupéré sa montre, percute le mafieux noir, que les 2 se retrouvent complètement sonnés mais que leur réflexe est encore d’essayer de se buter l’un l’autre. Là, je percute et j’éclate de rire. La seul à rire dans la salle comble. Je comprends que la violence n’est qu’un vecteur de l’humour. Je continue à me marrer, de moins en moins seul cependant.

    Par la suite, j’ai vu ce film une quarantaine de fois et à chaque fois y ai découvert un message nouveau.

    Regarde bien ce film Morice. Tu finiras par avoir le déclic. Sinon, on le verra ensemble et je te le commenterai.

     

     



  • Vincent Frédéric Stéphane 22 mai 2008 20:53

    Weinstein, vous me surprenez.

    Bien à vous néanmoins.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité