• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Blé

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1410 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Blé 2 juillet 13:45

    J’ai durant des années fait du bénévolat de bon cœur trouvant normal d’aider son prochain et d’être solidaire.
    Aujourd’hui je ne fais plus de bénévolat car je suis écœurée du comportement des responsables des associations et surtout de l’administration.

    Durant + de 30 ans, je me suis occupée de personnes en situation d’illettrisme dans le cadre professionnelle. Quand j’ai demandé à faire du bénévolat auprès d’un public en difficulté face à l’écrit, il me fallait faire un stage de 8 jours pour assimiler « l’idéologie » qui se cache derrière cette soit disant formation.



  • Blé 2 juillet 05:37

    J’ai appris à penser ailleurs que dans le cadre d’une idéologie.

    En 2018, les français sont moins libres qu’en 1945. La discrimination entre les minorités, entre les genres, entre les classes sociales n’ont pas disparue et le plus grave, la propagande fait tout pour faire oublier que la pauvreté, la misère, le conditionnement des cerveaux et l’abrutissement est d’abord une question de choix économique.

    Le capitalisme s’arrange parfaitement avec n’importe quel régime politique sauf avec un régime qui appliquerait réellement comme objectif, l’émancipation des producteurs de richesses. (je ne parle pas des propriétaires des outils de production, qu’ils soient individuels ou sous la tutelle de l’état ne change rien à l’affaire).

    En tant que femme, les femmes bien que vivant dans un pays dit démocratique et républicain devaient vivre sous la coupe de l’homme jusqu’en 1974 sans que ces messieurs n’y trouve à redire. Le fiston à ses 21 ans avait plus de droit que sa mère qui l’avait élevée.

    Aujourd’hui que la condition masculine se rapproche de plus en plus de la condition féminine tout au moins pour les classes moyennes et pauvres, on nous abreuve de problèmes tel que les migrants, les noirs, les juifs, les pas juifs, les musulmans et les pas musulmans, bref chaque jour les français ont droit à un déluge de propagande loin des charrettes de licenciements, loin des délocalisations qui se poursuivent à la vitesse grand « V », loin des privatisations à tout crin, loin des limitations de liberté individuelle et collective, loin de la casse des services publiques etc...

     



  • Blé 2 juillet 04:54

    Nous sommes à une époque où il devient de plus en plus difficile de s’exprimer sans tomber sur un « groupe » qui sortira toujours des arguments négatifs ne serait-ce que pour se faire « mousser », pour dire « nous sommes là, nous veillons au grain » comme si aujourd’hui la majorité des adultes étaient incapables de penser par eux mêmes.

    La petite maison dans la prairie n’est pas plus stupide que les romans de la Comtesse de Ségur.

    A l’époque des massacres des indiens dans cette partie du monde, on ne parlait pas de génocide mais de conquêtes de territoires tout comme les français faisaient des conquêtes de territoire en Afrique.



  • Blé 1er juillet 07:02

    C’est vrai que dans notre civilisation tout se joue pratiquement durant l’enfance et la maltraitance des enfants a été un sujet tabou jusqu’à depuis peu de temps.

    Ceci dit, les personnes qui s’en sortent le mieux pour elle même et leurs enfants quand elles en ont est de comprendre , puis pardonner au parent (à la mère, au père ou aux deux).

    Pardonner est un travail sur soi de longue haleine mais qui libère. Vouloir mettre de coté le passé consciemment ou inconsciemment et faire « comme si » rattrape les individus tôt ou tard et souvent brise un équilibre qu’ils avaient eu beaucoup de mal à trouver : chagrin, souffrance, souvenirs remontent à la surface et c’est le désarroi.

    Je me permets d’écrire ce que j’écris car je suis passé par ce cheminement. Quand ma mère est entrée en HEPAD, j’espérais qu’elle me demande pardon mais elle n’était plus en état de le faire. Durant des années je pensais que je ne pourrais jamais pardonner ces années de violence durant d’enfance et d’adolescence mais j’y suis arrivé et je me sens « libre » vis à vis d’elle et vis à vis de la société qui regardait ailleurs.



  • Blé 1er juillet 06:23

    Je crois que tous les peuples n’ont qu’une envie, pouvoir vivre en paix.

    Le plus gros problème, il me semble, c’est la corruption à la tête de pratiquement tous les états occidentaux qui ont malheureusement imposer + ou - leur système à tous les autres pays du monde.

    Même dans les pays les plus pauvres du monde, il y a une clique qui vit dans le luxe pendant que les gamins du peuple font les poubelles pour survivre.

    Rajouter à cela les problèmes du manque d’eau dans certaines régions (les barrages de la Turquie par exemple), etc... .

    L’individualisme à tout crin de l’idéologie néo libérale interdit aux populations de se prendre en main. Aujourd’hui selon des spécialistes non corrompus (ça existe) notre planète peut nourrir sans problème 9 milliards d’habitants mais si un homme (quelque soit son pays ou sa religion) utilise autant d’énergie et d’eau que 1000 pauvres alors, oui les guerres vont se poursuivre car cet homme n’a pas l’intention de partager, c’est ce qui est dramatique.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès