• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Arnould Accya

Arnould Accya

Nous sommes de passage. Alors levons la tête, ouvrons les yeux, et allons chercher un pré où l'herbe est bien verte, fraîche et tendre à souhait.
Ce serait dommage de se laisser brider, brimer, puis tondre sans réagir ; sans s'exprimer, l'esprit libéré.

Tableau de bord

  • Premier article le 09/12/2016
  • Modérateur depuis le 09/04/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 96 110
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 8 5 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique









Derniers commentaires



  • Arnould Accya Arnould Accya 8 mai 2018 23:48

    Tout pathétique trublion qui s’auto-déclare philosophe doit être jeté sans ménagement dans la cuvette des toilettes. Quand, en plus, il cultive son « moi », son misérable ego, au travers de textes aussi ennuyeux, vaniteux que médiocrement écrits, il convient de tirer la chasse au plus vite.



  • Arnould Accya Arnould Accya 17 avril 2018 07:05

    @Jonas

    Tout noir ou tout blanc, c’est comme ça que fonctionne le monde selon vous, non ?

    En ce qui concerne la colonisation puis la décolonisation, puisque nous traitons ce sujet :

    - Découpage artificel des frontières des pays par les puissances coloniales de manière à y inclure des tribus en rivalité séculaire et étouffer ainsi dans l’oeuf la notion de nation libératrice.

    - Menace, chantage et corruption des dirigeants pour garder leurs intérêts économiques et stratégiques

    - Armement massif d’une des tribus rivales, de manière à lui donner un avantage décisif et conserver le pouvoir à travers son gouvernement/sa dictature.

    Et je pourrais multiplier les exemples qui justifient l’extrême difficulté à aboutir à une indépendance réelle et à la paix dans un pays stabilisé.

    Je ne dis pas que cela a été appliqué en tous lieux, en tous temps, mais oui les Africains ont été confrontés à ces mouvements hautements destructeurs. Après oui, certains pays auraient pu/dû s’en sortir mieux, sans doute ...

    Le nier serait de l’ignorance, de l’idiotie et/ou de la mauvaise foi.



  • Arnould Accya Arnould Accya 13 avril 2018 13:25

     @Sabri Aicha
    Je pense qu’il y a une petite coquille - le « ne » -, vu le post, et qu’on est bien d’accord smiley

    Le problème majeur de Mayotte, selon moi, est qu’elle a perdu de son intérêt pour la France quand, d’une part, la France a récupéré Madasgascar après l’hideuse conférence de Berlin (mais, chuuuut, je vais encore me prendre tous les fervents défenseurs des « innombrables bienfaits » de la colonisation sur le dos - je me demande d’ailleurs si le manichéisme désolant qu’ils affichent est lié à de l’aveuglement ou de la mauvaise foi ) et quand, d’autre part, les Comores ont refusé de se soumettre à la France et ont cherché à acquérir une certaine autonomie dès le début du protectorat.

    La France n’a dès lors pas du tout cherché à harmoniser le développement de l’ensemble de l’archipel, et avec l’indépendance des Comores puis ensuite la départementalisation de Mayotte, les divergences économiques comme sociales ont explosé provoquant une migration aussi massive que continue des Comoriens vers Mayotte.

    Que faire aujourd’hui ?
    Selon moi, le problème est quasi-insoluble parce qu’il faudrait que la France investisse massivement à Mayotte comme dans l’archipel des Comores, et elle ne le fera jamais.
    Le jeu, ou plutôt l’enjeu, n’en vaut pas la chandelle pour nos chers politiques carriéristes, court-termistes et qui s’en balancent du sort des Mahorais dont l’île n’est pas assez stratégique et riche en ressources naturelles pour justifier un tel investissement.

    Je crains malheureusement que, une fois n’est pas coutume, la France va laisser tomber un peuple qui lui était pourtant lié depuis plus d’un siècle et demi. Si elle l’avait fait lors de l’indépendance des Comores, cela aurait été justifié par le Droit International ; aujourd’hui, ce serait une manifestation de désintérêt et de mépris désastreuse pour Mayotte.
    Espérons que je me trompe.

     



  • Arnould Accya Arnould Accya 11 avril 2018 04:50


    La France aurait dû restituer Mayotte à l’archipel des Comores lors de la proclamation d’indépendance de ces derniers en 1975.

    Désormais, soit la France, c’est-à-dire nous - les Français-, sortons le portefeuille et arrosons (quelle quantité et avec quelle chance de succès ?) tout l’archipel pour en faire un pôle de développement homogène susceptible de mettre fin aux migrations ingérables qui inondent et précipitent Mayotte vers l’abîme ; ceci bien que nous n’ayons aucun lien avec les Comores, ce qui en fait une option plutôt inepte et accroirait une dépendance bien malsaine et coûteuse des populations aux capitaux français

    soit nous abandonnons les Mahorais à leur sort, aussi injuste cela soit-il si l’on considère leur histoire et notre prise de possession de l’île, il y a plus d’un siècle et demi.

    Une voie intermédiaire est illusoire et ne résulterait qu’en un pourrissement de la situation aux conséquences aussi funestes que prévisibles : radicalisation, stigmatisation et guerre civile.

    Le cas de Mayotte est exemplaire du non-sens, par nature, de la colonisation, comme le déclarait haut et fort Jaurès en son temps :

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mayotte-non-sens-essentiel-de-la-203197



  • Arnould Accya Arnould Accya 10 avril 2018 16:15

    @Lugsama

    Quand on sort les événements de leur contexte historique, on ne comprend rien à la situation présente et on parle de délire par pure ignorance.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité