Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Krokodilo

Krokodilo


Médecin généraliste, je m’intéresse à tous les sujets sur lesquels je n’ai aucune compétence, ce qui me laisse un large champ d’intervention. A l’époque où j’enquêtais sur les OVNI, j’ai percé le grand secret de la zone 51 : les extra-terrestres sont effectivement venus sur Terre, mais ils ont trouvé l’anglais trop difficile et sont repartis. Depuis, je m’intéresse à la question des langues, de la communication internationale et de l’espéranto.


Tableau de bord

  • Premier article le 06/12/2006
  • Modérateur depuis le 09/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 184 4411 13136
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 253 197 56
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Krokodilo (---.---.---.119) 13 octobre 2014 16:13
    Krokodilo

    Le bonjour aussi. De fait, beaucoup d’universités ont mis en place une remise à niveau en français, en L1..., chez les littéraires comme les scientifiques, et ce constat est paraît-il général. Ce n’est pas franchement le rôle et la vocation des universités !
    Pour les langues régionales, leur vitalité est très variable : le catalan est un exemple frappant : très vivace en Catalogne espagnole, en coma léger côté français ! Peut-être explicable par le rôle de la langue comme facteur identitaire sous la dicature de Franco, puis l’autonomie qui a suivi. En Bretagne ça marche bien aussi mais après un fort militantisme et je crois des efforts d’unification des variantes dialectales, Corse, pays basque français aussi. Bien malin qui sait ce que l’avenir réserve aux langues.
    Je pense aussi que l’espagnol et l’italien, langues latines, sont plus faciles pour nous que l’allemand et l’anglais, surtout si comme toi en immersion, même touristique ! Et la régularité phonétique plus grande que celle de l’anglais permet de déchiffrer un bon pourcentage des journaux, par exemple, évidemment hors subtilités et tournures idiomatiques.

  • Krokodilo (---.---.---.119) 13 octobre 2014 16:01
    Krokodilo

    @Piotrek, les « bilingues qui ne se rappellent pas avoir appris leurs deux langues » sont justement ceux qui ont eu un apprentissage « naturel », dans un contexte familial ou ethnique, biculturel ou plus. L’étude invite à bien séparer les deux apprentissages qui sont très différents. Croire que l’apprentissage scolaire peut se rapprocher de cet apprentissage « naturel » est une illusion.
    Cette étude est très longue, et rédigée avec le vocabulaire de la discipline, pour tout dire parfois peu digeste... Je n’ai pas tout lu attentivement mais il me semble que la question de la période critique, qui y est abordée, est davantage une hypothèse sujette à controverses qu’un fait établi, tant sur l’âge lui-même que sur les compétences en relation. 5 ans, càd. avant le CP, ça me paraît jeune. Une année d’initiation linguistique polyvalente à 10 ou 11 ans me semble suffisante à profiter de l’oreille musicale des enfants. Il ne faut pas oublier qu’il est impossible structurellement de proposer ne serait-ce qu’une poignée de langues dès l’âge de 5 ou six ans (la plupart pensent qu’il y a déjà trop de profs) : on retombe donc sur la question de la liberté de choix : veut-on imposer une langue étrangère à tous dès 5 ans sur la base d’un hypothétique âge critique non prouvé, ou laisser un choix de langue ? Et comme le rappelle Docdory, il y a aussi le français à apprendre...

  • Krokodilo (---.---.---.119) 13 octobre 2014 12:04
    Krokodilo

    Parce que ce n’est pas une étude clinique sur le terrain, mais une revue de la littérature sur le sujet à ce jour, c’est-à-dire une analyse des études déjà réalisées. On peut choisir l’anglais en première langue si on le souhaite, sans pour autant le commencer et l’imposer dès le CP, surtout au prix d’un surcoût pour l’école et sans aucun avantage. Nous sommes dans la moyenne pour les langues étrangères, les plus mauvais étant les anglophones. Cette étude rappelle justement que ce n’est pas l’âge de début qui compte le plus mais la motivation ; or, le français étant une de s langues de grande diffusion, théoriquement langue olympique, langue de travail de l’UE, de la Poste internationale, de la vaste francophonie, etc., il est logique que nous soyons en général moins motivés que, par exemple, les Slovènes.

  • Krokodilo (---.---.---.119) 7 août 2014 09:43
    Krokodilo

    La démocratie est un compromis entre le chacun pour soi et la dictature. Comme dit la blague, le pire système à l’exception de tous les autres !

  • Krokodilo (---.---.---.119) 7 août 2014 09:41
    Krokodilo

    Alors je vous indique celui que j’ai oublié sur le même sujet, il contient davantage d’extraits issus de rapports de la SDN, sur la base du travail et du livre d’un historien français (non espérantiste, références dans l’article)



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Enfin un peu de bon sens dans l’enseignement précoce des langues !




Palmarès