• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les profs seraient déconnectés du réel ?

Les profs seraient déconnectés du réel ?

On tombe des nues quand on voit ce rapport pondu par Aurore Bergé et Béatrice Descamps sur les relations parents-professeurs...

 

Selon les deux députés auteurs du texte, Aurore Bergé (LREM) et Béatrice Descamps (UDI), il existe un problème majeur dans les établissements scolaires en difficulté : les professeurs ne seraient pas en phase avec les quartiers dans lesquels ils peuvent être mutés, ils seraient même "déconnectés de la réalité". "Ainsi donc, les professeurs ne peuvent pas comprendre leurs élèves car ils ne leur ressemblent pas."

 

Les enseignants déconnectés ? Alors qu'ils sont confrontés tous les jours à des problèmes innombrables : classes surchargées, élèves indisciplinés, bavardages, insolence, incivilité...

 

Il semble que ces deux députés aient l'art d'inverser les rôles : ce sont les hommes et les femmes politiques qui sont déconnectés du réel, qui n'ont pas conscience de toutes les difficultés que rencontrent les enseignants.

 

D'ailleurs les conseils donnés par ces "responsables" politiques relèvent d'une rare inconscience : par exemple, "les enseignants devraient se retenir d'écrire des "remarques désobligeantes, voire stigmatisantes sur le bulletin scolaire..."

ou encore "les enseignants devraient arrêter d'utiliser un vocabulaire volontairement opaque..."

 

On est sidéré par de tels conseils venus d'un personnel politique totalement éloigné des réalités du terrain.

On est sidéré par ces remarques désobligeantes pour le corps professoral, comme si les enseignants usaient à dessein d'un vocabulaire compliqué, comme s'ils n'avaient pas à coeur d'expliquer et de transmettre des savoirs accessibles à tous.

 

On exige aussi des professeurs qu'ils soient bienveillants voire indulgents dans leurs appréciations, il serait peut-être même bienvenu de leur part qu'ils mettent de bonnes notes à tous leurs élèves ?

Comment ose-t-on donner de telles directives aux enseignants ?

Quel est ce mépris dans lequel est tenue la fonction enseignante ?

 

Il serait temps de prendre conscience des réelles difficultés de ce métier au lieu de faire semblant de prodiguer des conseils absurdes au personnel de l'Education nationale...

 

Plus loin dans le rapport, on trouve encore cette proposition surréaliste : la création d’une "semaine du goût où chaque parent pourrait apporter une spécialité culinaire de son pays". Une façon de vivre de meilleures relations avec les parents !

 

On a vraiment l'impression que ces "responsables" politiques se moquent de ceux qui sont sur le terrain, confrontés tous les jours à un métier exigeant et complexe... confrontés à des élèves qui ne lisent plus, qui sont branchés sur Facebook, qui sont obnubilés par toutes sortes d'écrans.

Qui est déconnecté du réel ? Qui ne voit plus le monde tel qu'il est ?

Qui vit dans sa bulle ?

Qui prétend donner des leçons à ceux qui travaillent dans des conditions difficiles ?

 

Je le constate et je l'ai constaté à plusieurs reprises dans mon activité d'enseignante : ce métier est complètement déconsidéré par la société, l'administration et par les instances politiques...

Et encore une fois, ce rapport en est la preuve...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/02/les-profs-seraient-deconnectes-du-reel.html

 

Documents joints à cet article

Les profs seraient déconnectés du réel ?

Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 2 février 13:09

    Tu aimes bien prendre les mâles comme boucs émissaires, mais t’insurges quand les compradores prennent les profs pour boucs émissaires.

    Leur tactique des tranches de salami.

    • Le421 Le421 3 février 13:16

      @JC_Lavau
      Le milieu enseignant fait partie de ces groupes de personnes avec un sentiment de corporatisme très fort. Magistrature, police, finances... Autant de groupes impossibles à attaquer sans subir la vindicte des collègues.
      Cependant.
      Les gouvernements se succèdent avec des échecs qui s’alignent au fur et à mesure.
      L’éducation d’un enfant ne peut se faire sans la notion basique de respect.
      Et cette notion est presque totalement absente dès le départ dans la cellule familiale.
      Une de mes petites-filles, à deux ans, a demandé à sa grand-mère qui la reprenait sur une attitude, si « elle voulait une claque !! ». Ce que sa mère faisait à tout propos...
      Arrivés à l’école, avec, en plus, toutes les interdictions des enseignants envers les élèves, les consignes de « coolitude » et l’impossibilité de sanctions, les gamins sont livrés à eux-mêmes et progressent en anarchie. Un élève mal noté est forcément « mal enseigné », donc, la plupart des profs baissent les bras et collent des 18 là où un 5 sans concession nous aurait, à l’époque été donné. Engueulade de l’instituteur et beigne du paternel en prime !!
      Sans tomber dans l’excès, il y avait un juste milieu à garder.
      La plus grande de mes petites-filles est toujours première à l’école. Elle a une perception naturelle des mathématiques. Quand elle avait sept ans, je lui ai inculqué des principes de calcul mental qu’elle a hyper bien compris et utilise tout le temps. Ben, son prof lui a dit que ce n’était pas « comme ça » qu’il fallait faire !!
      En attendant, elle se tape du 20, voire 21 de moyenne en français aussi, là où je n’aurais même pas eu 10 à l’époque.
      L’école est devenue une fabrique d’imbéciles, et ce n’est pas accidentel.
      Préoccupés par le smartphone et le Nutella, les jeunes pensent moins à récriminer.


    • foufouille foufouille 3 février 13:39

      @Le421
      "La plus grande de mes petites-filles est toujours première à l’école. Elle a une perception naturelle des mathématiques. Quand elle avait sept ans, je lui ai inculqué des principes de calcul mental qu’elle a hyper bien compris et utilise tout le temps. Ben, son prof lui a dit que ce n’était pas « comme ça » qu’il fallait faire !!"

      les profs aiment peu le calcul mental et c’était le cas déjà avant 90.
      en gros, le prof te soupçonne de tricher car tu n’as pas de brouillon et des fois écrit direct le résultat.
      .


    • JC_Lavau JC_Lavau 3 février 13:59

      @Le421. François de Closets a expliqué qu’une des grandes ruses sociales consiste à distribuer de petits privilèges, donc l’opacité protègera les grands privilégiés (moins visibles) de toute vindicte populaire.

      Les profs ont le petit privilège du temps choisi. Même si en physique-chimie, cela implique 70 heures par semaine pour le débutant.
      Les magistrats ont les privilèges de la garantie de l’emploi, de l’irresponsabilité statutaire, et de la protection de leur sadisme. En échange, leur rôle est de terrifier le petit peuple.

      Mais l’Honorable Monopole d’Avocats ne sont en rien des petits privilégiés, et ils sont leur propre juridiction, juge et partie pour protéger chaque escroquerie et chaque abus. Leur complicité corporatiste est invincible. Les deux premiers actes législatifs du gouvernement Raffarin ont été en faveur de l’Honorable Monopole. Clientélisme oblige.

      Tous les escrocs que j’ai eu le douteux privilège de fréquenter dans ma carrière pratiquaient le principe du minet : donner des responsabilités inespérées à un jeune ambitieux, qui n’a pas et de loin les compétences requises. Très vite il va être contraint de reprendre les errements précédents. Et comme il est brillant, il réussira à les justifier.

      L’Education Nationale aussi pratique le principe du minet ou de la minette. Elle sélectionne des jeunes gens sans expérience extérieure, incapables de s’apercevoir que ça marche sur la tête. Et celui qui arrive expérimenté, assez pour voir les délires installés, soit elle lui monte une affaire de moeurs, soit elle le fait déclarer fou dans sa tête, sur dossier secret. Exorbitante et du Code du Travail, et du Code de la Santé, le plus gros employeur de précaires de France.

    • JC_Lavau JC_Lavau 3 février 14:19

      @foufouille. 1972, le maître assistant J*ll*s consacre cinq heures à nous enseigner la métrique des cristaux applicable à la radiocristallographie, selon les classes de symétrie, du cubique à l’orthorhombique en passant par l’hexagonal. Je lui démontre que ses cinq heures de cours tiennent dans une demi-page si on applique le tenseur métrique (que j’avais appris en DEA quatre ans plus tôt).

      A l’examen, je réponds juste à toutes les questions, le suivant à aucune. Il a donc eu 8 et moi 14 : « Oui mais j’ai pas compris comment vous avez fait ! ».

      Depuis, le Sirotine et Chaskolaskïa, Fondements de la physique des cristaux (Ed. Mir), 1979 traduit en 1984 enseigne exactement la même métrique par le tenseur métrique. Toujours rien en édition française. Cloisonnement et balkanisation.
      Plein de connaissances indispensables ne franchissent pas la distance entre deux amphis du même campus. Aucun n’a appris les disciplines de l’interdisciplinarité, ne soupçonne qu’il y a tant de transfert de technologie horizontaux à faire.

    • JC_Lavau JC_Lavau 4 février 05:15

      @foufouille. Il n’a pas si faux, le prof que tu critiques, car il est chargé d’un enseignement de masse.

      Et il ne sait pas quoi faire de l’élite de calculateurs mentaux.
      L’énorme progrès à refaire pour chaque élève, commencé collectivement dans la Grèce antique, est de raisonner par écrit. Par écrit tu peux te relire plus tard, d’autres peuvent te relire et donc te corriger.
      Justement deux énormes échecs de notre enseignement actuel, ceux qui laissent le plus d’élèves sur le côté de la route sont le calcul littéral et la mise en équations d’une part, d’autre part les conversions d’unités. Car aucune méthode détaillée n’était explicitée. Les « bons élèves » devinaient, même si le cadre était boiteux. Les autres décrochent.
      Je me suis fait un ennemi dans l’inspection en détaillant les méthodes pas à pas : il eût fallu que je sois a minima agrégé pour avoir droit à innover et corriger.

      Ne sont pas enseignées correctement non plus les méthodes de transformation régulières des équations, et la méthode de déflation. Des chevronnés s’y laissent prendre encore.

    • Graal 2 février 13:29

      On, on, on, on, on,  Voila Rougemar qui bégaye d’indignation !


      • rosemar rosemar 2 février 16:01

        @Graal

        Pauvre « on » !

      • Maitre Ratatouille Ratatouille 2 février 22:53

        @rosemar
        .
        Pauvre « on » !

         lol ,tu te débrouille bien mieux ,qu’il y à quelques années ,de la finesse et des points .
        je te remercier de me laisser quartier libre sur tes articles ,ne pas me répondre c’est aussi me laisser grignoter tranquille .
        Un bon rat vaut mieux que deux kilos de chien . 
        elle pas facile celle là . ?
        expliquation.

        un tiens vaut mieux que deux tu l’auras

        distorsion première

        un bon chien vaut mieux que deux kilo de rat

        distorsion ratatouille

        Un bon rat vaut mieux que deux kilos de chien .

        .Je ne suis pas l’auteur de

        que le veille organe : trad : que le meilleur gagne .



      • McGurk McGurk 2 février 13:33

        * "Je le constate et je l’ai constaté à plusieurs reprises dans mon activité d’enseignante : ce métier est complètement déconsidéré par la société, l’administration et par les instances politiques..."

        Honnêtement, je ne vous envie pas c’est vraiment un métier à la con.

        Salaire pourri, rabâchage en boucle des mêmes choses, mutation dans des coins où personne ne veut mettre les pieds, programmes trop longs et débiles, haine et déconsidération des élèves, etc.

        Pour ma part, j’ai été dégoûté des enseignants de l’enseignement supérieur, totalement déconnectés de la réalité parce qu’incapables de créer un programme permettant aux étudiants de trouver un métier à la fin de leurs études.


        • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 février 14:41

          @McGurk
          le but des études n’est pas une seconde de décrocher un boulot mais de s’instruire, et rien d’autres.


        • rosemar rosemar 2 février 15:54

          @McGurk

          Les profs sont rendus responsables de tous les problèmes de nos sociétés, alors qu’ils travaillent dans des conditions parfois très difficiles.
          Non, les profs ne sont pas responsables du chômage de masse.

        • mmbbb 2 février 20:20

          @Amaury Grandgil Voila l encule de censeur


        • Yanleroc Yanleroc 2 février 22:12

          @rosemar, bonsoir, est-ce qu’ils ont intégré « le cercle des poètes disparus » vos élèves, est-ce que vous leur avez fourré dans le crâne ?..Je crois que oui : tu te rebelles, t’ es dead !


        • McGurk McGurk 2 février 23:31

          @Amaury Grandgil

          Ouais j’ai remarqué, depuis je « glande » diraient les entrepreneurs.


        • McGurk McGurk 2 février 23:40

          @rosemar

          Alors vous allez m’affirmer qu’une équipe de professeurs d’université chargés de créer un programme de haut niveau pour donner une orientation concrète aux étudiants (là on est plus à la maternelle) ne sont pas responsables de l’inadaptation de celui-ci ?

          Que l’inversion des enseignements - matières d’avenir en mineur et matières périphériques en majeur - n’est pas une preuve flagrante de leur déconnexion et de leur je-m’en-foutisme ? Que la promesse non tenue aux étudiants d’une spécialité, garante d’emploi et d’avenir, durant cinq longues années et noyée sous les cours sans jamais y refaire référence n’est pas une preuve de leur cynisme ?

          Que la défense, en fin de parcours, de leur programme en disant « nan c’est bien spécialisé » et « tout va bien » alors que ça mène directement au chômage n’est pas un indice majeur de leur mauvaise foi ? Que toutes ces générations d’élèves ayant suivi ce genre de formation n’a pas eu un mal fou à s’insérer et qu’ils n’ont pas des boulots de merde ?

          Si, lorsqu’on est aux commandes de l’éducation et qu’on conçoit un programme pour justifier son salaire, on est le pire des salopards. Non seulement parce qu’on abuse de la confiance des jeunes - pour qui le professeur est un modèle - et qu’en plus on les envoie au casse-pipe.

          Vive l’éducation.


        • foufouille foufouille 3 février 16:05

          @McGurk

          un prof ne peut prédire l’avenir, interdire la robotisation ou les délocalisations.

          personne ne t’interdit d’apprendre tout seul car tu es assez grand. apprend des langues étrangères et tu pourras au moins voir du pays.


        • McGurk McGurk 3 février 17:33

          @foufouille

          Pas besoin de prédire. Il suffit simplement de s’informer, en plus ils ont des professionnels avec de vraies spécialités qui eux peuvent les guider.

          Plusieurs années plus tard, ils en sont toujours au même programme. Ca s’appelle simplement de l’aveuglement volontaire.


        • foufouille foufouille 3 février 18:15

          @McGurk

          non tu ne peut savoir que les imprimantes 3D vont s’améliorer ni que le web allait devenir aussi important.

          et toujours rien ne t’interdit de te former si ton diplôme est inutile. quel diplôme tu as ?


        • McGurk McGurk 3 février 19:21

          @foufouille

          J’essaye mais les formations courtes dans le domaine que je vise sont inexistantes ou c’est de l’arnaque.


        • foufouille foufouille 4 février 12:35

          @McGurk

          une formation courte ne te donneras pas du boulot sauf en quittant la france. tu peut bosser sur internet depuis l’étranger. tu as aussi serveur mais mal payé, souvent en partie non déclaré et le bon patron est rare. si tu n’es pas doué dans un domaine, trouver du boulot est difficile.


        • Diogène diogène 2 février 14:39

          Bah quoi !


          Elles ont raison les meufs !
          Les enseignants sont déconnectés des orientations du N.O.M. !

          Ils en sont restés à Jules Ferry !

          La mission des enseignants n’est ni d’instruire, ni d’éduquer, ni de former (transmettre des connaissances, des techniques ou des compétences), mais d’adapter les djeunes à leur environnement de banlieue périphérique :être polis avec les agents, ne pas fumer ni se piquer sur le trottoir et dénoncer les dealers dangereux qui se sont radicalisés en prison.

          L’acquisition de qualifications se fera dans des établissements spécialisés privés réservés aux gagnants d’un concours très difficile ou par une modique cotisation annuelle équivalente à 12 fois le smic.

          • Diogène diogène 2 février 14:48

            @diogène

            Euh j’ai oublié de vous recommander chaudement un établissement dont les enseignants méritent tous les éloges, surtout pour les lettres et l’atelier « théâtre » : La Providence, un établissement privé catholique d’Amiens fondé par la congrégation des jésuites.

          • rosemar rosemar 2 février 15:57

            @diogène


            C’est ça : les enseignants n’auraient plus vocation à transmettre des connaissances, il leur faudrait surtout ne pas brusquer les élèves, les ménager... 

          • Diogène diogène 2 février 18:02

            @rosemar

            1. « - C’était votre sœur.
              - J’ai pas de sœur.
              - Vous n’avez pas de sœur ? Je lui ai dit qui est à l’appareil, et elle m’a dit : « sa sœur ».
              - Il a appelé Marlène !
              - C’est pas votre sœur ?
              - C’est son nom, Sasseur. Marlène Sasseur.
              - J’pouvais pas savoir, moi. Elle me dit : « C’est Marlène Sasseur. » Avouez que c’est confusant. »

            2. (François Pignon et Pierre Brochant)

          • JC_Lavau JC_Lavau 2 février 14:46

            L’éducation Nationale ne sait pas former les profs, ne sait pas les faire progresser en permanence, ne sait pas les évaluer, ne sait pas les rediriger.

            On les voit aigries et épuisées à cinquante ans, qui ne supportent plus les ados, qui n’ont aucune reconversion accessible, n’ont que leur désespoir en attendant la retraite.

            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 février 15:17

              @JC_Lavau
              Vous avez des propositions


            • JC_Lavau JC_Lavau 2 février 16:01

              @Amaury Grandgil. Bonne question, merci de l’avoir posée...

              1.
              Un morceau déjà : jamais à l’IUFM la moindre notion de micro-pédagogie par habiletés. On ne nous en a parlé avec exemples, qu’en formation permanente pour des coopérations techniques à l’étranger.
              Le T.W.I. est né en 1917 au Canada et aux U.S.A. et s’est fortement redéveloppé à partir de 1941.
              Il s’est montré essentiel pour l’effort de guerre industriel, puis ultérieurement pour la reconstruction en GB et en France.
              J’ignore l’équivalent en Allemagne, mais dès les préparatifs de la première guerre mondiale, ils ont prouvé que la formation du personnel industriel, voire des sous-officiers, ils savaient faire. Rien qu’à voir la qualité technique de la Kriegsmarine du Kaiser.

              Tâche par tâche du personnel technique ou d’encadrement, on décompose les savoir-faire indispensables, et on les fait acquérir par petites unités. Jamais en IUFM je n’ai vu de reprises de compétences pédagogiques par vidéo. Je l’ai vu en école confessionnelle à Lille, à HEI.

              2.
              Ça été pointé par Feynman, à propos de l’enseignement « des sciences » au Brésil : seuls l’expérimentation et le verdict expérimental séparent les sciences de la scholastique. Mais quand l’industrie n’existe pas, n’offre pas de débouchés, ne reste plus que la formation des profs de sciences, et la scholastique a vite fait de déraper, d’envahir tout le champ. On jacasse, on jacasse, on fait croire, on répète et aggrave les errements précédents.
              De toutes façons, le prof, outil spécialisé, doit répéter les âneries inscrites au programme.
              Sinon l’inspecteur se venge.

            • Maitre Ratatouille Ratatouille 2 février 17:38

              @JC_Lavau
              .
              Soulever des débats pour soulever du bavardage ,ça occupe l’esprit .Moi des foi je me parle à moi même ,ou moins cela ne me stress pas et le résultat est identique ,je me console en me disant que comme les chats qui rêvassent, la vie est peut-être suffisante à elle même,une sorte de néant positif ,il n’y à rien ,mais cela suffit .
              Je me transforme peut-être en gonzesse,contaminé ,puis éliminé comme des celles.lol. 
              .
              Par contre quand je sort de chez moi paré de mes plumes de paon ,c’est la panique dans le poulailler , le coq est vert et ma sublime arrogance,majestueuse,royal,le liquéfie.lol
              .
              soyons modeste ,les choses positives dans cet univers sont rare,il y à une petite concentration légèrement excessive de mâle alpha sur cette planète ,faisons de notre mieux pour transmettre nos meilleurs gènes (si l’on le souhaite) à cette majorité négative,agressives,insatisfaites,exigeantes,pitoyablement contradictoire.  smiley


            • Maitre Ratatouille Ratatouille 2 février 19:29

               Cela ne me dérange pas tro de passer une nuit au poste de police après avoir tiré un feu d’artifice à minuit devant un pensionnat de jeune filles.
              mais je m’égare (de la havane) et il y a six gare entre paris et Vannes ,d’où la vanne.


            • Venceslas Venceslas 2 février 19:38

              @JC_Lavau
              Etre épuisé à 50 ans, comme vous dites, ça en dit long sur la dégradation du métier. Maintenant, si vous vous sentez de taille à supporter les ados d’aujourd’hui pour un salaire médiocre, on a besoin de contractuels désintéressés. 


            • JC_Lavau JC_Lavau 2 février 20:00

              @Venceslas. Ça n’est plus de mon âge. Je n’ai jamais été formé au close combat.

              Je suis encore d’âge à transmettre en toute urgence, la synthèse de plusieurs vies professionnelles, mais bien autrement :
              https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/quantique-dix-ans-jour-pour-jour-200052

            • mmbbb 2 février 20:21

              @Amaury Grandgil ils peuvent aller travailler a la chaine c ’est marrant ducon


            • Giordano Bruno 2 février 15:18

              Et si c’était les hommes politiques qui essayaient de déconnecter les Français les uns des autres ?


              • rosemar rosemar 2 février 15:58

                @Giordano Bruno

                Cela s’appelle : diviser pour mieux régner....


                • rosemar rosemar 2 février 15:59

                  @MagicBuster

                  Excellent !

                • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 2 février 15:49

                  On envoie des gens pas très intelligents faire appliquer des solutions complètement connes qui ont la garantie de mettre le bordel.


                  • Rincevent Rincevent 2 février 16:02


                    Quel est ce mépris dans lequel est tenue la fonction enseignante ?
                    Avec de telles ‘’recommandations’’, j’y vois surtout un mépris des élèves ! Comme si on ne pouvait rien attendre d’eux que du médiocre (au mieux), en ‘’adaptant’’ les programmes et les enseignants à cette vision de nos enfants. Et ça ne concerne pas que les zones défavorisées, loin de là. Tout ça finit par se payer un jour, mais ce seront les anciens enfants, devenus adultes, qui régleront la facture, pas les ‘’responsables’’ actuels…


                    • rosemar rosemar 2 février 16:08

                      @Rincevent

                      Un mépris des élèves et des enseignants... On maintient les élèves dans l’ignorance de leur niveau et on demande aux enseignants de faire semblant...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès