Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Krokodilo

Krokodilo


Médecin généraliste, je m’intéresse à tous les sujets sur lesquels je n’ai aucune compétence, ce qui me laisse un large champ d’intervention. A l’époque où j’enquêtais sur les OVNI, j’ai percé le grand secret de la zone 51 : les extra-terrestres sont effectivement venus sur Terre, mais ils ont trouvé l’anglais trop difficile et sont repartis. Depuis, je m’intéresse à la question des langues, de la communication internationale et de l’espéranto.


Tableau de bord

  • Premier article le 06/12/2006
  • Modérateur depuis le 09/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 183 4388 13055
1 mois 0 11 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 245 193 52
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Par Krokodilo (---.---.---.119) 25 avril 16:24
    Krokodilo

    Votre indignation ne change rien à ma réponse. Comment favoriserez-vous l’enseignement de diverses langues européennes, sachant qu’on ne peut faire apprendre des langues de force, qu’il y faut une grande motivation, beaucoup de temps et d’énergie. Et combien de langues, 5, 6, 7 ? A quel niveau les petits Européens arriveront-ils dans ces nombreuses langues ? N’y aurait-il plus que des génies dans votre UE du futur ? Et surtout, en quoi votre plan (à très très long terme...) va-t-il bien pouvoir changer au fait que toutes les institutions européennes travaillent en anglais ? (Politique, finance, commerce, armée, police, science, portuaire, ferroviaire, et même le droit maintenant) Votre plan, c’est du vent, du « yaka », au mieux un aveuglement et une grande naïveté. Ca rappelle le rapport d’une commission d’un inénarrable panel d’experts européens qui naguère recommandèrent d’apprendre l’anglais bien sûr, mais aussi sa langue régionale, celle du ou des pays voisins, ainsi qu’une autre langue « internationale » pour faire bon poids ! Ce qui d’ailleurs ne changea rien à l’anglicisation de l’UE, que nombres de hauts responsables souhaitent maintenant officialiser - si ce n’était à la fois anticonstitionnel et malvenu politiquement !

  • Par Krokodilo (---.---.---.119) 25 avril 12:33
    Krokodilo

    Favoriser l’enseignement des langues, c’est peu ou prou ce que fait l’UE depuis des années, un voeu pieux qui n’a abouti qu’à une UE anglophone de fait, sinon de droit (officiellement on est encore dans les trois langues de travail, fr, angl, all). La vérité c’est que tous les organismes européens travaillent en anglais, et même à la CJE, ultime bastion du français, l’anglais est en train de s’imposer, tant la langue que le droit anglo-saxon.
    Donc un programme qui dit simplement « favorisons l’enseignement des langues » n’est qu’une hypocrisie qui entérine de fait la situation actuelle, au mieux une façon très politicienne d’esquiver le problème par une formule en langue de bois - attitude compréhensible mais inopérante.

  • Par Krokodilo (---.---.---.119) 25 avril 11:51
    Krokodilo

    Excellente idée ce récapitulatif sur un sujet caché par tous les grands partis et nombre des petits. Un récent documentaire causant des scénarios d’un premier contact avec les Extra-terrestres (supposés hostiles...) faisait justement remarquer que nous espérons nous faire comprendre des ET alors que nous ne sommes même pas capables de nous comprendre entre nous, Terriens ! La promotion de l’espéranto est la solution la plus rationnelle, la plus équitable (politiquement et économiquement neutre, même temps consacré aux langues par tous, linguistiquement la plus internationale), la plus démocratique (langue de loin la plus facile donc la seule envisageable pour être comprise par une large part de la population mondiale). L’UE s’honorerait d’essayer cette solution pour la communication, qui plus est créée par un Européen, puis transmise durant un siècle et quelques par des convaincus de toutes cultures.
    Mais voilà, les grands partis et la poignée de gens qui dirigent l’UE soutiennent le traité transatlantique (APT) et donc la soumission aux normes américaines, un transfert du pouvoir aux multinationales et aux tribunaux qui jugeront les litiges, bref un changement de civilisation décidé par une poignée de gens ! Dans ce contexte, il est bien évident que l’anglais a des soutiens infiniment plus puissants et plus nombreux que ceux du français, d’une UE à plusieurs langues officielles (qui ne marche pas) ou de l’espéranto comme langue de communication. Perso, j’aime bien Corinne Lepage et son action, de son côté le FDG s’est positionné contre l’APT, l’UPR soutient le retour du français, mais je voterai EDE.

  • Par Krokodilo (---.---.---.119) 21 mars 18:38
    Krokodilo

    Exemples de quasi-arnaques (quasi parce qu’on est pas obligés d’acheter) : le dernier ou avant-dernier Tom Clancy, vendu en deux bouquins alors qu’il est sorti aux USA en un seul pavé (de toute façon, il est devenu très faible, s’il les écrit encore lui-même...), ou la grande Elisabeth George qui s’essaie à la saga pour ados, un brin fantastique (télépathie), en bouquin épais alors que le premier tome est infiniment plus court que ses pavés habituels mais vendus au même prix : et la SF, c’est pas son truc... Ou Millenium, dont la traduction est devenue célèbre pour sa mauvaise qualité, probablement parce que payée au lance-pierre.
    Internet a beaucoup apporté aussi pour choisir ses lectures, car s’il peut exister des fausses critiques appointées par éditeurs ou auteurs, la moyenne des réactions sur les forums ou les sites vendeurs donne une idée plus fidèle que les meilleurs critiques littéraires - à condition d’éviter les commentaires qui en révèlent trop ! (Je reste quand même lecteur de la revue Lire, mais la transition numérique est dure pour tout le milieu)

  • Par Krokodilo (---.---.---.119) 21 mars 18:22
    Krokodilo

    Seul défaut : malaisé de se reporter par exemple aux premières pages lorsqu’un livre comporte des cartes ou des plans, ou une liste des personnages.
    Pour le prix, effectivement, on nage en pleine arnaque : il ne devrait coûter qu’à peine plus que la part gagnée actuellement par un auteur, soit quelques euros pour une nouveauté, environ 1€ pour un poche.
    Effectivement, les utilisateurs lambda sont pénalisés par rapport à ceux qui piratent ou connaissent des pirates et peuvent parfois se procurer des trucs introuvables.
    Sinon, y a aussi le s bibliothèques municipales (mais faut faire la queue pour les nouveautés) : j’ai lu entre autres la trilogie de Murakami pour un abonnement de moins de 20€/an, pas étonnant que certains rêvent de faire la peau des bibliothèques, jadis destinées à diffuser la culture et maintenant accusées de spolier les ayant-droits. Il faudrait quand même arrêter les droits au décès de l’auteur (hormis le droit moral de ne pas dénaturer l’oeuvre par les adaptations, et encore) : les enfants d’un ingénieur n’héritent pas de ses brevets !



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Le mystère du monter à la corde
  2. Hollande défenseur de l’évasion fiscale ?




Palmarès