• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Analis

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 595 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Analis 4 février 16:56

    @Jonas

    Vous vous obstinez à ressortir les nombreux poncifs de la propagande israélienne, mensonges d’une mauvaise foi éhontée. Qu’il n’y ait jamais eu d’État palestinien auparavant n’a absolument aucune importance. Au moment de la dislocation de l’Empire Ottoman, les Palestiniens arabes ne se posaient pas la question, car leur objectif naturel était de devenir membres d’un grand État arabe, comme le leur avaient promis les Britanniques. Il en était de même à la sortie de la Deuxième Guerre Mondiale, si ce n’est qu’en raison des manigances des français qui avaient imposé le partage des accords de Sykes-Picot, un État arabe unifié n’était plus à l’ordre du jour, ils désiraient rejoindre le pays arabe indépendant le plus proche. À savoir, la Jordanie ou Transjordanie. C’était sans doute le vœu qu’aurait exprimé souverrainement la population indigène de Palestine. Qu’ils n’aient pas eu envie de construire leur propre État souverrain ne regarde en rien les autres intervenants, et ne peut en aucun cas être utilisé à charge contre ces indigènes (sous quel motif, d’ailleurs, autre que de satisfaire les passions agressives des sionistes ?). C’est bien toute la Palestine qui aurait du être rattachée à l’État arabe voisin, les désirs d’immigrés sans légitimité locale n’ayant aucune importance. En fait, en suivant votre raisonnement, les Malgaches auraient entièrement le droit d’annexer Mayotte et d’en déporter les habitants sous prétexte qu’il n’y a jamais eu d’État mahorais. Et mille autres exemples semblables.

    Ensuite, vous versez dans un certain révisionnisme historique. Oser prétendre que le syndicat des pays arabes (ce que je comprends comme étant la Ligue Arabe) a ronronné au sujet de la Syrie, c’est vraiment très culotté. Quand on sait qu’il s’est impliqué en soutenant l’agression contre ce pays et en reprenant toute la propagande occidentale et sioniste, en se permettant même d’affaiblir la Syrie en votant son exclusion (comme elle ne s’en porte pas plus mal depuis, cela montre la vacuité de cette organisation) ! Il en est de même au sujet du Yémen, la Ligue Arabe soutenant la position séoudienne (et donc, en filigrane, israélienne).

    https://lemuslimpost.com/yemen-ligue-arabe-range-derriere-arabie-saoudite.html

    https://www.france24.com/fr/20150329-yemen-ligue-arabe-creation-force-regionale-conjointe-aden-frappes-houthis-chiites-sunnites


    Ces remarques s’appliquent aussi à la Libye et à l’Irak. La très lâche Ligue Arabe a donc tendance à faire le jeu des occidentaux et des sionistes. Au sujet du Cachemire, par contre, je vous signale qu’elle a régulièrement dénoncé l’occupation indienne de cette province, pour nulle autre raison que la solidarité avec ses habitants majoritairement musulmans.



  • Analis 29 janvier 21:22

    @Spartacus

    Le refus de ce plan sera votre perte, car ce plan ne part pas du passé dont vous vous délectez mais promet un avenir qu vous frustre car il n’est pas conflictuel.


    Un avenir non conflictuel ? Cela risque de relever d’une vue de l’esprit, avec une Palestine « indépendante » qui a toutes les chances de n’en avoir que le nom. Sur un territoire atrophié, serrée de toutes parts par Israël, qui continuera d’exercer un droit de regard sans nul doute contraignant sur toutes ses affaires, y fera la pluie et le beau temps et décidera de toutes ses affaires de sécurité, et se permettra certainement d’y intervenir quand bon lui semblera. L’autorité palestinienne n’aura aucun pouvoir en matière militaire, et de fait en matière diplomatique.
    Quant aux 50 milliards de dollars, d’abord pour le moment on n’en a pas vu un cent, et quand on voit la mauvaise volonté des USA en matière d’aide aux pays arabes ravagés par la guerre (guerre qu’ils ont il est vrai créée), confrontés de plus à de graves problèmes budgétaires, je ne risquerai pas à parier qu’on en voie grand-chose dans un avenir proche.

    Ensuite, croire qu’on peut acheter la liberté des gens en leur offrant de l’argent et en leur déniant la justice, cela dénote une vision purement financière de la nature humaine, qui se révèle souvent fausse.

