• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Analis

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 595 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Analis 18 juin 22:30

    @tobor

    Même si les films en question ressemblent effectivement à des jeux vidéos, et pourraient facilement être truqués, la thèse d’un « hoax » (je suppose que ça veut dire un canular, une mystification) ne tient pas d’un point de vue historique. Tout ce que l’on sait, c’est que les autorités US, à tous les niveaux, ont toujours été très hostiles envers ces phénomènes et l’intérêt qu’ils pouvaient susciter et ont toujours tout fait pour empêcher le public de s’y intéresser et les chercheurs de les étudier. Les questions qu’ils soulèvent, avec la perspective d’une intelligence étrangère et incontrôlable à côté de nous, sont tout simplement trop destructrices pour tout ordre social et politique, pour que les élites l’admettent.


    Mais dans un autre sens, non Jean-Pierre Bellin, on ne peut ni ne doit dire non plus que le Pentagone ou les Américains disent désormais que les extra-terrestres sont là (déjà parce qu el terme n’a jamais été employé.


    Les vidéos sont bel et bien là, et les explications des pseudo-sceptiques mais vrais négationnistes sont d’une bêtise confondante. On a même vu Mick West, pourtant un dissident du 11-9 (dont les vues sur ce sujet sont d’ailleurs proches des miennes), affirmer qu’il pouvait s’agir d’avions (sans ailes, alors que vue la grande taille angulaire, leur forme et leurs ailes se reconnaîtraient sans problème ?), dans le cas de « Gimbal » qu’on pouvait y voir les réacteurs de deux avions (! !!!! il voit vraiment des fantômes !!!), dans celui du « Go Fast » il prétend que l’avion qui filme serait à 8000 mètres d’altitude, alors qu’il est évident qu’il n’est qu’à quelques centaines de mètres. Peut-être en pourfendant ce sujet encore plus maudit que le 11-9 veut-il se donner une aura de respectabilité auprès de certaines "élites intellectuelles" qui y sont particulièrement allergiques, ce qui est à mon avis de toute façon parfaitement inutile. Ou peut-être cela vient-il de sa défiance naturelle envers tout ce qui est gouvernemental. Là, il y a en effet un gros problème. Car comment se fait-il que des instances qui ont toujours tout fait pour discréditer le sujet des OVNIs, et plus encore celui de la présence extra-terrestre (ce la vaut tant pour les militaires que pour le douteux New York Times), se mettent tout à coup, quasiment sans crier gare, à valider des documents aussi extraordinaires ? L’hypothèse d’une manipulation à base de faux qui se révéleraient tels plus tard, afin de faire diversion et couler une nouvelle fois le sujet, pouvait paraître plausible (il y a quelques années, quelques sénateurs et députés états-uniens essayaient de faire procéder à des auditions à ce sujet, et il pouvait être important de faire dérailler leurs enquêtes). Mais maintenant que tant de témoins ont parlé, cela paraît trop difficile à tenir.


    Le coup de la création d’une nouvelle menace, extra-terrestre, après le terrorisme, les russes et les chinois, je n’y crois pas, pour toutes les raisons déjà citées. J’ai regardé la série documentaire "Ovni : les dossiers déclassifiés américains", il est vrai que les intervenants comme Luis Elizondo, quand ils ne coupent pas les cheveux en quatre, ont un ton étonnamment guerrier, mais franchement, s’ils essaient de promouvoir ainsi une nouvelle course aux armements, c’est sans espoir. Peut-être a-t’on affaire à une tentative de révélation forcée de la part d’une faction favorable à l’information du public, comme on sait qu’il en a existé depuis le début (il suffit de lire les ouvrages de Donald Keyhoe pour s’en convaincre). Il se peut qu’ils aient enfin réussi à parvenir à leurs fins, après des décennies à être contrés par les partisans très majoritaires du secret. C’est en tout cas ce qu’indiquerait une enquête menée par l’AFOSI (services secrets de l’US Air Force) au sujet de la déclassification des vidéos, publiée sur le site du MUFON France (ce que l’AFOSI faisait avec des vidéos de la Marine, c’est un autre problème qu’il convient de résoudre). Elle conclue que la déclassification a été gravement irrégulière. Ce qui soutient cette théorie que certains sont passés en force afin de court-circuiter la hiérarchie.


    https://mufonfrance.com/2020/04/cest-lenquete-des-vrais-hommes-en-noir-du-pentagone-sur-les-videos-dovnis-de-tom-delonge/


    Le Pentagone, qui a soufflé le chaud et le froid, allant jusqu’à dire que l’AATIP n’avait rien à voir avec les PAN/OVNI, aurait accompagné à contre-cœur le mouvement une fois celui-ci devenu incontrôlable, en attendant que les choses se tassent. On verra bien plus tard. Dans tous les cas, il est prématuré de parler d’un changement d’attitude des élites, qui vont comme à leur habitude piocher dans toutes leurs réserves de mauvaise foi pour enterrer l’affaire. La grande presse française s’est en tous cas montrée particulièrement silencieuse. Il est vrai qu’entre une alternative, consistant à reconnaître des preuves de l’existence d’OVNIs ou PANs, ou celle d’un vaste complot du Pentagone visant à faire croire aux mêmes, le seul choix pour les bien-pensants est le silence.



  • Analis 16 juin 20:51

    @agent ananas

    En fait la guerre de Sécession a pour origine la rivalité économique et politique entre les états de l’union (nord) et les états confédérés (sud) et non l’abolition de l’esclavage. Le sud voulait faire sécession pour une plus grande liberté économique et contre les taxes exorbitantes du nord ...

    Nous sommes donc loin des considérations morales à l’origine de cette guerre civile car si la victoire de Lincoln et des états de l’union mirent un terme à l’esclavage, la ségrégation fût instituée par les lois Jim Crow et furent abrogées qu’au milieu des années 60 suite au mouvement des droits civiques mené par Luther King.

    La réalité est différente, mais sans réponse uniforme. La question de l’esclavage a bien joué un rôle-clé dans la décision des sudistes de faire sécession. Elle empoisonnait les relations entre le Sud et le Nord depuis plusieurs décennies. Elle était sous-tendue par une opposition entre une société créole et agrariennes aux valeurs traditionnelles au Sud, et une civilisation néo-industrielle au Nord, qui était le véritable berceau de l’impulsion de la transformation sociale aux valeurs progressistes qui allait se propager dans toutes les sociétés occidentales puis dans le monde entier. S’agissant de la question de la liberté économique, en réalité les sudistes étaient moins libéraux en la matière, leur économie était plus réglementée (c’était une plaisanterie commune à l’époque de comparer l’épaisseur des codes du commerce du Sud et du Nord, là encore le berceau du capitalisme manufacturier comme on le connaît maintenant). Cependant, de façon qui peut nous paraître paradoxale, ils étaient en faveur du libre-échange, car en raison de leur économie agricole ils avaient un grand besoin d’exporter leurs excédents de production, notamment de coton. Alors que les nordistes, à rebours de leur conception libérale de l’économie, étaient favorables à des taxes douanières importantes, afin de protéger leur industrie en plein développement.

    En 1860, après donc des décennies d’antagonisme de plus en plus marqué, l’élection de Lincoln fut vue comme une provocation par les sudistes. Lincoln, s’il était un grand raciste, était un anti-esclavagiste virulent, à l’image de beaucoup de nordistes qui considéraient l’esclavage comme un obstacle au travail libre, de par la concurrence indue qu’il impliquait. Il n’était cependant pas en faveur d’imposer l’abolition, sachant que cela aurait nécessité une guerre, et en raison de son racisme qui l’empêchait de souhaiter l’arrivée sur le marché du travail de nombreux noirs libres. Mais comme il militait ardemment en faveur de l’interdiction de la fondation de nouveaux états esclavagistes, ce qui aurait mené à un déséquilibre entre états libres et états esclavagistes, sa victoire était vue comme inadmissible par les Sudistes, qui ont considéré que la sécession était la seule possibilité.

    Lincoln, qui ne voulait pas entrer en guerre pour l’abolition, considérait par contre que le maintien de l’Union était indispensable, car le contraire aurait signifié la fin de l’expérience du régime électoral représentatif, ce qu’on a pris l’habitude d’appeler « démocratie ». En effet, si à chaque élection, le parti qui perdait pouvait prendre les armes et s’insurger, celle-ci était mal en point. Et le reste des États-Unis risquait de se décomposer à son tour. Il aurait été peu probable que l’Ouest accepte sur le long terme de rester dans l’Union. D’une façon plutôt jacobine, enfin aussi jacobine qu’un fédéraliste peut le concevoir, Lincoln considérait en effet qu’il ne devait y avoir qu’une nation, là où les sudistes, de façon réaliste, pensaient qu’il y en avait au moins deux.

    Donc, au départ, la sécession a été réalisée par les Sudistes pour sauvegarder l’esclavage, et la guerre a été déclenchée par Lincoln pour sauvegarder l’Union. Ensuite, afin de maintenir l’esprit de combat chez les Nordistes, sérieusement menacée suite à une série de défaites et à l’enlisement de la guerre, Lincoln est allé faire appel à ces fameuses considérations morales, mettant le combat pour l’abolition de l’esclavage au premier plan. La Guerre de Sécession est ainsi devenue une de ces guerres « morales » des étatsuniens qui ont émaillé l’Histoire mondiale depuis. À la fin, l’esclavage a été aboli, ce qui était bien, mais le droit à l’auto-détermination du Sud a été violé. Et l’expansion à l’Ouest aux dépens des indigènes s’est poursuivie, tandis que les anciens esclaves ont été laissés dans les griffes de lois discriminatoires. Et que les ouvriers se sont retrouvés à travailler dans des conditions relevant souvent de l’exploitation crypto-esclavagiste pure et simple.



  • Analis 16 juin 18:21

    @sylvain
    en même temps, l’idée c’est que c’était un connard, pas un idiot ou un incompétent
    On a jamais déboulonnée une statue pour incompétence posthume


    Eh bien, je vais mettre mon grain de sel. Bruno Le Maire a répondu à Jean-Marc Ayrault au sujet de Colbert que “Je reconnais bien volontiers que ce n’est pas un personnage très sympathique,(...) mais c’est la Compagnie des Indes, la restructuration de l’industrie, la manufacture des Gobelins, la remise en état des Finances”. Seulement, s’il était peu sympathique, Colbert a institué le Code Noir pour limiter les abus des maîtres envers les esclaves, comme il a été rappelé ici. À mes yeux, il serait plus pertinent de le déboulonner pour son influence sur la pensée économique française. Car en réalité, par la priorité qu’il a donné aux entreprises étatique, il a découragé la constitution d’un secteur industriel puissant en France. Il n’a fait que donner l’illusion brève de l’efficacité économique. Ses entreprises royales se sont révélées peu performantes à la longue. Le décrochage de l’économie française a déjà commencé à se faire à son époque. Hélas, il a suscité beaucoup de fidèles, qui vantent encore le « colbertisme ».


    Bien sûr, on ne le déboulonnera pas pour cela. En revanche, pour divers massacreurs et oppresseurs comme Faidherbe, Bugeaud, Gallieni, et même le si « modéré » Lyautey, il n’y a pas de raisons de se gêner de débaptiser les noms de rues et de places, et d’enlever leurs éventuelles statues. Et comme il semblerait que la promesse de François Mitterand faite en 1989 n’ait pas été tenue, il est temps de rayer le nom de Tureau, grand massacreur de la Vendée, de l’Arc de Triomphe de l’Étoile.



  • Analis 13 mai 19:01

    Ce qu’il faut retenir des constatations données par l’auteur de l’article croisées avec ces données, c’est que les statistiques annuelles du ministère de la Santé, pour conclure à une dizaine de milliers de morts de la grippe en moyenne chaque année, ne peuvent pas être basées principalement sur les certificats de décès, effectivement tant incomplets qu’imprécis ; mais bel et bien sur la comparaison entre l’excès de morts au plus fort des épidémies saisonnières. Si on prend les années 2015 et 2016, qui auraient été plus meurtrières que la moyenne, elles montrent en effet non seulement une augmentation des cas de décès estampillés grippe, mais aussi des morts par pneumonie et autres maladies chroniques des voies inférieures. Le tout groupé sous le nom de « grippe » désignerait donc là tous les décès des maladies respiratoires saisonnières, incluant rhumes et autres états para-viraux, à base de rhinovirus et adénovirus, les pneumonies résultant de surinfections bactériennes étant la cause principale des morts.


    S’agissant de la sous-estimation du nombre de décès du Covid-19 en raison de la non-prise en compte des morts à domicile, il est probable que le gouvernement n’est pas très pressé de donner des chiffres, approximatifs ou non. Il ne faut pas oublier que certaines victimes pourraient être indirectes, c’est à dire qu’elles seraient le résultat d’un manque de prise en soin de malades chroniques, en raison du débordement de certains hôpitaux. Mais quoi qu’il en soit, quelques exemples pris à l’étranger montre qu’elle peut effectivement être dans certains cas très grande.

    Voici à titre d’exemple des données tirées de New-York :

    https://lesakerfrancophone.fr/les-etats-unis-vont-cacher-leur-propre-mortalite-due-aux-coronavirus


      [......]

      Les rangées de tombes « visibles depuis l’espace » arrivent maintenant aux États-Unis mêmes. Le président du conseil municipal de New York a annoncé avec tristesse que les victimes de l’épidémie seront bientôt enterrées temporairement dans des parcs publics :

      Mark D. Levine @MarkLevineNYC - 1:33 UTC - 6
      avril 2020

      Les familles en deuil disent avoir appelé jusqu’à
      une demi-douzaine de pompes funèbres et n’en
      avoir trouvé aucune qui puisse s’occuper de leurs
      proches décédés.

      Les cimetières ne sont pas en mesure de traiter le
      nombre de demandes d’enterrement et refusent la
      plupart d’entre elles. 4/

      Il n’y a pas que les décès dans les hôpitaux qui sont
      en hausse.
      En moyenne, avant cette crise, il y
      avait 20 à 25 décès à domicile par jour à New
      York. Aujourd’hui, au milieu de cette pandémie,
      ce nombre est de 200 à 215. *Chaque jour*.
      5/

      Au début de cette crise, nous pouvions prélever
      des échantillons sur les personnes décédées
      chez elles, et ainsi obtenir un test de coronavirus.
      Mais cette époque est révolue depuis longtemps.
      Nous n’avons tout simplement pas la capacité de
      tester le grand nombre de personnes qui meurent
      chez elles. 6/

      […...]


    Si certains parlaient d’un taux de décès 2 à 2,5 fois fois supérieur à la normale à New-York, alors que le nombre de morts à domicile l’est en fait entre 9 à 10 fois, combien cela fait-il de morts du Covid-19 ? Il serait de 3 à 4 fois supérieur dans cette ville à celui qui était recensé début avril. On peut se demander si les USA n’avaient pas déjà largement dépassé les 100 000 morts il y a deux semaines.


















  • Analis 6 mai 19:34

    Alors, pour cette mortalité brute de la grippe espagnole, en incluant les plus anciennes (et plus faibles) estimations, je parviens à une fourchette comprise entre 1,57 % (20 millions de morts/ 1,8 milliards d’habitants/ ¾ de la population infectés) et 9,8 % (environ 100 millions/ 1,7 milliards/ 3/5). Si on s’en tient aux estimations plus récentes (minimum 48,8 millions de morts), la fourchette est entre 3,61 et 9,8 %.


    S’agissant de la sous-estimation du nombre de décès du Covid-19, qui pourrait être dans certains cas très grande, voici des données tirées de New-York :

    https://lesakerfrancophone.fr/les-etats-unis-vont-cacher-leur-propre-mortalite-due-aux-coronavirus


    • [......]
    • Les rangées de tombes « visibles depuis l’espace » arrivent maintenant aux États-Unis mêmes. Le président du conseil municipal de New York a annoncé avec tristesse que les victimes de l’épidémie seront bientôt enterrées temporairement dans des parcs publics  :

      Mark D. Levine @MarkLevineNYC - 1:33 UTC - 6
      avril 2020

      Les familles en deuil disent avoir appelé jusqu’à
      une demi-douzaine de pompes funèbres et n’en
      avoir trouvé aucune qui puisse s’occuper de leurs
      proches décédés.

      Les cimetières ne sont pas en mesure de traiter le
      nombre de demandes d’enterrement et refusent la
      plupart d’entre elles. 4/

      Il n’y a pas que les décès dans les hôpitaux qui sont
      en hausse.
      En moyenne, avant cette crise, il y
      avait 20 à 25 décès à domicile par jour à New
      York. Aujourd’hui, au milieu de cette pandémie,
      ce nombre est de 200 à 215. *Chaque jour*.
      5/

      Au début de cette crise, nous pouvions prélever
      des échantillons sur les personnes décédées
      chez elles, et ainsi obtenir un test de coronavirus.
      Mais cette époque est révolue depuis longtemps.
      Nous n’avons tout simplement pas la capacité de
      tester le grand nombre de personnes qui meurent
      chez elles. 6/
    • […...]


    Si certains parlaient d’un taux 2 à 2,5 fois fois supérieur à la normale à New-York, alors que le nombre décès l’est en fait entre 9 à 10 fois, combien cela fait-il de morts du Covid-19 ? Il serait de 6 à 8 fois supérieur dans cette ville à celui qui était recensé début avril. Les USA ont probablement largement dépassé les 100 000 morts.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité