Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Krokodilo

Krokodilo


Médecin généraliste, je m’intéresse à tous les sujets sur lesquels je n’ai aucune compétence, ce qui me laisse un large champ d’intervention. A l’époque où j’enquêtais sur les OVNI, j’ai percé le grand secret de la zone 51 : les extra-terrestres sont effectivement venus sur Terre, mais ils ont trouvé l’anglais trop difficile et sont repartis. Depuis, je m’intéresse à la question des langues, de la communication internationale et de l’espéranto.


Tableau de bord

  • Premier article le 06/12/2006
  • Modérateur depuis le 09/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 185 4414 13321
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 259 200 59
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Krokodilo (---.---.---.119) 14 octobre 2014 09:55
    Krokodilo

    Et le combat continue, avec ses grandes étapes, le socle commun de connaissances, la loi Fioraso. Les arguments sont toujours les mêmes aujourd’hui :
    http://www.la-croix.com/Actualite/France/Faut-il-continuer-le-combat-pour-defendre-la-langue-francaise-2014-10-12-1247917
    On ne rappellera jamais assez que l’introduction « des » langues au primaire n’était en fait que l’introduction de l’anglais. C’était d’ailleurs clairement écrit dans l’avant-projet du « socle des connaissances », avant d’être maquillé en « choix » pour faire passer la pilule, lequel choix a rapidement disparu hormis quelques rares cas ici ou là selon le contexte local. Zéro pédagogie, zéro science dans ces décisions, 100% politique. Résultat : un casse-tête inouï au primaire et dans la formation des instits (PDE), une baisse du français, une chute de la diversité linguistique au secondaire, et pour des résultats finaux (au bac) médiocres ou disons similaires. Maintenant qu’une solide étude vient mettre un peu de bon sens, voyons si les pédagogues en tireront les leçons.

  • Krokodilo (---.---.---.119) 14 octobre 2014 09:36
    Krokodilo

    Reste à convaincre les décideurs de l’Education nationale et des ministères...

  • Krokodilo (---.---.---.119) 14 octobre 2014 09:34
    Krokodilo

    Il deviendra polyglotte, mais pas forcément « parfaitement polyglotte ». On rencontre souvent des gens pouvant paraître à l’aise dans plusieurs langues, avec une assez bonne prononciation, une expression fluide, mais ils ne maîtirsent pas forcément ces langues dans tous leurs niveaux et difficultés, argot, tournures idiomatiques, références culturelles, etc. Cette difficulté à définir et mesurer un niveau de langue est un des facteurs qui rendent ces études difficiles à organiser et incertaines quant à leurs résultats.

  • Krokodilo (---.---.---.119) 13 octobre 2014 18:38
    Krokodilo

    Cette Patricia Kuhl est justement dans l’étude de l’apprentissage naturel précoce, très différent du scolaire. C’est un autre domaine de recherche des neurosciences. Or, vous dites que vous êtes d’accord qu’il faut nettement séparer les deux.
    L’école, l’EN, l’Etat, doit définir le but recherché, avant de répéter comme un perroquet, l’apprentissage précoce c’est super, il faut le faire, car nous n’avons abouti qu’à imposer l’anglais à tous, dès le CP, au prix d’un surcoût, de complications inouïes, d’une baisse d’heures et de niveau en français (ce qui a des conséquences sociales dans les ZEP en terme d’intégration comme l’explique Docdory) et d’un résultat médiocre, voire nul comme cette étude l’a conclu.
    Doit-on imposer l’anglais à tous dès la maternelle pour profiter d’une période critique très floue, (voire hypothétique) et faire de tous les Français de parfaits bilingues franco-anglais ? Certains le pensent, effectivement, mais si c’est ça le but, assez d’hypocrisie, disons-le clairement et voyons ce que les Français en pensent.

  • Krokodilo (---.---.---.119) 13 octobre 2014 18:24
    Krokodilo

    J’allais répondre un peu la même chose que Skirlet : j’ai croisé des enfants d’anciens coopérants d’Amérique du sud. Petits, ils étaient à l’école locale, jouaient en espagnol dans la cour de récréation, mais une fois rentrés, ils ont assez vite tout oublié parce que très jeunes. Certes, ils gardent une aisance pour la prononciation qui reviendrait très vite s’ils reprenaient l’étude de l’espagnol (ce qui a été le cas plus tard je pense), mais la notion d’oubli est très sous-estimée : le vocabulaire, notamment, s’oublie même pour sa propre langue lorsqu’on ne la pratique plus pendant des années, à l’étranger par exemple.
    On en revient toujours à la même question pour l’apprentissage précoce : nous n’avons pas clairement défini le but de l’enseignement « des » langues à l’école primaire... sauf de façon dogmatique que c’était mieux, point barre.







Palmarès



Agoravox.tv