    Sinon, je prends votre phrase comme une admission que le passé montrait le caractère criminel des actes israéliens et occidentaux que je dénonçais.



  • Analis 29 janvier 11:59

    @Massada
    Ben Gourion peut dire ce qu’il veut, la réalité est ce qu’elle est.

    La vérité, c’est bien ce que disait Ben Gourion, qui savait de quoi il parlait, étant un témoin de première main, un criminel faisant des aveux complets. Le sionisme est une des rares idéologies à produire des individus de cette catégorie. Même ce grand terroriste et criminel contre l’humanité qu’était Ariel Sharon avouait que si on avait appliqué le principe de libre détermination des peuples, les israéliens n’auraient jamais pu être là où ils sont. Cela s’explique simplement par le fait qu’ils se sentent intouchables, à la différence d’un criminel ordinaire. Il est vrai que quand on voit ce qui s’est passé quand la Cour Pénale Internationale a essayé, bien timidement et en déversant des tombereaux de complaisance, dans le vain espoir que cela lui faciliterait la tâche, de se pencher sur les crimes israéliens en Palestine, on se dit qu’ils ont toutes les traisons de l’être.

    Lors de la répartition de la Palestine en deux pays, ce sont les arabes qui ont attaqué, et non les juifs.
    Ces derniers étaient donc en situation de légitime défense, et ils ont bien fait de se battre pour leur survie.

    Les arabes étaient en droit d’attaquer, en réalité de contre-attaquer. La vérité là est que le plan de partage était inéquitable, et que le vol de la terre des autochtones mentionné par Ben Gourion avait déjà commencé avant, lors de l’immigration de communautés étrangères, avec l’aide du colonisateur britannique. Et encore, même ce plan de partage de l’ONU se permettait d’attribuer aux juifs des terres qu’ils n’occupaient pas encore, et poursuivait donc l’œuvre de spoliation des indigènes par les sionistes. Il était normal que les Arabes le rejettent.

    Et malgré cela, contrairement à ce que le bobard de propagande sioniste traditionnel que vous ressortez là prétend, les Arabes ne sont pas ceux qui ont refusé unilatéralement un plan de partage de toute façon expansionniste, en essayant de faire croire que les sionistes l’avaient eux accepté. En réalité, les sionistes l’avaient rejeté. Oui, ils l’avaient refusé parce que pas assez expansionniste !!! C’est que la férocité annexionniste sioniste ne connaissait déjà guère de limites à l’époque. Il est vrai que depuis, les israéliens se sont fait fort de se montrer le plus modérés possible, en prenant des décisions empreintes de cette aflux de générosité telle qu’annoncer qu’ils renonçaient le plus magnanimement du monde à 80 % du Grand Israël... C’est-à-dire, dans leur langage codé, à 80 % d’un territoire comprenant Dams et s’étendant jusqu’à l’Euphrate. Quel sens du compromis et de la concession ! On devine que pour vous, certainement, lorsque vous parlez d’annexer 30 % du territoire de la Cisjordanie, continuant le travail d’expansion réalisé en 1948, à fortiori, c’est faire preuve d’une très grande modération. On comprend mieux pourquoi divers pays arabes se méfient tant d’Israël, qui pourrait très bien revenir un jour à son objectif du grand Israël, qu’il grignoterait par petit bouts, en prétendant à chaque fois faire preuve de oh combien grande modération. Le processus est à vrai dire déjà à l’œuvre en Syrie.


    On comprend aussi mieux pourquoi vous soutenez les voyoux et les voleurs qui opèrent en Syrie et en Irak, tellement ce comportement est inscrit dans vos gênes. Les USA viennent encore de menacer de voler de voler les Irakiens s’ils ne font que se considérer comme étant chez eux dans leur propre pays :

    https://fr.sputniknews.com/international/202001111042831558-trump-exige-que-lirak-paye-pour-le-retrait-des-forces-us-sinon-nous-y-resterons/

    ---------------------------------

    Trump exige que l’Irak paye pour le retrait des forces US : « Sinon, nous y resterons »
    15:10 11.01.2020

    L’Irak doit rembourser les États-Unis pour les investissements dans ce pays ces dernières années sinon l’armée américaine « y restera », a indiqué Donald Trump dans une interview.

    --------------------------

    https://fr.sputniknews.com/international/202001121042889505-wsj-washington-menace-bagdad-de-lui-couper-lacces-aux-revenus-petroliers/

    WSJ : Washington menace Bagdad de lui couper l’accès aux revenus pétroliers
    07:51 12.01.2020

    Les autorités américaines menacent de lui couper l’accès à un « compte bancaire crucial du gouvernement » destiné aux revenus pétroliers si l’Irak force les États-Unis à retirer leurs troupes du pays, écrit le Wall Street Journal, se référant à des fonctionnaires irakiens.

    ------------------------

     Nul doute que vous approuviez, en tant que soutien des voleurs en tout genre.



  • Analis 28 janvier 23:24

    @ l’auteur :

    Les juifs ne sont pas des sémites !
    En effet, comme vous le rappelez, les Sémites se définissent comme les locuteurs d’une langue sémitique. Or les juifs sont un groupe religieux, non un groupe linguistique. Ils parlent un grand nombre de langues natales, celles des pays dans lesquelles ils vivent, en général non sémitiques. En Israël l’hébreu, une langue morte depuis 25 siècles ressuscitée artificiellement, a été imposée, mais Israël ne représente pas les juifs, les juifs israéliens ne sont pas les juifs mais seulement les juifs israéliens. Les seuls sémites parmi les juifs, en dehors de ce cas artificiel, ce sont ceux des pays arabes qui parlent arabe parce qu’il s’agit de la langue maternelle de leur pays. Les juifs d’Europe sont eux des indo-européens, car ils parlent naturellement des langues indo-européennes.



  • Analis 25 janvier 18:42

    @DACH

    En attendant, des « masses » d’irakiens défilent contre les USA sous la houlette du très influent Moqtada al-Sadr, rappelant au gouvernement que menaces ou pas, le Parlement a voté l’expulsion des agresseurs :

    http://francais.rt.com/international/70692-milliers-personnes-manifestent-bagdad-contre-presence-americaine-irak

    Des milliers de personnes manifestent à Bagdad contre la présence américaine en Irak

    24 janv. 2020, 22:00

    Une marée humaine a déferlé sur Bagdad à l’appel de Moqtada al-Sadr pour demander le départ des troupes américaines d’Irak. Le leader chiite a également requis l’interdiction de survol de l’espace aérien irakien par des avions militaires américains.

    Suite à un appel à manifester contre la présence des troupes américaines en Irak, lancé par le leader chiite Moqtada al-Sadr, des milliers de personnes ont déferlé dans les rues de Bagdad ce 24 janvier, comme on peut le constater sur ces images de l’agence Ruptly.

    Scandant « Dehors, dehors, occupant » ou encore « Oui à la souveraineté », la foule des fidèles de Moqtada al-Sadr s’est rassemblée dans le quartier de Jadriyah, agitant des drapeaux irakiens. Un porte-parole du leader religieux est monté à la tribune afin de lire un communiqué de celui-ci, dans lequel il a appelé au retrait des forces américaines d’Irak, à l’annulation des accords de sécurité entre Washington et Bagdad mais aussi à la fermeture de l’espace aérien irakien aux avions militaires américains. Une gigantesque banderole « Get out America » (Dehors l’Amérique) était déployée sur l’estrade.

    Le fils de l’ayatollah Mohammad Sadeq al-Sadr, exécuté en 1999 sous Saddam Hussein, a par ailleurs conseillé au président américain de ne pas être « arrogant » face aux responsables irakiens. « Si tout cela est fait, nous traiterons [avec les Etats-Unis] comme avec un pays non-occupant, sinon, nous les considérerons comme un pays hostile à l’Irak », a-t-il fait savoir.

    L’appel de Moqtada al-Sadr a été suivi par le Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires pro-iranienne formée pour lutter contre les djihadistes et désormais intégrée aux forces de sécurité irakiennes, habituellement rivale du leader politique, et dont le numéro deux, Abou Mehdi al-Mouhandis, avait été assassiné lors de l’opération américaine visant le général iranien Qassem Soleimani, ancien chef de la force al-Qods, le 3 janvier en Irak.

    Dans son prêche du vendredi, lu par un porte-parole, le grand ayatollah Ali Sistani a de son côté souligné le droit des Irakiens à manifester « pacifiquement » pour leur souveraineté nationale. La plus haute autorité chiite du pays a par ailleurs dénoncé le « retard » des partis dans la formation d’un nouveau gouvernement.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité