• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ddacoudre

ddacoudre

poète essayiste militant à la retraite.
La vie commande d’être convaincu qu’il y a un absolu où tout ce que nous concevons s'écroule, Il faut donc comprendre que celui qui dispose d’une certitude absolue peut se suicider car c’est un mort vivant et ne peut développer pour vivre que la mort qu’il porte.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 06/06/2007
  • Modérateur depuis le 27/06/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 366 7151 9832
1 mois 17 175 367
5 jours 3 32 56
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 389 389 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • ddacoudre ddacoudre 16 juillet 21:17

    @victormoyal

    Bonjour

    Encore ce schéma éculé, l’on est juifs si l’on pratique la religions en question et non parce que l’on porte un nom Le nom ne fait pas l’homme C’est le sol et le milieux où il nait. Sinon nous devons nous considérer comme juif car nous vivons suivant la moi de Moïse. Ce ne sont pas les juif qui dirige quoi que ce soit c’est ce que j ’appelle le dominant systémique http://ddacoudre.over-blog.com/2019/04/le-dominant-systemique-et-le-roi-des-cons.html

    Cordialement ddacoudre overblog



  • ddacoudre ddacoudre 16 juillet 21:07

    @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

    Bonjour

    Qu’ils règlent leur compte cela les regarde, mais les citoyens non pas à être le tribunal de ces différents car ça sent la dictature fascistes

    Ont va leur faire porter une étoile bleue blanc rouge et leur interdire d’avoir des amis ?

    Cordialement ddacoudre overblog



  • ddacoudre ddacoudre 16 juillet 21:01

    @Taverne

    Bonjour Je confirme ma position. Le droit de tous citoyens de disposent sur demande des comptes de la nation, n’est pas l’exercice du contrôle des parlementaires, il y a une commission pour cela. Je trouvais déjà anormal qu’ils doivent publier leurs revenus, ce qui est une entorse à l’égalité des citoyens, dans ce cas il faut le faire pour tous. Il y a un moment où il faut savoir faire la différence entre la démocratie qui repose sur ma confiance réciproque et la dictature qui est le contrôle de tous. Nous allons pouvoir lire les penser, allons nous les équiper de lecteur pour savoir quand ils sont en cession s’il pense à leur mandat ou à leur piscine et retenir l’indemnité au prorata de ma pensée. Et il faudra qu’il le garde la journée car quand il baise il peut penser à des préoccupation de son mandat et il faudra indemniser ce temps, qu’est ce que on prendra en référence l’activité physique ou celle intellectuelle. En tous il y a des limites à ne pas dépasser, même s’il y a des personnes qui s’y glisseront, c’est le prix de la démocratie et la seule garantie et de savoir pour qui l’on vote

    Cordialement ddacoudre overblog



  • ddacoudre ddacoudre 16 juillet 19:58

    Bonjour Il me semble déjà avoir discuté du sujet avec toi. Je te développe ses limite qui sont irréductible en l’état de notre organisation économique.

    L’idée est bonne, l’application mauvaise Il est essentiel de savoir comment se forme ma richesse. Le capital est le résultat une économie de pillage stabilisé, l’on ne va pas le remettre en cause, ceux qui l’ont l’ont de par l’histoire. Mais l’on peut suivre le cheminement de la création de richesse.

    Un homme pense qu’il serait bien que chacun ait une bouteille. Il a un capital disponible (emprunter ou non aucune importance) Pour produire il loue les services d’une aide( louage de la force de travail de ceux qui n’ont pas de capital ni possession économique,) La loi oblige employeur à verser un salaire à celui qu’il emploie. Il devient un salarié. On admet que l’employeur verse 100 pour faire une bouteille, soit un travail. En l’espèce le temps et la quantité non aucune importance, il reçois 100. L’employeur à retiré ces 100 de son capital. S’il produit une bouteille c’est pour en retirer un profit. Il va donc jouter sa marge et le salaire du salarié pour vendre là bouteille, admttons 100 de marge. Il vendra la bouteille 200 pour récupérer son capital et 100 de marge pour en extraire son profit et accroître son capital. À qui il revend la bouteille, un client. C’est qui le client, celui qui a un revenu, donc le salarié et toutes les personnes dont il gagne le revenu par l’ensemble des prélèvements qu’il verse. Pour le cas d’espèce admettons qu’il lui soit prélevé 10 au titre du RUMI.l’employeur verse au même titre 20. L’état reçois 30 à reverser. Le salarié dispose donc plus que de 90 pour acheter la bouteille, c’est à dire si travail. L’employeur ou il retire 20 de sa marge ou il l’ajoute ce qui ferait que pour conserver son profit sa marge serait de 120. Déjà l’on comprend que quelque soit son choix il fera payer les 20 à son client, c’est à dire le salarié. Or le salarié quel que soit le choix de l’employeur n’aura que 90 pour acheter son travail. Il devra donc pour acheter la bouteille emprunter. Comme c’est celui qui possède le capital qui peut le prêter, l’employeur lui prêtera ce qui lui manque pour acheter son travail soit suivant le choix de l’employeur 110 ou130. Le salarié lui rendra l’emprunt plus les intérêts admettons 10. Le travail du salarié dont il a reçu 100 pour l’exécuter lui coûtera comme client 210 ou 230. C’est donc seulement le salarié qui finance le RUMI. Même si au titre du revenu l’on impose l’employeur, puisque c’est le client qui achète sa marge.

    Si l’état redistribue les 30 de Rumi à un citoyen sans revenu pour avoir une bouteille il devra emprunter, 170 ou 190 qu’il rendra 20 d’intérêt Conclusion le RUMI aura permis au capital de récupérer 30 de Rumi paye par le salarié plus les 20 intérêts.

    Au total l’employeur aura investi 100 et récupéré 200+170+10+20=400

    C’est cet enchaînement qu’il faut rompre et répondre à ce questionnement si demain du seul fait du développement technologique 1 millions d’hommes suffisent à produire, d’où les autres retirerons leurs revenus. Cela demande de réfléchir à la source de notre développement qui c’est accéléré avec la démocratisation des savoirs, c’est dont là qu’il faut investir pour démocratiser les savoirs universitaires contre un revenu. Il faut soit financer par de la création monétaire qui ira grossir le capital, et trouver un moyen de le récupérer ou le détruire, ou utiliser les fonds disponibles et faire de la dette de la création monétaire. Le système capitaliste que j’ai décrit ne laisse que ces deux choix a moins de le modifier pour que chacun reste mettre de son travail et que s’instruire devienne une activité pu un service rémunérer.

    Cordialement ddacoudre overblog



  • ddacoudre ddacoudre 16 juillet 19:58

    Bonjour Il me semble déjà avoir discuté du sujet avec toi. Je te développe ses limite qui sont irréductible en l’état de notre organisation économique.

    L’idée est bonne, l’application mauvaise Il est essentiel de savoir comment se forme ma richesse. Le capital est le résultat une économie de pillage stabilisé, l’on ne va pas le remettre en cause, ceux qui l’ont l’ont de par l’histoire. Mais l’on peut suivre le cheminement de la création de richesse.

    Un homme pense qu’il serait bien que chacun ait une bouteille. Il a un capital disponible (emprunter ou non aucune importance) Pour produire il loue les services d’une aide( louage de la force de travail de ceux qui n’ont pas de capital ni possession économique,) La loi oblige employeur à verser un salaire à celui qu’il emploie. Il devient un salarié. On admet que l’employeur verse 100 pour faire une bouteille, soit un travail. En l’espèce le temps et la quantité non aucune importance, il reçois 100. L’employeur à retiré ces 100 de son capital. S’il produit une bouteille c’est pour en retirer un profit. Il va donc jouter sa marge et le salaire du salarié pour vendre là bouteille, admttons 100 de marge. Il vendra la bouteille 200 pour récupérer son capital et 100 de marge pour en extraire son profit et accroître son capital. À qui il revend la bouteille, un client. C’est qui le client, celui qui a un revenu, donc le salarié et toutes les personnes dont il gagne le revenu par l’ensemble des prélèvements qu’il verse. Pour le cas d’espèce admettons qu’il lui soit prélevé 10 au titre du RUMI.l’employeur verse au même titre 20. L’état reçois 30 à reverser. Le salarié dispose donc plus que de 90 pour acheter la bouteille, c’est à dire si travail. L’employeur ou il retire 20 de sa marge ou il l’ajoute ce qui ferait que pour conserver son profit sa marge serait de 120. Déjà l’on comprend que quelque soit son choix il fera payer les 20 à son client, c’est à dire le salarié. Or le salarié quel que soit le choix de l’employeur n’aura que 90 pour acheter son travail. Il devra donc pour acheter la bouteille emprunter. Comme c’est celui qui possède le capital qui peut le prêter, l’employeur lui prêtera ce qui lui manque pour acheter son travail soit suivant le choix de l’employeur 110 ou130. Le salarié lui rendra l’emprunt plus les intérêts admettons 10. Le travail du salarié dont il a reçu 100 pour l’exécuter lui coûtera comme client 210 ou 230. C’est donc seulement le salarié qui finance le RUMI. Même si au titre du revenu l’on impose l’employeur, puisque c’est le client qui achète sa marge.

    Si l’état redistribue les 30 de Rumi à un citoyen sans revenu pour avoir une bouteille il devra emprunter, 170 ou 190 qu’il rendra 20 d’intérêt Conclusion le RUMI aura permis au capital de récupérer 30 de Rumi paye par le salarié plus les 20 intérêts.

    Au total l’employeur aura investi 100 et récupéré 200+170+10+20=400

    C’est cet enchaînement qu’il faut rompre et répondre à ce questionnement si demain du seul fait du développement technologique 1 millions d’hommes suffisent à produire, d’où les autres retirerons leurs revenus. Cela demande de réfléchir à la source de notre développement qui c’est accéléré avec la démocratisation des savoirs, c’est dont là qu’il faut investir pour démocratiser les savoirs universitaires contre un revenu. Il faut soit financer par de la création monétaire qui ira grossir le capital, et trouver un moyen de le récupérer ou le détruire, ou utiliser les fonds disponibles et faire de la dette de la création monétaire. Le système capitaliste que j’ai décrit ne laisse que ces deux choix a moins de le modifier pour que chacun reste mettre de son travail et que s’instruire devienne une activité pu un service rémunérer.

    Cordialement ddacoudre overblog

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Environnement






Palmarès