• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Analis

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 503 0
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Analis 4 octobre 13:06

    @Massada
    Tiens, pas en train de massacrer vos minorités  ? Massada, le troll absolu !



  • Analis 4 octobre 12:04

    @Fergus
    Dans notre pays, seules quelques régions frontalières pourraient être tentées par l’indépendance. Et encore, sur le papier seulement car dans les faits, les populations locales y sont très largement opposées.

    Attention, le phénomène d’imitation est certainement possible en France en Catalogne du Nord (Roussillon et nord de la Cerdagne) ; une région qui a longtemps été pauvre du fait du centralisme de l’État français, et n’osait pas voler de ses propres ailes, mais le ressentiment est certain et le particularisme y gagne du terrain, comme ailleurs. Je me souviens aussi avoir lu il y a quelques années des sondages en Franche-Comté et Savoie du Nord qui donnaient une majorité favorable à un rattachement à la Suisse ; pas d’indépendantisme, donc, mais du séparatisme, oui. Certes, mis face à un vrai référendum d’auto-détermination, je doute fort que ces sondés osent franchir le pas, mais il n’empêche que le potentiel est bien là. C’est valable aussi pour d’autres régions, comme la Bretagne, où la réticence du gouvernement français à mener la répression après l’insurrection (le mot n’est pas trop fort) des Bonnets Rouges révèle la peur de celui-ci que la situation déraille complètement.

    Pour revenir sur le cas de ce référendum catalan, la réaction du gouvernement espagnol a été très mauvaise, il aurait mieux valu ignorer le scrutin et mettre à l’amende ceux qui l’avaient organisé, comme en 2014, en fait, les responsables catalans d’alors devant encore payer de très fortes sommes en remboursement des dépenses effectuées aux dépens des institutions publiques (procédure qui peut aussi être utilisée en France dans le cas de référendums municipaux illégaux, car oui, un référendum peut très bien être illégal). Maintenant, une évolution vers la guerre civile est possible, suite aux photos largement diffusées de violences policières (bien que celles-ci n’aient pas été pires qu’en France lors des manifestations récentes). Cependant, cela ne doit pas nous empêcher de nous interroger sur la pertinence du concept d’auto-détermination, on peut le défendre quand on a affaire à une région/nation/ethnie qui est soumise à l’arbitraire et l’oppression, en danger de disparition culturelle, mais demeure-t’il légitime dans le cas d’une qui n’est rien de tout ça. Qui au contraire est reconnue et prospère, tant culturellement que politiquement et économiquement, et bénéficie d’arrangements institutionnels favorables ? Les catalans ne pouvant en rien se prétendre opprimés ou discriminés, leur revendication ne relève que sur l’égoïsme financier. On n’est même pas là dans la même situation que l’Écosse, qui bénéficie de nombreuses subventions de l’État britannique (même si dans l’imaginaire écossais, la revendication est décalée vers le contrôle des ressources naturelles, dont ils affirment être spoliés par ce même État). Là, par leurs revendications extrémistes, les catalans sèment simplement le chaos dans l’Union Européenne.

    Sinon, non, la Bohême et la Moravie ne se sont jamais séparées, elles sont toujours réunies dans la République Tchèque (il n’y a d’ailleurs toujours pas de nom pour la Tchéquie !). Grave confusion là avec la séparation de cette dernière de la Slovaquie.



  • Analis 30 septembre 10:57

    On parle là dans l’article et ses commentaires de Villeneuve et Menton, mais est-on vraiment sûr que cette bactérie n’est pas déjà présente en d’autres points de la Côte-d’Azur ? Si on en n’a que peu parlé dans la presse, j’ai vu ce qui ressemble fort à des indices de son action autour de Cavalaire et Saint-Tropez. Déjà l’année dernière, début septembre, j’avais noté le déssèchement de nombreux plants de mimosas d’hiver, ou acacias blancs, dans cette portion de la Côte d’Azur. Au point qu’à la résidence Les Mimosas (le nom est une coïncidence), le concierge avait scié plusieurs arbustes de cette espèce afin d’arrêter la contamination. J’ai noté cette année que le fléau s’était interrompu, beaucoup d’arbres ou arbustes n’ayant d’ailleurs séché que partiellement et survécu, d’autres étant bel et bien morts. Toutefois, il y a eu une reprise partielle, localisée à quelques endroits, de cette maladie au début de ce mois, donc à la même époque qu’en 2016. J’ai noté aussi qu’un nombre conséquent de chênes-liège séchaient de la même façon, souvent complètement, et fréquemment à proximité des mimosas touchés. En tous cas, en général en foyers. Des arbres et arbustes d’autres espèces desséchaient aussi sur place, dont je crois un olivier sauvage. Les symptômes ressemblaient bien à ceux de la bactérie Xyllela fastidiosa, dont on sait qu’elle peut toucher des chênes et même des mimosas (ou acacias), avec des spécificités particulières suivant les souches locales (tant de la bactérie que de ses cibles).



  • Analis 18 septembre 19:11

    @gruni

    D’abord, les personnes auxquels il est fait référence ici ne sont en général pas du tout des médiums, dont les pouvoirs consistent à communiquer avec les morts (et parfois d’autres entités) et à obtenir d’eux des informations. Ce sont en fait des voyants/clairvoyants/ extra-lucides, dont les pouvoirs de vision à distance ne viennent que d’eux-mêmes (même s’il y a des recouvrements, des personnes dont les pouvoirs mentaux leur permettraient de faire les deux à la fois).

    Ainsi, Gérard Croiset n’était pas un médium, mais était un pur clairvoyant. Son cas est en effet intéressant, dans la mesure où il semble parfois avoir aidé la police à retrouver des personnes disparues et trouver la solution de certains crimes (à al différence de son compatriote Pieter Hurkos qui apparaît avoir été un beau parleur). Cependant, il ressort que cette dernière avait toujours du recourrir aussi à d’autres sources pour résoudre les énigmes. Croiset n’en a donc jamais résolu une à lui tout seul, il n’a en particulier jamais identifié un meurtrier, tout au plus a-t’il apporté certains indices. Il n’est pas le seul clairvoyant (incluant quelques médiums) à avoir obtenu des résultats en matière d’investigations judiciaires, mais il est certain qu’il faut beaucoup se méfier de ceux qui apportent des solutions toutes faites et définitives. Ceux-là ont toutes les chances d’être des escrocs, et d’amener sur de fausses pistes.

    Donc en effet, voyants, médiums et radiesthésistes devraient se tenir à l’écart de l’enquête sur la disparition de Maëlys, ou se contenter des déclarations les plus modestes et ne pas la ramener en prétendant détenir la clé du mystère.



  • Analis 15 septembre 12:33

    @Jeussey de Sourcesûre

    Vous oubliez l’inénarrable Boris Nikolaïevitch Eltsine, président de la Fédération de Russie de 1991 à 1999 et copain comme cochon avec Bill Clinton qui le téléguidait comme une marionnette !

    ......

    Les conséquences de son alcoolisme l’ont contraint à démissionner le 31 décembre 1999. Vladimir Poutine, qu’il a nommé président du gouvernement quelques mois auparavant, lui a succédé au Kremlin et là, les choses ont commencé à changer. Mais, tant que Poutine n’a pas œuvré d’un manière patente au retour de la souveraineté de son pays, les relations entre les Etats-Unis et la Russie étaient bonnes.

    Ce n’est pas exact : lorsque Poutine est devenu président, les relations entre USA et Russie avaient déjà commencé à se dégrader depuis deux ans. Eltsine avait sérieusement infléchi son attitude envers les USA, pour une raison très simple : il était confronté à la réalité incontournable de l’activisme étatsunien anti-russe, en Géorgie et Asie Centrale comme en Serbie, et avait fini par se rendre compte que on attitude très amicale envers les USA n’était pas payée de retour. On se souvient de sa sortie bruyante en 1999, au plus fort de l’intervention de l’OTAN contre la Serbie, lorsqu’il rappelait que la Russie était un grand pays qui disposait de l’arme nucléaire. Sortie qui marquait combien il était excédé par les politiques occidentales et leur dédain envers la Russie.

    Donc, si Eltsine a fait beaucoup de mal à la Russie par son suivisme pro-étatsunien, ce n’était pas dans le but de complaire à ces derniers, mais de conserver à la Russie sa place et de l’intégrer à un monde ouvert. Avant de se rendre compte que ce n’était pas possible avec les impérialistes qu’il avait en face.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès