• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aldoo

Aldoo

Doctorant en informatique (vérification de programmes), intéressé par les questions de politique et de démocratie.
Je suis un habitué, non inscrit, d’Agoravox depuis 2005. Aujourd’hui, j’ai décidé de passer du côté des rédacteurs, à l’occasion d’une salve d’articles sur les machines à voter.
Pour jouer cartes sur table, je préviens que je suis plutôt sensible aux idées socio-démocrates, mais je n’envisage pas d’écrire, pour l’instant, d’articles purement partisans, trollifères par nature.

En revanche, je reviendrai sans doute à la charge avec des articles de vulgarisation sur des sujets où sciences, technologies et démocratie se mêlent allègrement.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 80 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Aldoo Aldoo 11 avril 2007 15:49

    Bon bon bon, doucement, je vais être franc : je n’ai lu votre article qu’en diagonale, et pour l’instant, je n’attaque que sur des principes généraux, et non sur des détails scientifiques, auxquels de toute façon j’accorde a priori un certain crédit, vu que vous êtes vous-même chercheur (même si c’est dans une spécialité relativement éloignée !). Je n’exclus pas de prendre le temps, plus tard, de tout décortiquer et donner mon avis sur le fond.

    Je me permets cependant de critiquer sans entrer dans le détail scientifique pour une raison simple : celle que j’ai évoqué en premier lieu, à savoir que pour proposer un système de vote, il ne s’agit pas de convaincre des informaticiens, mais tous les citoyens, car les élections sont le seul moment de la vie du citoyen où il ne devrait pas avoir à faire confiance à des experts indépendants ou prétendus tels (comment certifier la personne qui certifie la machine ?).

    J’ai exprimé ensuite des doutes, d’ordre très général, sur la fiabilité intrinsèque du système. Là, peut-être qu’une lecture approfondie de votre texte me fournirait les réponses. Donc je ne vais pas défendre la pertinence de ces critiques pour l’instant.

    Pour en venir à l’informatique qu’il faudrait jeter à la poubelle : non, je ne serais pas en train de m’arracher des cheveux sur ma thèse si je pensais cela ! Je pense que vous saisissez que sécuriser un Airbus ou des transactions bancaires, ce n’est pas la même chose que de sécuriser un système de vote (un petit tour sur le blog de David Monniaux pourra vous en convaincre). Les contraintes sur le secret et sur la sincérité sont très difficiles à satisfaire simultanément, donc le problème est déjà de base complexe. Or à cette complexité s’ajoute l’exigence, la gageure, de présenter une preuve accessible à tout citoyen, car celui-ci ne peut pas faire confiance aux organisateurs (alors qu’il peut faire confiance en sa banque ou en sa compagnie aérienne qui auraient tout à perdre si leurs services n’étaient pas fiables).



  • Aldoo Aldoo 11 avril 2007 14:20

    Au fait que contient le CD, seulement le code source ?

    Est-ce que ce sera un langage interprété ou compilé ? Quel interprète ou quel compilateur sera utilisé ?

    Si c’est un langage compilé, est-ce que le binaire sera aussi sur le CD ? Donnera-t-on les moyens de vérifier le binaire ? (en disant quelle version du compilateur doit-être utilisée avec quelles options) Comment peut-on être sûr du compilateur ? (problématique du bootstrap)

    Dans le cas du langage interprété, comment peut-on avoir confiance à l’interprète installé sur la machine ?

    Dans tous les cas : comment avoir confiance dans le hardware de la machine ?



  • Aldoo Aldoo 11 avril 2007 14:13

    Libre ensuite à la machine d’exécuter le code fourni sur le CD ou celui qui se trouve caché dans une autre mémoire...

    Allez, petit site illustrant le problème : http://fgouget.free.fr/evote/evote.html



  • Aldoo Aldric Degorre 11 avril 2007 13:54

    Un test n’est pas preuve. C’est fondamental, en vérif, ça !

    De plus, il est facile pour le programme en machine de se rendre compte si l’élection est un test ou pas (en se basant sur la date, la durée, le nombre de votants, ou, imparable, grâce à un « œuf de pâque », permettant par une combinaison de touches secrète, mais connue des fraudeurs, d’activer le mode truqué le temps venu).



  • Aldoo Aldoo 28 mars 2007 17:38

    Ok, on ne peut pas être tout le temps angéliste et tout. Ok, il faut dépasser le « c’est nous les méchants ».

    Mais merde, on a aussi dépassé les vieux racismes colonialistes, puis vichystes, ce n’est pas pour en oublier les leçons !

    Maintenant, il serait temps d’en arriver à la seule conclusion raisonnable : l’homme, quelle que soit sa couleur de peau ou sa religion, est imparfait. Souvent raciste, irrespectueux et individualiste, mais parfois capable aussi de discernement et de compassion.

    Il est temps de nous considérer tous comme des citoyens responsables. Accepter que l’autre soit différent, mais ne pas accepter de se faire marcher sur les pieds. Il faut être prêt à tendre la main à son frère dans le besoin, mais pas avant d’avoir de sérieuses raisons de penser qu’il en ferait autant pour nous. Naturaliser avec plaisir, oui, mais seulement les êtres humains souhaitant sincèrement devenir français (dans l’idéal, hein !), en adhérant donc au socle des valeurs qui font un français aujourd’hui (socle qui ne peut pas être défini par un quelconque ministère, je précise bien ! Le simple fait d’écrire ces valeurs suffirait à les biaiser et à les figer inopportunément... ).

    D’un autre côté, il faut admettre les errements passés de son peuple, sans pour autant en porter la culpabilité. Ne pas se revendiquer comme des saints et donner des leçons, mais ne pas admettre qu’on nous tienne rigueur aujourd’hui des exactions de nos ancêtres.

    En tout cas, tel est mon idéal humaniste pour la France, et pour l’Europe. Le respect mutuel est une obligation et l’(auto)flagellation est à exclure. « Je suis fier de ce que je suis, mais je respecte ce que tu es. »

    Enfin, voilà pour les principes. La mise en application, c’est autre chose !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès